AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marie de Hennezel (Autre)
EAN : 9782266318556
Éditeur : Pocket (18/03/2021)
4.11/5   9 notes
Résumé :
" Je remets en cause la folie hygiéniste qui, sous prétexte de protéger les personnes âgées arrivées dans la dernière trajectoire de leur vie, impose des situations proprement inhumaines. "

Les seniors sont au cœur de la crise que nous connaissons du Covid-19 : 71% des décès directement issus du virus Covid-19 sont des personnes âgées de 75 ans et plus. Les protéger est un objectif politique majeur. Mais si, voulant les protéger, nous les asphyxiions ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
1967fleurs
  08 mai 2021
Marie de Hennezel est une grande autrice française, psychologue clinicienne, psychothérapeute.
Elle a oeuvré notamment dans les soins palliatifs, le SIDA. En 2002, le ministre de la santé et de la famille et des personnes handicapées, Jean François Mattei, lui confie une mission et un rapport à rédiger sur la fin de vie.
Sa préoccupation principale est d'aider à bien vieillir, bien mourir.
L'Adieu interdit est son dernier opus, « il y a urgence de préserver notre humanité ».
Face à cette crise sanitaire, la dignité de mourir est compromise. le confinement strict a basculé les personnes vulnérables dans une rupture brutale des liens affectifs, avec l'interdiction formelle des visites. Elles n'ont pas compris les raisons et ont perdu le goût de vivre.
Enfermés dans leur chambre sans pouvoir aller et venir, elle n'ont rien compris de cette privation de liberté.
Beaucoup de personnes se sont repliées sur elles-mêmes, pour les plus fragiles psychologiquement, « elles se sont enfoncées un peu plus dans leur solitude intérieure ».
Parmi les morts, il est impossible de savoir ceux atteints du COVID et ceux morts de solitude et de chagrin.
Les médecins, soignants, familles se sont retrouvées face à une absence d'éthique confrontés à des mesures prises qui ont généré de l'inhumanité et de l'indignité.
Cela a engendré beaucoup de chagrin pour les familles, l'impuissance des soignants, face à un interdit de pouvoir dire au revoir.
Dans certains EPHAD, le personnel soignant s'est autorisé à oeuvrer pour qu'un dernier signe de vie puisse s'établir entre le mourant et sa famille afin de se dire au revoir une dernière fois.
Les morts du COVID sont mis en bière nus dans une housse sans leur famille, avec un nombre de personnes limitées aux funérailles…
« Boris Cyrulnik n'a pas peur de dire que le prix de cette pandémie et des décisions politiques prises pour protéger - sera élevé pour nos sociétés-
J'ai hésité à acheter ce livre, mais cela aurait été bien dommage car cette autrice fait avancer la pensée de tous avec humilité et pertinence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          602
MELANYA
  19 juin 2021
C'est une lecture pas bien réjouissante par son sujet, que je me suis décidée à lire "L'adieu interdit" (Editions Plon), de Marie de Hennezel (de son vrai nom Marie Gaultier de la Ferrière), psychologue, psychothérapeute française.
On sait d'elle, qu'elle est très engagée dans les problématiques de fin de vie. de 1987 à 1996, elle s'est impliquée dans la première unité de soins palliatifs. En 2000, elle a rendu un rapport sur la fin de vie en France, un rapport qui a inspiré la "Loi Leonetti", concernant le droit des malades à avoir une fin de vie digne.
Cela est arrivé en pleine pandémie de la Covid-19 qui a entraîné des confinements, des restrictions, des interdictions, et malheureusement, de nombreux décès pour lesquels de nombreux proches de ces victimes n'ont pas pu leur dire adieu. Comment faire son deuil dans ces conditions ? Quant aux "vivants", dures ont été toutes ces mesures - on les a supportées non sans mal mais on l'a fait en espérant approcher de la fin de cette catastrophe internationale. Mais là, point d'interrogation.... et un grand.
Nous avons été nombreux à écouter les allocutions gouvernementales faisant le point, semaine après semaine - à porter un masque lors de nos sorties - mais ceux qui étaient dans les hôpitaux ne pouvaient pas recevoir de visites - sans oublier le personnel soignant qui a été durement touché lui aussi.
Marie de Hennezel évoque les EPHAD avec toutes les personnes âgées et donc très vulnérables - du manque de matériel et de lits dans les hôpitaux - les conditions inhumaines qui ont été imposées lors du confinement. Elle espère que nous ne vivrons "plus jamais ça". Mais n'oublions pas que "nous sommes tous mortels."
Préférant ne pas "m'étaler" sur se sujet puisque tout le monde est au courant, je dirai :
"Il y a urgence de préserver notre humanité." On verra bien et de toute façon, ne dit-on pas que l'espoir fait vivre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Promenonsnousdansleslivres
  18 avril 2021
A mettre entre toutes les mains
#mariedehennezel nous révèle l'envers du décor de cette crise sanitaire en toute honnêteté, sans épargner les détails et la gravité de la situation dans laquelle nous avons plongée il y a un an. Sans lire, sans s'intéresser au multiples témoignages, sans l'avoir vécu nous ne pouvons pas nous imaginer l'ampleur des dégâts que toutes ces restrictions ont générées. Dans cet ouvrage l'auteure psychologue clinicienne et humaniste a mené une enquête auprès de services de soins palliatifs, d'ehpad, de personnels soignants qu'elle a pu elle même voir en consultation et le verdict est cinglant et bien plus horrible que ce que l'on peut s'imaginer. Manque de matériel, un isolement meurtrier et pour la première fois dans notre humanité l'impossibilité de dire aurevoir à un proche et ne pas pouvoir assister à ses funérailles entrainant des conséquences psychologiques devastatrices, absence de soins de thanatopraxie. L'auteure dénonce l'éthique mise à mal après des années de travail pour certains protocoles d'accompagnement de fin de vie notamment en soins palliatifs. Elle offre aussi un hommage à toutes ces personnes qui ont été présentes quoiqu'il en coûte, qui se sont adaptées aux moyens du bord, mettant en place des systèmes alternatifs pour compenser les besoins materiels ou humains. Mais elle parle aussi de ces responsables d'établissements qui ont transgressés les règles par humanité et qui ont de ce fait sauver des vies. Ouvrage indispensable pour notre humanité !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          26

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   14 mars 2021
La seule chose qui doit guider l'accompagnement, c'est l'écoute et la présence. Même quand la mort est statistiquement prévisible, il reste une parte d'imprévisible.
J'ai remarqué que la présence physique, tactile, rassure. Le mourant ne pose plus la question du temps qui reste. Ce qui compte, c'est la relation qu'il a encore avec une personne qui lui est chère. (p. 88)
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Marie de Hennezel (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie de Hennezel
Marie de Hennezel et Bertrand Vergely présentent leur livre «Une vie pour se mettre au monde » à la librairie La Procure à Paris. [Émission tournée le 21 juin 2010] Retrouvez le livre : https://www.laprocure.com/vie-pour-mettre-monde-marie-hennezel/9782253157953.html
Suivez la librairie La Procure sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/LaProcure/ Twitter : https://twitter.com/laprocure Instagram : https://www.instagram.com/librairie_laprocure/?hl=fr
autres livres classés : personnes âgéesVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
356 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre