AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2370490616
Éditeur : La Volte (19/04/2018)

Note moyenne : 4.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Le roman sur la vie d’Hildegarde de Bingen et son époque

Religieuse, visionnaire, scientifique, poétesse et compositrice, l’abbesse Hildegarde de Bingen n’a cessé, depuis sa mort, d’inspirer femmes et hommes. Figure totale du Moyen-âge européen, elle déborde des limites du 12è siècle et de la vallée Rhin où elle vécut : depuis sa berge de fleuve, entre Mayence et Cologne, Hildegarde rayonne sur l’univers entier.

Née au moment où la prem... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Crazynath
  25 juin 2018
C'est grâce à mon libraire que j'ai découvert ce livre dédié à Hildegarde von Bingen . Encore merci à lui !
Cela faisait un petit moment qu'il m'appâtait en me parlant de faire venir son auteur Leo Henry.
Leo Henry, une sacrée rencontre ! Comment ce bonhomme tout simple a été capable d'écrire ce livre absolument inclassable ? Bon, finalement cet auteur est aussi inclassable puisqu'il s'est engagé à écrire une nouvelle par mois pendant 10 ans… Nous sommes à la moitié de son challenge…
Un auteur passionné, connaissant la vie d'Hildegarde von Bingen sur le bout des doigts. Car il en a potassé des livres et des archives pour arriver à nous accoucher d'un livre pareil.
Un livre que je qualifierais d'ailleurs d'inclassable ! Oui, je sais je l'ai déjà dit, mais je me répète volontiers histoire de bien appuyer sur ce détail qui n'en est pas un.
Un plongeon au coeur du Moyen Age , à une période où la culture orale est encore bien plus importante et présente que l'écriture qui pour l'instant est réservée à l'Elite ( l'élite, c'est-à-dire en priorité l'Eglise et certains nobles ). Cette culture orale, nous allons en avoir un plus que large aperçu car ce livre est rempli de récits, de contes, de conteurs, de conteuses, pour former un formidable canevas où le motif central est bien sur Hildegarde.
On voyage aussi dans ce livre puisque certains récits nous transportent à Cologne et d'autres, au rythme des croisades nous emmènent jusqu'à Jérusalem.
Même si dame Hildegarde n'est pas toujours le personnage central de certaines des histoires qui nous sont narrées, petit à petit se dresse un portrait de cette femme hors du commun et avant gardiste, surtout pour l'époque ou elle a vécu.
Certes, l'écriture de ce livre est dense et on ne peut certainement pas qualifier sa lecture de légère, mais c'est une histoire qui se mérite.

Challenge Pavés 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
JustAWord
  07 août 2018
On le sait depuis un certain temps, les éditions La Volte aiment les livres atypiques qui ne rentrent pas dans ces cases. On se souvient du Cinquième Principe de Vittorio Catani ou encore de Kalpa Imperial d'Angelica Gorodischer. Cette fois, c'est au tour de Léo Henry, écrivain français déjà bien établi dans le milieu de l'Imaginaire. On lui doit tout d'abord l'univers Volodinien de Yirminadingrad en collaboration avec le défunt Jacques Mucchielli, mais aussi un nombre impressionnant de nouvelles regroupées dans plusieurs recueils tels que Point du jour ou le Diable est au piano. Auteur inclassable et protéiforme, Léo Henry s'est aussi lancé dans une aventure unique en écrivant une nouvelle par mois qu'il envoie à ses lecteurs abonnés et cela gratuitement. C'est pourtant avec un roman de plus de 500 pages que l'on retrouve le français aujourd'hui qui, si l'on en croit son éditeur, lui trotte dans la tête depuis dix ans maintenant. Son nom ? Hildegarde. le même que celui de la fameuse sainte du Moyen-âge. Mais que nous réserve encore Léo Henry ?
Hildegarde de Bingen
Avant de s'intéresser au roman à proprement parler, il n'est pas inutile de rappeler qui est cette fameuse Hildegarde. Parfois appelée Hildegarde de Ruppertsberg ou Hildegarde de Bingen, Hildegarde est une religieuse ayant vécu au XIIe siècle dans le royaume de Germanie. Touchée dès son plus jeune âge par des visions qui lui offrirait la Parole de Dieu et ses enseignements divins, elle entre au couvent à l'âge de huit ans et prend le voile vers ses quinze ans. Ce n'est que vers quarante-trois ans qu'elle commence à consigner ses visions dans un ouvrage qui fera date appelé Scivias. Elle est alors abbesse de Disibodenberg mais cela ne lui suffit pas et elle fonde le couvent de Ruppertsberg. Sa réputation allant croissant grâce à ses enseignements mais aussi à ses miracles, elle reçoit l'approbation papale d'Eugène III et poursuit son oeuvre colossale jusqu'en 1179 où elle meurt à l'âge de quatre-vingt un ans. Par la portée médicale, théologique, artistique et linguistique de son travail, Hildegarde est une figure majeure du Moyen-âge en Europe. Elle n'est cependant proclamée Docteur de l'Eglise qu'en 2012 par le pape Benoît XVI. C'est ce personnage que se propose de nous faire (re)découvrir un Léo Henry que l'on sent particulièrement captivé par l'empreinte qu'elle a laissé sur le monde.
L'art du récit enchâssé
Pour atteindre le but difficile de livrer un portrait total d'Hildegarde, Léo Henry ne pouvait pas se contenter d'une biographie linéaire. Il s'amuse alors à faire ce qu'il fait le mieux : il enchâsse ses récits et alterne les histoires à la façon de sa nouvelle Les Trois livres qu'Absalon Nathan n'écrira jamais parue dans l'anthologie Retour sur l'Horizon et lauréate du Grand Prix de L'imaginaire. Hildegarde est un savant labyrinthe littéraire qui mélange à parts égales histoire, légende et théologie. Surprise pourtant, le roman ne parle pas forcément de façon directe et frontale de la sainte de Bingen. Il débute plutôt sur la vie de quatre autres saintes proposées à la chaîne : Hélendrude, Cordula, Ursule et Elisabeth. Immédiatement, quatre femmes, quatre épopée, quatre légendes. C'est ensuite un homme qui prend le relais avec l'évocation durant une cinquantaine de pages de Johannes Trithème, un abbé bénédictin resté célèbre pour son travail sur la linguistique et la cryptologie. Puis, le français plonge dans la Première Croisade et nous refait l'histoire de Philippe d'Alsace au passage. Mais…que fait Léo Henry ?
Hildegarde, produit de son époque
En réalité, l'auteur français reconstruit le personnage historique sous la forme d'un puzzle. Il collectionne les personnages qui vont influencer la vie de la sainte d'une façon ou d'une autre : Ursula et ses onze mille vierges, Jutta et son amour interdit, Trithème et sa redécouverte de la Lingua Ignota, les saints Rupert et Disibold qui donneront leurs noms aux abbayes que fréquentera Hildegarde… Mais mieux encore, Léo Henry capture l'essence de l'époque médiévale à travers les grands événements qui jalonneront de près ou de loin la vie de la Sainte. C'est ainsi qu'il nous plonge pendant quatre-vingt six pages dans une Première Croisade extatique et sanglante ou qu'il croise Parzifal, Siegfried et Dietrich dans sa propre version de la Chanson des Nibelungen. Un travail proprement titanesque mais payant qui offre au lecteur un récit protéiforme d'une densité hallucinante. Hildegarde n'est pas simplement la vie et l'oeuvre d'un sainte, c'est aussi et surtout une peinture impressionniste du Moyen-âge à l'aune de la chrétienté et des légendes populaires.
L'Histoire en tant que légende
Léo Henry réfléchit tout du long de ces 500 pages sur bien davantage que la vie de la Sainte Hildegarde. En déconstruisant et reconstruisant les légendes, en remontant les sources historiques ou en les compilant, Léo Henry s'interroge sur la place de l'Histoire, la vraie, la grande, celle avec un H majuscule. Qu'est-ce que l'Histoire si ce n'est une énième légende ? Où s'arrête la légende et où commence l'Histoire ? Léo Henry se questionne sur la formation de notre Histoire, sur la façon dont l'homme construit, magnifie et parfois ment sur son propre passé, faisant naître des mythes plus que des faits, des héros plus que des personnages réels. L'archétype de cette réflexion, le fabuleux passage sur la Première Croisade où Orlando lui-même, notre narrateur de circonstances, se demande s'il rapporte bien toute la vérité à son auditoire. le collage de tel ou tel récit n'a, dès lors, plus d'importance. Léo Henry peut faire ce qu'il veut et mélanger ce qu'il souhaite. Il peut parler de l'histoire de saints et de martyrs, refaire la Genèse ou l'Apocalypse, ou nous exposer Hildegarde par les yeux de son époque, de ses légendes et de ses “apôtres”.
Anamnèse de Lady Hildegarde
Curieusement, on lit dans les remerciements qu'un certain Laurent Kloetzer a travaillé sur le manuscrit d'Hildegarde. Ce n'est certainement pas un hasard tant Hildegarde renvoie à un autre chef d'oeuvre, de la science-fiction cette fois, avec Anamnèse de Lady Star de Laurent et Laure Kloetzer. Comme pour l'elohim d'Anamnèse, Hildegarde n'est jamais véritablement perçue frontalement. Elle se devine, s'assemble et se construit par des témoignages successifs. Au cours du chapitre Vita Hildegardis, Léo Henry convoque les témoins pour rapporter l'élue. le lecteur s'amuse alors patiemment à confronter les points de vues des uns et des autres, à emboîter les étapes de la vie de cette sainte à nul autre pareil…et construit sa propre image d'Hildegarde. Est-elle la plus exacte possible ? Pas forcément, mais elle sera la plus personnelle qui soit. Léo Henry joue avec la perception de son lecteur comme il joue avec son récit. En bon prestidigitateur, il substitue parfois le mythe au réel, remplace l'histoire par le merveilleux. Et l'on en redemande. Parce que Léo Henry maîtrise non seulement son sujet d'une façon fort impressionnante mais aussi, et surtout, parce que sa plume accomplit autant de miracles que sa sainte Hildegarde elle-même. On lui savait un style fort et élégant, mais il l'élève ici au rang d'oeuvre d'art, livrant des réécritures d'une beauté saisissante et, finalement, scotche gentiment le lecteur à la page.
La femme révélée/révérée
Mais Hildegarde, c'est aussi, et avant tout, une histoire de femmes que Léo Henry finit par synthétiser par l'édifiante représentation théâtrale hautement symbolique de l'avant-dernier chapitre, Mayence. À travers Hildegarde et son époque, Léo Henry offre l'un des plus beaux hommages qui soient aux femmes oubliées de l'Histoire qui ont pourtant été l'égales des hommes. Il rappelle en premier lieu qu'au sein même du fait religieux, la femme occupe une place centrale où elle se montre souvent beaucoup plus forte, talentueuse et résistante que bien des hommes. Il donne la parole en creux à ces soeurs et ces martyrs, aux veuves qui ne reverront jamais leurs maris et aux mères éplorées qui attendent sans fin le retour de leur petit garçon de la Croisade ou de la guerre. Hildegarde, cette figure centrale tellement forte perçue tantôt comme autoritaire, tantôt comme douce, devient l'incarnation féministe suprême, la démonstration que l'Histoire n'a pas attendu le féminisme moderne pour abattre les barrières de genre, que certaines se sont dressées et ont érigé des légendes impérissables. Hildegarde, plus qu'un texte sur la libre-pensée, sur la fascination du divin et sur la beauté du fait religieux (au moins autant que sa laideur en fait), Hildegarde est un texte sur la femme, toutes les femmes, conjuguées au passé pour mieux qualifier notre présent.
Hildegarde s'avère un livre monstrueux. Un véritable roman-univers qui n'a finalement pas grand chose d'imaginaire dans le sens où nous pouvons l'entendre. Léo Henry réécrit l'Histoire et y mêle nos croyances et légendes populaires. Il assemble, dissèque, reconstruit, détruit… Il écrit, tout simplement, avec une beauté fascinante pour raconter Hildegarde et ses mondes, Hildegarde et ses travaux, Hildegarde et ses soeurs. La densité de l'entreprise menace souvent de noyer le lecteur, mais à l'arrivée, Hildegarde laisse pantois devant son érudition et son intelligence narrative.
Une oeuvre majeure, assurément.
Lien : https://justaword.fr/hildega..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Gusseuh
  23 juin 2018
Véritable petit monument littéraire, ce texte d'un abord parfois abscons pose, peu à peu, des bases si élevées qu'il est difficile de reprendre un autre livre une fois celui-ci terminé. Partant de la vie d'Hildegarde de Bingen, personnage ambivalent et passionnant du Moyen Âge central, Léo Henry tisse un réseau de récits qui tournent autour de son personnage, réel ou fictif, peu importe.
Car ici s'entrechoquent L Histoire, le merveilleux, le mystique, le légendaire et le religieux. Aucun n'est plus mis en avant l'un que l'autre, et Henry traite avec autant de gouaille et de sensibilité chaque thème...
Une constante cependant : si la religion et les dogmes sont le socle des vies de bien des personnages détaillés ici, les légendes qui les entourent rendent difficile tout traitement naturaliste. Henry en prend son parti, et nous sensibilise aux guillemets qu'il semble placer autour des faits les plus merveilleux (miracles, visions...) par de réguliers passages totalement fictifs (légendes de tous horizons) et des récits tissés par des conteurs passés maîtres en matière de manipulation de l'histoire.
Un texte magistral, passionnant, d'une densité et d'une richesse qui ne le rendent pas inabordable pour autant (et pourtant, Dieu sait que je suis ignare sur cette période).
Un grand livre, à découvrir et faire découvrir absolument !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
williamlee
  18 septembre 2018
Voici un livre peu commun à l'écriture fluviale ou spiralée. Une spirale qui tourne autour de cette figure, présente et absente de Hildegarde de Bingen mais qui au fond nous parle de ce qui fait récit, de nos couches d'imaginaires...de la littérature profonde et aventureuse !
Commenter  J’apprécie          10
JoyeuxDrille
  16 août 2018
Un livre inclassable, sans cesse surprenant, porté par une écriture magnifique et vivante. Ou comment se forge une légende. de récits en témoignages, de rencontres en impressions, se dessine le portrait d'un personnage exceptionnel, Hildegarde de Bingen. Léo Henry signe un roman de fantasy en forme de mosaïque où la foi et les croyances des personnages devient le fantastique des lecteurs. Superbe.
Lien : http://appuyezsurlatouchelec..
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   23 avril 2018
Voilà où aboutissent les efforts de Trithème, pour qui le monde n’est qu’une affaire de signes, pour qui les caractères écrits contiennent la totalité de ce qui est. Corollaire à cette conception : mélangerez les lettres et vous brouillerez le monde. Détruisez la cohérence du langage, et l’univers cessera de faire sens. Le temps n’est plus à décrire le réel, à le comprendre, à en tirer des lois ou des listes, et à tout consigner. Cela a déjà été fait, et amplement, au cours des siècles écoulés. Ce qu’il faut, désormais, c’est compiler, combiner et assembler les savoirs. Les passer au filtre de la comparaison, les faire dialoguer. Tirer une vérité plus grande de leur accumulation. Tendre au secret. Trithème lit tout, aime tout découvrir, les fables, les exemples, les traités, les digressions. Par-dessus, encore, il a le goût des mystères, des bribes de connaissance cryptées, des révélations à demi-mot sur la nature élémentaire, sur la génération humaine, sur les acides et les esprits, sur l’élixir, sur la pierre philosophale, la sexualité des femmes, les magiciens antiques, le cryptage, l’art de ressusciter les morts et celui de muter les vins, sur la magie naturelle, les métamorphoses, la kabbale hébraïque. Son acharnement à connaître, sa folie livresque, en font un archétype de son temps et de son lieu. Jean Trithème est le moine bibliomane de la Nef des fous de Brant. Il est le docteur Faust, sacrifiant sa vie terrestre et son âme immortelle dans l’espoir toujours déçu de pouvoir, un jour, comprendre. Il est l’incarnation de l’Ars magna de Lulle, le combinateur logique à même de produire toutes les vérités par interversion de toutes les prémisses. Il est le savant fou dont la folie est la science même. De son vivant, Trithème est accusé de magie, d’alchimie, de démonologie. Pour qui l’observe, pourtant, il se contente d’acquérir, de lire, d’écrire des livres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CrazynathCrazynath   25 juin 2018
Les chevaliers ne vivent que pour faire craquer les cranes et sectionner des membres.
Commenter  J’apprécie          120
Charybde2Charybde2   23 avril 2018
Voici Hélendrude.
On peut préférer l’appeler Elyndruda, ce qui sonne mieux, peut-être, à nos oreilles, et choisir en toute impunité de maquiller ses traits, de la décrire comme ceci ou comme cela, et reconstituer autour d’elle un monde bâti de matériaux imaginaires, ombres de pierre, ombres d’eaux et de carpes énormes, ombre de l’ombre des arbres centenaires. Hélendrude est une moniale. Elle vit en dehors du siècle, dans un temps cyclique rythmé par les cent cinquante psaumes de l’Ancien Testament et le passage des astres. Comme son monde de reflets, elle avance en cercles de plus en plus larges, tendant aux rivages ternes de la fin des temps, cette grève où, tous, nous patientons en stase, dans l’attente d’un verdict à nul autre pareil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lependulependu   13 juin 2018
Restent des échos de chansons sous la voûte. Des souvenirs de voix qui murmurent. La légende d’Eimich de Leisingen et de ses cavaliers fantômes. Celle du bon Barberousse dans son château souterrain, attendant l’heure de ressurgir de terre. Restent les chroniques, les livres, et cette impression de réel qui naît de notre besoin d’y croire. Reste la magie. Le saint sang des comtes des Flandres repose à Bruges dans l’église Saint-Basile : quelques gouttes noires dans une ampoule sertie d’or, conservées dans un reliquaire et entourées de calme, de silence, de siècles de dévotion et de ferveur patiente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   23 avril 2018
Voici Ursule.
Jeune. Blonde. Blanche. Du miel et de la porcelaine, un éclat de verre à l’eau parfaite. Un réceptacle pour la lumière céleste. Ursule a quatorze ans, son père est roi, sa mère est reine. Elle vit dans un palais aux plafonds hauts, au cœur d’un pays de culture et de foi. Il est difficile d’aimer Ursule, qui est bien trop parfaite et qui en cela seul se montre un peu attachante ; Ursule est un idéal, une tension irrésolue vers l’absolu, une fonction de récit. C’est une bille de cristal dans laquelle les plus hautes aspirations viennent se mirer. Un récipient. Un masque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Léo Henry (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léo Henry
Interview de Léo Henry aux lmaginales 2018
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
603 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre