AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782702406953
Éditeur : Le Masque (30/11/-1)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Des êtres d'une beauté exceptionnelle préparent la fin du règne de l'homme.
Pour les cosmonautes du futur, il existe une fusée fantôme semblable au vaisseau fantôme des matelots d'autrefois. Et elle n'est pas moins redoutable.
Un couple d'explorateurs spatiaux recueillent, un soir de tempête, une enfant trop belle pour être humaine.
Dans la cité des Livres en ruine, un voyageur découvre un monde somptueux, envoûtant et mortel.

Dan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
OumG
  15 mars 2017
Dans les années 50 on envoyait des boules bipantes dans l'espace. Et des chiens, des chimpanzés, des humains. Mais juste pour un petit tour de manège. Pendant ce temps d'autres avaient déjà visité les galaxies, les peuplant de « chose fantastiquement belles ». Ainsi dans ces 8 contes de Nathalie et/ou Charles Henneberg.
Un espace foisonnant et traversé par un souffle vital. Qui abolit les frontières de la vie et de la matière. Plantes prenant forme humaine pour mieux aimer. Surhommes d'origine non humaine. Principes vitaux originels s'incarnant. Artistes offrant à des cristaux des essences mythologiques. Mutants découvrant le pouvoir génésique du chant. Un univers qui me fait penser aux Naufragés du Temps.
J'ai cherché en vain Orphée chez Silverberg. Eh bien je l'ai trouvé ici. Sous une forme pure. Celle d'une science fiction lyrique. Où l'arme suprême des dénébiens est une grenade qui libère les capacités créatrices. Un style inimitable. La beauté et l'amour au temps des pluies de cristaux. Qui apportent le rêve minéral à l'humanité.
« La Fosse du Cygne bouillonnait de soleils obscurs, Altaïr à son état pur était un océan de rubis. Les Pléïades venaient à sa rencontre, elles éclataient, elles s'éparpillaient en tourbillons d'astres fous, les géantes et les naines retombaient en d'étincelantes cascades et se fondaient et se résorbaient en un énorme et unique brasier. Une douleur lancinante se muait en volupté. La griserie charnelle se confondait avec le délire cosmique. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          277
Vermer
  22 mai 2017
Bon, 8 nouvelles assez originales dans les thèmes (la vie végétale ou minérale par exemple) mais qui restent assez moyennes dans le traitement. Les descriptions ne sont pas toujours claires, les personnages assez distants et la progression dramatique des histoires n'est pas toujours prenante.
Bref, c'est intéressant d'un certain point de vue (les idées et thèmes) mais sur le traitement et le plaisir de lecteur c'est un peu limité j'ai trouvé.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
OumGOumG   10 mars 2017
Jusque là, sa vie sur Dzêta d'Antinoüs n'avait été qu'harmonie végétale. Sa colonie de Cattleyas labiées, blanches et nacrées, vivait en symbiose dans les branches d'un grand magoustan. Les nuits étaient violettes, avec un essaim orangé de satellites dansants ; les cascades frissonnaient dans leurs nuages de diamants et le parfum vanillé des fleurs d'angrec affolait la jungle.
Les végétaux supérieurs de Dzêta possédaient beaucoup d'imagination et une étonnante faculté de mimétisme : ils adoptaient à volonté les formes et les apparences - les orchidées phalénopsis imitaient les danses des Morios de velours, les Densiflorum bâtissaient des paysages de perles et les nymphéas géants, des symphonies de parfums.
La création d'images et de sensations était incessante, elle correspondait probablement au besoin que les autres planètes appellent l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
OumGOumG   06 mars 2017
Frissons de flots, baisers de sirènes… Tu te levas, Erwin, et faillis crier de ravissement. Les mains au niveau de tes oreilles, tu percevais ce rythme qu’on t’avait volé – le glissement des vagues sur le sable, le bruit lent et quasi religieux de l’océan. Enfin, tu l’entendais, la première mélodie ! Et tout fut simple, tout fut ouvert devant toi. Tu sentais le brouillard de la mer atteindre d’abord tes chevilles, tes coudes, puis ton torse de dieu adolescent et tes lèvres, enfin, où il se posait comme un long baiser. L’incessante harmonie de l’océan montait avec la brume, avec cette sensation de douceur intolérable – elle faisait partie de toi, elle était toi, et tu étais elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82

autres livres classés : orphéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3181 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre