AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 978B09F3WDH2Z
Librinova (01/10/2021)
4.66/5   225 notes
Résumé :
« Quand je les vois, tous autour de moi, je me demande pourquoi ils m’en veulent autant… Je ne sais plus quoi faire ni où aller. Que leur ai-je fait pour voir autant de haine et de moqueries dans leurs yeux ? »

À 16 ans, Thomas est un lycéen doué, sportif et séduisant, qui a toutes les cartes en main pour réussir. L’image qu’il renvoie se rapproche pourtant de celle d’un tyran. Tous les élèves le craignent, lui et ses deux meilleurs amis. Tous, y comp... >Voir plus
Que lire après Ne renonce pasVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (123) Voir plus Ajouter une critique
4,66

sur 225 notes
5
79 avis
4
31 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis
Un roman sur un sujet primordial et d'autant plus à notre époque où les réseaux sociaux ont une telle importance dans la vie des adolescents : le harcèlement. Un roman qui me laisse pourtant une impression mitigée. Il y a des choses que j'ai beaucoup aimé, et pas forcément celles auxquelles je m'attendais, et des éléments qui m'ont laissé sur ma faim.
Thomas est un jeune lycéen à qui semble-t-il tout réussit, même si sa vie familiale est réduite à presque rien, un père absent, un frère beaucoup plus âgé qui ne vit plus à la maison et une mère prise par sa vie professionnelle et absente quasiment en permanence. Alors pourquoi éprouve-t-il le besoin d'être détestable envers la plupart de ses condisciples et d'aller jusqu'au harcèlement envers quelques-uns. Jusqu'au jour où …

J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce roman, j'ai trouvé le début difficile à lire, par le style et par la manière de raconter. Les phrases sont souvent courtes, beaucoup de dialogues, beaucoup de choses s'enchainent. J'ai trouvé que cela manquait de contexte et de mise en perspective, avec des enchainements que je n'ai pas toujours trouvés très fluides. Les rapports entre les trois adolescents caïds du lycée m'ont paru quelquefois artificiels, ce qui à la lumière de la suite, n'est peut-être pas surprenant. Il est vrai que je ne suis pas une grande lectrice de littérature pour adolescents, et que ceci explique peut-être cela.
Et contrairement à ce que je craignais, à la lecture du résumé, c'est quand l'aspect fantastique entre en scène, que j'ai commencé à apprécier plus cette lecture. J'ai eu l'impression que Thomas prenait enfin le temps de réfléchir et ne se contentait plus de suivre aveuglement ses amis. J'ai aimé la façon dont l'auteure joue avec cette dimension et comment cela permet à Thomas d'avancer dans sa compréhension de ce qu'il a fait.
Thomas est un personnage complexe, qui m'a mise mal à l'aise parfois. On est désarçonné par son attitude : je l'ai trouvé complètement imbuvable au départ non seulement au lycée, mais dans ses rapports avec les autres personnes qu'il croise, sans que l'on comprenne vraiment, malgré ce que nous en dit l'auteure, ce qui l'a rendu aussi détestable. Et puis, la roue tournant, il va se retrouver en mauvaise position lui aussi, ce qui va l'obliger à réfléchir et à s'ouvrir un peu plus à ceux qui l'entourent.

Même si mon ressenti de lectrice reste mitigé, ce qui n'est pas le cas de nombreux lecteurs d'ailleurs, je trouve important de mettre en avant le thème de ce livre. L'auteure, que je remercie pour sa confiance, le fait ici de façon originale, puisque le héros du livre est un de ceux qui harcèlent. L'auteure montre très bien aussi comment le corps enseignant et administratif peuvent ne pas jouer leur rôle de rempart contre ses agissements et laisser faire, voire participer.
Commenter  J’apprécie          5013
700 000 élèves sont harcelés chaque année. En primaire, au collège ou au lycée, le harcèlement scolaire est un fléau qui touche beaucoup trop de personnes et qui devrait être notre combat à tous. Ce fut avec joie que j'ai découvert qu'à travers son nouveau roman, « Ne renonce pas », qu'Anne-Sophie Hennicker a décidé de mener son combat. Elle aura apporté sa pierre à l'édifice grâce à ce roman qui est, sans peser mes mots, bouleversant.

Dans cette nouvelle oeuvre, nous faisons la rencontre d'Elena, victime de harcèlement, et de Thomas, son bourreau. Nous allons suivre le chamboulement de ces deux vies dans le contexte scolaire où les conséquences d'un harcèlement seront sans pitié.

Comme je le disais un peu plus haut, ce livre est bouleversant. J'ai arrêté de compter le nombre de fois où j'ai eu une boule au ventre en découvrant les atrocités que pouvait subir Elena. Force est de constater que son sort est bien trop commun à d'autres étudiants à l'heure actuelle. Thomas, qui aura fait vivre un véritable enfer à Elena avec l'aide de ses deux amis, va voir sa vie basculer. de par ses actes, il aura provoqué sa propre descente aux enfers.

À maintes reprises, j'ai voulu avoir le personnage en face de moi pour pouvoir le secouer et lui remettre les idées en place. En fin de compte, je me suis attachée aux protagonistes sans réellement en prendre conscience. J'ai aimé voir les retournements de situation, les parcelles d'espoir, mais aussi le petit côté fantastique de l'histoire. Car oui, contre toute attente, à cette intrigue, viennent se mêler des petits événements qui relèvent du fantastique. Pour en savoir plus, il faudra bien évidemment lire le roman, je ne voudrais pas vous gâcher la surprise.

« Ne renonce pas » est un maelstrom en matière d'émotions ; tantôt, j'étais énervée, tantôt, j'avais la larme à l'oeil. le succès de ce roman est dû, selon moi, à sa capacité à susciter des émotions diverses tout au long de notre lecture. Anne-Sophie Hennicker aura réussi un tour de force, grâce entre autres à sa plume fluide, en me faisant aimer un genre pour lequel je n'ai aucune affinité en temps normal. Malgré le fait de ne jamais avoir été confrontée au harcèlement, je me suis sentie concernée de manière indirecte dans la mesure où je me suis rendue compte que, parfois, un acte assez simple peut changer les choses.

Je pense que beaucoup de gens gagneraient à lire ce roman, surtout les adolescents qui pourraient se reconnaître d'une manière ou d'une autre dans ce récit. Comme la morale de cette histoire le dit si bien, chacun d'entre nous a le pouvoir de rendre le monde meilleur, il ne faut pas attendre de se trouver en difficulté pour remettre nos actes en question…
Lien : https://alloverthebooks.word..
Commenter  J’apprécie          382
Une histoire de vengeance, mais aussi de rédemption. Ne renonce pas oscille, avec justesse, entre réalisme et fantastique, une bonne combinaison pour que le lecteur reste scotché aux pages.
Sur la route du lycée, Thomas est rejoint par ses deux meilleurs amis, Caleb et Ashley. Il s'était préparé chez lui, sans croiser personne, sa mère est en voyage et son père aux abonnés absents.
Dès qu'ils arrivent au lycée, les jeunes gens cherchent Elena des yeux. Elle est leur souffre-douleur.
L'intrigue est longue à démarrer, mais une fois qu'elle a commencé, je n'ai pas pu lâcher le livre, trop hâte de connaître la suite. L'auteur sait mener l'intensité dramatique.
Dès le début, Thomas est attachant même si j'ai eu du mal à trouver une cohérence entre le Thomas dont on suit la vie quotidienne et le Thomas harceleur qu'il est pourtant. C'est bien vu de la part de l'auteur ; si tous les harceleurs n'étaient que des monstres, ce serait plus simple, alors que ce comportement haïssable touche beaucoup de jeunes.
Une intrigue originale pour un thème important.

Lien : https://dequoilire.com/ne-re..
Commenter  J’apprécie          440
Un roman young adult qui parle de harcèlement scolaire mais du point de vue du harceleur. Tel est le défi que s'est lancée Anne-Sophie Hennicker dans cette histoire qui flirte avec le fantastique. Une jolie histoire de rédemption.

Un thème de société : le harcèlement scolaire

Dès le début du roman, le ton est donné grâce aux triggers warnings situés avant l'histoire : il sera question de harcèlement scolaire. Celui d'Elena, une jeune fille discrète, à la marge, un peu artiste, qui a des difficultés à s'exprimer et qui est devenue la souffre-douleur du premier de la classe.

Son bourreau s'appelle Thomas. Issu d'une famille aisée, beau garçon, premier dans tous les domaines, y compris dans sa pratique sportive, il prend un malin plaisir à harceler physiquement, moralement, virtuellement ceux qui passent sur sa route. Elena est son jouet particulier sur lequel il s'acharne, tout en gardant intacte sa couverture de jeune homme bien sous tous rapports.

Dans la première partie de l'histoire, l'autrice nous décrit ce que subit Elena du point de vue de Thomas : le harcèlement au lycée et en dehors du lycée, le manque de soutien des enseignants, un carnet dans lequel elle confie ses peines, un isolement total, l'absence d'amis, les faux-espoirs. On reconnaît là tous les éléments qui pourraient conduire dans la vie réelle à une dépression pour la victime, voire à des appels à l'aide que personne ne souhaite entendre avant l'inévitable. En cela, l'autrice dresse un portrait très juste de la situation et décrit un contexte assez complet sur le sujet.

En parallèle, elle nous dresse un portrait de Thomas tout en nuances pour expliquer les raisons qui le pousse à agir ainsi : une pression maternelle constante pour réussir, l'absence d'un père dont il ne faut pas parler, un frère considéré comme un exemple à suivre et un lâche qui l'a abandonné à une vie avec sa mère, une gouvernante plus maternelle et présente que sa mère. Et surtout, des amis toxiques qui cherchent à profiter de lui et de son influence sans qu'il en ait conscience.

Même si on connaît les raisons qui poussent Thomas à harceler Elena, on ne peut que le détester au début de l'histoire. Heureusement pour lui, un évènement va lui faire prendre conscience qu'il est allé trop loin, ce qui fait entrer le roman dans le fantastique.

Une touche de fantastique

Dans la seconde partie du roman, l'autrice nous fait plonger dans le fantastique lorsque Thomas découvre le carnet d'Elena. Grâce à lui, il va revivre en direct tout ce qu'il a fait subir à la jeune fille mais de son point de vue à elle : ses faux-espoirs lorsqu'il l'a invitée pour son anniversaire, la découverte de l'identité de son correspondant mystérieux, l'abandon de sa seule amie partie déménager, une belle-mère étouffante, l'absence de sa mère décédée, un père absent et aveugle, le mépris des enseignants.

Telle une enquête, il va remonter le fil de toutes les souffrances vécues par la jeune fille et en découvrir de nouvelles auxquelles il n'était pas associé, mais qu'il a contribué à alimenter sans le savoir. Cette partie est bourrée de suspense et difficile à lâcher !

Thomas va réfléchir à son attitude, revoir ses priorités de vie, mais cela ne plaira pas à tous : de bourreau, il va devenir lui-même victime en devenant le souffre-douleur de toute la classe suite à un incident.

Et c'est là que tout va basculer réellement : à force de vivre ce qu'à vécu Elena et en devenant la nouvelle victime, il va profondément changer et se repentir. On passe par une multitude d'émotions tout comme lui dans cette partie du roman.

J'ai beaucoup apprécié cette partie car le côté fantastique du carnet indestructible et mystérieux ajoute une note intéressante dans cette histoire de harcèlement scolaire. Il permet aussi de voir l'envers du décor à travers les yeux de la victime. En ce sens, il m'a fait penser au livre 13 reasons why de Jay Asher, même si le propos n'est pas le viol ici.

C'est également le moment du livre où évoluent le plus les personnages : Thomas tout d'abord, mais aussi Caleb et Ashley, ses "amis" qui ont tout autant une vie pourrie mais se gardent bien d'en parler et préfèrent pourrir celle des autres à la place.

Un bourreau repenti

Dans la dernière partie de l'histoire, Thomas devenu victime essaie de s'en sortir. A l'inverse d'Elena, il va pouvoir compter sur le soutien de certains membres de sa famille et découvrir que la solitude n'a pas forcément du bon. Au lieu de tomber dans la dépression, il va s'efforcer de racheter ses fautes et d'avoir une vie normale tournée vers la lutte contre le harcèlement.

Pour moi, cette partie du livre était intéressante pour en découvrir davantage sur la famille du héros et surtout ses liens d'enfance avec Elena. On en apprend aussi sur le métier de naturopathe et de psycho praticien.

C'est surtout la revanche du héros contre le système et contre lui-même : il apprend à mieux s'accepter et souhaite lutter contre tout ce qui lui est arrivé à lui et à Elena. Ce sera une belle conclusion pour lui même si on garde en mémoire tout de même ce qu'il a fait subir à la jeune fille.

A ce moment du roman, je me suis interrogée sur la vraisemblance de l'histoire et son application IRL : dans la vie réelle, est-ce que quelqu'un comme Thomas pourrait exister ?

J'en ai conclu que cette histoire apporte une bonne dose d'espoir face au sujet qu'est le harcèlement scolaire en proposant aux bourreaux d'éprouver de l'empathie pour leurs victimes. Il faut des livres ce type pour éveiller les consciences à ce sujet, même si la fin est un happy ending en demi-teinte.

Quelques bémols de lecture

Si l'histoire en elle-même est assez prenante et plutôt bien conçue, j'ai commencé à vraiment apprécier le roman quand il entre dans la partie fantastique avec la découverte du carnet d'Elena par Thomas. Auparavant, l'histoire est un peu longue à se mettre en place et certains passages sont assez difficiles à lire quand on évoque le harcèlement dont est victime Elena. Heureusement que l'autrice a mis en place des trigger warning en début d'histoire pour prévenir le lecteur.

Dans la première partie de l'histoire, la partie concernant la correspondante mystérieuse de Thomas n'a pas été difficile à élucider et je me suis demandée si elle était vraiment nécessaire pour le reste de l'histoire.

Je n'ai pas réussi à situer géographiquement cette histoire et cela m'a un peu gênée car j'aime bien savoir où se situe l'action., mais peut-être suis-je trop âgée pour ce livre (?). Certains élèves ont des prénoms américains (ex : Caleb, Ashley), sauf le héros qui a un prénom français. J'ai eu l'impression de me retrouver dans un univers entre les Etats-Unis et la France. C'était assez déroutant pour moi. J'ai supposé que l'intention de l'autrice était peut-être de renouer avec certains romans young adult américains à travers son histoire.

Enfin, je n'ai pas compris le titre du livre. J'ai saisi après qu'il faisait référence à la nécessité pour Thomas de s'accrocher à sa rédemption, mais il m'a semblé moins coller avec le début de l'histoire.

En résumé : Dans ce roman young adult à la sauce américaine, Anne-Sophie Hennicker aborde avec justesse les rapports victime-bourreaux dans les cas de harcèlement scolaire. Elle va même plus loin en nous montrant une histoire de bourreau repenti en apportant une touche fantastique à son récit. Un joli exemple dont il faudrait s'inspirer IRL pour lutter contre ce fléau qui touche nombre d'élèves chaque année.

Je tiens à remercier l'autrice qui a eu la gentillesse de m'envoyer son roman en service-presse. Merci pour la découverte, j'ai beaucoup apprécié ma lecture !
Commenter  J’apprécie          40
La couverture du roman est sublime, dessinée par l'auteure elle-même, siouplé !

L'histoire donc, vous l'avez saisie, c'est Thomas, lycéen bg intello d'sa race qui fout l'dawa dans son lycée avec ses deux meilleurs potes, qui intimide les autres et qui prend pour cible une fille. Isolée, seule, malheureuse, c'est leur punching-ball.

Thomas, au début du livre, c'est typiquement l'mec de série insupportable qui s'croit tout permis et qui croit qu'il est super cool. le mec à qui on foutrait volontiers deux trois baffes en passant histoire de l'calmer. Ses potes n'en parlons pas. Quand vous saurez de toute façon...

Puis tout part en steak version haché de chez haché. le monde de Thomas s'effondre en même temps que celui de quelqu'un d'autre.
Au début, c'est la phase de déni et de colère. Il ne veut pas comprendre, ne peut pas.

Puis d'autres sentiments viennent dans sa tête, son coeur. le bg n'a plus la même assurance, ni les mêmes visions de la vie.
Un mystérieux objet s'impose à lui, avec son passé et sa souffrance. Un objet qui va guider Thomas au fond de lui, de ses souvenirs et de ceux du possesseur. Une quête de soi, de sentiments, de pardon et de remords dévoreurs d'âme.

C'est donc l'histoire d'un harceleur, de son point de vue, et c'est vraiment une merveilleuse idée.
L'histoire de harcèlement scolaire, moral, physique, virtuel...

Si mon devoir m'interdit d'en dévoiler plus sur l'histoire, je peux au moins dire qu'elle est sublime, triste, dramatique. Qu'elle est une porte ouverte sur la compréhension, la vérité. Qu'elle ouvre les yeux des bourreaux, qu'elle donne la voix aux victimes. Que les deux peuvent y trouver une force. Celle de s'arrêter, ou celle de dénoncer, d'appeler à l'aide.

C'est un roman qui possède une immense force morale, une immense force de frappe. Il vise le coeur et l'âme.
Tous ceux qui souffrent/ont souffert se reconnaîtront.
Tous ceux qui font/ont fait souffrir se reconnaîtront.
Et chacun d'eux pourra y trouver une aide pour recevoir la paix.

La force du livre, c'est ce message universel d'amour, fraternel, familial, amical... au travers de ce drame qu'on sent dès les premières pages et qui remet en question tellement de choses. Qui nous fait poser un regard sur nos jeunes, nos camarades, nos ennemis et nos amis, nos enfants, notre famille... Qui permet de dire que tout est possible, tout peut changer.

Une écriture fine et langoureuse, qui fait durer les choses, une écriture mûre, probablement beaucoup plus que le dernier que j'ai lu de l'auteure. Une part de l'âme de Anne-Sophie est imprimée entre les pages de "Ne renonce pas", ça se sent avec une poigne au coeur.

Je lis très peu de romans de ce genre, encore moins destinés aux adolescents. Je ne regrette pas du tout de m'y être plongée. J'ai eu les larmes aux yeux plusieurs fois. La B.o que l'auteure nous a distillée n'y est pas pour rien et se prête au propos.
Chaque mot, phrase, acte choisi possède son propre écho en chacun de nous.
Le film du livre se déroule tout seul dans la tête.

Même si ça paraît un peu exagéré au début, voir trop "ado", c'est normal, c'est le public visé et selon moi, c'est un excellent point de départ pour accrocher la ceinture du lecteur pour l'aventure d'une vie qui va se dérouler sous ses yeux.

J'ai bien aimé cet habile jeu de sentiments ambigus qu'on pouvait ressentir pour Thomas. de la colère à la pitié, la compassion. de voir ce cheminement moral chez certains personnages. Une maitrise totale de leur psychologie.
Elena, ce personnage tout en souffrance... très beau. Une belle jeune fille qu'on pourrait croire réelle... ce qui rend le tout encore plus poignant.
Combien d'Elena y-a-t-il dans le monde ?
Combien de Thomas ?
Beaucoup. Beaucoup trop.
Le harcèlement est un fléau. Un vrai. Un qui tue. Ce n'est pas rien.

Je ne peux qu'applaudir pour cet excellent roman qui, je l'espère, pourra venir en aide aux victimes de harcèlement scolaire, mais aussi les victimes de la vie familiale, les victimes d'abus sexuels, les victimes tout court. Qui ne devraient pas l'être. Qui devraient dénoncer.
L'auteure a réussi cet exploit d'imbriquer différentes souffrances qu'on tait tous, que je viens d'énumérer, en un livre qui devrait être distribué dans les collèges et lycées.

Une histoire magnifique, toute dramatique qu'elle puisse être.

J'ajouterais, en plus de recommander chaudement ce roman aux adolescents (et même aux adultes pour apprendre les signes et les aides qu'on peut apporter à nos jeunes -- Je pense le faire lire à mes enfants quand ils seront en âge. ) :

NE RENONCEZ PAS
NE VOUS TAISEZ PAS
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
Selon moi, chaque personne possède trois visages : le premier, c’est celui qu’elle montre aux inconnus. Le second, celui qu’elle dévoile à ses amis proches, sa famille et à l’être venu sur Terre pour l’accompagner jusqu’à la fin de sa vie. Et le dernier… c’est le plus sombre. Celui qu’elle ne montre à personne, et qui cache le plus de dangers. Et je connais quelqu’un qui se trouve dans ce cas…
Commenter  J’apprécie          180
Il arriva devant l’établissement en même temps que les premiers élèves aussi matinaux que lui. Ceux qui le reconnurent lui adressèrent un sourire ou un signe de la main pour le saluer, tandis que Thomas avançait la tête haute, fier comme un coq, et dégageant toujours cette assurance qui les intimidait. Personne n’osait venir le voir pour lui parler, ayant conscience que si quelqu’un l’embêtait, il ne se priverait pas pour l’humilier par la suite.
Commenter  J’apprécie          90
Quinze minutes
La rue, menant au plus grand cinéma du pays, était noire de monde. Parmi la foule qui se bousculait, des journalistes tentaient de se frayer un chemin pour ne rater aucune miette du spectacle. Parfois même en usant de la force pour pouvoir passer.
Commenter  J’apprécie          110
M. Baltimon termina l'appel. Une fois que leur professeur eut attrapé la craie, Thomas attendit l'approbation visuelle de ses deux amis pour passer à l'attaque. Caleb et Ashley arborèrent tous deux un sourire diabolique, puis Thomas se retourna, saisit la trousse et la lança vers la poubelle. En plein dans le mille ! Des rires s'élevèrent dans la salle de classe, jusqu'au moment où leur enseignant se tourna d’un air nonchalant et découvrit ce qui se passait. Il récupéra la trousse et la présenta en cherchant son propriétaire.
— À qui appartient cette trousse ? demanda-t-il calmement, même s’il commençait intérieurement à bouillir.
— Il faudrait peut-être demander à Elena ! s’écria fièrement Thomas, qui avait du mal à masquer l'immense sourire moqueur sur son visage.
Tous se tournèrent vers la fameuse Elena, qui ne savait plus où se mettre. Elle ne désirait qu’une seule chose, disparaître de la surface de la Terre.
— Elena…Elena…commença-t-il, les yeux rivés sur l’objet qu’il tenait. Si tu ne veux pas aller la récupérer chez le proviseur, je te conseille de venir la reprendre. À moins que la première option te convienne aussi ?
Commenter  J’apprécie          10
Il se rapprocha un peu plus de la barrière, de quelques centimètres seulement. Ses cheveux volaient, tandis qu'il s'attardait sur la route. Les sons semblaient s'éloigner, remplacés par un bourdonnement sourd. Il ne sentait plus rien que le vide, l'appel du vide qui devenait de plus en plus fort. Ses mains cramponnaient fermement la barrière et son corps penchait davantage vers l'avant. Durant combien de temps résisterait-il encore ?
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Anne-Sophie Hennicker (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne-Sophie Hennicker
Mention d'Anymis, par le Portail de l'auto-édition
autres livres classés : harcèlementVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (273) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz Destins Croisés, Tome 1

En quelle classe entrent les protagonistes ?

Troisième
Seconde
Première année d'université
Ah, parce qu'ils sont scolarisés ?

19 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Destins croisés de Anne-Sophie HennickerCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..