AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Guglielmina (Traducteur)
ISBN : 2070426742
Éditeur : Gallimard (15/01/2003)

Note moyenne : 3.04/5 (sur 78 notes)
Résumé :
Un écrivain désabusé voyage en Floride avec une femme beaucoup plus jeune que lui : ils vont au restaurant, boivent un verre, parlent de la guerre d'Espagne, de leur vie, d'avenir et font l'amour... Soudain tout se trouble, le soupçon de l'inceste rôde, les difficultés à écrire et à vivre resurgissent et, avec elles, l'inexorable fatalité. Réflexion sur l'écriture et l'amour, ce court roman rassemble toutes les obsessions d'un des géants de la littérature américaine... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  16 septembre 2014
Ayant vu récemment la pièce de théâtre "Zelda et Scott" (très bonne pièce d'ailleurs avec Julien Boisselier) dans laquelle il est question de Francis Scott Fitzgerlag mais aussi d'Ernest Heminqway, j'ai eu envie de mieux connaître ce dernier et d'approfondir mes lectures de cet immense auteur que je connais très mal.
Dans cette courte nouvelle, qui se lit donc par conséquent très vite, le lecteur découvre un homme, Roger, qui sillonne les routes américaines, de la Floride avec toujours cette obsession de rouler toujours plus. Pour aller où ? Nul ne le sait, si ce n'est qu'il a décidé de s'orienter vers l'Ouest. Voyage-t-il seul ? Non. Il est accompagné d'une jeune femme, Héléna, beaucoup plus jeune que lui mais qu'importe quand l'amour vous tient. D'ailleurs, est-il réellement question d'amour ? le narrateur lui-même ne le sait pas encore, il doute mais elle, elle veut qu'il y croit. Dans leur voyage, ils parlent de choses et d'autres mais surtout d'écriture car Roger est écrivain. Il serait d'ailleurs grand temps qu'il se remette à écrire, il se l'est promis mais les jours passent et il se fait sans cesse d'autres promesses que le lecteur ne sait pas si il tiendra un jour. Ayant déjà un passé derrière lui, avec femme et enfants, il se dit aussi qu'il a tant de choses à apprendre à celle qu'il appelle "ma fille" bien qu'elle partage sa couche.
Le lecteur suit donc les aventures de ce couple hors du commun et ne s'en lasse pas une seule minute. Un style à la fois simple et raffiné,chose rare car l'auteur emploie à merveille la langue (anglaise bien sûr, d'où le talent incontestable du traducteur, ne l'oublions pas) et sait dire toutes les choses qui sont propres à l'acte charnel de manière poétique, le suggérant parfois simplement (j'adore). A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
Radigan
  11 mai 2016
C'est le genre de texte qui vous laisse une impression étrange et fugitive... Je ne peux vraiment pas dire que j'ai adoré, mais étant donné que c'est une nouvelle très courte, je l'ai lu rapidement, et je n'ai pas eut le temps de m'ennuyer non plus. Oui, il y a une écriture, simple mais poétique, un style fluide qui nous emporte sur les routes de Floride, en plein été, avec ce couple bizarroïde, dont on ne sait exactement où il va. Mais contrairement à d'autres textes du même auteur, on nage en pleine incertitude, on ne sait pas vraiment qui sont les protagonistes, ni où ils vont comme ça, et on les suit pourtant avec un intérêt croissant, alors même qu'ils ne font rien d'extraordinaire, à part boire, dormir dans des hôtels et reprendre la route en discutant à propos de leurs obsessions respectives ; l'amour pour elle, la guerre en Espagne et l'écriture pour lui. Il est vrai que la quatrième de couverture se trompe complètement, mais comment résumer un tel texte, qui est prenant, sans pour autant avoir de réel sujets, de réelle consistance, on fuit vers nulle part avec ces deux personnages, on passe d'un sujet à un autre, il y a des passages qui ont plus d'importances que d'autres, des détails, des sensations que l'on perçoit à travers eux. La fin de cette nouvelle n'en est pas tout à fait une, mais on n'est pas très surpris car après tout, il n'y a pas non plus eut de réelle commencement ; J'ai l'impression que c'est exactement ce que l'auteur à voulu faire, profitant du format nouvelle, pour nous emmener dans son étrange contrée sans aucun but précis... Etant donné le prix, et la qualité de l'écriture, je conseille tout de même de lire ce texte qui a sa valeur. J'ai particulièrement apprécié les pages qui nous parlent d'écriture, même si le personnage présenté a plutôt le profil d'un écrivain raté. Son envie d'écrire est palpable ; j'ai en revanche trouvé que la petite qui l'accompagne manquait cruellement d'esprit, c'est un peu comme si elle n'était là que pour représenter une obsession supplémentaire de l'écrivain … C'est peut-être idiot, mais je pense qu'il y a un secret dans ce texte, quelque chose qui a directement à voir avec ce que vivait Hemingway lorsqu'il a écrit ce texte, mais peut-être que je me trompe et que ce n'est que mon impression personnelle….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Noctenbule
  15 septembre 2013
C'est parti pour un voyage aux Etats-Unis avec un auteur qui pourrait-être Ernest Hemingway et une jeune demoiselle, forte charmante.
Le couple fuit. Roger, vide son compte bancaire, laisse sa femme et ces enfants derrière lui. Il achète une voiture et part avec la jeune Hélèna. Les voilà sur les routes des Etats-Unis où ils s'arrêtent pour boire et manger. Elle, demande sans cesse si lui, l'aime. Encore et encore et encore. Et lui, dois lui répondre de façon affirmative pour éviter ces questions tellement répétitives. L'image de la femme n'est pas glorieuse. Belle donc forcément crétine et étrange. Et l'homme, lui plus sérieux, terre à terre et qui aime boire. le pauvre sans alcool, il serait totalement perdu, égaré.
De motel en motel, ils prennent deux chambres séparées, changent de noms, se font passer pour le père et la fille ou un couple. Roger, essai de savoir ce qu'il se passe en Espagne, la guerre approche. Elle s'en cogne, elle veut juste savoir si lui il l'aime et est content d'être avec elle. Quel ennui.... Il ne se passe rien et les échanges sont totalement stériles. L'auteur aurait du boire encore un peu pour travailler ce texte. En tout cas, maintenant, c'est moi qui en a besoin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
andras
  06 mars 2016
Nous sommes en 1934 ou 1935, en Floride. Roger, un écrivain, père de trois enfants, quitte Miami en voiture pour un voyage jusqu'à La Nouvelle Orleans avec sa nouvelle petite amie, Helena, beaucoup plus jeune que lui. Ils boivent beaucoup, surtout du whisky et parlent aussi beaucoup, surtout elle, qui s'inquiète de la solidité du lien qui les unit tous les deux. L'écrivain, qui bien sûr ressemble à Hemingway comme deux gouttes de whisky, est pour sa part très préoccupé par la situation en Espagne où la rébellion franquiste marque des points contre les républicains. Il envisage de se rendre là-bas (ce que fera en effet Hemingway) mais sa nouvelle situation amoureuse le fait hésiter. On sent cette relation très déséquilibrée entre l'écrivain branché sur les nouvelles du monde et la bimbo, amoureuse transie de l'homme qu'elle vénère, une relation plutôt stéréotypée donc. Pas franchement passionnant mais à lire par curiosité, tout de même.
Commenter  J’apprécie          30
jeeves_wilt
  14 août 2018
Hemingway c'est du facile, bien digeste, pas très intello, mais percutant.
Il retranscrit plutôt bien le climat, l'ambiance.
Aucune citation à noter, mais une petite histoire bien sympathique entre un artiste et une midinette qui traversent les States en consommant plus d'alcool que le v8 de leur automobile du pétrole.
Heureusement, il sait donner un peu d'intérêt l'ami Hemingway, sinon l'on pourrait s'ennuyer, mais ça n'a pas été mon cas.
A lire sur la plage et en bonne compagnie, plutôt jeune de préférence la compagnie...
A bon entendeur(Cela vaut aussi au féminin).
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   16 septembre 2014
"Le manque est une mauvaise chose. Mais il ne tue pas. Le désespoir, lui, le tue en un rien de temps."
Commenter  J’apprécie          420
LaPetiteVerdunLaPetiteVerdun   25 août 2011
D'accord, Conscience, dit-il. Seulement, ne sois pas solennelle et didactique. Prends ta part, Conscience vieille amie, je sais combien tu es utile et importante et comment tu aurais pu me tenir à l'écart de tous les ennuis que j'ai connus, mais ne pourrais-tu pas avoir un peu plus de doigté? Je sais que la conscience parle en italique mais parfois j'ai l'impression de t'entendre en gothique. Je prendrais tout beaucoup mieux, Conscience, si tu n'essayais de me faire peur. [...] *J'essaie de t'aider, fils de pute *, dit sa conscience.

* * en italique dans le texte
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AlalettreAlalettre   09 juin 2012
Dans l'obscurité, il se rendit dans l'étrange contrée et c'était véritablement très étrange, dur d'y entrer, tout à coup d'une difficulté périlleuse, puis aveuglément, heureusement, sans danger, enveloppé, débarrassé de tous les doutes, de tous les périls, de toute crainte, tenue sans retenir, tenir, tenir toujours plus, retenir encore pour tenir, chassant toutes les choses d'autrefois et toutes à venir, tirant l'éclat du bonheur commençant dans les ténèbres, plus près, plus près, plus près à présent, plus près et toujours plus près, pour aller au-delà de toute croyance, plus long, plus fin, plus loin, plus fin, plus haut et plus haut pour conduire vers le bonheur soudain, atteint comme un bouillonnement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LPLLPL   15 août 2016
J'avais récrit ces pages tant de fois et je les avais faites juste comme je voulais et je savais que je ne pourrais pas les écrire de nouveau parce qu'une fois qu'elles étaient bien je les oubliais complètement et chaque fois que je les relisais, elles m'étonnaient et je m'étonnais d'avoir pu les écrire.
Commenter  J’apprécie          30
SarahcarabinSarahcarabin   10 avril 2008
Je m'ennuie à mort parfois moi-même. Alors il me paraît normal que je puisse t'ennuyer.
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Ernest Hemingway (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ernest Hemingway
Léonor de Récondo est violoniste et romancière. Elle publie un magnifique roman : « Manifesto » (Sabine Wespieser éditeur) dans lequel elle raconte la dernière nuit de son père, Félix. En alternant ses souvenirs et ceux, fantasmés, de son père, elle fait revivre le passé de Félix, marqué par sa rencontre avec Ernest Hemingway mais aussi par la mort de trois de ses enfants. Lumineux.
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le vieil homme et la mer

En quelle année est paru ce texte ?

1951
1952
1953

10 questions
145 lecteurs ont répondu
Thème : Le Vieil Homme et la Mer de Ernest HemingwayCréer un quiz sur ce livre
.. ..