AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B003WRM2UE
Éditeur : Ferenczi Collection Le livre moderne Illustré. (01/01/1934)

Note moyenne : 2/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gavarneur
  15 mars 2016
« Un homme d'honneur n'avoue jamais qu'il a été l'amant d'une femme ; mais il avoue encore moins qu'il ne l'a pas été. ». Bien daté, n'est-ce pas ?
Abel Hermant, de l'Académie Française, écrivain prolifique et collaborationniste (merci Wikipedia) ne m'a pas vraiment impressionné avec ce récit assez court. Arrivé à la dernière page, lisant la phrase qui clôt le livre et ouvre cette « critique », j'ai pensé : il n'a écrit ce texte que pour le conclure ainsi, l'histoire molle et invraisemblable s'est imposée à lui en partant de la fin.
Un homme d'honneur ? Hmm. Florent Rupert me fait l'effet d'un homme bien élevé au sens courant, mais bien mal élevé si son éducation l'a seulement amené à l'oisiveté et à la capacité d'oublier tout sens moral pour garder son train de vie habituel. L'honneur, donc ? Disons la fierté.
L'histoire : notre homme, emberlificoté par des aigrefins, tente de duper une demi-mondaine nullement dupe et à la fin le trompeur sera trompé par celle qui trompera son emberlificoteur. Bref, pas grand-chose, que je vous révèle pour vous épargner la lecture.
Le style : académique dans le pire sens, très début XXe bourgeois, plein de passés simples (j'aime le passé simple, pour beaucoup de raisons, dont celle-ci : voyez aussi l'effet comique qu'il produit quand vous l'employez au lieu de passé composé dans la conversation courante) (j'aime aussi le subjonctif imparfait ; heureux espagnols qui en ont deux formes et les emploient aussi aisément que vous et moi celui de l'indicatif ; malheureux pédants qui essayent de l'employer mais ignorant que la terminaison dépend du sujet choient lamentablement) (j'aime aussi le verbe choir et son usage après la chevillette, mais assez tiré à la bobinette et à la ligne). Donc le style ne m'a pas intéressé non plus,
Les personnages ne sont guère épais (comme disait Tolstoï), seul Rupert a un peu de chair, il faut bien un sujet de moquerie pour amuser le lecteur, qui est forcément déçu quand on lui fait sans cesse espérer la scène coquine qui ne vient pas.
Maintenant oubliez cette « critique » car le texte n'est qu'un prétexte. Après l'avoir lu j'ai regardé la page de titre et j'y ai découvert : « Roman d'après les bois originaux de Clément Serveau ». Diantre !
Clément Serveau (1888-1972) (merci Wikipedia) a été un peintre et surtout graveur célèbre, créateur de billets de banque (je n'invente rien), mais aussi le directeur artistique des éditions Ferenczi. C'est chez cet éditeur que la collection « Le livre moderne illustré » a réuni graveurs et écrivains alors en vogue. Serveau a lui-même produit les planches pour beaucoup de ces livres, mais à ma connaissance je vous parle du seul livre créé « d'après les bois ». Je vous laisse conclure. Ne soyez pourtant pas trop pessimistes, ce qui est possible en musique : voyez l'opéra de Salieri (au fond de la classe on se calme, Salieri n'est pas un gros mot) Prima la musica e poi le parole, qui montre un cas où les paroles sont ajoutées sur une musique antérieure. Pourquoi ne ferait-on pas de même avec les illustrations ?
Je ne suis pas un inconditionnel des bois de Serveau, mais plusieurs m'ont fait impression, l'économie de moyens et les noirs profonds me rappellent des films expressionnistes de la même période. Les sujets n'ont rien d'original, mais feuilletez bien, au lieu de lire, si ce volume vous passe entre les mains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
gavarneurgavarneur   21 avril 2016
Rupert sentit, après la surprise, le même contentement que sentent les enfants à Noël, quand ils trouvent dans leur pantoufle un jouet qu'ils n'osaient point souhaiter.
Commenter  J’apprécie          110
gavarneurgavarneur   28 avril 2016
Nous serons charmé de vous y rencontrer, dit Rupert, en faisant un nouveau petit salut.
Il ne prit pas garde que cette phrase et le salut signifiaient, dans le langage des cours : « Mais pour le moment nous vous avons assez vus. »
Commenter  J’apprécie          60
gavarneurgavarneur   18 mars 2016
Peut-être, dit Rupert , eussiez-vous préféré, madame, que nous allassions à pied jusqu'à Torcello .
Il le disait par ignorance de la géographie, mais les autres ne doutèrent point qu'il ne voulût rire, et ils s'empressèrent d'éclater. Florent se garda bien de les détromper, et fit chorus.
Commenter  J’apprécie          30
gavarneurgavarneur   25 avril 2016
Le commis de Bertoluzzi était endimanché. Il portait un complet couleur ardoise, primitivement uni, mais qui s'était nuancé au soleil et dans les ténèbres de l'armoire.
Commenter  J’apprécie          50
gavarneurgavarneur   17 mars 2016
Tout ce qui est végétal est si rare à Venise qu'il paraît surnaturel, et l'on n'y saurait considérer un bouquet de deux sous sans attendrissement.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : Escrocs et escroqueriesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5298 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre