AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacqueline Huet (Traducteur)
ISBN : 226618962X
Éditeur : Pocket (11/11/2009)

Note moyenne : 3.24/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Dans un futur très proche, notre planète est désormais coupée en deux zones : la Zone verte, où les humains ont dominé et asservi la nature, et la Zone rouge qui reste à conquérir. C’est le cas de l’immense forêt du Mato Grosso au Brésil que l’Organisation Écologique Internationale compte bien contrôler définitivement. Grâce à des bombes chimiques mortelles et des armes utilisant les vibrations, l’OEI élimine tous les insectes et nuisibles de la surface de la Terre.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  12 mai 2016
Dans ce roman de Frank Herbert, une organisation (OEI) contrôle l'équilibre de la nature. Elle a, en autre, la charge d'éliminer tous les insectes nuisibles. Ce programme a parfaitement fonctionné en Chine mais au moment de le mettre en place au Brésil, quelques problèmes apparaissent. Certains insectes ont muté et sont d'une taille hors norme.
Un livre sur l'écologie datant du milieu des années 60. le départ est intéressant, avec de l'action mais bien vite on tombe dans l'oeil du cyclone ou il ne se passe plus grand-chose. J'ai vraiment eu toutes les peines à finir, beaucoup de blabla pour pas grand-chose. Nous sommes bien loin du chef d'oeuvre "Dune".
Commenter  J’apprécie          310
meygisan
  30 juin 2013
La comparaison avec le cinéma s'est d'emblée imposée à moi pour ce livre. Il commence en effet comme un bon vieil épisode de X files où des hommes et des femmes sont confrontés à un danger "sur"naturel qu'ils ne comprennent pas et pour lequel certains d'entre eux ont même une grande réticence à admettre la réalité. Ce danger prend la forme d'insectes contre nature, géants dont l'existence même est une aberration. L'auteur nous mène un peu en bateau, ne sachant pas sur quel pied danser avec ces monstres présentés comme dangereux, mais issus tout de même de la nature, d'une nature qui semble dans son bon droit de vouloir reprendre les rênes de la planète. Cette nature présentée à travers un personnage mystérieux, une entité toute puissante, animant, contrôlant des "incarnations" et menant des sortes d'expériences sur les êtres humains. Puis le récit se transforme en un espèce de "huis clos"; les personnages principaux sont coincés sur un radeau de fortune, au milieu de cette nature hostile et l'auteur s'amuse avec leurs émotions, leurs nerfs, leurs réactions face à l'inconnu, au danger, à la mort. Leur santé tant physique que morale est rudement mise à l'épreuve jusqu'au dénouement quelque peu déconcertant mais légèrement attendu et entendu, sans trop de surprises donc. Les intéractions des personnages, leur psychologie fouillée dans des situations inhabituelles, hors du commun, fait pour moi le point fort de ce roman. Mais j'ai quand même le sentiment d'une histoire inachevée, donc frustrante. J'aurais aimé que l'auteur aille plus loin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Varaha
  31 décembre 2017
Ce livre date de 1966 et pourrait très bien avoir été écrit aujourd'hui. On pensait déjà à l'époque aux désastres pouvant être occasionnés par l'être humain sur la planète, et on peut dire que rien n'a changé depuis, ou si peu. C'est désolant.
"L'argent n'est pas comestible, ne recelait en apparence aucune énergie et ne constituait pas un matériau de construction bien intéressant."
L'Homme qui se remet en question, quelle idée ! Pourtant, ça ne pourrait nous faire que du bien, si ça n'arrive pas trop tard, bien sûr.
"Qui serait capable de s'arrêter avant qu'il ne soit trop tard ?"
Peut-être que si les humains avaient un coup de main... Et encore faudrait-il qu'ils l'acceptent !
"Elle sentait qu'elle allait être plongée dans une sorte de drame cosmique, mais pour cette audition, elle ne disposerait ni de script ni de répétition ; un drame sans paroles ni musique, pour lequel elle n'avait pas appris son rôle."
"Plus la serre contient de formes de vie et plus la vie sous toutes ses formes est protégée."
Si seulement on arrivait à renouer avec la nature, en la respectant pour ce qu'elle est et pour tout ce qu'elle nous apporte, et non pas pour ce qu'on voudrait qu'elle devienne.
"La vie en profusion est la vie florissante."
J'ai beaucoup aimé ce roman. Oui, c'est de la science-fiction, mais pas seulement. Il contient aussi beaucoup de pistes de réflexion très importantes et fort intéressantes pour notre futur à tous. Il suffirait de les voir et de les suivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sebulon
  05 avril 2010
C'est un roman qui date de 1966. Déjà à cette époque, l'écologie semblait préoccuper l'auteur.
Joao, le héros principal, est un bandeirantes. Lui et ses hommes combattent les insectes dans la zone rouge à l'aide de fusils atomiseur distillant poisons et pesticides.
A Bahia, dans la zone verte, il rencontre Chen-Lhu, un représentant chinois de l'OEI et Tanja, une entomologiste irlandaise qui paraît être sous ses ordres.
C'est aussi là, qu'il croise un insecte bien plus gros que la normale. Chose jamais vu dans la zone verte.........

Les premiers chapitres sont sympathiques, avec un peu d'action et du mystère. D'où vient cet insecte géant ?
Hélas, la suite s'avère ennuyeuse. On se retrouve tout à coup dans un huis clos entre les trois personnages principaux mais il ne s'y passe pas grand chose. Et lorsque l'on arrive à bout des quelques 250 pages (ouf !) de ce roman, on est déçu. On a une sensation d'inachevé. Dommage.
Le petit point positif, c'est le personnage de Chen Lhu. Celui-ci cache ses véritables intentions. Son visage ne trahit (presque) jamais ses pensées, ses sentiments, ses peurs. Et il a une bonne répartie, essayant d'avoir toujours le dessus sur ceux qu'il essaye de manipuler.
Donc voilà, a réserver aux fans de l'auteur........... et encore............
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Dempiller
  13 octobre 2010
Que dire ? C'est un livre court qui se lit vite... Il y a de l'action, de l'aventure (une seule en fait du début à la fin).
Je ne sais pas si c'était un clin d'oeil à la fantasy mais on rencontre les protagonistes dans une brasserie/auberge. C'est l'endroit où ils se croisent et l'aventure va commencer peu après.
Les protagonistes ont des caractères assez intéressants et il est amusant de voir leurs réactions dans les pires situations... En effet, leur sang-froid sera mis à rudes épreuves et on n'aimerais pas être à leur place.
On escortera principalement Joao, "bandeirante" dont le métier est d'éradiquer toute espèce d'insectes... C'est un homme d'action, un mercenaire qui n'a pas froid aux yeux. le sort va se retourner contre lui et il va se retrouver traquer par la nature qu'il traquait lui même...
Très vite, les différents protagonistes vont se retrouver ensemble dans cette situation et il est parfois question de perfidie, de complots secrets et on se demande si les protagonistes vont s'aider ou se "lyncher" l'un l'autre pour optimiser leurs propres chances de survie. Pourront-ils s'en sortir ? Si oui, le pourront-ils ensembles ?
Il est donc question de nature et aussi de l'équilibre de la planète grâce à cette dernière. Frank Herbert a été très visionnaire sur ce coup là.
La nature va se rebeller contre le génocide que l'humanité effectue sur elle, il va y avoir également des mutations et d'autres surprises... Qui pensait que la nature n'était pas intelligente ?
Il se passe une guerre entre les Hommes et la nature, qui l'emportera ? La nature est elle hostile ou désire-t-elle un marché équitable voire un dédommagement ? Que des questions dont vous découvrirez les réponses uniquement en lisant ce roman.
Je ne sais pas que dire de plus car il est assez court et qu'il se dévore, de plus je ne compte pas vous spoiler le scénario.
Vous pouvez retrouver cette critique sur mon blog :
Lien : http://lazonelibre.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
picturapictura   26 août 2014
Ceux de sa race avaient caressé l'idée de travailler avec les abeilles. Mais elle se heurtait à des obstacles insurmontables : une abeille ne peut raisonner avec un humain . Or, il était urgent que les humains entendent raison avant que toute vie ne disparaisse.
Commenter  J’apprécie          100
finitysendfinitysend   20 juillet 2017
Mais autant qu'on puisse haïr la vie , on ne l'en aime pas moins.
Commenter  J’apprécie          360
TipeeTipee   20 mars 2018
Le cerveau se mit à réfléchir à cette étrange appréhension de l’existence. Ce transfert d’énergie inférieure source de visions imaginaires ; simples plans et schémas, pourtant capables d’emprunter des voies contraires à l’instinct de conservation. Qu’elle était donc curieuse, subtile et belle à la fois, cette découverte de l’humanité, copiée et adaptée depuis aux usages d’autres créatures. Qu’elle était noble et admirable cette manipulation de l’univers entier à l’intérieur des frontières passives de l’imagination.
Pendant un instant, le cerveau s’essaya à simuler les émotions humaines. La peur et l’instinct grégaire ne lui posaient pas de problèmes, mais il avait beaucoup plus de mal à saisir cette variante de la peur, ce réflexe pustuleux qu’on appelait la haine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
domisylzendomisylzen   12 mai 2016
Il paraît que certaines plantes sont en voie d'extinction par défaut de pollinisation.
Commenter  J’apprécie          150
domisylzendomisylzen   28 février 2016
Plus la terre contient de formes de vie, plus la vie sous toutes ses formes est protégée.
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Frank Herbert (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frank Herbert
"Dune", de Frank Herbert (Alchimie d'un roman, épisode n°32)
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2684 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre