AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Émilie Gourdet (Traducteur)
EAN : 9782352941934
576 pages
Bragelonne (13/06/2008)
3.8/5   224 notes
Résumé :
Crickley Hall : une vieille demeure comme on n'en trouve que dans les régions reculées de l'Angleterre.
Vaste et sinistre, elle a même l'air un peu menaçant. Lorsque Gabe et Eve Caleigh viennent s'y installer avec leurs deux filles, ils espèrent y trouver la paix, et tourner la page sur le terrible malheur qui a frappé leur famille. Mais quelque chose ne va pas. Bientôt des bruits inexplicables les arrachent au sommeil. Les enfants sont les seuls témoins d'ét... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (71) Voir plus Ajouter une critique
3,8

sur 224 notes

lyoko
  08 octobre 2015
En me promenant dans ma bibliothèque préférée, je suis tombée sur ce livre.... gentillement rangé dans le rayon des 13 ans.. Je crois avoir ouvert des yeux comme des ronds de courgettes (pour les puristes je sais que cette expression n'existe pas.. mais cette petite aparté m'évitera de répondre a des commentaires). Et oui parce que James Herbert pour des jeunos parfois mal dans leurs baskets j'ai trouvé ça étrange. Il n'en a pas fallu plus pour que ma curiosité soit titillée et que je mette le livre dans mon panier.
L'histoire en soit n'a rien d'originale : une maison hantée, des fantômes, une famille ayant subit un fort traumatisme. Mais tout se trouve dans la qualité d'écrivain de l'auteur qui nous balade une fois à droite une fois à gauche mais qui au final nous fait voyager et dans l'espace et dans le temps avec ses différentes histoires qui s'entrecroisent
Par contre par rapport à d'autres écrits de James Herbert celui reste soft. : pas d'hémoglobines, un peu de frissons mais pas de quoi changer de tee-shirt. Je comprends donc pourquoi ce roman était chez les jeunes ados.. néanmoins je pense malgré tout qu'il faut être suffisamment mur pour lire ce livre sans être hanté la nuit .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          529
Siabelle
  16 septembre 2016
James Herbert, cet auteur doué, il écrit des bonnes histoires, qu'est-ce qui nous offre dans ce livre ?
Est-ce qu'il existe bien un secret, au coeur de Crickley Hall ?
On dit que Crickley Hall est une maison hantée, dès qu'on franchit le seuil, on ressent une sorte de crainte.
Lorsque ton chien Chester se sauve, est-ce que ce n'est pas un indice suffisant, qu'il se passe quelque chose d'anormal, dans la maison ?
L'histoire :
James Herbert nous amène dans le quotidien d'une famille éprouvée par un drame. On ressent l'angoisse qui monte, lorsqu'il survient des incidents inhabituels.
La famille demande de l'aide et elle se met à enquêter sur l'histoire et l'origine de la maison.
Qu'est-ce que c'est vraiment Crickley Hall ?
On ressent l'emprise se refermer sur la famille, est-ce qu'elle va découvrir la vérité ?
Est-ce qu'elle va s'en sortir à temps ?
Mes impressions :
Je suis à la fois conquise par l'atmosphère, les décors et les personnages qui hantent cette histoire.
Je suis d'une manière déçue par les répétitions, les longueurs et le surplus de détails fourni par l'auteur.
Lorsque j'ouvre un livre de James Herbert, j'aime toujours découvrir ses histoires. C'est difficile parfois de faire un choix, car il y en a beaucoup. C'est un livre que je lis avec AlbertHenri, j'aime partager avec lui mes impressions.
Je constate encore une fois le talent de cet auteur, il déborde d'imagination et il sait maintenir son intrigue tout au long du roman.
Ma conclusion :
Je trouve que son histoire est un peu longue mais c'est un bon moment de lecture. C'est un récit qui se lit facilement malgré quelques petits défauts. Tu ne peux pas être indifférente par cette famille qui est attachante. L'auteur sait donner une vie propre au décor et il rend les personnages intéressants et complexes.
Je n'oublierai pas cette impression de malaise et je repense à ses légers vertiges que l'auteur a su faire naître chez moi.
J'avertis le lecteur que tu peux être un peu portée à la paranoïa lorsque tu entends des bruits, que tu suspectes quelqu'un derrière toi mais il n'y a personne. Est-ce que tu penserais que c'est un fantôme, un rat, une souris ou un écureuil ? Pourquoi on pense toujours à ses rongeurs ?
Ma note 3.5/5
Sia
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4510
Crossroads
  30 octobre 2011
A louer : Crickley Hall : vieille demeure de caractere qui influera fortement sur le votre ! Dans son grand parc arboré , une charmante balançoire qui ne manquera pas de tenter de vous décapiter à l'occasion sans qu'aucun souffle d'air ne vienne l'expliquer ; sa cave atypique possedant un puit en lien direct avec une riviere souterraine qui vous fera regretter d'avoir seché les cours de natation en cas de crue ; ses bruits aussi étranges que répétitifs ; ses portes récalcitrantes ; ce sentiment d'oppression qui vous étreint une fois l'entrée franchie...A saisir !
Bon , pas franchement ragoutant comme annonce et pourtant , il est une famille qui n'hésitera pas à y venir poser ses valises afin de changer d'air et , accessoirement , tenter d'attenuer la douleur qui les tenaille depuis la disparition de leur petit Cameron , il y a maintenant un an . Gabe et Eve Caleigh , ainsi que leurs deux petites filles , Loren et Cally , esperent ainsi tourner la plus douloureuse des pages de leur histoire familiale afin de continuer à aller de l'avant . Vous l'aurez forcément compris , le pire est encore à venir !
Pour tout dire , je craignais une énieme histoire de maison hantée , de vilains esprits frappeurs dont le theme a été maintes fois rebattu . Cette crainte s'est tres vite estompée car Herbert a l'art de faire du neuf avec du vieux ! J'avais en tete Amytiville , Shining , Poltergeist et tant d'autres...Comment soutenir une telle comparaison tout en renouvelant le genre , intrigant favorablement , par la mème , le lecteur en mal d'histoires occultes ?
Herbert a eu l'ingénieuse idée d'imbriquer différents themes et non pas de se focaliser sur une bete histoire de fantomes . A ne pas confondre avec Fantomette qui , cependant , dans un style quelque peu différent et s'adressant à un public rompu aux pires atrocités , est tout aussi captivante .
Crickley Hall , c'est avant tout l'échappatoire à une tragédie familiale . Cam , 5 ans , déjoue la surveillance de sa mere , Eve , qui depuis , nourrit un sentiment bien légitime de culpabilité . Herbert joue habilement sur la corde sensible du couple en crise qui peine à se reconstruire...
Crickey Hall , c'est également un secret . Une bien étrange disparition d'enfants dans des circonstances qui n'ont jamais vraiment été élucidées de façon indubitable . La corde du mystere fonctionne à merveille et instaure un sentiment de malaise qui ne se départit jamais tout au long du récit .
Crickey Hall , et c'est incontournable dans le genre , recele bien évidemment des secrets ! Cette vieille bicoque a connu une tragédie sans nom et va manifester son hostilité immédiate à quiconque osera en franchir le seuil ! La corde angoisse est tendue à se rompre et nous entraine irrémédiablement vers un final dantesque !
Enfin , il est possible , à Crickley Hall , d'y laver son linge sale et là , c'est la corde...à linge qui est mise à rude épreuve...désolé...je sors...
Herbert , en jouant sur plusieurs tableaux , impressionne favorablement par son talent de conteur aux multiples facettes . Il court donc plusieurs lievres à la fois sans jamais se perdre ! En parlant de lievre , si tu pouvais , toi , ami chasseur , cesser de venir défourailler à tout va - tout en respectant une certaine distance de sécurité - à l'heure dominicale ou blanchit la campagne...mais seulement commencer ta tournée ( non pas des bars , restons lucides... ) mais champetre aux alentours de 14 - 15 h du mat ' , sache que mon vote aux présidentielles de 3024 te serait désormais acquis...
Plusieurs histoires prenantes désservies par des personnages , principaux et secondaires , bien construits ! L'on regrettera peut-etre cette façon manichéenne de traiter les protagonistes...Tu es bon ou méchant mais il te faut choisir ton camp camarade...
Des acteurs travaillés portés par des ambiances qui le sont tout autant ! Herbert injecte la peur à doses homéopathiques et par le biais de tableaux qui ont fait leurs preuves . Description bien flippante de ladite demeure . Un climat au diapason de l'histoire : froid , humide et venteux tirant sur le cataclysmique au final . Des phénomenes aussi angoissants qu'inexplicables qui ne manqueront pas de pimenter votre lecture...Tout est raccord . Un excellent bouquin d'ambiance...
Le Secret de Crickley Hall n'est pas une énieme histoire de maison hantée mais bel et bien un exercice casse-gueule dont Herbert , maitre en la matiere , se sort admirablement ! Lu et approuvé par Casper...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3112
alberthenri
  19 septembre 2016
Décidemment, je n'ai pas beaucoup de chances avec mes lectures communes !
Après "Faerie" de Feist, et "Descendance" de Masterton qui m'ont laissées des impressions mitigées, c'est au tour du roman de James Herbert que j'avais entrepris de lire en LC avec Siabelle qui me laisse déçu !
En fait, je ne l'ai pas terminé.
Non pas que le roman soit mauvais, c'est simplement qu'il est trop long (760 pages) que Herbert, contrairement à Stephen King, ne savait pas garder l'attention du lecteur sur la longueur (avis personnel, donc subjectif) et surtout, soucis que j'ai déjà rencontré, l'impression de "déjà lu" "déjà vu".
J'explique :
Cette histoire de gentille petite famille confrontée à une maison hantée, je l'ai déjà lue (Faerie, La maison des damnés..) et déjà vue (Poltergeist, The conjuring..)
C'est tout le problème de la difficulté de renouveler un genre, et de ne pas blaser le lecteur qui connaît, modestie à part, les codes et les classiques du genre en question...
Cela dit, "Le secret de Crickley Hall" peut être une bonne entrée en matière, pour qui, précisément est novice en littérature fantastique..
Mais j'avertis : c'est long....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          225
LePamplemousse
  11 août 2013
Parce qu'ils ont du mal à vivre la disparition d'un enfant, la famille Caleigh choisit de s'éloigner de leur maison durant quelques semaines. le père accepte donc une mission professionnelle dans une vallée isolée et entraîne avec lui sa femme en grande dépression et ses deux filles de 5 et 12 ans.
Ils emménagent donc à Crickley Hall, une vieille maison anglaise humide et sombre, au bord d'un torrent.
Très vite, des bruits inexplicables les réveillent la nuit.
Au matin, ils découvrent des flaques d'eau alors que le toit ne semble pas fuir et la porte de la cave s'obstine à rester ouverte...
Ils s'intéressent donc au passé de cette demeure et apprennent des choses terrifiantes.
Il ne s'agit nullement ici d'une banale histoire de maison hantée mais d'une vraie étude psychologique sur une famille en grande souffrance, devant de plus affronter une menace invisible.
Cela en fait un très bon roman d'épouvante, car la douleur que ressent cette famille donne une dimension plus « palpable » au malaise qui les assaille.
Sans être "chochotte" j'ai cependant très bien ressentie l'angoisse de chacun des membres de cette famille, que ce soit la peur brute des enfants ou l'angoisse plus rationnelle du père par exemple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
SiabelleSiabelle   05 septembre 2016
- Dont vous êtes un de ces types qui étudient les endroits sinistres.
- Je suis enquêteur en surnaturel, parapsychologue, si vous préférez, et j'étudie en effet les maisons et les bâtiments que l'on dit - en général à tord - hantés par des forces surnaturelles, des apparitions, des voix spectrales ou des esprits frappeurs.
- Des esprits frappeurs ?
- Des esprits malins, démoniaques.
- Ah ouais, je vois ce que c'est. Je leur accorde pas beaucoup de crédit , à ceux-là.
- Bien, nous sommes du même avis.
Mais une fois encore, Pyke remarqua l'expression soup-çonneuse de Gabe. Celui qui se disait parapyschologue reprit :
- Prenons l'exemple des esprits frappeurs, dans ce cas. L'activité d'une telle entité sous-entend des objets qui volent à travers la pièce, des portes s'ouvrent et se ferment toutes seules, des meubles qui bougent sans qu'on y ait touché, des bruits de martèlement et même des odeurs - il existe toute une série d'incidents de ce genre qui peuvent surprendre ou terrifier la victime. Mais le fait est que cela est bien souvent provoqué par l'énergie mentale cinétique des jeunes filles en période de puberté, dont les systèmes émotionnel et hormonal subissent de profonds changements. Cela peut également être provoqué par des personnes en état de stress exacerbé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
SiabelleSiabelle   29 août 2016
Eve remarqua que la grande porte en chêne vieilli, criblée de clous, semblait ne pas date de la même époque que le reste de l'édifice. Elle se demanda si l'entrée, d'une taille inhabituelle, n'avait pas été conçue pour s'y adapter;au vu du heurtoir en fer à tête de léopard, de style presque gothique, la porte pouvait très bien avoir été récupérée dans les runes d'un vieux manoir ou d'un monastère.
Elle observait Gabe qui, d'un air exagérément solennel, pressai le gros bouton en porcelaine blanche cerclé de cuivre terni de la sornette, fixée à droite de la porte enter le mur et le pilastre. Ils entendirent un son de métal rouillé résonner à l'intérieur.
- Qu'est-ce que tu fais demanda-t-elle ?
- C'est juste pour prévenir les fantômes que nous sommes là, chérie.
- P,pa, ça n'existe pas des fantômes, protesta Loren de sa voix indignée.
- t'es es sûre ?
Eve s'impatienta :
- Allez, Gabe, ouvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
lyokolyoko   03 octobre 2015
"Demeuré au fond de l'église, Gabe aurait bien aimé partager leur foi. Mais tout ce qu'il ressentait, c'était de la colère, colère contre un Dieu capable de les plonger dans uns si grande souffrance. Si tant est qu'il existe un dieu, bien entendu. Et si toutefois Il existait réellement, alors il semblait faire bien peu de cas de la partie de Sa création qu'on appelait humanité."
Commenter  J’apprécie          310
SiabelleSiabelle   02 septembre 2016
La toupie commença à perdre de la vitesse et les voix refluèrent,redevenant le puissant ronflement qui s'estompa en un raclement plus léger, puis ce fut un bourdonnement qui prit fin en une plainte dissonante. Les couleurs revinrent, les motifs se précisèrent, les enfants peints poursuivirent leur danse. La toupie tangua sur sa pointe, puis retentit jusqu'à s'arrêter de tourner.
L'espèce d'un instant, rien ne bougea plus dans la cuisine; puis Eve cligna des yeux et chancela, se retenant au plan de travail.
Dehors, le soleil brillait toujours par intermittence à travers les nuages qui filait dans le ciel. Dans la maison, tout n'était que silence....
Jusqu'à ce que Cally, sa fille l'appelait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
dravendraven   31 janvier 2013
Tout commence quand une famille décide, suite à un deuil, de déménager et de s'installer dans un manoir en Angleterre, un terrible manoir qui cache bien des secrets c'est celui de Crickley Hall là ou il y'a 40 ans il s'est passé un drame terrible.... La famille va commencer à voir des choses surnaturelles, à se poser des questions et demander de l'aide. Tout va aller crescendo dans l'horreur et nous terroriser avec. Ce n'est pas forcément une histoire qui va vous faire vraiment peur mais il y'a un truc quand même. Par contre à un moment dans le livre vers la fin il est expliqué ce qui s'est vraiment passé et c est bouleversant et très dure à lire, rien de gore mais ça touche émotionnellement...En gros quand un psychopathe est élevé par un autre psychopathe ça donne une explosion d'horreur absolue ! Niveau écriture j'ai passé un agréable moment sauf quelques longueurs par ci par là car James Herbert va vraiment dans le détail un peu comme king où chaque personnage explique son histoire, son point de vue et son ressenti, donc le livre aurait pu avoir 200 pages de moins facile mais sinon dans l'ensemble j ai bien aimé, je le verrais bien adapté au cinéma. Un conseil que je peux vous donner : Lisez le avec une musique de film d'horreur en arrière fond ça donne plus de sensations ! J'ai testé sur la fin c est top on s’imprègne bien de l'ambiance on est plongé DANS le livre :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de James Herbert (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Herbert
Bande annonce de la série,The Secret of Crickley Hall, adaptation du roman de James Herbert
autres livres classés : maison hantéeVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
826 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre