AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Jeremiah tome 6 sur 39
EAN : 9782800118765
48 pages
Dupuis (29/09/1992)
3.67/5   47 notes
Résumé :
Un mec influent avec sa petite famille et son attelage cherche à traverser la région jusqu'à la ville voisine. Pas de nature très valeureuse, le bonhomme a demandé les services d’une petite équipe pour la protection de son expédition.

C’est donc nos deux héros Kurdy et Jeremiah, épaulés par quelques militaires qui les escortent. Le voyage se passe sans grand encombres jusqu'à ce que les choses se compliques. Le convoi est la cible de pillard isolé, m... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique

Une lecture un peu décevante que ce 6ème tome. Et ce d'autant plus que le sujet était très prometteur. En effet, cette histoire de secte aurait pu donner un volet passionnant. Mais j'ai trouvé ce tome assez mal écrit. L'intrigue est mal menée, les enjeux mal posés, l'histoire ne parvient jamais à être prenante. Quant aux personnages, ils traversent cet album de façon assez passive.

Dommage. J'espère que le tome suivant sera meilleur.

Commenter  J’apprécie          220

Le post-apo Sf génère immanquablement (ou presque..!) dans ses figures imposées, à un moment ou un autre au coeur des romans qui s'y rattachent, une secte qui, transformant la nouvelle réalité en message divin dévoyé, menace le monde en ruines d'un obscurantisme encore plus tenace que celui que les Jours d'Après lui imposent. Les survivants endoctrinés y prennent le contre-pied de la logique de reconstruction d'un monde désormais souhaité tout autre, indemne des tares du précédent. Hermann, scénariste-dessinateur des épisodes BD consacrés à Jeremiah, devait s'y coller. le voici au rendez-vous à l'orée du sixième tome de la série (1982).

Comment s'en est t'il sorti ?

L'opus s'ouvre dans les forêts montagnardes des Rocheuses parées aux couleurs flamboyantes de l'automne. La nature reprend ses droits (composante récurrente de la série). le monde parait lavé de son noir passé et écrit désormais son présent sur une page vierge étincelante de blancheur. L'homme redécouvre les ors, les jaunes, les ocres et les marrons ... Mais derrière les couleurs retrouvées ressurgiront celles des ténèbres quand l'épilogue se fera au coeur des rouges saignants des brasiers incandescents de la secte, au sein de la noirceur des cendres emportées en brouillard par le vent. Qui pour la victoire alors que Jeremiah et Kurdy semblent emportés par les évènements, résignés au fatalisme ?

A l'amorce du récit, deux chevaux à l'attelage tirent la coque blanche (sans doute en PVC) d'une caravane d'antan. On cherche la balle de tennis sur la boule d'amarrage. le véhicule est monté sur de hauts pneumatiques (leur marque, peut-être des Michelin..?). Il a tout d'une bonne vieille diligence de la Wells-Fargo le long d'étroits chemins caillouteux à flanc de précipices.

L'attelage a quitté il y a peu le plat des Grandes Plaines, laissé derrière lui une mégapole en ruines de bric et de broc retapée, via les grandes courbes d'une autoroute au bitume délabré, sinuant entre les gratte-ciel aux façades de vitres brisées.

Sur son chemin: la Secte ...!

Jeremiah et Kurdy Malloy sont de la partie, en escorte de l'équipage; au service, semble t'il, de l'Etat nouveau, accompagnent une sommité sans doute politique vers un rendez-vous dont la teneur n'a guère d'importance, ni pour nos héros ni pour nous lecteurs.

La suite appartient au récit..!

Comme d'habitude, largement mâtiné des clichés graphiques du western, l'épisode se suffit à lui-même en one shot. Les personnages secondaires, aux côtés de Jeremiah et de Kurdy, sont à usage unique. Peut-être reviendront t'ils plus tard, qui sait ? Ils sont bien campés dans des registres qui pourraient les rendre utiles voire indispensables dans des épisodes ultérieurs, intéressants dans leurs faiblesses et leurs forces, archétypes du mal ou du bien.

Alors, au final ?

Hermann, seul au scénario et aux dessins, semble marquer le pas. Comment lui en vouloir ? Sacrée prouesse que celle d'assurer conjointement les deux fonctions. Il y a réussi tant et tant au cours des cinq épisodes précédents, qu'une petite faiblesse scénaristique n'est rien, elle passera et le mieux reviendra. Et encore, faut t'il relativiser. L'histoire parait à la traîne du visuel. Ce dernier impose un tel rapport de force en sa faveur que le reste s'amoindrit. le graphisme est si prégnant, si travaillé pour rendre le max de son jus, que le contenu des phylactères perd de son intérêt. La pointe des crayons au service des dessins (un excellent coloriste, en force ou en nuances fera le reste) éclipse les mots et les phrases. Dommage..? Même pas, j'y ai trouvé néanmoins mon compte, l'oeil rivé aux cadrages presque cinématographiques que l'auteur sait manier à la perfection.

La pirouette scénaristique finale s'efface au regard de la flamboyance graphique qui la précède. Des 6 tomes lus, celui-ci me parait maillon faible de part le déséquilibre entre la narration et le graphisme. Il m'en restera les vignettes au détriment des phylactères.


Lien : https://laconvergenceparalle..
Commenter  J’apprécie          70

Je sors un peu déçue de ce tome que j'ai trouvé moins bon que les précédents.

J'ai bien aimé, c'est pas ça, mais j'ai trouvé ce tome moins prenant. Cette idée de secte est un peu convenue et n'est pas assez approfondie, la plupart des personnages font de la figuration et j'ai trouvé le final un peu trop 'deus ex machina'.

Sinon, le dessin est très bon, la narration est bonne et la mise en page est diversifiée et faite avec savoir-faire.

Commenter  J’apprécie          140

Kurdy et Jeremiah sont transformés en mercenaires. En plus de deux militaires, ils escortent un type inbuvable flanqué de sa femme et son fils. Ils voyagent dans une caravane tirée par deux chevaux. Mais, évidemment, tout ne va pas se dérouler comme prévu, et la galerie des horreurs de ce monde survivaliste va s'étoffer... d'une secte.

Hermann débute d'ailleurs en mettant en scène deux fervents sectataires. Et si je dis qu'il met en scène, c'est à dessein. Hermann découpe ces scènes comme un film. Il a une technique telle qu'il peut se le permettre. Plongés, contre-plongés, cadrages particuliers, gros plans... il alterne toutes les astuces. Et cela fonctionne.

La secte donnant le titre au 6e tome met un moment à se montrer pour ce qu'elle est, car l'équipage n'y arrive que vers la page 30. Hermann pratique l'art du teasing. Il aime faire monter la pression, intriguer... et il le fait très bien ici.

Le final est intense, un peu à l'image du tome précédent, trèscinéma, et Kurdy et Jeremiah n'y jouent pas un si grand rôle. Hermann introduit de nouvelles têtes, des personnages savoureux à qui il sait si bien donner de la profondeur. Hermann soigne ses personnages secondaires.

Commenter  J’apprécie          30

Jeremiah et Kurdy escortent un notable et sa famille. Pour soigner un blessé, ils sont accueillis dans un étrange village. L'intrigue se décompose en deux parties, un convoi à protéger comme dans un western puis l'arrivée dans une étrange communauté. L'album est agréable à lire mais reste un peu décousu.

Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (2) Ajouter une citation

Moi, Abraham P.W. Smith, berger de cette communauté, vais me prosterner au temple pour y recevoir les lumières qui vont décider de votre sort. Tremblez devant la colère d'Inemokh ! ... que l'on conduise ces âmes impies au pied de l'autel pour y attendre la sentence ! (p.40)

Commenter  J’apprécie          00

Mais je préférerais n'avoir pas à vous dire l'état dans lequel nous avons retrouvé Greehan ! ... à moins que... (p.36)

Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Hermann (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Hermann
Duke 7
autres livres classés : post-apocalyptiqueVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4721 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre