AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266152521
Éditeur : Pocket (09/06/2005)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 1027 notes)
Résumé :
Sur Dune, la planète des sables, les prophéties s'accomplissent : le désert devient jardin. Du coup, les vers géants se font rares et l'Épice de prescience vient à manquer. Tout ce qui reste de l'épopée de Muad'Did, c'est un empire conquis des guerriers déchus, des prêtres tentés par la théocratie. Et les deux jumeaux, Leto et Ghanima, qui portent en eux les souvenirs d'innombrables générations. Y compris, peut-être, l'antique Abomination redoutée par les sœurs du B... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
Wiitoo
  12 avril 2014
Personne ne pourra m'enlever de l'idée que Frank Herbert a franchement abusé, lui-même de l'épice pour écrire ce troisième tome !
Je l'ai trouvé bien plus compliqué que les deux premiers et un peu moins brillant dans son écriture. En particulier les 200 premières pages qui ne sont qu'une succession de réflexions ou de pensées complexes ou il faut vraiment s'accrocher pour tenter d'en saisir toutes les finesses et ainsi comprendre ce qui trotte dans la tête de ses personnages. Ils sont d'ailleurs tous là, les morts comme les vivants, et sur ce point, il n'y a au moins pas de difficulté particulière.
L'histoire se concentre sur les enfants de Paul, Leto et Ghanima que l'on retrouve à l'âge de 9 ans et qui vont avoir fort à faire afin de rester en vie. Grace à la prescience Leto sait ce qu'il doit faire pour devenir le prochain empereur de Dune mais la route est semée d'embûches et d'incertitudes. Ce ne sont pas les complots qui vont manquer jusqu'au plus profond de leur famille et il ne leur sera pas facile (à nous, lecteur, non plus) de comprendre qui sont les biens intentionnés et ceux qui complotent pour les voir morts.
Il n'en reste pas moins que le cycle de Dune est un petit chef-d'oeuvre du genre mais je regrette néanmoins que son auteur rende au fil des tomes son oeuvre de plus en plus exclusivement destinée à ceux qui consomme la même épice que lui. Un peu plus d'histoire et d'action et un peu moins de delirium aigü semblent être les permissent du tome 4 que j'ai commencé et ce n'est pas pour me déplaire.
Note 3/6
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5218
boubously
  27 octobre 2014
Dune est devenu une planète beaucoup moins hostile ou l'eau n'est plus une source rare grâce a Muad Dib. La conséquence de ce renouveau est la rareté des vers des sables ce qui entraîne un manque d'épice et l'institutionnalisation des Fremen si sauvages et guerriers autrefois. C'est un empire dirigé d'une main de fer par Alia que l'on soupçonne d'être une abomination c'est a dire d'être possédée en ayant été trop loin dans l'exercice de la prescience dont le pouvoir est critiqué dans toutes les villes par un étrange Prêcheur aveugle ayant des dons d'avenir et que l'on prétend être Paul. Les jumeaux Leto II ET Ghanima " enfants de Paul et Chani " quant a eux portent en eux les souvenirs de toutes les générations passées et vont tenter d'échapper a tous les complots qui ont pour but leurs extinctions. Quand a Jessica appartenant aux soeurs du Bene Gesserit, elle revient sur Dune afin de tenter de réparer les erreurs du passé.
Manque d'action dans ce tome largement meilleur non sans mal que " le Messie de Dune " mais beaucoup moins captivant que le "1er Dune original".
Il y a des complots divers, une vraie profondeur dans les personnages mais qu'il est difficile d'aller au bout de cette histoire alambiquée qui parfois frôle l'ennui.
Le sujet le plus intéressant reste évidemment l'évolution physique et psychique de Leto II qui va devenir un être mystique et surnaturel certainement incontournable dans ce cycle.
Dommage que l'on ne retrouve pas tous les éléments qui ont fait le succès du 1 er tome. Cela manque pour moi de Fremen et de Vers des sables mais nous assistons a une période historique différente. La fin quand a elle est inattendue et inquiétante...
Je mettrais la note de 3,5/5 ayant passé tout de même un bon moment. Cela m a donné envie de lire malgré tout le tome suivant " l empereur Dieu ".


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
idevrieze
  29 août 2013
Un Empire sur le déclin
Muab'Dib est parti, plein de désillusion entre sa tâche à accomplir, sa peur de tout sacrifier pour le faire, contre les hommes aussi. Il est parti seul dans le désert, vers ses origines, aveugle pour se faire dévorer par un ver géant. Mais est il toujours vivant ? On parle d'un prophète qui arpente les Dunes et qui dit certaines vérités.
Jessica part elle aussi de cette planète, déçue, triste et amère. Elle rejoint le Bene Gesserit. Aussi, elle laisse la direction de la planète à Alia, la soeur de Paul, qui n'a aucune expérience, qui est fragile et si jeune, pour assurer la transition avec Leto et Ghanima, les héritiers directs. Alia est aussi l'Abomination et elle doit combattre la folie qui menace de la frapper à tout moment. Aussi, elle n'a aucune prise sur laquelle se rapprocher.
Pendant ce temps là, le désert recule et les vers se font rares. S'il n'y a plus de vers géants, il n'y aura plus l'Epice de prescience qui est un grand enjeu dans la galaxie. Mais surtout, au travers de cette disparition, c'est tout un peuple, les Fremens qui sont sur le déclin. Ils perdent de leur superbe, ils sont sur le déclin. Ils perdent leur identité.
Franck Herbert nous fait là une magnifique analyse d'une civilisation qui s'éteint, de ce moment dans tout peuple charnière où quelque chose doit se passer avant l'effondrement. C'est là qu'on voit l'importance du leader, d'une famille impériale forte. Il nous montre ce que c'est un gouvernement de transition, où tout s'envenime, et il le fait de manière magistrale. Vous aurez tout au long des pages une atmosphère lourde, pesante, malsaine. Vous aurez une histoire qui s'étire, qui s'étiole vers la fin.

Des intrigues pour garder des privilèges ou des intrigues pour amorcer un renouveau.
Alia, la soeur de Paul, est écrasée par la responsabilité, alors qu'elle est si jeune. Elle doit diriger une planète entière mais en plus, elle doit assurer le symbole religieux de sa mère. Tant de pouvoir dans sa main alors qu'elle sait qu'elle n'est pas la légitimité du pouvoir qui doit revenir à ses neveux. Elle sait qu'elle n'a pas la vocation de messie (son frère), de sage (sa mère) et n'est pas non plus le symbole du renouveau (ses neveux). Son amour, lui, est un Mentat, c'est à dire, un humain décédé que l'on a cloné et avec des émotions, des ressentis, des attitudes qui ne sont pas humaines. Au milieu de tout cela, elle se sent seule, perdue, terrifiée. Elle va aussi tenter de ne pas sombrer dans la folie et de conserver le pouvoir. Nous avons donc un pouvoir qui s'enlise, qui va pousser à la corruption, aux manipulations politiques non pas pour le bien du peuple mais pour la conservation du pouvoir.
Leto et Ghanima représentent, eux, l'avenir. Mais il n'ont que 9 ans. Ils sont dépositaires de la sagesse de tous les anciens. Mais leurs parents leur manquent aussi la tentation est vraiment forte de ne pas sombrer dans l'Epice et les faire revivre au travers de leur expérience intérieure. Leur salut est qu'ils ne sont pas seuls et qu'ils connaissent l'état d'Alia, l'Abomination. Ils ont donc conscience du danger qu'ils encourent. Pour Leto, une quête initiatique devra commencer pour retrouver son père, quête qui se terminera par de la désillusion pour lui. Il se rendra compte que son père est un homme brisé qui a eu peur de se sacrifier. Pour Ghanima, elle devra apprendre à déjouer les complots politiques, à servir de monnaie d'échange, de n'être qu'un pion utile dans ce grand jeu.
Enfin, Jessica sera toujours tiraillée entre cette planète où elle a vu disparaître son mari et son fils et son statut de Bene Gesserit. Elle a des devoirs envers son ordre. de plus, lorsqu'elle revient, elle se rend compte que sa fille est réellement l'Abomination et que c'est de sa faute, car elle l'a abandonnée. Enfin, elle privilégie le pouvoir et la génétique, au point qu'elle vendra sa petite fille pour un mariage. Je n'aimerai pas être dans le rôle de cette femme qui sera toujours tiraillée entre devoir et envie.
En bref, un tome très long et très dense mais nécessaire pour la suite. Il fut ardu à lire celui-là mais j'ai eu l'impression de vivre 100 vies avec.
Lien : http://labibliodekoko.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
belette2911
  12 mars 2016
Je ne sais pas si – comme le dit Wiitoo – Franck Herbert a abusé de l'épice pour écrire ce troisième tome mais je pense qu'il m'en aurait fallu une bonne dose, à moi, pour arriver à apprécier ce volet !
Les deux cent premières pages furent une torture car composée presque exclusivement d'une succession de réflexions tellement ennuyeuses et complexes qu'il m'a fallu des Aspirines pour les digérer mentalement et des allumettes afin de tenir mes paupières ouvertes.
Enfin, cela m'a permis d'apprendre que sans les vers de sable, plus d'épice et là, c'est la catastrophe assurée vu tout ceux qui en dépendent, dont la Guilde et le Bene Geserit.
Les enfants de Paul Atréides (Muad'Dib), les jumeaux Leto et Ghanima ont maintenant 10 ans. Les enfants ? Difficile à les catégoriser lorsqu'on a un corps d'enfant mais une capacité d'adulte et la conscience de ceux qui vous ont précédés. J'ai trouvé leur personnalité bien esquissée puisque nous étions face à des gamins avec des conversations d'adultes.
Ici, ce qui tue, c'est un certain manque d'action, trop de blablas (et même pas le zéro tracas), un récit lourd, des pensées toutes aussi complexes les unes que les autres, des considérations ennuyeuses et une pléthore de complots qui font que, à la fin, on ne sait plus qui complote sur qui ou qui ne le fait pas.
Même les morts se sont mis à comploter. Trop de complots tue le complot. Brouillard total vu combien je peinais pour tourner les pages, y perdant mon latin et mon envie de poursuivre.
Ouf, de temps en temps, des choses agréables à lire. Mais je les compte sur les doigts d'une main. Bien que le dernier cinquième du roman soit un peu plus mouvementé et moins chiant à lire.
Ce troisième tome aborde la transition de pouvoir : Paul Atréides n'est plus et ses enfants vont avoir bien du mal à sortir de tous ces complots qui tournent au-dessus de leurs têtes. Snif, mon prophète Muad'Dib n'était plus là pour agrémenter mes pages lectures. Enfin, son ombre était là, mais sans lui, ce n'est plus le même.
De plus, Dune est devenue une planète moins hostile, une partie des déserts sont devenus des jardins luxuriant et France Gall pourrait nous chanter « Quand le désert recule » tant le paysage change, faisant de ce fait changer le peuple du désert, les Fremens.
Eux, ils ont perdu de leur superbe depuis que le désert recule ! Les Fremens n'ont pas avancé, mais reculé avec lui : certains vivent même dans des maisons et cela m'a fait mal au coeur de voir ce peuple du désert devenir aussi crétin que les habitants des villes, devenant eux aussi des con-sommateurs.
Une qui m'a déçue, c'est Alya. Son personnage a bien changé et moi qui avait un faible pour elle, et bien, je suis atterrée de voir comment elle a si mal tourné, la pauvre. La peur était une mauvaise conseillère et les voix aussi.
Quant à Dame Jessica, à la fin, je me demandais bien pour qui elle roulait.
Ce troisième tome est surtout l'analyse d'une civilisation sur le déclin, un peuple qui est en train de perdre ses racines, ses valeurs, ses repères, sa solidarité, son système clanique, surtout chez les jeunes, plus attiré par un nouveau mode de vie que celui qui était fort rude dans les sietchs.
Un roman qui complote dans tous les coins, blablate trop, endort son lecteur (en tout cas, moi, il m'a endormi) et lui donne envie d'abandonner sa lecture.
Si je dois lire le tome 4 et qu'il est du même acabit que le 3, je pense que je vais consommer de l'épice afin de pouvoir le lire et comprendre tout leur délires délirant.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
Z3D
  19 juillet 2010
Connaitre l'avenir ne rend pas plus heureux, c'est une morale qui pourrait s'appliquer à ce livre.
Dans ce 4 eme tome de Dune, nous nous retrouvons environs 10 ans après le messie de Dune, les jumeau Leto II et Ghanima, les enfants de Paul, ne sont pas vraiment des enfants puisse qu'ils partagent l'expérience et la vie de nombreux être en eux.
Alia la soeur de Paul est devenue folle à cause de ses voix intérieurs. le désert se rarefie sur Arrakis entrainant la disparition des vers et donc de l'épice .
Tous ont un plan pour organiser le futur, Alia (ou le Baron) veut tout gouverner, le Bene Gesserit ne veut pas perdre les gènes des jumeaux et Jessica veut réparer une de ses erreurs.
Les Fremens veulent retourner à leur coutume et au milieu de cela, les jumeaux ne veulent pas devenir fou à l'instar de leur tante. Ils sont également confrontés aux mêmes choix que leur père enfermé dans une vision fixe du futur. Qui est ce mystérieux prêcheur qui essaye de soulever le peuple, détruisant ce qu'est devenu la religion de Muad Dib.
Toujours très bien écrit, personnages, lieux, politique, religion tout est parfaitement construit, du génie à l'état pur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (78) Voir plus Ajouter une citation
arcade_darcade_d   18 avril 2019
La vie du prophète nous enferme dans sa vision, se dit-il. Et un prophète ne pourrait s'échapper de cette vision qu'en créant sa propre mort, en opposition avec la vision. Cela apparaissait ainsi dans la vision redoublée de Leto et il s'interrogea sur le choix qu'il avait fait. Pauvre Jean-Baptiste, se dit-il. Si seulement il avait eu le courage de mourir autrement.... Mais peut-être son choix était-il le plus courageux.... Comment puis-je savoir les alternatives qu'il affrontait ? Mais je sais quelles étaient les alternatives qu'affrontait mon père.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
arcade_darcade_d   15 avril 2019
Un adage Bene Gesserit s'imposa à son esprit : "Soupçonner sa propre mortalité, c'est connaitre le commencement de la terreur. apprendre irréfutablement que l'on est mortel, c'est connaitre le terme de la terreur."
Commenter  J’apprécie          50
arcade_darcade_d   15 avril 2019
Maintenant, elle croit que je vais tuer Dame Jessica, se dit-il.
"Au revoir, ma bien aimée."
Elle ne compris pas ce qu'il y avait de définitif dans sa voix et elle l'embrassa furtivement lorsqu'il la quitta.
Et, tandis qu'il suivait les couloirs du labyrinthe du temple pareils à ceux d'un sietch, Idaho se frottait les yeux, car même les yeux tleilaxu ne sont pas immunisés contre les larmes.
Commenter  J’apprécie          10
arcade_darcade_d   12 avril 2019
" Maintenant, je vais prêcher, dit le Prêcheur. Ceci est un sermon du désert. Je le dis pour les oreilles des prêtres de Muad'Dib, ceux qui pratiquent l’œcuménisme de l'épée. Oui, vous apôtres de la destinée manifeste ! Ne savez-vous point que la destinée a un visage démoniaque ? Vous clamez l’exaltation que vous éprouvez à vivre dans les générations bénies de Muad'Dib. La sainteté a remplacé l'amour dans votre religion ! Vous encourez la vengeance du désert ! "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
arcade_darcade_d   10 avril 2019
Un humain sophistiqué peut devenir primitif. Cela signifie en réalité que l'existence humaine change. Les anciennes valeurs changent, sont reliées au paysage avec ses plantes et ses animaux. Cette forme de vie nouvelle exige une connaissance pratique et ce réseau complexe d'événements simultanés que l'on désigne sous le nom de nature. Elle exige une dose de respect pour la puissance d'inertie de tels systèmes naturels. Lorsqu'un humain acquiert cette connaissance pratique et ce respect, c'est alors qu'on le dit " primitif ". Le contraire, bien sûr existe : le primitif peut devenir sophistiqué, mais non sans subir d'effroyables dommages psychiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Frank Herbert (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frank Herbert
"Dune", de Frank Herbert (Alchimie d'un roman, épisode n°32)
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2684 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..