AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226452344
240 pages
Éditeur : Albin Michel (13/01/2021)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 19 notes)
Résumé :
« Ils filaient comme un oiseau avant l'orage, rasant le sol et frôlant les arbres à pleine vitesse. La main de monsieur Leone s'est posée sur son épaule. Sa voix, qui avait disparu dans le grondement, résonnait de nouveau, intense et pressante.

- Plus vite, accélère. »

Italie, été 1922. Une curieuse alliance se noue. D'un côté, monsieur Leone, passionné de compétition automobile, rentré infirme de la guerre. De l'autre, Zita, sa bonne, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Vyvysama
  16 mai 2021
Un premier roman qui joue avec nos sens en permanence .Zita découvre le plaisir de conduire avec Emiliano ,le mécanicien du notaire ,monsieur Leone,chez qui elle travaille .Zita va être propulsée dans un monde machiste ,où seul compte les voitures et et la politique.Malgré sa passion et son courage ,il lui sera très difficile de s'imposer .
Ce roman a une particularité : on vit l'histoire de l'intérieur grâce aux sentiments qui traversent le corps de Zita .Elle est vivante lorsqu'elle conduit ,on vibre avec elle
«la vitesse anime les paysages autour d'elle »
« en voiture elle est sur un tapis volant ».
Mais en dehors des courses Zita n'existe pas ,elle est absente du roman et soumise à Emiliano 'on tremble pour elle ,avec elle .
Le courant nationaliste monte ,les chemises noires s'organisent en milice .Il faut gagner la course en premier lieu pour éliminer les étrangers ...
Un roman fort et singulier : j'ai aimé !
Commenter  J’apprécie          00
nathavh
  27 janvier 2021
Nous sommes en 1922 dans un petit village d'Italie. Zita travaille comme bonne chez Monsieur Leone, ancien notaire passionné de compétition automobile. Il est rentré de la guerre sans ses jambes, il passe beaucoup de temps dans son garage. Il regarde désespéré sa voiture de course avec laquelle il avait remporté des trophées, de son fauteuil roulant qu'il ne quitte plus.
C'est Emiliano, son chauffeur qui s'occupe de l'entretien de la voiture qu'il n'a jamais pu se résoudre à vendre. Une à deux fois par semaine, ils partent faire le tour du village et des environs.
Emiliano a utilisé la voiture pour se rapprocher de la toute jeune Zita, il lui apprend à la conduire en lui volant des baisers dans le cou.
Un jour, Zita trouve monsieur Leone particulièrement triste dans le garage, elle lui avoue savoir conduire l'engin. Alors le visage de monsieur Leone s'illumine, il lui intime l'ordre de la conduire de plus en plus vite, il est convaincu que Zita est douée et faite pour ça, elle sera pilote, il en est convaincu.
A son tour de convaincre les parents de Zita pour l'inscrire à la course de la kermesse du village, ce sera le début d'une aventure et de la conquête de prix automobiles.
Ce que j'ai particulièrement apprécié dans ce livre, ce sont les passages décrivant les sensations fournies par la conduite de la voiture, on ressent avec Zita les vibrations du moteur, les sensations apportées par la conduite, le grisement octroyé par la vitesse. L'osmose complète avec la voiture durant la course lui fait oublier sa condition de femme, difficile pour une toute jeune femme de conquérir ce monde masculin.
Emiliano veut faire de Zita "la pilote", sa réussite mais en fait en réalité "sa chose", oui domination du sexe fort, difficile pour une femme de s'affirmer dans ce monde machiste.
Un roman qui aborde la condition de la femme, l'emprise masculine, nous sommes dans les années 20, la domination masculine est un peu la norme à l'époque. Ce roman aborde également le problème de l'alcoolisme et l'émergence des "chemises noires" et du fascisme ten Italie.
Un premier roman singulier prometteur. Une plume à suivre. J'ai vraiment passé un excellent moment en compagnie de Zita.
Ma note : 8/10
Lien : https://nathavh49.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Amandine49
  24 février 2021
Mon instinct m'a dit que ce livre pourrait me plaire car il parle de course automobile ! Et oui c'est un sujet qui me passionne depuis plus de trois ans grâce à mon chéri qui lui est aussi fan.
Mais celui-ci à un petit truc en plus c'est qu'il s'intéresse au destin d'une femme dans ce milieu d'homme. C'est ça qui m'a décidé à me lancer dans cette lecture.
L'histoire de Zita est celle d'une jeune femme qui habite dans un village reculé de l'Italie au début du fascisme. Elle est attachante. On a l'impression qu'elle est observatrice de tout ce qui lui arrive. L'auteur a fait le choix de ne pas nous rapporter ses paroles mais plutôt ce qu'elle pense. C'est un choix intéressant et qui ne gâche pas le récit. Zita nous plonge dans ses sentiments pour la course mais aussi dans ce qu'elle vit en dehors.
On vit les courses de l'intérieur et c'est très réussi. Par moment je pensais au documentaire sur Senna qui nous parle de ce qu'il ressent pendant les courses et c'était très similaire. le réalisme est saisissant. On sent que l'auteur a dû beaucoup se documenter pour être aussi précis dans le ressenti des courses. Cependant il y a peu de détails sur les voitures. Ça m'a un peu déçue mais ce n'est pas grave.
L'histoire en dehors des courses est très prenante aussi. La vie de Zita n'est pas simple. Ce qui lui arrive avec Emiliano est parfois difficile à lire mais il montre une réalité de cette époque sur les jeunes femmes. Les droits des femmes étaient plus qu'absents à cette époque. La femme est un objet pour les hommes et ne peut pas faire la même chose qu'eux. On sent que Zita subit car elle n'a pas d'autre choix. Il n'y a que deux personnages qui s'inquiètent réellement du sort de Zita. le personnage de psychiatre est fascinant comme celui de vieux Leone.
L'écriture de ce livre est captivante jusqu'à la dernière page. On s'immerge très vite dans ce livre et je n'ai pas été déçue. La fin du livre est à la fois surprenante et à la fois non. La vie de Zita reste tournée en permanence vers la course. Ce destin qu'elle n'a pas choisi au début va devenir presque son obsession.
Ce fût une excellente lecture qui rend hommage aux femmes qui souhaitent percer dans ce milieu d'homme.

Lien : https://leslecturesdamandine..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aa2liiinee
  11 mars 2021
Un roman qui prend place en Italie, dans les années 20. Une rencontre qui va pousser Zita à prendre le chemin des courses automobiles.
Un premier roman intéressant par le style singulier de l'auteur. En effet, on nous narre le destin de cette jeune femme sans jamais entendre le son de sa voix. Elle est présent tout au long du roman, par ses gestes, ses actions. Un langage corporel qui nous permet de comprendre Zita. À certains moments, j'ai senti une légère frustration de ne pas l'entendre s'exprimer avec ses mots. Je ne voulais pas lui attribuer des réactions qui 'aurait pas été les siennes.
J'ai beaucoup aimé les passages de courses avec les descriptions des sensations, des odeurs. La tension de la course était palpable à la lecture.
Plusieurs sujets sont abordés tels que la condition féminine. À cette époque, on comprend bien qu'elle n'avait pas le droit d'exprimer un avis. Même le fait que Zita gagne des courses et s'impose dans ce milieu très masculin ne lui apporte pas le respect des autres concurrents.
Il y aussi la montée du fascisme en Italie, qu'on découvre à travers le personnage d'Emiliano.
Malgré un début où j'étais un peu en retrait, j'ai fini par être emporté par le destin de Zita.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Rin21
  25 janvier 2021
Ce roman m'a été recommandé par une amie, qui en avait entendu parler à la radio. Je dois avouer que je ne lis pas souvent les premiers romans, et que les courses automobiles ne font pas non plus partie de mes centres d'intérêts habituels. J'ai donc été très agréablement surprise par Zita, qui m'a tellement absorbée que je l'ai terminé en quelques heures seulement! J'ai trouvé l'histoire originale et les personnages passionnants (en particulier Zita). le style est à la fois "sensoriel" et puissant, avec une narration des courses grisante. C'est un petit trésor caché qui ne demande qu'à être découvert :)
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
nathavhnathavh   27 janvier 2021
Il y avait la foule, la foule qui la guidait. Il y avait les chemins et les vibrations, les clochers de Pavie qui dansaient dans le ciel nuageux, la chaleur moite de sa tenue, les grondements des moteurs et les dépassemements, les virages que la voiture prenait à pleine vitesse, les lignes droites où tout se confondait autour d'elle. Dans les premiers instants, à la faveur d'un tournant suffisamment large, elle s'était libérée de ses poursuivants, s'offrant un espace pour accélérer vers le peloton de tête. Sur un chemin à travers champs, profitant d'un conseil du docteur Ferruci, elle avait coupé net l'accélération d'une Fiat au moteur tonitruant. Au dernier tour, le long de l'église et de la rue principale, elle avait communié avec le public, en tête de la course, comme portée par ces centaines de corps et de bras qui lui ouvraient le passage. Il ne reste de tout cela qu'une unique et énorme sensation, comme si le lit où pendent les pieds de Zita en recousant le pantalon d'Emiliano se mettait à flotter et partait à toute allure en glissant sur les toits de Milan, comme des tapis volants dans les livres ou la terre qui tourne très vite sous ses pieds sans que personne s'en rende compte. Dans la voiture, la terre tourne sous les pieds de Zita, mais les roues ne la suivent plus. Elles vont où le battement sans fin du moteur les emmène.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nathavhnathavh   27 janvier 2021
Quand la voiture passe, les vibrations se propagent en elle, et ses bras et ses jambes épousent le rythme pour ne pas perdre le contrôle. Emiliano rit d'elle en disant qu'elle tremble comme une feuille et qu'elle n'a pas de force. Les premières fois, quand il lui montrait comment conduire, il tendait ses muscles pour résister aux chocs, mais la sueur perlait sur sa chemise et il était tout de suite hors d'haleine. Au bout d'une heure, à leur retour, il s'écroulait sur le gazon devant le garage, le visage tout rouge, et il devait rester allonger dans l'herbe pour reprendre des forces. Il n'aime pas les vibrations de la voiture. Quand monsieur Leone arrivait dans le garage pour savoir comment s'était passée la séance, il lui répondait toujours qu'il faut aller sur les routes. Ils ont déjà conduit sur la grande route qui mène à Bergame. La voiture roulait beaucoup plus vite. Les chocs avaient presque disparu : les roues semblaient ne plus toucher le sol.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nathavhnathavh   27 janvier 2021
Elle disait que les veilles de grands événements, les hommes étaient prêts à dire oui à n'importe quoi. Elle leur a raconté qu'au premier jour de la guerre, les promesses de mariage étaient tombées d'un coup comme de la grêle au printemps. Quand ils ne savaient pas de quoi serait fait le lendemain, tous les jeunes hommes découvraient comme par magie qu'ils aimaient les jeunes femmes.
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   27 janvier 2021
Quand la voiture roule et que le moteur gronde, il n'a pas plus de poids qu'un nuage qui passe dans le ciel.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : italieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
847 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre

.. ..