AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Sarindar


Sarindar
  13 janvier 2020
Tout comme Lydia Bonaventure, je ne suis pas un habitué de la littérature du genre "fantasy", mais sous la plume de Martine Hermant cela devient un plaisir qui permet d'entrer dans l'histoire et de se familiariser avec ce monde fantastique.
Mais voilà, derrière des décors et des situations qui semblent irréels en nous transplantant dans un imaginaire qui fait rêver, et qui est sans doute fait pour faire rêver et nous dépayser, on retrouve, parce que c'est le don de l'auteure, des personnages qui ne raisonnent pas autrement que nous et leurs pensées, si elles sont percées presque miraculeusement par une sorte d'ultra-lucidité, n'en sont pas moins "réalistes" au point de nous rappeler les préoccupations et les réflexions humaines, ce qui nous permet d'oublier ce qui pourrait nous paraître étrange pour ne plus nous intéresser qu'à l'intrigue qui, du coup, nous prend tout entier, tant le rythme est soutenu et tant le récit est captivant. La beauté du style contribue à nous faire adhérer à tout cela sans crainte, en confiance, comme si nous y étions. Les mots inventés n'arrêtent ni ne rebutent le lecteur, qui est habitué assez vite à ce qui ne demande finalement aucune définition pour être compris. J'aime particulièrement ce néologisme : le conciliâme, comme accord des âmes dans l'elme, essence de toute vie et source inépuisable de magie. Les épreuves connues par Ménuisel sont finalement initiatiques et l'action est l'un des moyens utilisés par lesquels l'incompréhensible devient compréhensible, et l'aventure passionnante. Et puis dans cette histoire, on retrouve un peu- beaucoup même de Moyen Âge, en partie parce qu'elle nous vient de Martine Hermant et pas seulement parce que la fantasy voudrait cela. Un exemple parmi bien d'autres : "La vie se développait donc dans les citadelles qui, en plus de leur évidente fonction militaire et juridique, faisaient office de centres commerciaux et religieux". En somme, c'est la destination des châteaux forts médiévaux qui pourrait ici être rappelée et dite, sauf dans sa dimension religieuse pas si évidente hors de la fantasy. Expérience d'écriture et de lecture réussie.
Il faut se laisser bercer par les mots et emporter par les événements, et l'on est de suite conquis. Dans ce monde qui ne serait pas d'ici, on retrouve sans cesse quelque chose de nous. le rêve de la licorne est un livre qui parle à nos coeurs, nos intelligences, notre esprit autant qu'à notre imaginaire.
Commenter  J’apprécie          878



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (86)voir plus