AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782375791646
354 pages
Éditeur : Critic (16/01/2020)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Trois ans après le conflit avec les rebelles, Erell, ex-officier, s’efforce de mener une vie paisible loin de sa planète natale, afin d’oublier les horreurs de la guerre. Mais, lorsque Tchip, son ancien frère d'armes, lui demande son aide, il n’hésite pas longtemps et retourne au pays où il découvre la marginalisation des vétérans… quand ceux-ci ne passent pas carrément en cours martiale !Déterminé à faire la lumière sur le sort de ses congénères, Erell enquête : po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Lekarr
  08 avril 2020
« Criminels de guerre » fait partie des quatre romans de SF que P-J Herault a publié aux éditions de l'Officine entre 2005 et 2008 soit une bonne dizaine d'années après ses dernières parutions dans la collection Anticipation du Fleuve Noir. Ces quatre romans - ainsi que ceux publiés aux éditions Rivière Blanche – marquent un tournant dans l'oeuvre de l'auteur parce qu'ils signent son retour dans le petit monde de la science-fiction française mais surtout parce qu'ils lui permettent de s'affranchir du format limité en termes de pages auquel il avait été astreint jusqu'alors. Il va dès lors avoir les coudées plus franches pour développer son univers et apporter ainsi davantage de profondeur à ses histoires.
Cela se ressent dans la précision de ses descriptions, dans son soucis du détail et ce, quelques soient les lieux visités (planètes, satellites, stations orbitales…), les outils utilisés (machines, systèmes informatiques et de transmission, vaisseaux spatiaux…) et les modes de vies des hommes et des femmes du futur. La SF de P-J Herault est une SF du quotidien où tout est expliqué, où le moindre fait, la plus petite invention semble non pas seulement possible ou même plausible, mais vrai.
De la même manière l'auteur prend tout son temps pour introduire ses personnages. Il le fait tranquillement et de façon presque anodine. Cela lui permet de faire émerger les caractères petit à petit, sans être contraint de recourir à des stéréotypes brossés en deux ou trois lignes. Et c'est d'autant plus important que les rapports humains sont au centre de ses romans, lesquels sont presque toujours des histoires d'amitié, de rencontres et d'honneur. « Criminels de guerre ne fait pas exception à la règle puisqu'on y suit un ancien soldat qui se porte à l'aide d'un ancien camarade de combat et qui va devoir s'appuyer sur l'expertise et le soutien d'individus rencontrés en cours de route pour sauver son ami puis faire cesser un gigantesque complot. Amitié, rencontres, honneur, un schéma héraultien classique au service d'une intrigue un peu moins guerrière qu'à l'accoutumée.
L'action, la vraie, avec combats au thermique et au désintégrateur moléculaire, n'intervient que dans le dernier tiers du roman. Elle est plutôt bien orchestrée et permet d'évacuer la tension qui s'était accumulée. Elle permet aussi de clore rapidement le récit et de démontrer que notre retraité de héros en conservait encore sous la semelle ! Mais il faut bien avouer que cette partie du roman avec ses scènes d'infiltration et d'interrogatoires ou ses opérations commando n'est pas la plus passionnante. Je lui ai préféré, et de loin, tout ce qui précède, les démarches entreprises pour se protéger d'institutions dévoyées, la réunion de toutes les bonnes volontés pour faire front, la préparation de la contre-attaque…
Quant au thème du roman, il est bien évident que c'est la guerre d'Algérie et certaines de ses conséquences qui le lui ont inspiré. Une guerre opposant une confédération à ses colonies, l'envoi au combat de simples appelés du contingent, les porteurs de valises… : le parallèle avec ce conflit auquel l'auteur a lui-même participé, est en effet incontestable. P-J Herault n'hésite d'ailleurs pas à nous faire part de ses réflexions, notamment sur la responsabilité des politiques qui se défaussent sur les militaires des tragiques résultats de décisions qu'ils ont pourtant prises. Et pour ce qui est de ces fameux criminels de guerre, le sujet est expédié en une phrase définitive mais au combien vraie : « La guerre elle-même est un crime, un point c'est tout ».

Lien : http://sfemoi.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Mangouste86
  05 avril 2020
Grand merci à Babelio et aux éditions Critic de m'avoir donné de rencontrer P.J. Hérault.
Le confinement peut avoir ça de bon que lorsque vous avez un bon livre en main, vous n'êtes pas obligé de le lâcher à tout bout de champs. Et je dois dire qu'en l'espèce, j'ai vu les pages filer à grande vitesse sur une histoire bien ficelée mettant en scène des personnages d'une réelle épaisseur. Un très bon moment de lecture.
L'auteur aborde dans un futur délicieusement rétro, le problème de l'après guerre et du retour des combattants à la vie civile : héros ou criminels de guerre ? Une question qui les traverse tous.
Hérault aurait pu s'arrêter là mais il va plus loin et s'interroge sur ce que l''Histoire est souvent mise au service d'une vision politique quitte à la travestir en fonction des besoins.
Cette réflexion sur la manipulation des foules et des opinions publiques est particulièrement intéressante pour qui s'intéresse à l'actualité.
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
autres livres classés : guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1897 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre