AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Demuth (Traducteur)Guy Abadia (Traducteur)Gérard Klein (Préfacier, etc.)
ISBN : 2221913299
Éditeur : Robert Laffont (23/10/2003)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 27 notes)
Résumé :

Le Cycle de Dune, chef-d'œuvre de Frank Herbert (1920-1986), couronné par un prix Hugo et un prix Nebula, est pour la première fois intégralement réuni en deux volumes. Dune a été porté à l'écran par David Lynch et à la télévision par William Hurt. On en a tiré un jeu, et d'innombrables illustrateurs s'en sont inspirés. Arrakis, ses vers des sables et ses Fremen ont enflammé d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Philemont
  22 janvier 2013
Tout a déjà été dit et écrit au sujet du Cycle de Dune de Frank HERBERT. Il fait en effet parti des sagas de Science Fiction les plus connues et les plus lues et relues dans le monde entier, et ce plus de quarante ans après la publication du premier tome. On peut donc sans hésiter parler de classique du genre, et même de chef-d'oeuvre.
La présente chronique n'a donc d'autre ambition que d'afficher mon accord avec ce constat et de rappeler succinctement quelques éléments de la structure du cycle et quelques unes des raisons qui font qu'il est un incontournable du genre.
Rappelons préalablement que Dune c'est Arrakis, troisième planète du système de Canopus. C'est aussi et surtout une planète désertique peuplée originellement par les fremens et les immenses vers des sables. Il est d'ailleurs supposé qu'une grande partie du sable qui recouvre Arrakis est produit par l'action de ces vers, de même que le Mélange, l'"épice des épices", dont Arrakis constitue l'unique source, et qui est très prisée par l'Empire, notamment pour ses propriétés gériatriques.
L'Empire est de type féodal. Chaque planète le composant est dirigée par une Maison Majeure dont les représentants composent le Landsraad qui, avec l'Empereur, décrète les lois de l'univers connu. Les Maisons Mineures sont quant à elles des entrepreneurs planétaires qui peuvent grâce à leur puissance financière ou leurs alliances accéder au rang de Maisons Majeures par un vote lors d'une réunion du Landsraad.
La puissance économique est toutefois entre les mains de deux représentants : le Combinat des Hônnetes Ober Marchands (CHOM) d'une part, qui gère les échanges commerciaux entre les différentes planètes de l'Empire, la Guilde des Navigateurs d'autre part, qui dispose du monopole du voyage spatial et de la banque.
Le progrès technologique est pour sa part grandement dépendant de la Confédération d'Ix et du Bene Tleilax ; la première est le principal producteur et fournisseur d'objets manufacturés, le second est une mystérieuse École spécialisée en biogénétique.
Et puis il y a également l'Ordre des Mentats, ceux-ci étant en quelque sorte des "ordinateurs humains", puisque formés à la logique la plus poussée depuis que les robots et machines pensantes sont interdits dans l'univers (le Jihad Butlérien). Il y a encore les docteurs Suk, médecins sans égaux dans l'Empire. Il y a enfin le Bene Gesserit, une Ecole exclusivement féminine, et dont les pouvoirs dans l'Empire relèvent tant du spirituel et du religieux que de l'eugénisme.
Telle est la situation de l'univers connu au moment où démarre le cycle de Dune. L'intégralité de ce dernier est alors consacrée à l'évolution parallèle de la Maison Atréides, d'Arrakis, et de l'humanité toute entière sur pas moins de cinq millénaires et six romans.
Les deux premiers romans constituent le coeur du cycle [Dune (Dune, 1965) < ;-D et le Messie de Dune (Dune Messiah, 1969) :-))]. On y suit le destin de Paul Atréides dans la conquête du pouvoir qui le conduira à une situation telle que le seul moyen de faire avancer son oeuvre, qui passe par la transformation écologique d'Arrakis, et le contrôle total de la production et de la distribution de l'épice, sera de se sacrifier.
Les deux romans suivants sont consacrés à son fils Leto qui fera tomber le régime tyrannique d'Alia, la soeur de Paul, en obtenant l'immortalité et un statut de divinité [Les enfants de Dune (The Children of Dune, 1976) :-))]. Mais 3 500 ans plus tard, son régime est lui aussi devenu tyrannique et l'Empire est entré dans une phase de stagnation, les forces en présence n'étant plus guère que les serviteurs de l'Empereur-Dieu ; mais Leto suit immuablement son "Sentier d'or" car il sait que le renouveau de l'humanité passera par sa propre destruction physique dont il attend le catalyseur [L'Empereur-Dieu de Dune (God Emperor of Dune, 1981) :-))].
Près de deux millénaires après la disparition de l'Empereur-Dieu, sa conscience est dispersée dans les vers géants de Dune. A cette image, le pouvoir dans l'univers est de nouveau partagé entre les diverses forces en présence, chacune se disputant l'hégémonie. Et puis Dune, désormais appelé Rakis, n'a plus le monopole de l'épice, le Bene Tleilax ayant découvert le moyen de la synthétiser. Enfin, de nouveaux protagonistes sont apparus, en particulier les Honorées Matriarches, une sorte de Bene Gesserit dont l'objectif se résume à l'expansion non contrôlée, le sexe et à la violence devant leur garantir de dominer un univers connu de plus en plus vaste. Ainsi le Sentier d'or de Leto n'est-il plus unique et linéaire ; c'est ce que les historiens de l'univers connu appellent la Grande Dispersion [Les Hérétiques de Dune (Heretics of Dune, 1984) :-)) et La Maison des mères (Chapterhouse : Dune, 1985) :-))].
Cette brève présentation ne rend bien sûr qu'imparfaitement hommage à la richesse du cycle de Dune. Celui-ci décrit en effet un univers complet, complexe et cohérent, en mettant en scène des dizaines de personnages et en entrelaçant une multitude d'intrigues politiques et économiques pensées dans leurs moindres détails. L'oeuvre est également remarquable pour la psychologie de ses personnages. A cet égard, le personnage de Paul Atréides dans Dune et le Messie de Dune est un exemple de densité et de profondeur pour une oeuvre de fiction en général, une oeuvre de Science-Fiction en particulier.
Bien sûr, le cycle de Dune n'est pas toujours facile d'accès. A l'action, Frank HERBERT préfère bien souvent la réflexion sur le pouvoir, la politique et la religion, et surtout sur les interactions entre ces trois composantes de toute société humaine. Par le prisme de l'écologie de Dune, il en va in fine de la pérennité de l'humanité et le lecteur qui en découvre la démonstration dans ce cycle de Science Fiction, découvre dans le même temps une oeuvre littéraire majeure. Il est vrai qu'HERBERT sait mettre en valeur son univers et ses thématiques par une écriture parfaitement fluide.
Notons enfin que l'édition présentée ici est complétée par un important et intéressant dossier consacré à Frank HERBERT et à son cycle majeur.
Le Cycle de Dune :
1- Dune
2- le Messie de Dune
3- Les Enfants de Dune
4- L'Empereur-Dieu de Dune
5- Les Hérétiques de Dune
6- La Maison des Mères
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean
  07 avril 2016
Dune" s'offre à plusieurs niveaux de lecture. Il sera dévoré par les plus jeunes comme un superbe et haletant roman d'aventure et même de formation puisqu'il accompagne Paul de ses 15 ans dominés par ses parents à sa totale émancipation (pour le moins). Les ainés choisiront peut-être d'y lire entre les lignes. L'Épice leur fera penser au pétrole et autres richesses fossiles d'autant que les modes de vie des Fremen évoquent fatalement les Touareg et autres peuples de pays dotés de richesses minérales. Les Bene Gesserit évoquent un mélange de religion et d'intellectualisme pour lequel on établira facilement des parallèles avec des éléments connus de nos sociétés. Quant aux contrepouvoirs du transport et du commerce... il n'y a même pas à chercher. Grande force positive de ce roman: l'importance primordiale donnée à l'éducation. L'éducation est la clé de tout, sans elle, même les héros ne seraient rien.
Commenter  J’apprécie          10
arcade_d
  30 mai 2017
En fait voilà, un cycle de Franck Herbert à lire ! Il nous offre des sujets de méditation sur l'humain, l'humanité, les relation entre humains et le Cosmos !
Une quête complexe de vie ! La vie est complexe !
Un cycle qui nous fait comprendre que la simplification c'est la mort ! La décomposition en de simple élément s'appelle putréfaction !
On ne peut chercher que la clarté dans le complexe !
Commenter  J’apprécie          40
TanePistache
  27 juin 2017
Je n'ai pas accroché, ni avec l'univers (j'avais l'impression que l'auteur s'était amusé à faire un patchwork de différents éléments culturels de régions désertiques bien réelles assorties avec tout un imaginaire de l'espace - oh les petits hommes pas verts !; bref, j'ai trouvé qu'il ne s'était pas trop foulé point de vue créatif), ni avec les personnages que j'ai trouvé plats, plats, plats...
Alors oui, j'imagine quelques regards assassins lancés derrière vos écrans. J'ai bien compris l'importance de ce bouquin qui était pionner en la matière, et vachement bien fait, et super original à l'époque. Seulement voilà, moi je ne l'ai découvert que maintenant, et je suis pas fan c'est tout. Contente de l'avoir lu parce que c'est un "classique" du genre en quelque sorte.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
NicolasFJNicolasFJ   05 juin 2014
On ne peut comprendre un processus en l'interrompant. La compréhension doit rejoindre le cheminement du processus et cheminer avec lui.
Commenter  J’apprécie          30
arcade_darcade_d   30 mai 2017
Tous les comportements pré-structurés ont tendance à se dérouler sans être remis en question, amassant ainsi des forces d’inertie destructrices.

La maison des mères
Commenter  J’apprécie          20
arcade_darcade_d   30 mai 2017
Les chaînons les plus faibles d’un groupe humains créent des manques que les autres doivent combler, et le tout en est renforcé.

La maison des mères
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   07 avril 2016
Mon père me dit une fois que le respect de la vérité est presque le fondement de toute morale. «Rien ne saurait sortir de rien.» disait-il. Et cela apparaît certes comme une pensée profonde si l'on conçoit à quel point «la vérité» peut-être instable.
Commenter  J’apprécie          00
DanieljeanDanieljean   07 avril 2016
Quand la loi et le devoir ne font qu'un sous la religion, nul n'est plus vraiment conscient. Alors, on est toujours un peu moins qu'un individu.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Frank Herbert (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frank Herbert
"Dune", de Frank Herbert (Alchimie d'un roman, épisode n°32)
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2953 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre