AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782357780149
647 pages
Éditeur : Interkeltia (01/10/2009)

Note moyenne : 3.24/5 (sur 19 notes)
Résumé :
L'Europe en l'an 1945, dans cette uchronie, est conquise et unifiée par Napoléon, et va de la Bretagne à Vladivostock. Or la Chine, dirigée par des racistes nationalistes, a décidée de l'envahir. Cette fresque est l'histoire d'une guerre titanesque à la façon " seconde guerre mondiale " où combattent les idées humanistes et celles qui prônent la loi du plus fort. Batailles aériennes, terrestres, histoires de combattants, du président jusqu'à l'homme de troupe, histo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Wiitoo
  06 octobre 2014
J'ai rarement eu lecture aussi ennuyeuse. Après 160 pages j'ai finalement lâché le morceau. Pourtant je n'aime pas ne pas terminer un livre. D'ailleurs cela ne m'est arrivé qu'une seule fois au cours de mes 100 dernières lectures.
Le titre était alléchant, la couverture laissait entrevoir un contenu dynamique. Je m'attendais à être embarqué dans une guerre épique, dans des combats aériens dantesques et au lieu de cela j'ai passé les 160 premières pages à lire un livre factuel sans aucune émotion et d'une platitude phénoménale.
Tout aussi passionnant que de lire l'annuaire téléphonique, ce début de roman n'est que la présentation successive d'une centaine de personnages, de fait historiques, de géopolitique et de politique.
C'est au moment ou un nouveau chapitre de plusieurs dizaines de pages s'ouvrait sur de la politique (encore) que j'ai décidé de mettre un terme à ce supplice.
Pour moi, la lecture c'est un moment de plaisir. J'attends d'être captivé, d'avoir des émotions, il me faut une histoire solide, des personnes intéressants. J'aime avoir envie de reprendre au plus vite l'aventure lorsque je referme le livre. Ici ça a été pour moi un supplice plus qu'autre chose. Certains me diront que ce que j'attendais allait arriver plus loin encore mais c'était trop tard pour moi.
J'ai entamé un autre livre et après moins de 10 pages j'ai retrouvé mes plaisirs.
Wiitoo Takatoulire
Note 1/6
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          389
fnitter
  04 novembre 2012
Ce commentaire vaut pour la trilogie de Millecrabe.
Si vous aimez David weber et sa série "honor", vous aimerez Millecrabe. Un univers totalement différent, une uchronie en 1945, mais des batailles bien décrites, des manoeuvres politiques comme on les aime (essentiellement dans le premier tome).
On en a pour tous les goûts. Des avions, des fantassins, des chars, du service action du renseignement militaire. de l'action et du combat.
Une lecture facile, agréable, comme toujours chez Hérault.
Tiens et pour une fois que ce ne sont pas les américains les héros sauveurs du monde, on ne va pas bouder notre plaisir.
Seul bémol : les 100 premières pages du premier tome, présentation de la famille Clermont (inutiles et pouvant risquer de rebuter le lecteur. ce serait dommage de passer à côté de cette série pour 100 petites pages.)
Commenter  J’apprécie          392
Patlancien
  16 octobre 2019
A la base de ce roman, il y a quand même un postulat tout droit issu de la science-fiction et plus particulièrement de l'uchronie, c'est-à-dire pour faire simple, une réécriture de l'histoire. Ici PJ Hérault part de l'idée, que l'on pourrait d'ailleurs quelque peu critiquer, que Napoléon n'a pas été un tyran, qu'il n'a pas perdu la campagne de Russie, mais qu'il a créé une grande Europe unifiée et démocratique. On est au début du roman, en 1945, dans cette Europe nouvelle, plutôt contrôlée par les pays de l'Est et une grande invasion se prépare. On quitte alors là la science-fiction pour entrer dans un tout autre récit qui se veut à la fois grande saga familiale et récit de guerre. A partir de là le récit devient grandiose et on tient en main un petit bijou même si j'ai eu un peu de mal à rentrer dans le style de l'auteur. La Chine (ne me demandez pas pourquoi la Chine?!) est devenue un pays fasciste asiatique. Elle déclare la guerre à l'Europe, une Europe mal préparée, sous armée et sans véritable technologie nouvelle, ce qui est quand même le nerf de la guerre. PJ Hérault nous fait alors pénétrer dans ce conflit par le biais de divers personnages, divers familles et nous fait voir tous les aspects d'un conflit, nous décortique tous les tenants et aboutissants, mélangeant oeuvre politique, action (certaines scènes de batailles sont absolument fabuleuses!), philosophie et encore mille choses qui font de cette oeuvre un pavé que l'on dévore avec la plus grande concentration et avec le plus grand des plaisirs. Ainsi on suit les tribulations du jeune Myko issu d'une très grande et très importante famille, un jeune garçon qui rêve de devenir aviateur. Mais aussi les aventures d'un jeune soldat enrôlé un peu par hasard alors qu'il vient à peine de finir ses études, mais aussi celles du gouvernement et du président de la république. On voit la guerre à travers un prisme qui englobe les hautes sphères mais aussi les petites gens. On est dans une grande saga qui pourrait rappeler les grandes oeuvres russes comme Docteur Jivago ou bien encore Guerre et Paix. C'est vous dire la grandeur du livre! Alors bien sûr, Millecrabe n'est pas une oeuvre facile. le roman s'ouvre par exemple sur une séance de pilotage en vol à voile (planeur si vous préférez) et l'auteur s'en donne à coeur joie, nous dévoilant tous les détails techniques comme dans un vrai cours de pilotage. Il y a différentes façons d'aborder le ciel et ces fous des airs. A la St Exupery humaniste, philosophe; et, il y a cette autre façon, celle de PJ Hérault, technique, mécanique et passionnante même si elle peut rebuter certains lecteurs. Moi j'ai aimé! Mais bien sûr le roman n'est pas axé que sur cela. On est comme je le disais précédemment au coeur d'un récit de guerre où tout le monde est touché. On est au coeur des tranchées, on est avec les prisonniers de guerre, on est avec ceux qui pensent, qui théorisent, ceux qui luttent, qui s'acharnent et c'est passionnant!
Il faut s'accrocher les 50 premieres pages du tome 1... Et ensuite rouler jeunesse jusqu'au tome 3...
A lire absolument pour les amoureux de l'histoire et des si " Napoleon avait gagné la campagne de Russie"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          145
Blacksmith
  16 février 2016
Alors tout d'abord pour ceux qui seraient tentés de lire le livre, il faut savoir que les 100 premières pages sont a jeter, elle sont tout simplement inutiles et ennuyeuses au possibles. Commencez à la partie deux.
Ensuite, j'ai lu les trois livre, et au début j'ai attribué la vision innocente et meme parfois carrément niaise du monde au fait que les personnages principaux sont pour la plupart très jeunes, malheureusement il n'y a aucun changement au fils de l'histoire. Les batailles et les spécificités techniques des armes sont je trouve bien retranscrites mais pour le reste on frise le ridicule, une vision du monde binaire avec l'Europe en guerre contre la chine (dont au final on ne sait pas grand chose) et les méchants américains qui ne veulent que se faire du fric sur le dos de tout le monde, alors que la fédération européenne n'a pour but que le développement des autres et l'aide désintéressée . Beaucoup de passages du livre laissent transpirer l'anti-américanisme et les opinions pro-fédéraliste (en Europe) de l'auteur qui donne parfois dans le ridicule.
Le final avec la non-utilisation de la bombe est dans la même veine, et vise à nous démontrer combien l'Europe est meilleure et qu'elle aurait trouvé un stratagème pour ne pas utiliser la bombe.
Je finirai avec un erreur grossière de l'auteur. le président de l'Europe est un Belge dans le livre, or la Belgique n'a été fondée qu'en 1830, date qui se situe après le point de divergence de l'auteur qui est la victoire de Napoléon lors de la campagne de Russie. On voit mal pourquoi un pays qui n'existait au moment de la campagne de Russie aurait été créé après la fondation de la fédération (La Belgique, comme les Pays Bas étaient des départements français et faisaient de facto partie de la France). Belgique, Pays Bas, et même l'Italie dont l'unification était encore loin d'être faite à l'époque n'ont donc pas lieu d'être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
gregdca
  15 novembre 2014
Fan de l'auteur
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
WiitooWiitoo   02 octobre 2014
Il y a autant de façon de faire la guerre, et d'en souffrir, quelle que soit celle-ci, qu'il y a d'hommes sur cette terre.

Anonyme. Entendu à une table du carré d'un navire ramenant des soldats en France.
Commenter  J’apprécie          330

autres livres classés : uchronieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3423 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre