AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Frank Herbert (Antécédent bibliographique)Patrick Dusoulier (Traducteur)
ISBN : 222110840X
Éditeur : Robert Laffont (22/05/2008)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 44 notes)
Résumé :
Après Les Chasseurs de Dune, les héritiers de Frank Herbert mettent avec ce Triomphe de Dune un point final au cycle. Frank Herbert lui-même avait indiqué de façon certes allusive son intention de donner une suite au cycle. La mort de sa femme Beverly en 1984, suivie d’assez près par sa propre disparition en 1986, l’en a empêché. On savait seulement qu’il y travaillait, sur un ordinateur portable, au moment de sa mort. Herbert et Anderson disent avoir retrouvé un pl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  26 mai 2012
Ultime volume d'un cycle légendaire commencé par Franck HERBERT en 1965, par l'indétrônable et meilleur roman de sf de tous les temps : Dune - Tome 1.
Toutes les dernières questions en suspens (pas si nombreuses que cela d'ailleurs), trouveront leur réponse.
Rien que pour cela ce dernier tome mérite d'être lu.
Suite directe de Les chasseurs de Dune. Nous connaissons désormais l'ennemi ultime de l'humanité, attention je vais spoiler :
Si vous ne l'aviez pas encore deviné, Ce sont les machines et leurs serviteurs-alliés(?) les danseurs visages, alliance qui à ce propos illustre bien cette maxime : "La vrai loyauté est une force inébranlable. le problème est de déterminer précisément envers qui un individu est loyal. Très souvent, c'est uniquement envers lui-même."
Ce dernier tome se lit très facilement, trop facilement peut-être. Les pages s'avalent les unes après les autres, sans que l'on apprenne réellement quelque chose, et à part la bataille finale : Kralizec, ces dernières lignes pré-digérées ne nous laissent finalement qu'un grand vide.
Pour ma part je pense qu'un condensé du cycle Après-dune en un seul roman aurait été plus judicieux. (Mais moins commercial ?)
La renaissance des figures légendaires du cycle en gholas n'apportent pas le piment supplémentaire auquel on aurait pu s'attendre à la fin de Les chasseurs de Dune. L'éducation d'un nouveau Paul Atreides par un nouveau Baron Harkonnen (vieux rêve de ce dernier dans les premiers tomes de dune) est ratée, les bene gesserit toujours aussi lisses.
Au final :
Une lecture obligatoire puisqu'on est arrivé jusque là sans flancher.
Une lecture pas désagréable, dans un style très accessible.
Mais une lecture un peu décevante au regard de ce qu'aurait pu (aurait du) être le final d'un cycle aussi grandiose que Dune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
BaronBreton
  07 octobre 2012
Enfin le voilà, le second tome qui complète Dune VII et qui conclut définitivement l'héritage de Frank Herbert et son cycle le plus célèbre. Mais celui-ci tient il ses promesses après un premier opus plus qu'ennuyant et décevant ?
La réponse est... bof!
Ce tome présente les même défauts que le premier : des chapitre trop courts et inutiles qui se succèdent et qui ne servent à rien (une plante verte aurait plus d'intérêt) ; des personnages célèbres qui se révèlent sans intérêt voir ennuyant *bis repetita*; des morts sans intérêt et que les autres protagonistes oublient vite (mais les gholas c'est comme les Dragon Ball, personne ne meurt vraiment...). Certains chapitres nous captivent toutefois et disposent de certains bon rebondissement mais il se font faucher par les autres et tout est fait pour faire durer et étaler le récit . L'histoire se révèle intéressante dans les 120 dernières pages même si la fin est bien trop deus ex machina... On lutte pour arriver à la fin car on veut savoir mais la solution ultime à la fin du conflit est bien trop facile à deviner. Qui a parlé d'écriture alimentaire ?
Encore plus que l'histoire, que l'on aime ou non, ce sont bien les personnages qui font défaut à ce livre :
Où sont passées les Bene Gesserit fourdes manipulatrices déterminées ? Nous n'avons plus qu'un Nouvel Ordre incapable de voir un piège et encore moins un piège dans un piège. Aucune précautions n'est prise face à l'ennemi ou les alliés et quand elles agissent il est déjà bien trop tard.
Le Bashard Miles Teg est devenus un couteau suisse, lui aussi aveugle et qui doit à chaque fois agir en dernier alors que la situation est catastrophique (attention au coeur mon p'tit monsieur), même chose pour Duncan et Sheeana même si cette dernière suit son évolution mené depuis les hérétiques de Dune, elle grandit, tente de prévoir les choses, ose prendre des risques. Une digne héritière de Leto II mais celà n'est pas suffisant pour relever le niveau...
En parlant du Tyrant, il est plus que mal exploité ou plutôt il l'est mais en deus ex machina lui aussi, trop facile, trop rapide. Si je vous dis qu'il n'intervient qu'à la fin avec un coup de baguette magique je pense ne surprendre personne...
Je ne sais pas trop ce que ces personnages ont fait de leur cerveaux pour être devenus aussi crétins ? Ils ont dus se tromper d'épice, je le crains..
On nous parle sans cesse des gholas comme d'armes majeures mais ils ne jouent que les figurants. Au lieu de fuir durant tout un tome (le premier), ils auraient mieux fait de se faire attraper dés le début et régler l'affaire en un tome...
Un mot sur les méchants ? Bah, se sont des pièces rapportés, sans surprise mais très fidèles à eux même ce qui rattrape le coup, surtout les deux grands Ennemis et les Danseurs-visages. Mais la fin est je vous l'ai dit trop deus ex machina ou machina ex deus plutôt !
Arrêtons là...
On ne lira ce tome que pour en savoir la fin, pour revoir des vers de Dune et Sheeana qui reste bien la seule rescapé du cycle de papa Herbert. Ok Leto II est toujours au coeur de l'histoire et son Sentier d'Or a bien guidé le monde jusqu'au bout. Tout était prévus, sauf ce massacre qu'est Dune VII...
Un titre de roman plus que mal choisis car c'est une déception, tout simplement...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
arsiesis26
  17 novembre 2014
Ce dernier tome du Cycle de Dune est très intéressant et captivant en terme d'intrigue. En revanche, je ne retrouve personnellement pas toute la profondeur de réflexion et de mystique qui était celle des ouvrages initiaux de F. Herbert.
Il manque, à mon goût, toutes ces magnifiques digressions mystérieuses et fascinantes dont F. Herbert avait le génie; et qui convoquaient, dans un même magnifique ballet coopératif mystico-scientifique, aussi les Philosophies occidentales, les Sagesses et Spiritualités orientales (soufisme, zen, taoisme, pratiques méditatives et corporelles diverses,...), que des considérations politico-sociologiques sur les Sociétés humaines, et une vision de la Psyché humaine toute droit issue des Psychanalyses Freudienne, Jungienne, Reichienne (pour la dimension corporelle omniprésente) et surtout Transgénérationnelle !!!
Bref, quand la Science-fiction est bien plus philosophique que bien des oeuvres dites "classiques" .
Commenter  J’apprécie          30
exarkun1979
  06 août 2012
Ça fait maintenant 25 ans que le non-vaissaux de Duncan Idaho fuit l'ennemi mystérieux. Un saboteur vient briser les plans de nos héros. le seul espoir de la troupe est qu'un des gholas soit vraiment le Kwisatz Haderach ultime qui sauvera toute l'humanité de l'ennemi.
J'ai eu beaucoup de difficulté à faire ce petit résumé sans ne rien révéler de l'histoire. Cette histoire est bien plus complexe que ce que j'en ai écrit. Dans ce dernier tome de la série de Dune, j'ai eu l'impression que les auteurs avaient fait l'effort de faire un livre plus digne de Frank Herbert que le précédent.
Personnellement, j'aurais fait un seul livre avec les deux derniers et coupé quelques bouts qui se répétaient. le livre aurait été plus consistant et les longueurs auraient été éliminées. Sans être en extase de cette fin de la saga, je dois dire que j'ai quand même apprécié.
Commenter  J’apprécie          10
jcamille
  02 mars 2010
J'ai pas trop accroché avec la suite de Dune écrits par le fils Herbert mais celui-là étant la conclusion du cycle (a priori !), je pense en arriver au bout.
Le principe faire revivre les gholas de tous les personnages connus et disparus de Dune pour un affrontement final avec les robots (les méchants). Même les fameux vers de sables disparus de Dune détruite vont renaître sur différentes planètes dans différents milieu.
Un peu tiré par les cheveux mais bon.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   20 mai 2012
Dans un canot de sauvetage, deux naufragés vont à la dérive sur une mer inconnue. L'un dit : "La-bas! j'aperçois une île. Notre meilleure chance est d'y aborder, de nous construire un abri et d'attendre les secours." L'autre répond : "Non, nous devons aller plus loin, dans l'espoir de trouver une zone fréquentée par des navires. c'est là notre meilleure chance." Incapables de se mettre d'accord, ils en viennent aux mains, l'embarcation chavire et ils meurent noyés.
Telle est la nature de l'humanité. Quand bien même il ne resterait plus que deux personnes dans tout l'univers, elles en viendraient à former deux factions opposées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
fnitterfnitter   26 mai 2012
L'humanité que nous avons en commun devrait, par définition, faire de nous des alliés. Mais la triste réalité, c'est que ce sont nos similarités mêmes qui semblent constituer de vastes différences et des obstacles insurmontables.
Commenter  J’apprécie          170
fnitterfnitter   19 mai 2012
Pourquoi la religion est-elle importante ? Parce que seule la logique ne peut pousser quelqu'un à accomplir de grands sacrifices. Mais moyennant une ferveur religieuse suffisante, les gens sont prêts à s'engager dans des combats sans espoir, et se considèrent comme bénis de pouvoir le faire.
Commenter  J’apprécie          120
bioprofbioprof   22 mars 2015
L’ouvrage nous tient en haleine jusqu’aux 50 dernières pages. Il est impossible de décrocher tellement on attend le fameux Kralizec. Et là c’est le désenchantement, la désillusion… le Kralizec imaginé n’aura pas lieu et au lieu de ça on assiste à un retournement de situation des plus impromptus, sorte de happy end à l’américaine qui ne convient véritablement pas à la saga.Là où Franck Herbert avait compris que l’équilibre provenait de déséquilibres perpétuels, d’une inconstance permanente, son fils imagine l’avènement d’une société utopique où tout irait bien dans le meilleur des univers. Un happy end pourquoi pas…!! Mais une vision aussi naïve des choses est désolante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dbaudeletdbaudelet   11 mars 2012
Nous sommes persuadés que la confession devrait conduire au pardon et à la rédemption. Mais au contraire, elle ne fait généralement que susciter de nouvelles accusations.

Dr Wellington Yueh, réflexion codée.
Page 264.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Brian Herbert (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brian Herbert
Non sous-titré.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2984 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre