AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2800122692
Éditeur : Dupuis (04/10/1995)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 23 notes)
Résumé :

Entre colère et indignation, c'est l'aventure qui mène la danse En échange d'un paquet d'argent, Zvonko Duprez, ex-légionnaire travaillant à son compte, va tenter de ramener une fillette en Suisse, dans les bras de sa mère. Pour une sordide question d'héritage, le second mari de sa mère ne souhaite pas que cette opération de sauvetage réussisse et lance un tueur aux trousses de Duprez. Entre les obus qui e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Crossroads
  27 avril 2015
En préambule, un puissant coup de gueule de l'auteur visant principalement les politiques de tout bord incroyablement généreux en promesses, beaucoup plus dans l'inertie lorsqu'il s'agit de s'y coller. Hermann évoque le conflit Serbo-Croate, enfin la boucherie serait plus juste, et le moins que l'on puisse dire, c'est que le personnage ne mâche pas ses mots envers ses acteurs, fussent-ils directs ou pas. le ton est donné, je sens qu'on va pas s'marrer...
Et de fait, y a pas de quoi se gondoler.
Zvonko roule sa bosse à Sarajevo en tentant de ne pas y laisser sa peau. le général serbe Ratko Mladic bombarde lourdement un peuple croate qu'il se verrait bien éradiquer. L'ONU observe sans jamais prendre parti. Zvonko, missionné par une riche divorcée, est à la recherche d'une petite fille enlevée par son père de retour au pays. le bonhomme ne manque pas de ressources, il va en avoir besoin...
L'histoire, si elle tient la route, n'est qu'un vague prétexte.
Celui d'une monstrueuse gueulante de la part d'un homme désabusé par le pouvoir politique et écoeuré qu'un tel massacre puisse se perpétrer à quelques encolures de chez lui sans qu'il n'y ait de volonté affirmée d'y mettre fin. Diplomatie à tous les étages, atonie à l'unisson.
Comme d'hab', trait expressif immédiatement reconnaissable et appréciable, encrage au cordeau de fin de monde illustrant parfaitement ce sentiment de chaos ambiant, cette immersion en pays hostile provoque un malaise hygiénique et invite à la réflexion.
Un très grand Hermann politisé qui allie détente et introspection. Que demande le peuple ? Panem et circenses ? Contrat parfaitement rempli !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Slava
  30 juillet 2013
Oh mon Dieu, ma BD favorite ! Et dire qu'elle est injustement inconnue alors que le devrait être du grand public...
L'histoire se passe pendant la guerre des Balkans, ensanglantant particulièrement la Bosnie. Un homme es chargé de retrouver la fille d'un criminel, tous deux situé à Sarajevo, la ville assiégée de bombes et de sniper. A ses risques et à ses périls, il devra braver les horreurs de la guerre et ramener saine et sauve, la fillette prise au piège.
Cette oeuvre est une véritable claque. L'auteur truffe de métaphore, l'absurdité absolue de cette guerre. Il dénonce surtout avec force et réussit, l'hypocrisie des forces internationales n'ayant rien fait : les casques bleus vêtue de chapeau à lutin par exemple... On voit bien que les dirigeant du monde se foutaient complètement du malheur de Sarajevo, mais vraiment !
C'est un cri de rage que pousse la BD. Elle reflété une pratique de notre société : celle de contempler avec passivité, les guerres planétaire comme nous regardons par exemple, les horreurs de la Syrie, sans bouger de la télé...
On scrute aussi la ville et on se rend compte à quel point, les habitants ont souffert. Imaginer que mêmes les rues d'apparence paisibles cachent des tireurs prêt à tuer ceux qui traversent.
Il peut avoir des scènes choquante mais je recommande cet chef d'oeuvre (et je pèse mes mots) à tout les gens ayant dépassés les quinze ans, afin qu'ils comprennent de ne jamais céder à la lâcheté pendant la guerre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Axelinou
  21 octobre 2017
Superbe coup de gueule de Hermann – contre la guerre, contre les épurations ethniques et surtout contre l'inertie délibérée des puissants.
Les Casques bleus, avec le chapeau des Schtroumpfs, y forment le Boutroz Rallye et distribuent des gros doigts grondeurs.
La séance chez le sculpteur est assez épique : il construit une statue à apparence humaine en collant des caisses décorées d'un drapeau – on voit que malgré la colle superglue (de marque Maastricht) le drapeau anglais ne tient pas, tandis que la caisse grecque devient toute molle, elle est pourrie mais elle adhère bien à la statue – nous sommes en 1995 et Hermann avait déjà tout compris. Sans parler de la sculpture préférée des hommes politiques qui s'intitule ‘Moi-moi-moi'.
La BD commence par une grande planche représentant une tombe : Yugoslavia, 1991. Ensuite des loups arrachent le drapeau qui est dessous : l'emblême nationaliste serbe.
La BD se termine par… la mort et une intéressante question : « Dis, Maman ? … C'est quoi, ça : un piège à cons ? ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
raph731
  16 juin 2014
C'est B.D. est un coup de gueule d'Hermann face à l'immobilité de la communauté internationale sur les crimes perpétrés entre 1992 – 1995 en ex-Yougoslavie. Un ex-légionnaire est mandaté par une femme séparée, habitant en Suisse, de lui ramener sa fille qui vit à Sarajevo avec son père. Bien que la trame de l'histoire soit plutôt sombre, l'auteur ponctue sa narration avec ironie lorsqu'il mentionne l'Europe, les Etats-Unis et l'ONU. C'est un vrai régal ! En ce qui concerne le dessin, il n'y a pas de surprise, Hermann est fidèle à lui-même ! Une excellente B.D. avec un thème qui n'est que très rarement abordé.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AxelinouAxelinou   26 décembre 2016
- Monsieur Isteriko Servovic ... Vous êtes ce que l'on nomme ici un tchetnik du dimanche. Est-ce exact ?
- ... du dimanche ? ... ben ... parce que je n'ai pas le choix ... je bosse le reste de la semaine à Belgrade ... Alors, le vendredi soir, je saute dans l'autobus pour venir me battre pour mes frères, ici ! Faudrait pas croire que c'est pas fatigant ! .... Ha ! ha ! mais peu importe ! ... comme disent les autres ... un Serbe n'a pas besoin d'ennemi pour faire la guerre ! ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AxelinouAxelinou   26 décembre 2016
... Après les bombardements dévastateurs, qui ont causé la mort de dizaines de civils, Monsieur Boutroz a envoyé un message de colère clair et ferme ainsi que plusieurs gros doigts grondeurs aux Serbes. Le patron des Smorfs les a menacés d'éventuellement considérer comme possible d'envisager avec un certain intérêt d'avoir peut-être recours aux avions de l'OTAN, si ...
Commenter  J’apprécie          10
SlavaSlava   30 juillet 2013
Ça remonte à moins d'une semaine durant un de ces jours calmes. La photo était bonne. Pas d'erreur, c'étaient eux, père et fille...Il y avait un beau soleil...
Le regard de cette gosse ! Un vert étonnant ! Dans dix ans, elle sera plus redoutable qu'un sniper !
Commenter  J’apprécie          10
mairessemairesse   05 août 2013
Une belle satire sur la communauté internationale
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Hermann (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Hermann
[BD] LA CHRONIQUE DE JEAN-EDGAR CASEL - DUKE (T3)
autres livres classés : sarajevoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1637 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre