AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Marc Saporta (Préfacier, etc.)
EAN : 9782070356959
108 pages
Gallimard (25/09/2008)
3.11/5   9 notes
Résumé :

Parmi la cinquantaine de nouvelles d'Hemingway, plusieurs ont pour héros Nick Adams, alter ego de l'écrivain. Dans ce recueil intitulé Les forêts du Nord, elles sont replacées dans l'ordre chronologique. Toutes évoquent la jeunesse l'adolescence de Nick Adams dans le Michigan, à la frontière canadienne, un Etat peuplé d'Indiens.

Que lire après Les forêts du Nord / The northern woods - Edition bilingueVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Parmi toutes les nouvelles écrites par Ernest Hemingway (une cinquantaine), les cinq regroupées dans ce recueil ont pour point commun d'évoquer la jeunesse et l'adolescence de l'auteur, au début du vingtième siècle, à la frontière canadienne, dans le Michigan, au coeur des grands lacs, dans un environnement naturel et encore peuplé d'amérindiens. Un des intérêts de cette édition est notamment d'avoir replacé ces nouvelles dans un ordre chronologique.

Le personnage central dont on s'accorde à penser qu'il pourrait s'agir d'Hemingway lui-même porte le nom de de Nick Adams. Il est vrai que la biographie d'Hemingway nous apprend que sa famille possédait une résidence d'été sur les rives du lac Walloon, près de Détroit dans le Michigan, une région habitée par les indiens Ojibways. C'est là qu'Hemingway apprit à chasser, pêcher et camper dans les bois avec son père, médecin.

Dans «Trois coups de feu» Nick seul dans la forêt et effrayé par la nuit et le silence. Son père, parti pêcher, lui a laissé un fusil pour prévenir en cas de problème. Nick n'y tenant plus, tire trois coups de fusil puis s'endort rassuré avant même le retour du père.

Dans «Le village indien», Nick accompagne son père, médecin, qui est appelé en pleine nuit par des indiens. Ils sont venus le chercher pour aider une femme du village qui ne parvient pas à accoucher. Des complications surviennent et le père de Nick est obligé de pratiquer une césarienne.

Dans «Le docteur et la femme du docteur», le père de Nick se dispute avec des Indiens à propos de bois qu'il a trouvé et dont les Indiens insinuent qu'il l'a volé.

Dans «Dix indiens», Nick fait face à son premier chagrin d'amour, il apprend la douleur persistante de cette blessure.

Dans « le départ des Indiens », on les voit perdre progressivement le goût de leur vie simple au contact des Blancs. L'envie de vivre comme eux mène les indiens à leur perte.
Commenter  J’apprécie          210
Dans ce petit recueil de nouvelles bilingue, Ernest Hemingway raconte avec beaucoup de délicatesse ses souvenirs d'enfance. Autour de 1910, il passait tous ses étés à Windermere, la résidence d'été de sa famille sur les rives du lac Walloon, près de Détroit dans le Michigan. A l'époque, la région est habitée par les indiens Ojibways.
A leur contact, le jeune Hemingway s'aperçoit de la lente descente aux enfers de ce peuple autrefois fier et combatif. Complètement déboussolés dans l'économie de marché des Blancs, ils perdent peu à peu les terres qu'il leur restait en faisant faillite ou en se soulant jour et nuit...
Ceux qui ont tout perdu vivent dans des conditions de pauvreté et de désespoir extrêmes...
Heureusement, Ernest raconte aussi les journées passées avec son père à chasser, pêcher et camper dans les bois. Ces moments heureux le marqueront à jamais et il y reviendra souvent dans ses romans ultérieurs. Une période fondatrice que tous les lecteurs d'EH devraient apprendre à connaître pour mieux appréhender l'homme qu'il est devenu.
Commenter  J’apprécie          150
De sympathiques nouvelles sans réelle prétentions. le principal intérêt que j'y ai trouvé, qui est celui de la collection, est la page originale et la page traduite qui se font face, souhaitant m'assurer et me conforter dans une lecture en anglais, il s'agit du procédé idéal en tant que je peux me contenter de l'originale, mais qu'en cas de lacune, cette dernière est vite oubliée en lisant la traduction.
La différence est d'ailleurs impressionnante, l'on ressent le Hemingway en lisant en anglais, on aurait tout juste du mal à reconnaître son auteur en découvrant l'histoire par la traduction - j'ai même constaté que je n'aurais pas interprété beaucoup de phrases de la même manière si je n'avais eu sous la main que la seule traduction. C'est malheureux, car même si, dans mon grand égoïsme, je commence à maîtriser suffisamment l'anglais pour pouvoir m'intéresser aux génies qui se sont exprimé par son intermédiaire dans leur langue originale ; je ne suis pas prêt d'en faire autant pour le russe, le grec, le latin, l'allemand, l'espagnol, etc. ; et chacun de leurs écrits en pâtiront.
Pour autant, je peux me consoler en pensant à la littérature française, point n'est besoin d'adjectif, sa seule évocation saura vous faire comprendre ma pensée.


Pour ce qui est de l'ouvrage, j'aurais je pense été très déçu en en lisant la traduction, d'abord parce qu'elle n'aurait pas reflété la prose originale ; ensuite parce que sans cette dernière, ces récits ne présentent vraiment que peu d'intérêt ; et enfin parce que je n'aurais pas pu perfectionner mon anglais. Intéressant si vous lisez à la racine et en tant que vous lisez à la racine, beaucoup moins en espérant des récits prenants ; il est tout de même sympathique de déambuler - modérément, les nouvelles dépassent rarement les 10 pages - à travers le Michigan natal d'Hemingway.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
« [...]
- Est-ce que c'est dur de mourir, papa ?
- Non, je crois que c'est assez facile, Nick. Ça dépend. »
Ils étaient assis dans le bateau, Nick à l'arrière, et son père ramait. Le soleil s'élevait au-dessus des collines. Un bar sauta, faisant un cercle sur l'eau. Nick laissait traîner sa main dans l'eau qui paraissait chaude avec ce froid vif du matin.
Dans le petit jour de l'aube, sur le lac, assis à l'arrière du bateau où son père ramait, il se sentait tout à fait sûr de ne jamais mourir.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Ernest Hemingway (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ernest Hemingway
Lecture du livre.
autres livres classés : marginalisationVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (22) Voir plus



Quiz Voir plus

Le vieil homme et la mer

En quelle année est paru ce texte ?

1951
1952
1953

10 questions
239 lecteurs ont répondu
Thème : Le Vieil Homme et la Mer de Ernest HemingwayCréer un quiz sur ce livre

{* *}