AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782258080331
336 pages
Éditeur : Les Presses De La Cite (20/09/2012)

Note moyenne : 2.89/5 (sur 75 notes)
Résumé :
Le jour de son cinquième anniversaire de mariage, Simon Smidesang découvre sa femme au lit avec un autre. Il démissionne de son travail de journaliste et part se réfugier dans la maison de ses grands-parents, à Skogli. Là, il devient facteur et fait la connaissance de villageois tout sauf ordinaires : un couvreur passionné d'insectes et d'oiseaux. Un vieux monsieur élégant qui l'invite à faire sa pause du midi chez lui. Une vieille dame qui, chaque année à la même d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
LadyDoubleH
  14 août 2014
J'ai très peu lu d'auteurs norvégiens, aussi en découvrant ce roman récent mis en avant dans ma médiathèque, écrit par un musicien rock à succès, une histoire de mari trompé qui quitte la capitale et son métier de journaliste pour devenir facteur dans un village paumé au fin fond de la Norvège où il rencontre une ribambelle de personnages atypiques... j'ai été intriguée et pas mal emballée.
Bon, soyons honnête : mon enthousiasme est vite retombé. L'ensemble est plutôt décevant, la narration s'essouffle souvent et l'écriture est inégale. Mais je suis tout de même allée gaillardement jusqu'au bout de ce roman, portée par quelques beaux instants d'humanité (l'amitié de Simon avec Hemingby surtout, et la vie de ce vieil homme que l'on découvre petit à petit), quelques grands sourires aussi (l'épisode où Simon recueille dix poules est très réussi). Et le dépaysement d'une vie très nordique et d'un rapport à la nature vaste et ancien. L'auteur a souvent une manière dont je n'ai jamais lu la pareille de décrire les paysages : "les champs se déployaient comme une robe fraichement repassée", "le matin tergiversa un moment avant de se décider à pousser le soleil au-dessus de la colline". J'ai beaucoup apprécié cette fraicheur.
.
Un bilan mitigé donc, mais globalement pas très positif.
Il semblerait que le premier roman de Levi Henriksen, "Du sang sur la Neige" soit quant à lui mieux, voire très bien. Je le lirai sans doute, pour voir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lyoko
  27 février 2013
C'est une première pour moi de lire un livre d'un auteur venu du froid qui ne soit ni un polard, ni un thriller. Un livre qui se lit sans difficulté. Avec comme thème général le voyeurisme des petits villages,a travers les "péripéties" d'un facteur... un livre sympathique mais sans rien de transcendant
Commenter  J’apprécie          90
BMR
  18 juin 2014
Le bonheur est dans le fjord.
On avait déjà croisé le rocker norvégien Levi Henriksen avec un roman noir et froid : du sang sur la neige, pas tout à fait un polar et presque un coup de coeur.
Nous revoici à Skogli, toujours dans le même village, 'un village que Dieu a caché', mais pour un roman bien différent du précédent.
[...] Qu'auriez-vous fait si, en rentrant un peu plus tôt chez vous le jour de votre cinquième anniversaire de mariage, vous aviez découvert une voiture que vous ne connaissiez pas dans l'allée ?
Simon Smidesang, lui, décide de tout plaquer : femme infidèle bien sûr pour commencer mais aussi maison, boulot de journaliste, et tout ce qui va avec.
Du jour au lendemain ou presque, le voici désormais facteur dans la petite bourgade de Skogli. Lui qui jusqu'ici écrivait, le voici qui distribue désormais à lire. En dépit des apparences ce n'est pas si différent et il continue ce qu'il sait si bien faire : bavarder avec ses concitoyens, lui qui rédigeait des portraits de société dans son journal.
Un aimant à barjots, c'est ce que disait de lui ses anciens collègues d'Oslo.
Alors comme tout bon facteur, il se met à découvrir les administrés de Skogli et à 'faire dans l'humain' (c'est le slogan de la poste norvégienne).
Fraicheur de la nature loin de la grande ville d'Oslo, fraicheur des rapports humains loin du stress citadin, la partition est connue, jouée et rejouée et Levi Henriksen n'apporte pas une voix vraiment nouvelle.
Certains de ses concitoyens sont pour le moins curieux et Simon se met à jouer les Colombo (le faux naïf qui mène l'enquête) pour découvrir la face cachée des habitants les plus étranges de Skogli.
Quant à nous on découvrira la face cachée de Simon lui-même et de sa propre vie.
Un petit roman sans prétention aucune mais sans rand intérêt non plus, à lire plaisamment dans le métro et qui ne vous emmènera guère plus loin que la station de Skogli. Un petit bouquin pourtant postérieur à l'excellent roman noir que fut du sang sur la neige et qu'on vous recommande ... chaudement.
Pour celles et ceux qui aiment la fin de l'hiver.
Lien : http://bmr-mam.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Zazette97
  25 février 2013
Publié en Norvège en 2008 et disponible en français depuis septembre 2012, "Les curieuses rencontres du facteur de Skogli" est le second roman, après "Du sang sur la neige", de l'écrivain et musicien norvégien Levi Henriksen.
Après avoir surpris sa femme avec un autre le jour de leurs noces de bois, Simon Smidesang tire une croix sur son mariage et sa carrière de journaliste pour se retirer dans le petit village de Skogli.
Il y accepte un poste de facteur et choisit de s'installer dans la maison de ses grands-parents, avec pour seul bagage l'urne contenant les cendres de son père.
Simon n'aspire plus qu'à couler des jours paisibles et à oublier tout ce qu'il a laissé derrière lui pour se concentrer pleinement sur son nouveau projet : la construction d'un sauna.
Au fil de ses tournées de facteur, il fera la connaissance de plusieurs villageois au comportement atypique : Bjorkli, le couvreur qui ne tient pas en place et passe son temps à fuir sa femme, Andreas Hemingby, vieux bonhomme un peu barré qui prend grand soin de son jardin, Sophie By et ses "fantassins", ainsi que de l'intrigante Ginni Bang, jeune femme vivant en ermite dans une maison décrépite...
Si je devais définir mon impression sur ce roman en deux mots, je choisirais certainement...fade et gentillet.
Le village de Skogli est assurément un "endroit que Dieu a caché" et où il ne se passe pas grand chose.
Dès lors, comme on peut s'en douter, les voisins passent leur temps à s'épier comme à guetter le moindre non-événement. du fait de son statut de facteur, Simon est amené à cotoyer quotidiennement tout ce petit monde. Chaque habitant de Skogli et de ses environs possède ses habitudes et ses petits secrets, même si il se laisse parfois aller à quelques confidences auprès de Simon, toujours prompt à tendre l'oreille comme à rendre service.
Simon est heureux de pouvoir se sentir utile à autrui et son projet de sauna lui procure l'agréable sensation de construire quelque chose de ses mains.
Exactement comme avec "La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi", j'ai eu du mal à croire à tant de gentillesse au sein de la communauté de ce village. Les personnages, malgré leurs secrets, m'ont semblé bien lisses et prévisibles. On ne peut pas dire que je me sois attachée à eux, sauf peut-être à Andreas Hemingby et son histoire de clou porte chance.
Au final, ce roman s'est révélé sans grande surprise, trop "propret". le point de départ de cette histoire aurait pourtant pu déboucher sur des portraits décapants et plein d'humour mais il aurait alors fallu que l'écriture de l'auteur bénéficie de l'éclat qui, selon moi, fait malheureusement défaut à ce roman.
Lien : http://contesdefaits.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ASAI
  27 avril 2020
Le début de ce livre est plein de promesses : j'attendais du loufoque, du déjanté, du sarcastique. Les premières pages semblaient répondre à cette attente (fondée par le titre, la couverture et la présentation de l'éditeur). Malheureusement, au bout d'une centaine de pages, j'ai ressenti une lassitude : essoufflement du petit facteur, monotonie de ses rencontres, banalité de la vie des habitants du village, et platitude de la réflexion.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
AproposdelivresAproposdelivres   01 janvier 2013
Qu'auriez-vous fait si, en rentrant un peu trop tôt chez vous le jour de votre cinquième anniversaire de mariage, vous aviez découvert une voiture que vous ne connaissiez pas dans l'allée ? Cédant à une impulsion, auriez-vous appelé sur la ligne de la maison et, en l'absence de réponse, auriez-vous dressé une échelle sous la fenêtre de votre chambre ? Auriez-vous cherché quelque chose de lourd dans le garage ou auriez-vous pensé que, dans chaque défaite, il y a un nouveau départ ?
Simon Smidesang, lui, commença à sortir de sa vie à reculons. Alors qu'il s'éloignait en boitant sur le gravier, il comprit brusquement que tout ce qu'il avait été appartenait désormais au passé. Il avait fait le tour de tous les endroits qu'il tenait absolument à voir. Il avait cavalé devant les taureaux à Pampelune, visité l'appartement de Strindberg à Stockholm, parcouru Dublin sur les traces de James Joyce ; bref, il avait tout essayé pour éprouver ce que d'autres avant lui avaient ressenti. Quand la barrière du jardin claqua dans son dos, Simon Smidesang sut que jamais plus il ne courrait après le sujet qui lui vaudrait la une. Jamais plus il ne franchirait cette barrière autrement que pour la passer au plus vite en sens inverse.
Simon quitta le journal où il travaillait et tenta de vivre quelques mois comme pigiste. Alors qu'il se réveillait de plus en plus tôt et mettait de plus en plus de temps à se lever, il réalisa peu à peu que les histoires, il les avait déjà toutes écrites. Quoi qu'il fasse, ses mots n'étaient plus que de l'encre. Le comprendre le soulagea. C'était comme si, après avoir couru tous les matins après le bus pour se rendre au boulot, il avait un jour décidé de tourner les talons et de regagner ses pénates.
Quand son cousin qui partait aux États-Unis mit en vente la maison de ses grands-parents à Skogli, Simon se porta acquéreur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
patatarte2001patatarte2001   14 juin 2014
Vous savez pourquoi je ne règle plus les pendules ? Simon secoua la tête. -Parce que je n'aime pas penser au temps écoulé ni voir le temps qu'il reste. -Qu'il reste par rapport à quoi? - La fin
Commenter  J’apprécie          30
BMRBMR   17 juin 2014
[...] Avec le temps Simon avait appris que les gens d'ici ne posaient pas une question pour meubler la conversation, mais bien parce qu'ils souhaitaient obtenir une réponse.
Commenter  J’apprécie          20
BMRBMR   17 juin 2014
[...] Simon désirait aborder le printemps au jour le jour, et que les vestiges de son ancienne vie se désagrègent sous la neige afin qu'il puisse les ratisser avec tout ce que l'hiver abandonnait derrière lui.
Commenter  J’apprécie          10
SnarkkSnarkk   28 juin 2015
Puis les larmes se mirent à couler. Cela survint de façon tellement inattendue que Simon ressentit une pointe de panique. Il était habitué à ce que les gens boivent et se noient dans la mélancolie ou l'apitoiement sur eux-mêmes, et à devoir jouer les barmen parce qu'il était sobre, mais ici c'était différent. Il était coincé dans neuf mètres carrés et entouré de plus de trois mille grues cendrées sur le qui-vive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : littérature norvégienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
117 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre

.. ..