AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203001321
Éditeur : Casterman (22/01/2004)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 167 notes)
Résumé :
Un évènement pour tous les amateurs d’Hergé : Tintin et l’Alphart rejoint la collection classique des Aventures de Tintin.
En 1999, Tintin au pays des Soviets, le premier Tintin, créait l’événement en rejoignant la collection classique des Aventures de Tintin. Près de 600.000 exemplaires étaient vendus en quelques mois.
En janvier 2004, à l’occasion des 75 ans du petit reporter, un autre album va permettre au mythe de se boucler. Tintin et l’Alphart, l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Kenehan
  17 mai 2016
Ainsi s'achève ma lecture complète de la série des "Aventures de Tintin et Milou".
Difficile de poser un avis sur un album inachevé comme l'est "Tintin et l"Alph-Art". Inachevé dans ses planches restées simples ébauches, inachevé dans son intrigue qui ne possède pas de conclusion et probablement inachevé dans sa construction, son texte qui aurait certainement eu droit à quelques révisions.
La lecture n'en est pas moins intéressante. Pour ma part, ce sont les textes plus que les planches trop peu avancées pour la majorité qui ont surtout retenu mon attention. Ces dernières feront le bonheur des amateurs des coulisses de la BD puisqu'elles offrent une vue sur le travail d'Hergé.
L'histoire s'intéresse primordialement au monde de l'art comme le confirme Tintin lui-même par son exclamation "Décidément, nous nageons dans l'art !...". Bien évidemment, l'aventure se créée d'elle-même par l'implication d'un trafic de faussaires, une série de meurtres et quelques rebondissements. Tintin flaire rapidement les dessous d'une affaire sordide pendant que ses amis goûtent aux plaisirs des galeries, s'enorgueillissent d'un nouveau vocable et échangent lors de débats aux accents philosophiques sur l'utilité de l'art.
Cet album au travail permet quelques remarques comme la présence de nombreux personnages de précédents albums tels que Tournesol, les Dupondt, Séraphin Lampion, l'émir Ben Kalish Eazb et son fils turbulent, la Castafiore, M. Sakharine, et j'en passe. Une vraie réunion autour d'un art moderne questionné.
Une autre remarque, cette fois sur la place des femmes. Plus nombreuses comparés aux autres albums et plus diverses notamment concernant leur âge. Tintin n'a jamais était autant entouré de femmes que dans cet album qui aurait pu être une évolution supplémentaire dans l'oeuvre.
Il est dommage que cet album reste inachevé, il aurait certainement apporté beaucoup à l'univers de Tintin et aurait pu rattrapé un "Tintin et les Picaros" à mes yeux plus terne que les précédents. Vu l'impossibilité de voir de nouveaux albums arriver en librairie, "L'Alph-Art" reste l'ultime incursion dans le monde du reporter belge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
cicou45
  19 novembre 2011
Haddock passionné par l'art ? Qui voudrait bien croire cela ? Et pourtant, il serait prêt à tout pour échapper à la Castafiore. C'est suite au coup de téléphone de cette dernière que le capitaine se retrouve embarqué dans une exposition présentant un art nouveau, celui de l'Alph-Art et se voit même devenir acquéreur d'une oeuvre d'art de l'artiste Ramo Nash.
Arrive également un personnage nouveau : le voyant Endaddine, un ami de la Castafiore et de Ramo Nash lui-même.
C'est à partir de là que les choses se compliquent car, après avoir appris la mort accidentelle (?) de deux grands maîtres d'art, Tintin commence à émettre des doutes, qui se retrouvent confirmé lorsque l'on essaye de le tuer. Trafic de faux tableaux ? Abus des personnes sensibles et naïves ? Cela fait étrangement ressembler nos deux lascars à des gourous à la tête d'une secte et ne penser qu'à abuser des pauvres gens afin de se faire un maximum d'argent possible. Pour cela, ils n'hésitent pas à employer les grands moyens et à supprimer tous ceux qui refusent de coopérer avec eux ou qui représentent un danger éventuel pour la réalisation de leur projet.
Je trouve l'idée excellente mais je suis restée sur ma fin car cette bande-dessinée n'a jamais pu être achevée de la part d'Hergé. Que nous réservait-il par la suite ? On ne peut bien évidemment qu'imaginer une fin heureuse mais je pense cependant que s'il avait eu le temps de terminer son oeuvre, le lecteur aurait eu droit à bien des surprises. En effet, dans les pages retrouvées que le lecteur a le loisir de lire à la fin de cet ouvrage, celui-ci peut se rendre compte qu'Hergé était loin de manquer d'imagination, quitte même à remodeler ses personnages pour un temps afin de redonner du piment aux célèbres aventures de Tintin et à faire en sorte que le lecteur n'en soit jamais rassasié !
Ouvrage à découvrir pour tous les amateurs d'Hergé et de son oeuvre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Bigmammy
  02 février 2013
C'est la dernière aventure de Tintin et Milou, restée à l'état d'esquisse en 1983 par Hergé peu avant sa mort. Paradoxalement, j'avais refusé de la lire avant aujourd'hui … pourquoi aujourd'hui l'ai-je lue? Je ne sais pas.
Cette édition est bien faite. Chaque planche est accompagnée des dialogues en clair. Elle se lit donc comme une pièce de théâtre. Quand on a l'ensemble des vignettes de Tintin, comme moi, imprimées à jamais dans son cortex, on reconstitue les situations exactement comme elles auraient dû être. L'histoire nous parle donc des ridicules de l'art contemporain, de la mafia des faussaires, et nous laisse en plan avec notre héros dans une situation particulièrement dangereuse : il est menacé d'être embouti dans une compression De César … Nul ne saura jamais comment il parvient – ou pas – à se tirer de cette bien dangereuse situation.
Le plus émouvant, grâce à la publication de plusieurs planches découvertes après coup, c'est le processus créatif de l'auteur. Différentes pistes sont esquissées. A vrai dire, Hergé ne sait pas vraiment où le mène son scénario. Il fait référence au fameux faussaire Fernand Legros, qui défraya la chronique. C'est une quête foisonnante, mais on sent bien que, malgré le rappel in extremis de personnages emblématiques – Rastapoloulos travesti en gourou, Gibbons, l'Emir ben Kalish Ezab qui, tel l'Emir du Quatar aujourd'hui, est prêt à tout acheter, Bianca Castafiore – l'inspiration n'est plus au rendez-vous. C'est pathétique. Les deux dernières aventures abouties, Vol 714 pour Sydney et Tintin et les Picaros m'avaient eux aussi semblé relativement décevants …
La seule chose qui me bouleverse, c'est l'écriture manuscrite d'Hergé : celle graphie régulière, que l'on retrouve dans les bulles des albums les plus célèbres : je pense au Lotus Bleu en particulier. A la fin de sa vie, c'est toujours cette même écriture qui fixe les idées de l'auteur de BD le plus célèbre de son temps. Finalement, c'est peut-être mieux que cette aventure n'ait pas connu de fin … chacun pourra imaginer la sienne !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
rabanne
  20 août 2016
Un album très intéressant sur les intentions créatives de Hergé pour ce volume qui ne verra jamais le jour.
L'ouvrage comprend les esquisses iconographiques, les brouillons de scénario, les notes de l'auteur, toute sa démarche scripturale.
Commenter  J’apprécie          154
Cer45Rt
  20 août 2018
Et la destinée de Tintin resta en suspens.
Tintin et l'Alph-Art reste l'album inachevé. S'il avait été achevé et publié, c'aurait probablement une révolution dans l'univers Tintin : quoi, Haddock s'intéresse à l'art ? Et tous ces personnages qui réapparaissent… le scénario, quoique inachevé, n'en est pas mauvais pour autant. En fait, Hergé avec ces personnages étranges et sulfureux sait créer une atmosphère intéressante.
J'ai bien aimé cette Aventure de Tintin. Hergé a du talent, et même s'il n'achève pas son oeuvre, il n'en est pas moins talentueux.
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   19 novembre 2011
L’Émir : "Oui, je suis venu en Europe pour faire quelques emplettes...J'ai proposé au gouvernement britannique de lui acheter le château de Windsor, que j'aurais fait reconstruire près de Wadesdah...Mais le gouvernement anglais, malgré de grandes difficultés financières, a refusé. In se demande bien pourquoi. Même fin de non-recevoir en France, où j'avais proposé de racheter Versailles et la tour Eiffel que j'aurais fait transformer en derrick. Je n'ai trouvé partout qu'incompréhension. J'ai même été jusqu'à offrir une somme considérable pour la raffinerie qu'on a récemment construite à Paris et dont on a fait un musée..."
Thomas d'Hartimont sursautant : "Vous voulez parler du centre Beaubourg, Excellence ?...Mais, ce n'est pas une raffinerie, c'est un véritable musée."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cicou45cicou45   19 novembre 2011
Tournesol : "Je le vois bien, saperlipopette, que c'est un H !... Mais ça sert à quoi ?"
Haddock : "A rien ! ...A rien du tout !...C'est une oeuvre d'art. Et une oeuvre d'art, ça ne sert à rien ! C'est ça l'art !"
Commenter  J’apprécie          70
MissSherlockMissSherlock   25 avril 2015
Haddock : C'est du masochisme pur et simple, délibéré et qualifié : faire deux milles kilomètres en avion... Puis encore deux heures de mer... Et tout ça pour aller retrouver la Castafiore ! Mille sabords ! Je dois être fou à lier !
Commenter  J’apprécie          60
plumaldaplumalda   12 août 2015
Haddock : A rien ! ... A rien du tout ! ... C'est une oeuvre d'art. Et une oeuvre d'art, ça ne sert à rien ! C'est ça l'art !

Tournesol : Pour les canards ? ... Vous vous moquez de moi, Capitaine ! ... J'en ai assez à la fin de ce genre de plaisanterie ...
Commenter  J’apprécie          50
plumaldaplumalda   12 août 2015
Le petit homme : Vous vous intéressez à l'Alph-Art, monsieur ?

Haddock : Passionnément ... J'en raffole, positivement... Je n'aime que ça pour tout dire...
Commenter  J’apprécie          51
Videos de Hergé (165) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Hergé
Avec "les Spectaculaires" qu?il a créé avec Régis Hautière (déjà 3 albums au compteur), Arnaud Poitevin est comme un poisson dans l?eau et trouve un terrain de jeu rêvé pour ses facéties graphiques. Marqué enfant par le génie d?Hergé et l?humour de Morris, il essaie humblement de marcher sur leurs pas, avec sa modestie naturelle et son ?il rieur.
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tintin, presque...

Tintin est ... ?

rapporteur
reporter

5 questions
383 lecteurs ont répondu
Thème : HergéCréer un quiz sur ce livre