AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Les rats (37)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
LanaTurner
  15 décembre 2016
« C'en est donc fait de ton impassibilité, hein ? Tu as peur ! de moi ! »

Je vous présente le premier roman de James Herbert ! Premier tome d'une histoire qui l'a propulsé au sommet, suivie de peu par Fog. Il est également l'auteur de « Fluke », roman adapté au cinéma !

Levons-nous et remercions-le pour ce Chef-d'oeuvre.
Bien. Merci.

Revenons aux rongeurs ! Il ne faudrait pas qu'ils prennent l'ascendant. C'est qu'ils sont rusés, en plus d'être imposants! Non seulement énormes, mais bien plus intelligents ! Du mordant! Eux, vous griffant! Ajouter à cela, leur reproduction rapide, et PAF, les emmerdes arrivent.

James ne badine pas! Il aime nous faire entrer rapidement dans l'action. Ce fut le cas pour Fog, et là encore avec « Les rats ». IL n'aime pas se perdre en ce qui pour lui, équivaudrait à des niaiseries, en description, ni-même en sentiment. (Ce qui pourtant, n'est pas sans saveurs. ) Il va droit au but, et c'est sa façon d'écrire. L'avantage, c'est que nous sommes rapidement exaltés, le désavantage... c'est le manque d'émotions que l'on peut éprouver (parfois). Peut-être justement à cause de ce manque de description et de temps sur les sentiments.

De la satisfaction en terme d'action : oh ça oui ! IL ne laisse pas place à l'ennuie, et ça, c'est un sacré point fort!

On n'éprouve AUCUNE envie de prendre l'air ! Pourquoi le faire, quand il nous fait tant de bien ? Mm ? Oui, j'aime cet auteur. J'AIME ses idées, ses scénarios, ses mises à mort ! Massacre à l'école ; Massacre dans le métro ; Massacre dans le zoo ; Capitale assiégée de bêtes noires à la queue repoussante! CHECK!

Le héro du roman est sympathique, bien qu'il se montre parfois (à mon goût), un peu trop dictatorial devant l'uniforme. le professeur qui dit quoi faire aux pompiers, etc. Sa petite amie est... inutile, mais gentille. A mes yeux, cette dernière n'a rien apportée au roman. Ni même de motivation particulière à son compagnon. C'est pourquoi, il aurait tout autant gagné à être célibataire.

Une fin au top, qui laisse entrevoir, bien évidemment, un tome 2 !
(Le repaire des rats).

Merci Jamie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8020
DoVerdorie
  28 mars 2017
Un court thriller horrifique narrant l'apparition et l'invasion londonienne de gros rats noirs aux dents comme des coupe-choux, porteurs d'un virus fulgurant.

Ce n'est pas que l'intrigue, somme toute banale -mais absolument accrocheuse- qui fait qu'on reste scotché aux pages qui défilent. C'est également le style d'écriture, naturel et surtout très visuel, de l'auteur qui nous amène à voir et à vivre ce quartier de l'East End où James Herbert est né en 1943.

On s'attache tout aussi facilement aux personnages "vivants" de ce quartier populaire. Mais ne fraternisez pas trop... les rats sont à l'oeuvre et vous raviront vite l'espoir de vous en faire un jour des amis...
Exception faite du protagoniste, professeur de dessin et témoin, dès le départ, des événements horrifiants et sanglants qui iront en s'intensifiant. Est-ce que Harris, le prof', est un alter ego de l'auteur qui s'interroge (e.a.) sur la situation sanitaire déplorable dans la capitale anglaise, encore tant d'années après la 2e guerre mondiale ? On sympathise rapidement avec cet homme qui sait réfléchir, décider et agir. C'est d'ailleurs lui qui nous conduit vers l'élément fantastique dans ce 1e roman de l'auteur... à moins qu'il s'agit encore d'autre chose ? Il n'y a qu'une façon de le découvrir, il va falloir lire le deuxième tome sans trop tarder !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          493
Foxfire
  05 octobre 2015
Certains critiques prétentieux à l'esprit étriqué prennent de haut la littérature d'horreur, prétendant que c'est un genre facile. Ils pensent sans doute qu'il suffit d'aligner les scènes sanguinolentes pour écrire un tel roman. Pourtant le registre horrifique demande beaucoup de savoir-faire. Et James Herbert n'en manque pas et propose avec "Les rats" un récit de terreur de haute volée.

"Les rats" est à la fois un roman d'horreur et un roman-catastrophe. Dans ce registre de roman-catastrophe, l'utilisation des lieux est primordiale. Ici, c'est une réussite totale. L'auteur intègre parfaitement Londres dans son récit. Les paysages londoniens, les quartiers populaires, les rives de la Tamise, sont judicieusement exploités.

A cette utilisation maîtrisée de la géographie s'ajoute une galerie de personnages réussis, en particulier le personnage principal qui est intéressant et bien campé. En choisissant comme héros, un professeur, un type ordinaire, l'auteur fait fonctionner à fond l'identification.

Herbert imprime à son récit un rythme haletant ne laissant aucun répit à son lecteur. Il parvient à maintenir une tension permanente en alternant suggestion et gore explicite. Les morceaux de bravoure et les séquences intenses s'enchaînent à toute allure. A ce titre, les passages se déroulant dans le métro sont tout à fait exceptionnels, des chefs-d'oeuvre d'angoisse et de tension.
Et je suis ravie de savoir qu'il existe deux suites à ce roman, c'est avec plaisir que je retrouverai la menace grouillante et mordante de Herbert.

Challenge Petits plaisirs 41
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          479
Wiitoo
  10 décembre 2013
Fuyez pauvres fous !

Ces énormes rats sont particuliers, ils ont goûté au sang humain et maintenant plus question de se nourrir des restes, l'homme est un met noble et savoureux, une nourriture riche et abondante et l'homme ne leur fait plus peur, ils le narguent, ils ont faim, ils sont des milliers et se reproduisent en masse. Fuyez pauvres Londoniens. (vous avez de la chance les Parisiens, ce n'est pas encore votre tour ! :-)) euhhh je m'égare…. Fuyez pauvres Londoniens disais-je, les rats sont organisés et efficaces, ils attaquent en groupe. Bientôt une école, un cinéma, c'est terrifiant… imaginez qu'en pleine séance, un tapis de rats se mettent à dévorer les chevilles des spectateurs. Un carnage.

Une aventure au comble de l'épouvante menée de main de maître par James Herbert. le roman est très court et très dynamique, difficile de le fermer en cours de route car la tension, le suspens et l'angoisse sont présents tout au long de ce page turner de bonne facture.

Je vous disais que le roman est très court mais vous pourrez toujours vous jeter sur « le repaire des rats » pour le deuxième tome de la trilogie des rats. Enfin pour autant que vous soyez encore capable après cette lecture de vous endormir dans votre lit en laissant votre tête déborder de la couverture…… moi personnellement, depuis, je dors dans un sac de couchage totalement étanche avec une bouteille de plongée et un détendeur dans la bouche pour respirer. Ca laisse une haleine de phoque au réveil mais j'ai toujours mes deux oreilles !

Merci à Greg320i pour son conseil de lecture et cette plaisante initiation dans le domaine de l'horreur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4417
Eric76
  27 août 2015
Comme chacun sait, l'homme est au sommet de la chaine alimentaire. Il est le plus grand prédateur que la terre ait jamais connu. le plus grand prédateur ? Une nouvelle race de rats, plus futés et un tantinet plus gros, des rats hyper-vitaminés, bodybuildés, viennent de faire leur apparition dans les quartiers déshérités de Londres et paraissent bien décidés à ravir à l'homme son leadership. Inutile de préciser que si la race humaine se retrouve déclassée du jour au lendemain par ces maudites bestioles, ce ne sera pas sans quelques tracas pour elle.
Tel est le postulat du livre de James Herbert.
Il raconte l'histoire de gens normaux qui doivent faire face à cette invasion spectaculaire et sanglante. La plupart en meurent dans des conditions effroyables. D'autres survivent, non sans avoir perdu au passage un doigt ou une oreille grignotés par les affreux voraces. En passant, l'auteur égratigne les autorités et les politiques qui ont sous-estimé le danger et laissé la « vermine » se répandre dans les quartiers pauvres.
J'ai beaucoup aimé le dernier combat des grands fauves échappés du zoo ; tigres, lions, panthères, tous réunis dans une dernière lutte héroïque contre cette multitude rampante, tandis que les hommes fuyaient à toutes jambes.
Si ce livre ne m'a pas foutu les boules, j'ai quand même écarquillé les yeux à de nombreuses reprises, et quand il fallut, au milieu de la nuit, rejoindre mon lit, je n'ai pas osé, pour y déposer mon verre sale, faire un détour vers la cuisine plongée dans la plus totale obscurité. Un coup de paresse probablement…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
kuroineko
  01 novembre 2018
Les rats, de James Herbert, premier tome d'une trilogie, est le roman de l'auteur anglais qui m'a fichu le plus la trouille.

L'histoire en elle-même est très simple : des personnes à Londres se font mordre par de gros rats noirs aux dents affûtées comme des rasoirs. Celles-ci (les personnes mordues, pas les dents) décèdent peu de temps après morsure, foudroyées par un mystérieux virus.
L'angoisse puis la panique augmente en même temps que le nombre d'attaques. Les rats pullulent et ne semblent plus craindre les humains.

Et c'est parti pour quelques centaines de pages bien flippantes. Même pas besoin d'être musophobique, James Herbert, par son écriture quasi cinématographique et son sens du thriller, se charge parfaitement de répandre l'épouvante chez ses lecteurs.

Je déconseille fortement la lecture des Rats avant de partir en camping... Je n'ai pas beaucoup dormi à l'époque à cause de ce fichu bouquin!
Finalement c'est plus sympa Ratatouille!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          346
Siabelle
  28 avril 2015
Le livre «Les rats» est le premier livre de la trilogie. Je me suis achetée l’intégrale de l’édition «L’ombre de Bragelonne», c’est plus facile à se retrouver et tout y est. C’est mon premier de cet auteur et c’est par cette trilogie que je veux apprendre à connaître cet auteur James Herbert.

Je ne suis pas une admiratrice des rats, qui aime les rats dans le fond. Je suis déjà effrayée juste à penser à ses animaux. Il y a une image dans ma tête qui se définit bien et voici cet extrait : «Ils ont appris à vivre dans l’ombre. À ne sortir que la nuit et à craindre les hommes. Mais aujourd’hui, ils ont pris conscience de leur force et à leurs dents tranchantes comme des rasoirs, ont ajouté de nouvelles armes : l’horreur qu’inspire leur multitude grouillante….
Et leur goût pour la chair humaine….»

Je les vois très bien manger et déguster les corps humains… J’ai mal au cœur, je frissonne et je tremble de peur. Je me suis donc laissée intriguée, imprégnée par cette histoire. James Herbert me transporte dans les banlieues voisines de Londres. Je fais alors la connaissance de Harris, il est enseignant et il débute sa carrière. Dès le début, Harris est confronté à la réalité. Il découvre à cause d’un de ses étudiants, qui est mordu à un bras, l’horreur de la situation.

En fait, ici, tu n’as pas affaire à des petits rats qu’on peut attraper, tué par nous-mêmes. Ah non ! Il y a deux espèces de rats : Tu as les rats bruns et tu as les rats noirs géants. Ils ont chacun leur territoire et si jamais ils se croisent, c’est la guerre entre eux.

Je me mets alors à frissonner à ses scènes terrifiantes. Ici, dans ce livre, c’est eux la vedette qui se faufile et qui manipule les humains avec la peur et l’horreur….

C’est ainsi au cours de l’histoire, on voit arriver des carnages soient dans le métro, soient à l’école et dans d’autres endroits publiques. Les rats vont se glisser partout pour attaquer. Les autorités sont pris au dépourvus, les gens ont peur et les morts ne cessent d’augmenter.

On suit alors Harris à travers ses aventures, ses peurs et ses réflexions. Je ne voudrais pas comme Harris me retrouver face à ses animaux dangereux. Harris en fait l’expérience : « Qu’est-ce qu’ils fabriquent bon sang ! Qu’est-ce que je vais faire de ce truc affreux ? Il jeta un coup d’œil désespéré autour de lui. La bête échappait peu à peu à sa prise. Il ne pourrait pas la tenir encore très longtemps. Et une seule morsure, même s’il tuait cette foutue saloperie, une seule morsure…. »

J’imagine la terreur qu’on doit éprouver si on se fait mordre….

Je tremblote de sueur maintenant…

Dans ce premier livre, l’auteur met en place l’histoire et les personnages. Les descriptions sont aussi morbides, très détaillés. Tu te vois dans un autre monde. Je cite cette extrait : «Il était pratiquement dépourvu de poils, à l’exception de quelques soies grises, çà et là; il était entièrement blanc, ou gris-rose, on pouvait mal le distinguer dans l’obscurité, et ses veines étaient apparentes, obscènes sous sa peau translucide, pulsant au même rythme que le reste.»

On retrouve aussi des chapitres courts, l’écriture est fluide et l’action est présente tout au long de l’histoire. Il y a aussi quelques moments romantiques entre Harris et sa copine. J’aime cette tendresse et cette complicité qui s’y dégagent. Il y a cette citation qui le représente bien :
« - Ne t’en fait pas. J’y serai avant lui – il va falloir qu’il cherche son chemin alors que je peux y aller tout droit, les yeux fermés. Je pourrai au moins l’empêcher d’y entrer dit Harris.
- Mais, les ultrasons… ils vont commencer à émettre d’une seconde à l’autre, maintenant dit Judy.
- Tant mieux. Je serai d’autant plus en sûreté. Les rats vont se précipiter vers les parcs.
- Tu n’en sais rien, ils pourraient t’attaquer.
- Je serai à l’abri dans la voiture. J’ai un masque à gaz et une combinaison – comme tout le monde.
- Je t’en supplie…
Il la prit dans ses bras.
- Je t’aime, Judy. (Il déposa un baiser sur son front.) Mais j’y vais. »

Pour conclure, c’est très intéressant pour le lecteur, car c’est très bien décrit, c’est très imagé et l’imagination est au rendez-vous. Il y a alors une question qui me vient à l’esprit : «Est-ce que Harris va s’en sortir en un seul morceau ? Est-ce que le gouvernement va trouver des solutions pour faire face à ce prédateur redoutable qu’est LE RAT ?.... »

À mes yeux, c’est un agréable moment de lecture. Dans ce premier tome, l’auteur se base et on voit où il veut nous amener. Je suis fébrile de poursuivre mon aventure. C’est sur cette note que je quitte mais je préviens ce roman émane une atmosphère sanguine et bestiale.
Je préviens, gare aux cœurs sensibles, j’avertis !


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          287
lyoko
  03 septembre 2014
Je n'aime déjà pas ces bestioles à la base... je dois être un peu maso sur les bords pour aborder un tel livre...Londres est complètement envahie par ces petites bêtes.. pas si petites que ça d'ailleurs. La population est terrorisée .. on le serait à moins !!
Une chose est sûre , c'est que à côté de la terreur, les dirigeants sont tous les même.. ils cachent la menace et les dangers pour éviter la panique de la population !! Est-ce une bonne chose, cela reste à voir. de même que l'ambition des politiques passe parfois avant l'intérêt de la nation et le bien être de la population.

L'auteur est un maître dans la description de la terreur et du machiavélisme des rats. Néanmoins certains points restent encore obscurs.. tout n'est pas dit dans ce premier tome... et ma curiosité est plus forte que mon dégoût des rats, je vais donc poursuivre sur le tome 2 de cette trilogie
Commenter  J’apprécie          283
Tatooa
  17 juin 2018
Un roman d'horreur très réussi !
L'antipathie (quasi naturelle, peut-on dire), qu'on éprouve vis à vis d'une masse grouillante, agressive, et qui plus est porteuse de maladies, est pleinement exploitée dans ce roman.

Il est éprouvant. Les massacres s'enchaînent, on a du mal à le lâcher, on éprouve une fascination morbide et la même envie de "savoir" d'où vient ce fléau que le Professeur Harris.

C'est avec un style "coup de poing" que l'auteur nous tient, on ne se perd ni en détails, ni en fioritures, et même certaines scènes sont choquantes du fait de leur banalité (la scène chez la tante de la petite amie). Je pense que c'est fait exprès. Les personnages ne sont pas très développés, mais leurs descriptions efficaces (par exemple le très bête vice-directeur du collège). Comme c'est l'action qui prime, on s'en fiche.

Bref, avec ce livre, le but est atteint en ce qui concerne le dressage de cheveux sur la tête... Carton plein !
Juste la fin est un poil (humour ! mais il faut lire le livre pour comprendre, mdr !) décevante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Saiwhisper
  25 août 2016
"Les rats", c'est un livre que Siabelle m'avait fortement recommandé et que j'ai trouvé par hasard, puisque l'ancien propriétaire de cet ouvrage s'en débarrassait ! Appréciant le genre "horreur", c'est avec grand plaisir que je l'ai emporté pour le dévorer jusqu'à la dernière page... Quelques heures ont suffi pour que je sois repue de ce récit captivant et gore à souhait !

James Herbert est un auteur que je ne connaissais pas, toutefois il a rapidement su me convaincre avec ces étranges rats affamés de chair humaine. La tension monte crescendo et, dès les premières pages, l'auteur annonce déjà la couleur avec cette horde de rats qui dévore un ivrogne vivant ! Âmes sensibles, fuyez : les scènes d'attaques font froid dans le dos, surtout celles du métro ou du cinéma. Je m'imaginais à la place des victimes et me demandais comment j'aurais réagi à leur place (j'aurais certainement servi de dîner). C'est assez bien décrit... Personnellement, j'ai plus d'une fois été mal à l'aise au point de jeter quelques regards de-ci de-là... Même si j'aime beaucoup ces petites bêtes, j'avoue avoir ressenti une légère peur. À mes yeux, c'est une preuve que l'oeuvre est réussie ! Surtout que ces rats sont très intelligents. Leurs hordes sont souvent dirigées par de têtes pensantes : de gros rats noirs malins qui jaugent leur cible ou les lieux afin de mieux passer à l'action. Croyez-moi, presque rien ne peut arrêter ces bestioles ! Pour preuve : ces monstres sont capables de ronger un placard en quelques minutes pour venir vous dévorer...

Face à cette horreur, il y a Harris, un professeur de dessin. Plutôt sympathique, déterminé et attachant, il vivait une vie tout à fait normale avec sa femme... Jusqu'au jour où l'un de ses élèves se fait mordre par un gros rat, puis décède en moins de vingt-quatre heures. Mais le pire n'est pas là : Harris découvre d'autres cas d'agressions dans un hôpital... Il apprend que ces vermines attaquent des chiens, des nourrissons mais également des adultes en bonne santé ! D'un appétit bestial, ces rongeurs d'une taille anormale se jettent sur les Hommes pour les dévorer vivants... Peu à peu, la ville de Londres doit faire face à un fléau abominable... Honnêtement, on se prend vite au jeu en se demande quelle sera la prochaine attaque ou si les scientifiques vont finir par trouver un remède ou quelque chose pour les repousser.

Pas de quartiers dans cet ouvrage : les pauvres personnages tombent comme des mouches, si bien qu'il est inutile de s'attacher à eux. En revanche, on apprend à connaître Harris qui s'avère être un héros qui m'a assez plu. Il a fait preuve de courage, voire de folie, en combattant de près ces bêtes. Quand on sait qu'une morsure peut être fatale, j'aurais certainement fui la ville depuis longtemps ! Les deux scènes qui l'ont le plus mis en valeur sont celle de l'école ainsi que la scène finale dont je ne parlerais pas afin de ne rien révéler. Celle à l'école m'a tenue en haleine, car il y a une réelle opposition entre les rats et le corps enseignant. de plus, l'ambiance m'a fait songer au film "Les oiseaux" d'Hitchcock (comme ces maudits volatiles, les oiseaux commencent par observer les enfants depuis la cour)...

Adeptes de l'Horreur, cet petit roman devrait vous plaire. Les descriptions sont bien détaillées, si bien qu'il est aisé de se représenter les scènes. Les détails ragoutants ne manquent pas, tandis que les sensations de douleur sont bien décrites. Par contre, le style d'écriture parfois bancal. Il y a quelques tournures de phrases que j'ai trouvées maladroites... de plus, j'ai relevé quelques répétitions... Est-ce dû à la traduction ou à la plume de l'auteur ? J'espère tout de même lire la suite de la saga un jour. Merci à Siabelle pour ses conseils qui a visé juste : effectivement, j'ai aimé cette lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          196


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
553 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre
.. ..