AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de clavierbepo


clavierbepo
  16 juillet 2014
Prémonitoire sur l'avenir de l'humanité, Brian herbert s'est démarqué à la fois de son père d'Asimov.
Le fiston mérite les honneurs pour avoir entrepris de monter une telle fresque.

Des hommes voulaient mettre fin aux inégalités de la société. Ils se sont soulevés contre le reste de l'humanité en mettant leurs cerveaux dans des corps de machine et ils ont gagnés l'éternité.
Mais dans leurs quête aveugle, ils ont fait confiance aux machines et ont été supplantés par celles - ci.
Une guerre Machine - Homme a eu lieu.
L'humanité a essuyée de nombreuses pertes. Les rescapées sont refugiés sur des mondes menacés ou esclaves.
L'histoire commence à la veille de la grande guerre, celle ou l'homme ira jusqu'au bout.
Il y a de nombreuses histoires qui se déroulent en parallèle.
B Herbert déroule le scénario pour chacun de ces univers dont le destin va se croiser. Un événement sera le déclencheur. Il bouleversera l'avenir de l'humanité, déjà très secouée.
B Herbert a su développer :
- le point de vue des machines conquérantes, persuadées d'agir pour la bonne cause, insensibles de leurs exactions. Il y a de nombreux passages détaillant l'intelligence propre aux machines, même si cela doit amener à la mutilation, aux meurtres, ou à l'extermination de la race humaine si nécessaire.
- les humains, indignés et intimement meurtris par les massacres, sont prêts à tout pour sortir de ce destin obscur.

Par exemple, des sorcières commencent à soupeser les enjeux de leurs pouvoirs psychiques. Elles seront à l'origine du bene gesserit

Il y a beaucoup de critiques qui ont n'a pas interceptés ces thèmes profond.
Commenter  J’apprécie          40



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus