AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782848195209
175 pages
Créer (26/06/2014)
4.4/5   10 notes
Résumé :
Un soir de spectacle dans les ruines du château d’Alleuze, une des danseuses de la troupe a disparu. Viviane, sa meilleure amie, ne se résigne pas à admettre l’hypothèse d’une banale fugue amoureuse,
incompatible selon elle avec le caractère de Jeanne. Alors que l’enquête officielle suit son cours, d’étranges faits surviennent pour renforcer le mystère.
Dans sa quête de la vérité frôlant l’inconcevable, Viviane évolue au milieu du petit monde des musiq... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
LydiaB
  29 septembre 2014
Viviane et Jeanne appartiennent à une troupe de théâtre. le spectacle du moment est "Le Dit d'Alleuze". Un soir, Jeanne disparaît. On pense à une aventure amoureuse, une sorte de fugue... Mais Viviane refuse cette hypothèse : ce n'était pas le genre de son amie. Elle va mener son enquête, parallèlement à l'officielle, aidée par un historien...

Fidèle à elle-même, Martine Hermant nous entraîne, à travers une enquête qui aurait pu être banale et plate, dans ce monde qui lui est cher ; un monde oscillant entre le médiéval et le fantastique. Ce n'est pas moi qui vais m'en plaindre ! Elle sublime un fait divers - une disparition - en nous entraînant dans ce domaine si particulier du spectacle et de la danse. Elle fait moultes références à une époque qui m'est si familière à force d'y travailler dessus. Les occurrences culturelles sont nombreuses et, ce qui est à souligner, elles sont parfaitement intégrées au roman et à l'histoire se déroulant sous nos yeux. C'est important car elles sont au service de l'écriture et n'interviennent pas comme un cheveu sur la soupe.

Je me suis vraiment amusée à lire ce roman qui, cerise sur le gâteau, est d'une fluidité très agréable.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          592
HermantM
  18 juillet 2014
Ceci est un roman de complaisance. le terme n'existe pas ? Eh bien, je l'invente, pardi ! Et je m'explique : me trouvant appartenir à la catégorie des petits auteurs régionaux, je suis principalement invitée dans les salons du livre… régionaux (gagné !) Où je me sens souvent comme une extraterrestre au milieu de mes confrères, plus souvent versés dans le terroir, avec un public dérouté par mon humble production. Ce qui donne à peu près :
« A dieu ne plaise », tiens, tiens, de l'historique… Oh ! Mais pourquoi cet ancien français qui complique tout ? Sur la vie quotidienne au Moyen-âge ? Ah bon, l'héroïne n'est pas superbe-intrépide-victorieuse-irrésistible ?
« Les Hauts Rocherousse » : c'est chez nous, là au moins… Argh ! Pourquoi tant de haine ? Et de l'érotisme, en plus ? Nous, on préfère quand c'est simple avec une belle noce à la fin…
« le Rêve de la licorne » : il n'y a en a pas de ces bêtes dans nos prés et nos bois, ça n'existe pas, rien ne vaut nos vaches !
Et pour ce qui est des nouvelles, je n'en parle même pas (des fées, des situations bizarres…) Évidemment, j'exagère (sinon mon éditeur m'aurait déjà passée dehors !) mais j'ai eu envie de faire plaisir à ces lecteurs, au demeurant fort sympathiques, en écrivant un roman plus local. du coup, je me suis amusée (et bien amusée !) à laisser évoluer des personnages inspirés d'individus existant « pour de vrai », dans ce milieu des danses et des musiques traditionnelles que je connais bien. Seulement voilà (rire sardonique) en dehors de cette complaisance à parler de mes amis dans un cadre familier, je les attends au tournant avec mes thèmes de prédilections beaucoup plus « gothiques » : persistance de l'amour malgré la mort, rêves hantés, ruines mystérieuses, et autres joyeusetés…
J'avoue, à ce jour, n'avoir aucun recul sur l'efficacité du mélange.

Lien : http://rcf.fr/radio/rcf63/em..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          224
christinebrignon
  30 mai 2022

Du fantastique de terroir agrémenté d'une double enquête : l'officielle et puis celle, discrète, parmi des cercles plus secrets. Une petite romance en arrière-plan ajoute à l'agrément de ce récit.
Juste après un spectacle ayant eu lieu au château d'Alleuze, Jeanne, l'une des danseuses – voire même la meilleure d'entre elles – disparaît. Au bout de quelque temps, la gendarmerie abandonne l'enquête, faute de pistes à suivre. Viviane, son amie, ne peut se résoudre à l'accepter sans rien faire. Aidée de quelques amis, elle cherche à comprendre ce qui a pu lui arriver.
Comme elle le dit elle-même, Martine se régale à écrire ce roman. Elle développe son intrigue dans des lieux et des milieux qu'elle connaît bien, où les personnages sont tous de ses amis : les étendues sauvages du Cézallier, la danse trad' renouvelée par des chorégraphies créatives, l'Histoire, notamment celle du château et de la région d'Alleuze avec le terrifiant Bernard de Garlan et enfin l'occultisme (alchimie, astrologie, magie, divination) ou encore le fantastique. C'est au confluent de ces domaines chers à son coeur que Martine va mener le lecteur de droite et de gauche, le nez à terre comme un chien truffier, l'égarer à plaisir pour finalement le laisser lui-même faire jouer les clés qu'elle lui donne dans les serrures correspondantes.
Tout autant que son écriture châtiée, très XIXe, j'aime beaucoup la façon dont Martine construit son histoire, de façon à laisser constamment des brumes planer sur les indices qui ne sont jamais franchement décisifs. Sans cesse déconcerté, on ne lâche pas le livre jusqu'à la fin et même là, on se pose encore des questions. C'est le propre d'un bon roman – particulièrement dans le genre fantastique – que de laisser des zones d'ombre que le lecteur pourra interpréter comme il l'entend. CB
Chronique parue dans Gandahar 32 de juin 2022
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ombrechinoise
  26 juillet 2014
Après le Moyen-Age, des nouvelles fantastiques, un roman d'un romantisme noir et un autre de fantasy épique, Martine Hermant s'offre une récréation avec ce récit d'une étrange disparition située dans un château près de Saint-Flour. L'auteur nous entraîne dans le milieu de la musique trad' qui fait revivre musiques et danses d'antan avec des arrangements contemporains qui secouent la poussière des musiques simplement "folkloriques". Il semblerait, à en lire les descriptions, que l'auteur soit une participante fervente de ses réunions endiablées. Endiablées, justement. Car le fantastique n'est jamais loin dans les histoires de Martine Hermant, et la frontière avec le "réel" toujours poreuse. Au gré d'une enquête qui nous emmène dans les secrets d'une horde barbare surgie des temps anciens, les jeunes femmes, danseuses et fées d'aujourd'hui, sont les intercesseurs privilégiés entre notre monde et celui des rêves. A noter dans ce divertissement une très belle scène d'enterrement et de cimetière.
Lien : http://christophe.masson.127..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
klimt4
  01 octobre 2021
Les amis,
Je viens de faire une sacrée découverte avec l'disparue d'Alleuze de Catherine Hermant.
Un régal de lecture ! L'histoire se passe en Auvergne , plus précisément dans le Cantal . Ah ! ces descriptions de la nature, magnifiques. L'auteure nous fait vivre ou revivre des souvenirs grâce à la danse , à la musique. Mais que dire de la légende qui entoure le château d'Alleuze , c'est bluffant. Martine Hermant a du faire de nombreuses recherches. Les personnages sont attachants , tout est pensé , tout est construit. C'est beau , c'est poétique.
Un coup de coeur pour le dernier livre du mois de septembre. Je vous le recommande pour toutes ces raisons mais aussi pour le style d'écriture qui m'a séduite.
Un soir de spectacle dans les ruines du château d'Alleuze, une des danseuses de la troupe a disparu. Viviane , sa meilleure amie , ne se résigne pas à admettre l'hypothèse d'une banale fugue amoureuse, incompatible selon elle avec le caractère de Jeanne.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   29 septembre 2014
Il y avait de la brume, une brume mouvante qui semblait s'alimenter de la présence du lac pour jouer avec les variations thermiques de l'air. Ces changements provoquaient des illusions dans les formes et on n'était sûr de sa vision qu'à l'approche, lorsqu'un détail se révélait et prenait une importance particulière à être appréhendé avec certitude. La vallée semblait ainsi n'avoir pas de limites à son étendue et y descendre suggérait de plonger dans un monde incertain. Au-dessus, la masse fantomatique du donjon n'apparaissait que pour se voiler un instant plus tard, immatériel et presque inconcevable. J'aurais pu éprouver de l'appréhension à me diriger ainsi sans repères mais il me venait un curieux sentiment d'allègement. A m'enfoncer dans l'isolement de la brume, laissant derrière moi les contraintes qui m'attendaient sous la lumière crue du matin levant, je me dissolvais dans une irresponsabilité bienheureuse, ma seule inquiétude étant de ne pas retrouver Jeanne. Je tentai de l'appeler mais ma voix ne portait pas, comme absorbée par l'environnement ouaté. Son timbre me parut presque incongru et je n'insistai pas, continuant d'avancer. Pour me heurter à un grand mur que je ne reconnus pas. Pourtant, une enceinte de cette taille ne devait pas passer inaperçue !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
HermantMHermantM   31 juillet 2014
Chapitre I : Jeanne

« -Pastorèl delai l’aiga, venetz en deçai… »
Pastorèl (répertoire de Marie-Jeanne Besseyrot)

Le bruit du ruisseau était actif et allègre, seule expression de vie dans l’immobilité sombre du ravin que n’atteignait pas la lumière vibrante de cette belle journée d’automne. « On l’entend toujours, surtout la nuit… » Viviane soupira : la voix de Jeanne lui revenait, avec ce timbre particulier qui reflétait son enthousiasme, et dans nul autre endroit son amie n’avait été plus passionnée.
Les lieux semblaient bien différents à cette période, rendus à une solitude dont ils avaient fait leur norme depuis des siècles. La montagne unissait ses vallées en une grisaille aux tons de tapisserie fanée, flancs couverts de genêts moutonnants, vert usé comme du velours râpé qu’égratignaient à peine les rochers feutrés de lichens. Végétation complice d’une impression intemporelle où seuls les rehauts flamboyants des cerisiers sauvages trahissaient l’avancée de la saison.
Hiératique sur son piédestal, le château s’accordait au paysage, pierres indissociables de la roche dont il pouvait être issu. L’émergence de son identité l’en distinguait pourtant : une présence forte, faite de patience, de garde et, peut-être, d’attente… armée des secrets que lui conférait l’aura de l’Histoire.
Viviane le comparait à un guetteur dont elle aurait aimé décrypter l’hermétique veille. Il avait forcément assisté, lui, à ce qui était arrivé à Jeanne… un détail au cours de sa longue existence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
christinebrignonchristinebrignon   09 mai 2022
Sinon, pour ton autre question, qu'est-ce que j'ai ressenti en jouant le rôle du Garlan pendant "Le Dit d'Alleuze" ? Eh bien, au risque de te décevoir, un rôle comme celui du Garlan ne laissait que peu de place à une identification au personnage. Je ne crois pas que l'on peut dire que j'étais "habité", non ! La sortie sur le mur du cimetière, par exemple, imposait le contrôle de nombreux paramètres. Debout sur un mur d'une trentaine de centimètres, parfois glissant et humide, ébloui par un projecteur arasant, noyé dans une fumée épaisse qui empêche de voir même ses pieds, vêtu d'un costume d'une vingtaine de kilos, le comédien se dit : Attention, au top, c'est parti. OK, contact, micro... je suis à vue... fais gaffe où tu mets les pieds mon pote. Ah ! il a encore réglé son projo trop bas, j'en prends plein la gueule, je vais finir par me la casser ! Attention à la cinquième dalle qui est branlante. C'est quoi qu'on entend là ? Aie ! mon souffle dans le micro. Arrête de respirer, crétin, on croirait un train à vapeur. Bon, où je dois m'arrêter, moi ? Je ne vois pas le repère avec sa lumière. C'est pas vrai, Jack, demain c'est toi qui fais le Garlan ! Pourvu que je n'fasse pas de pain de texte... Ils sont nombreux ce soir, ils ont encore explosé la jauge... Pourvu que le fouet claque bien, pourvu que je ne prenne pas un retour de mèche dans la tronche. C'est quoi qui me tire, là ? Chiotte, je marche sur ma cape, elle est mal attachée. C'est pas vrai ! Marianne, demain, c'est toi qui fais le Garlan... Bon, je crois que c'est là... Attention, le fouet : "shclac" ! Oui, super ! Encore un : "shclac" ! Ah, ah ! Là, ils sont bluffés. Vas-y Garlan, t'es le meilleur ! Fais-leur voir ce que tu sais faire. Attention au texte... pourvu que je n'aie pas de trou... Pourquoi je fais ce métier, moi ?... Attention, texte, go : « Moi qui suis tronqué de nobles proportions, difforme, inachevé, dépêché avant terme, si boiteux et si laid... » C'est marrant, on dirait du Shakespeare... Falstaff, peut-être ?...
Voilà, Viviane, ce qui se passe dans la tête du comédien, debout, tout seul, sur le mur du cimetière d'Alleuze face à six cents personnes... Mais dans le corps par contre, dans le corps, c'est une autre histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HermantMHermantM   24 juillet 2014
Son esprit vagabonde à travers siècles et lieux, rencontre des personnages connus qui nourrissent son introspection, sans jamais la délivrer de cette angoissante question : qu’est-il arrivé à Jeanne ?
(Extrait de la préface de Pierre Chassang, historien)
Commenter  J’apprécie          100
MyrabelleMyrabelle   07 février 2016
Lorsqu'elle se mettait à danser sa séduction se transcendait, délivrant la vision d'une grâce innée, d'une classe naturelle. Dans cette discipline précise des danses traditionnelles, Jeanne avait su libérer son corps de toutes contraintes, virevoltant et ondulant avec une sensualité, une légèreté fascinante.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Martine Hermant (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martine Hermant
Vidéo relative à "Le choix d'Esteban".
autres livres classés : danse traditionnelleVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Mouchons les fâcheux ! 😂 🤐

Mes mots ont dépassé ma pensée ...

eh bien, ils n'ont pas dû aller bien loin !
pas de beaucoup ...

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thèmes : humour , art de la conversation , réparties , baba yagaCréer un quiz sur ce livre