AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

F. Riehm (Illustrateur)
ISBN : 2955592404
Éditeur : Fasm (01/02/2016)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Les Impromptues apparaissent quand l’esprit brumeux s’apprête à se mettre au travail. Improvisations du pinceau, elles s’imposent de façon spontanée, entrainant l’univers fantasmé dont elles sont issues.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Sarindar
  23 mai 2016
L'élément végétal, aux mille bras tendus vers le ciel et au pied fiché et ramifié en terre, occupe l'espace de l'en-bas vers l'en-haut, des ténèbres à la lumière.
Et si le végétal attirait le féminin, comme nous le dit la mythologie grecque, qui voit l'arbre, surtout le chêne, abriter, en son coeur, une déesse vouée à l'adoration de la futaie et de la sylve, de l'arbre singulier et de l'arbre pluriel, mais dérobée à nos regards ?
Seul l'art pictural et poétique peut se prêter à une forme de révélation de ces nymphes branchues, hôtesses rêvées du Jardin des Hespérides et gardiennes des pommiers aux fruits d'or.
Certaines seraient des promeneuses sous le couvert forestier - les Dryades - et d'autres auraient élu en particulier un spécimen - les Hamadryades -, disparaissant avec l'aimé lorsqu'il est jeté à terre, soit par la foudre céleste, soit par la foudre des hommes, ces tueurs, ces exploiteurs.
Ces déesses seraient donc en partie mortelles.
On doit s'en approcher avec respect et avec amour si on les voit - car l'arbre est beau, l'arbre est paix, l'arbre est vie, comme la femme.
Tels sont les premières remarques qui me viennent après la lecture d' Impromptues.
Les illustrations sont de Friedrich Riehm, au dessin influencé à mes yeux par Moreau, Mucha, Klimt et Dali, sans nier son génie propre, tant l'érotisme qu'il dégage est transparent et troublant, sans obscénité, voile de la vierge et de la nymphe, en habits de nature et de nudité, éclatants et impudiques. Il donne à voir ce que l'oeil ne voit pas, ce qui se cache sous ce qui est là, offert mais insaisissable. Les images livrées ici, forces de beauté qui ont la puissance d'être, s'inspirent du "mythe", de la "légende" à la source, mais font corps avec le texte signé Martine Hermant, qui voyage comme à son aise, au fil des pages, dans cet univers mi-divin, mi-réel, en partie onirique, où l'imagination fait s'interpénétrer la chair, le bois vivant et plein de sève, les forces telluriques et les puissances célestes.
De la poésie à l'état pur, où percent ces mots alignés, assemblés, selon un ordre qui ne naît pas de la raison mais qui vient du tréfonds de l'être dans ce que l'on croit être une "chose", pour s'épanouir en force vitale, énigme séduisante et rassurante avec sa verdure se découpant sur le bleu de l'éther ou sur la grisaille des jours de pluie.
"Libres de chevelure,
Comme autant de doux pièges,
Frileux par nature
De tous les sortilèges.
Suivez les oriflammes
Qui déploient tous leurs charmes
Pour enchaîner votre âme".
Des formes aux mots, tout est en symbiose, dans une éblouissante union de la force et de la fragilité.
François Sarindar
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          609
LydiaB
  06 mai 2016
J'ai eu la surprise de voir que Martine Hermant, que l'on connaît bien à présent en tant que romancière, nouvelliste, conteuse et grande amie des chats (au point d'en faire un album leur laissant la parole) verse aussi dans la poésie. Elle met ici son art au service des illustrations d'un jeune dessinateur de BD, F. Riehm. Ce très beau livre, très sensuel comme vous pouvez le voir sur la couverture (mais jamais vulgaire), devient presque, par la conjugaison des deux arts, un album photo. Oh, bien sûr, il est bien différent de ceux que l'on peut encore en feuilleter, en famille, le dimanche après le repas. Disons qu'on ne le mettra pas entre toutes les mains !
Les nymphes sont classées non pas selon une chronologie mais selon leurs caractéristiques. Leurs attributs sont, bien entendu, fantasmagoriques et si poétiques que l'on aurait envie d'entrer dans leur monde.
On peut dire que ces deux-là ont une imagination débordante ! Mais cela donne, au final, un résultat très abouti.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
Commenter  J’apprécie          502
HermantM
  28 avril 2016
C'est toujours gênant de présenter un album car ce sont les illustrations qui priment et le visuel n'étant pas possible en dehors de la couverture, difficile d'en évoquer le contenu. Les Impromptues résultent d'une « rencontre de salon ». J'avais remarqué un jeune dessinateur issu de l'école de la bande dessinée belge, F. Riehm de son nom d'artiste, qui avait pris l'habitude de peindre des créatures étranges, de façon quasi machinale, en échauffement ou simplement pour se distraire. Comme il estimait, dans leur spontanéité, qu'elles avaient une vie propre et ne lui appartenaient plus une fois créées, il les appelait ses « Impromptues » Trouvant qu'elles correspondaient bien à mon imaginaire, je m'amusais à les baptiser, à projeter sur elles des impressions. D'où l'idée de ce livre en commun : il m'a fourni ses Impromptues préférées que j'ai classées en groupes de nymphes, puis j'ai composé des textes très courts pour les accompagner. Je ne prétends pas être poète mais là, c'était l'occasion de puiser dans l'habitude adolescente (il y a bien longtemps !) de la versification puisqu'il fallait que cela soit aussi intuitif que ses dessins. J'ai remarqué depuis que l'impact sensuel des Impromptues était plus fort que je ne l'avais appréhendé, surtout sur des observateurs de sexe masculin, preuve que les fantasmes de Riehm lui ont bien échappé ! ;) J'espère que mes textes sont à l'unisson mais avec l'espoir de communiquer également aux femmes la beauté de ces farouches Impromptues…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          188
ssab
  14 décembre 2016
Comme elles me parlent, ces créatures, mi-femme mi-bête, mi-vierge mi-fleur, déesse à la peau d'écorce, aux cheveux d'embruns. Identités hybrides dont on ne sait lequel nait de l'autre, hymne aux multiples expressions d'une déesse métamorphe.
Les deux formes poétiques se font écho, l'une par les mots, l'autre par le trait pour une libération des sens dans un phantasme de la nature féminine, et vraiment, j'ai aimé me prêter au jeu!
Ce genre de livre qui ne sera pas rangé sagement pas sur les étagères, juste pour que personne n'oublie de rêver …
Commenter  J’apprécie          10
Keraden
  11 mai 2016
Une élégante publication mêlant poésie et dessin. À lire le soir au coin du feu pour préparer les rêves de votre nuit
Commenter  J’apprécie          41
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   06 mai 2016
Filer la brume
Loin du sommeil.
Tracer les runes
De leur éveil...
... À l'existence.

Capter l'errance,
Libre et nue,
Des impromptues.
Commenter  J’apprécie          390
ssabssab   14 décembre 2016
De sève au sang
Les corps feuillant,
De chair s'offrant
Aux doigts du vent.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Martine Hermant (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martine Hermant
Vidéo de Martine Hermant
autres livres classés : mythologieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
672 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre