AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Héloïse Esquié (Traducteur)
EAN : 978B085HKKKVR
289 pages
Sonatine (05/11/2020)
3.71/5   39 notes
Résumé :
À l’adolescence, la musique a sauvé Kris d’une vie misérable. Avec son ami Terry, elle a monté un groupe de metal, puis pris la route pour une décennie de concerts, d’ivresse, de narcotiques et de délires divers. La belle vie, en somme. Jusqu’au jour où la musique s’est arrêtée. Et où Kris est revenue dans son bled pourri pour travailler dans un hôtel tout aussi pourri. Avec des tonnes de tranquillisants pour endormir sa rage.
La bête en elle se réveille enfi... >Voir plus
Que lire après Détruire tous les monstresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,71

sur 39 notes
5
5 avis
4
9 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis
En ces temps où tout se ressemble, qu'il est bon de voir un auteur et un éditeur sortir un roman atypique ! Détruire tous les monstres est bien un thriller, mais comme vous n'en avez surement jamais lu.

Sans doute qu'on pourrait parler d'un thriller fantastique, mais ce serait tellement réducteur. A Black Metal Novel.

Voilà un roman qui traite avant tout de musique, extrême pour certains, mais vraie et pure surtout. Un genre qui n'est pas totalement pollué par le marketing et qui regorge encore de passionnés qui ne pensent qu'à créer. La définition de l'artiste. Mais dans ce style aussi, certains vendent leurs âmes au diable.

C'est donc une histoire à lire au premier degré, mais qui en cache également un second. Pour réfléchir à la place de plus en plus limitée de la sincérité créative dans notre société, sur l'aseptisation générale, sur le nivellement de la production musicale (idée qui peut s'étendre à tout ce qui nous entoure).

La musique Metal était idéale pour raconter cette histoire sombre et ainsi développer des thématiques plus profondes. Et pour ça, l'auteur (le bien nommé) a compris que l'essentiel reste les personnages (mais on en reparlera plus loin).

A titre personnel, je dois chaleureusement remercier Grady Hendrix. Je suis tombé dans le Rock et le Metal à l'âge de 13 ans pour ne plus en ressortir. Une passion dévorante. La lecture a été présente en parallèle, importante aussi, mais c'est bien la musique qui a été mon moteur et mon carburant pendant des décennies. Près de 40 ans. Il m'a replongé dans mon passé avec son livre.

L'écrivain nous fait vivre au plus près d'une musicienne qui a presque côtoyé la réussite, tutoyé la reconnaissance, avant de complètement rater sa vie. Il nous emmène aussi dans un monde musical étonnant, avec ses codes, ses excès, ses coups de génie.

Je ne sais pas quels sont les goûts musicaux d'Hendrix, en tout cas son travail de recherche pour construire son environnement est aussi impressionnant que précis et formidablement mené. Chaque chapitre est introduit par le titre d'un album de Metal. J'ai écouté presque tous les albums cités, durant les heures glorieuses du genre (les années 80 et 90). Autant dire que ce livre m'a beaucoup parlé.

Sa manière de décrire la sphère Metal (et le monde musical en général) est diaboliquement immersive si tant est que la musique vous parle (quel que soit le style que vous appréciez). Si ce n'est pas du tout votre cas, ce livre n'est pas fait pour vous.

Les coulisses de cette musique, le lecteur va les vivre aux cotés de Kris, ancienne guitariste, perdue dans cette Amérique déliquescente, celle de la masse silencieuse qui n'a rien, ne possède rien. Sa jeunesse est loin derrière elle, sa vie de musique aussi. Un drame étrange est passé par là. Jusqu'à ce qu'elle reprenne le taureau par les cornes, en voyant le come-back du seul musicien de son ancien groupe à avoir réussi sa carrière au point de tutoyer les étoiles.

Voilà un personnage incroyablement touchant, par ses failles, ses ressentis. D'autres qu'elle croisera sur la route d'une possible rédemption le seront aussi, pour certains. Oui, les protagonistes sont l'autre point fort de cette histoire, joliment dessinés.

Cette intrigue est différente, étrange. A la fois quête, pour subitement dériver vers l'horreur, et parfois intimiste aussi. Difficilement racontable (et tant mieux).

Elle cultive son côté atypique sans pour autant tomber dans la caricature. Certaines scènes sont étonnantes, à l'image du final complètement fou et qui s'avère aussi grandiloquent que jamais lu (ceux qui ont vécu des festivals comme le Hellfest le vivront dans leur chair).

Détruire tous les monstres est un cri d'amour à la musique, au pouvoir de la création artistique. C'est aussi un thriller comme il n'en existe que peu, singulier et hors normes. Une lecture à part, Grady Hendrix se révélant un aussi bon conteur qu'un témoin de ce qu'est notre société de consommation. Un roman ludique, déstabilisant, et plus profond qu'il n'y paraît.
Lien : https://gruznamur.com/2020/1..
Commenter  J’apprécie          170
Kris, presque la cinquantaine, est une femme tourmentée. Lorsqu'elle était jeune, elle faisait partie d'un groupe de metal et elle écrivait des chansons. Tout a basculé le jour où Terry, membre du groupe, décide de prendre son envol seul. C'est une trahison pour Kris. Maintenant que Terry a prévu les derniers concerts de sa carrière, elle se met en tête de le retrouver pour lui demander des explications. Son parcours sera parsemé d'embûches.

Quel roman original. Je n'avais jamais lu un livre avec un fond musical aussi présent et aussi fort et ici l'auteur réussit son pari, pourtant risqué. Il n'est pas aisé de faire une intrigue autour de la musique, avec du suspense et des rebondissements.

D'emblée, j'ai eu peur pour Kris. Sans vous en dire davantage, afin de ne pas gâcher le suspense, je dois dire que cette femme subira de multiples péripéties avant d'atteindre le but qu'elle s'est fixé. J'ai ressenti tout son désespoir et son mal-être suite à la trahison de Terry.

Ce roman va à toute vitesse et il est difficile de s'ennuyer. Même si parfois j'ai trouvé que l'auteur allait trop vite, sans forcément fournir les explications nécessaires, j'ai vite été prise dans cette intrigue.

La plume de l'auteur est dynamique. Beaucoup de textes des chansons du groupe dont faisait partie Kris parsèment le texte. Chaque chapitre débute par le titre d'un album de metal et c'est très original. Les chapitres sont de taille moyenne.

Un roman aux influences musicales marquées et servi par une héroïne attachante et une plume dynamique. J'ai trouvé beaucoup d'originalité à ce récit.
Commenter  J’apprécie          140
Fan de métal depuis de nombreuses années , en voyant cette couverture , je ne pouvais qu'être attiré ce roman .
Pour autant j'ai eu un peu de mal à suivre les rocambolesques aventures de l'ex-guitariste Kris , à la recherche du judas . Celui qui a vendu leurs âmes au diable : Terry Hunt .
Ce roman n'est pas un véritable thriller tout à fait comme les autres , mélangeant une part de fantastique à cette fiction et nous faisant côtoyer cette industrie musicale dont l'auteur nous décortique quelques ressorts plus mercantiles que musicaux . Sans doute un choix auxquels sont confrontés certains groupes dans leur carrière : ne pas se compromettre au risque de rester dans l'ombre et confinés à un succès confidentiel ou faire des concessions en espérer toucher le plus grand nombre quitte à être soumis au diktat d'une maison de disques .
Pour les cinq membres de Dürt Würk , cette bascule s'est faite lors d'une soirée dans les années 90 , où le chanteur du groupe , Terry , accompagné de leur manager Rob , proposé proposait aux quatre autres membres réunis dans le sous-sol de leur Witch House , de changer de nom , de style - plus mainstream et moins metal - , et de lui accorder tous les droits du nouveau groupe , Koffin , au profit pour chaque musicien de royalties flamboyants . La seule a avoir refusé de contrat est Kris . Elle a ensuite embarqué Scottie , Bill et Tuck dans une fuite effrénée qui s'est terminée dans un accident , dans lequel le batteur y a laissé ses jambes .
Le temps est passé, Kris a 47 ans et elle bosse dans un hôtel de seconde zone . Koffin est entre temps devenu un groupe phare de la scène heavy rock . Kris apprenant que « Blind King » Terry organise une tournée d'adieu , n'a alors qu'un seul objectif : se venger de la trahison de Terry , montrer son vrai visage au monde et surtout faire renaitre Dürt Würk de ses cendres .
Malgré tous les médicaments qu'elle prend ( ou qu'on lui force à prendre ) , elle se rend compte que sa colère est intacte . Une colère qui la pousse à laisser tomber son frère , la maison de sa mère et l'hôtel dans lequel elle travaille pour un road trip infernal à la poursuite de Terry Hunt et de ses maléfices . Peut être que « Troglodyte » le dernier album de Dürt Würk que Terry a refusé de publier pourra la guider vers lui . Mais attention aux dangers qui la guette sur le chemin car Terry voie tout et entend tout grâce aux forces maléfiques à qui il a prêté allégeance , Black Iron Mountain .

Ceux qui n'ont jamais écouté de metal de leur vie risque d'être décontenancé par ce récit hybride que n'aurait pas renié Stephen King si il avait été fan de cette musique . Cette allégorie diabolique avec en fonds sonore du hard rock , du heavy metal ou autre thrash metal nous réserve en effet quelques moments de pur fantastique où des créatures immondes côtoient des tueurs habillés en employés d'UPS dégommant à tout va quand ils ne maquillent pas en suicide les gêneurs .
Le roman est découpé en sous partie qui porte chacune le nom d'un album classique du style .Comme le rythme de la musique qui accompagne ce roman , aucune surprise que celui du roman n'accepte aucun temps mort .
La première compilation des Black Sabbath s'appelait « We sold our soul for Rock'n'roll » mais ici c'est Terry Hunt qui s'est renié en vendant l'âme de ses potes et continue à accepter toutes les exigences les plus monstrueuses du Black Iron Mountain pour continuer à briller et à maintenir à flot son égo surdimensionné . L'héroïne de ce livre est sans conteste Kris , qui , malgré les risques , trace sa route vers l'ouest à la rencontre de son destin . Elle sait qu'une guitare à la main elle est capable de jouer les plus beaux riffs du monde et sauver de futurs innocents d'un terrible dessein .
Un OVNI littéraire qui vous ravira ou fera fuir dès les premières pages . Vous êtes prévenu !
Commenter  J’apprécie          50
L'auteur de ce roman s'appelle Grady Hendrix. Alors comme j'ai l'esprit tordu, j'ai tout de suite pensé à Grady, Delbert Grady, le gardien de l'hôtel "l'Overlook", qui massacre toute sa famille dans le texte de S. King, "Shinning". Et puis, Hendrix, c'est Jimi Hendrix, le guitariste diabolique, celui qui en un laps de temps terriblement court, a fait exploser toutes les limites de la guitare électrique. La page de couverture est parfaite : un doigt d'honneur à l'anglaise (les deux doigts levés), c'est le métal ...
Donc du coup, ça partait déjà bien la lecture du roman et ça s'est confirmé. J'ai beaucoup aimé ce texte, joyeusement barré, croisement improbable entre l'univers du métal et celui de l'angoisse, la peur, l'horreur ...
C'est l'histoire de Christine dite Kris Pulaski, qui bosse dans une chaîne de motel Best Western. Elle était dans son plus jeune temps, une guitariste prometteuse et autodidacte d'un groupe formé avec ceux qui étaient ou sont devenus des potes, les Dürk Würk : Terry Hunt, l'initiateur du groupe, Scottie Rocket, Tuck Merryweather, le géant destiné à devenir sportif, JD, d'pour Davis (un temps, un garçon un peu simple, fan de mythologie viking) et Bill. le groupe n'a jamais connu la célébrité, mais il avait une notoriété tout à fait honorable qui leur permettait de tourner sur le circuit du métal. Notoriété qui devint plus attractive lorsque Kriss écrivit 10 chansons d'une rare puissance pour un album appelé "Troglodyte" et que c'est après ça, que tout parti en cacahouète. le groupe se dissout, Kriss lâche la guitare et disparaît dans l'anonymat d'une vie morose.
Et c'est parce que l'un des membres du groupe dissous, surnommé le Blind King (son nouveau groupe Koffin, son entreprise Black Iron Mountain), fait un retour triomphal dans une dernière tournée fracassante, et que Scottie est tué, que Kriss va reprendre sa guitare, aller voir ses vieux comparses du groupe Dürk Würk. Elle va combler les blancs d'une soirée dans une vieille maison délabrée, la Witch House, avec leur manager de l'époque Rob Anthony, l'accident de voiture qui s'ensuivit et malgré sa peur, aller récupérer son âme auprès du Blind King.
L'auteur fait une critique acerbe d'un monde où tout s'achète, tout se vend, les crédits s'empilent et les gens deviennent chaque jour plus pauvres, à courir après des objets dont ils n'ont pas besoin.
J'ai appris beaucoup de choses sur l'univers du métal et aussi sur Dolly Parton (non, ce n'est pas impossible de faire vivre ses deux univers en parallèle). Tous les chapitres portent le nom d'une chanson et sont mixés avec des interventions sur des chaînes de radio de différentes personnes. J'ai aimé le personnage de Kriss qui est une badass, mais qui lorsqu'elle a une guitare à la main, peut affronter tous les monstres. Sa quête sera difficile, mais c'est avec une autre jeune femme, Mélanie Guttierez et JD, le viking sous médocs, qu'elle s'accomplira et se finalisera dans le désert près de Las Vegas lors du concert géant du Blind King.
Le titre original du livre est "we sold our souls" : nous avons vendu nos âmes, mais à qui, pourquoi et quel est le prix à payer ? Kris va le démontrer en pistant le Blind king, en usant de son talent de guitariste, en retrouvant l'énergie qui l'avait amené à la guitare et en reprenant une chanson qu'elle n'avait jamais chanté en live "The Door with Cerulean Hue". Cerulean, c'est une des nuances de la couleur bleue, le bleu ciel, un bleu hypnotique, "cerulean", un mot hypnotique aussi d'ailleurs.
Une très belle surprise ! Faut-il dire que j'ai aussi pensé à David Lynch et au personnage de Ronette Pulaski, qui survit à Bob dans Twin Peaks ? Foncez lire ce livre : il arrache et quelle culture musicale !
Commenter  J’apprécie          40
Grady Hendrix est un auteur, journaliste, orateur et scénariste américain. Il vit à Manhattan et a été l'un des fondateurs du Festival du film asiatique de New York. Détruire tous les monstres, son nouveau roman, vient de paraître.
Kris, proche de la cinquantaine, réceptionniste d'un hôtel minable dans un petit bled de l'Amérique profonde, vit assez misérablement. Pourtant, il y a plusieurs années, elle a failli connaître la gloire en tant que guitariste et leader avec son groupe de rock mais Terry, le chanteur, a tout fait foiré. Pire, après la dissolution du groupe, il est devenu une rock-star en piquant tous les droits sur les chansons de Kis. Quand Terry fait de nouveau la une des médias à la veille de sa méga tournée, pour Kis c'en est trop, elle va lui faire rendre gorge et payer son dû…
Je ne sais pas très bien pourquoi j'ai ouvert ce roman et le début m'a fait craindre le pire, pourtant une fois terminé, même si ce n'est pas de la grande littérature et qu'il reste dispensable, ce bouquin recèle beaucoup de bonnes choses. Thriller et horreur dans le monde des hard-rockers et du heavy metal, Welcome to The Magical Mystery Tour, mais n'oubliez pas vos boules Quiès !
Pour en finir avec le pitch, il s'agit d'une version très moderne et approximative du mythe de Faust. Ici, Terry a fait un marché avec le Démon, à lui la gloire et les richesses, en échange il offre au Diable les âmes de tous ses fans. C'est là que réside l'horreur mais, amateurs du genre, sachez qu'elle reste assez discrète dans le récit, plutôt une ombre ou une épée de Damoclès au-dessus de la tête des protagonistes. le thriller lui est bien plus réel. Kis va d'abord tenter de retrouver ses anciens partenaires et quand le premier va se faire abattre avec sa famille sous ses yeux, la cavalcade infernale va se mettre en branle…
Les bons points du livre sont nombreux. Les metalleux amateurs de Black Sabbath, Behemot ou Slayer vont se régaler et les autres, s'ils ont cette curiosité, accepterons cette immersion dans ce monde aux codes et références mystérieuses et sataniques. Tout ce qui a trait à la musique, technique instrumentale et ressenti des musiciens est excellemment décrit. Deux longs et très bons moments, la fuite de Kris échappée d'une clinique où elle avait été retenue prisonnière, par des souterrains et des boyaux très étroits avec cafards et scolopendres, claustrophobes retenez votre souffle.
Et puis il y a l'apothéose finale qui donne tout son relief à ce livre : un méga festival rock dans le désert proche de Las Vegas où Kris, parvenue au prix de milles embûches à accéder à la scène devant des milliers de spectateurs, va défier Terry sous les projecteurs et les Démons dans l'ombre, guitare à la main. Sa musique plus forte que tout, neutralisant le Mal et offrant la rédemption à son esclave. Croyez-en mon expérience des concerts, à lire cet épilogue vous sentirez les vibrations monstrueuses de la foule et vos oreilles vont tinter longtemps après avoir terminé votre lecture.
Un bouquin dispensable pour certains, oui. Un début banal, peut-être. Mais quand le roman trouve son rythme on ne le lâche plus et ce final grandiose fait de bruit et de fureur, les potards à fond, la sono qui explose, la sueur et les transes…
Roman sur l'intégrité artistique et ceux qui n'hésitent pas à vendre leur âme au diable (métaphore ou non) au sein d'une communauté musicale très particulière, avec son esthétisme, ses chapelles et ses rites. Si vous n'êtes pas des familiers, c'est l'occasion de faire connaissance.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Chaque chanson était la même. C’étaient des chansons pour les gens qui avaient peur d’ouvrir leur boîte aux lettres, dont le téléphone ne sonnait jamais pour une bonne nouvelle. C’étaient des chansons pour les gens qui attendaient le bus au carrefour. Les gens qui sautaient de créanciers en bazars Tout à un dollar, d’agences de recouvrement en bureaux des HLM, de tribunal des affaires familiales en service des urgences, attendant un chèque qui ne venait jamais, attendant une citation à comparaître, un coup de fil officiel, un coup de chance, écrasés sous la roue.
Commenter  J’apprécie          20
Ils contrôlent tout, ils nous affament, ils nous maintiennent en état de souffrance, ils font en sorte que nous restions distraits. Tu as remarqué comme ce monde est devenu sans âme ? Comme il est devenu vide et préfabriqué ? Les vies sans âme sont creuses. Nous remplissons la terre de villes sans âme, nous nous polluons nous-mêmes avec des albums sans âme. Lorsque l’âme est retirée, elle laisse un trou, et nous essayons de remplir ce trou avec tout un tas de choses – Internet, les théories conspirationnistes, CNN, les drogues, la bouffe, mais il n’y a une chose à l’intérieur de ce trou, Kris, et c’est Black Iron Mountain. C’est notre geôlier et c’est notre geôle : une faim éternelle, insensée, qui ne peut jamais être comblée, une plaie qui ne peut jamais guérir, un désir artificiel de consommer. Notre faim nous enferme dans une prison grande comme le monde. Il n’y a pas d’échappatoire.
Commenter  J’apprécie          00
Dans le metal tout commence par Sabbath , le tout premier groupe de métal, les original losers de Birmingham , au milieu de nulle part, ceux qui avaient forcé le monde à dresser l’oreille pour les écouter.
Commenter  J’apprécie          20
L'os blanc de sa gorge était complètement à nu, et elle vit un noeud de cartilage qui montait, puis redescendait péniblement quand il essayait de parler. Il ne lui restait que quelques poils de barbe et sa joue gauche était complètement partie, dessinant un sinistre sourire en coin. Sa mâchoire déboitée dépassait, lui donnant un air grotesque, comme s'il était prognathe d'un seul côté. Son oeil gauche était un trou d'où coulait une gelée blanche.
Commenter  J’apprécie          00
Elle ne s'inquiéta pas, elle ne sourit pas, elle ne se sentit pas incongrue.
Une fille avec une guitare n'a jamais besoin de s'excuser de rien.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (89) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Horrorstör" de Grady Hendrix.

En quel couleur est habillé l'homme qu'Amy voit près des lits superposés ?

beige
orange
bleu
marron
rouge

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Horrorstör de Grady HendrixCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..