AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782259027588
560 pages
Éditeur : Plon (08/01/2004)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 76 notes)
Résumé :
Après une enfance endeuillée par la mort de sa mère, Marie-Madeleine d'Aubray arrive en 1643 à Paris, où son père est nommé lieutenant civil. Marie-Madeleine rêve sa vie future et s'imagine grande dame, riche, fêtée, et, par-dessus tout aimée. Le mariage organisé par son père avec Antoine Gobelin, bientôt marquis de Brinvilliers, ne lui apportera que le confort financier et ne comblera pas ses désirs. Ses deux passions profondes vont alors très vite trouver à s'inca... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Woland
  11 janvier 2009
La biographie romancée est un exercice périlleux. Avec celle de Marie-Madeleine d'Aubray, marquise de Brinvilliers, Catherine Hermary-Vieille assure avec élégance mais aussi avec une froideur de glace qui surprend le lecteur avant de s'affirmer comme une méthode pas si bête que ça pour dresser le portrait d'une psychopathe. Dommage que cette méthode se révèle si frustrante à l'arrivée.
Dans le cultissime "Silence des Agneaux", Thomas Harris a magnifiquement dépeint le défaut de conscience, la maîtrise absolue et au-delà de la normale qui caractérisent le Dr Lecter, personnage inspiré, dit-on, par plusieurs tueurs en série parmi les plus intelligents. Par la suite, il ira plus loin en tentant de trouver, dans l'enfance de Lecter, la faille par laquelle s'infiltre le déséquilibre.
C'est cette éternelle question : "Le psychopathe est-il né ainsi et, sinon, quand a-t-il sombré ?" que l'on continue à poser dans le cas de serial killers comme Ted Bundy ou Ed Kemper - c'est-à-dire deux hommes qui ont usé de préméditation et, dans le cas de Kemper en tous cas, n'en ont jamais fait mystère.
Toutes proportions gardées, c'est un peu ce qu'a tenté de faire ici Catherine Hermary-Vieille pour celle dont le procès préfigura, dans notre pays, au XVIIème siècle, cette "Affaire des Poisons" qui allait menacer jusqu'à la cour de Louis XIV.
La romancière règle le problème dès les premiers chapitres : l'abus sexuel perpétré contre la toute jeune Marie-Madeleine par un professeur de dessin anonyme, fasciné par sa beauté de petite poupée docile, puis la certitude que cette beauté et le sexe sont les seuls moyens pour obtenir et retenir l'attention des autres et principalement des hommes. Comme chez la majeure partie des tueurs en série, le manque d'amour parental dont souffrit la future marquise de Brinvilliers est patent. Comme presque toujours également, on observe chez elle un repli permanent sur elle-même afin de dissimuler ses émotions les plus intimes et les plus vraies.
Pour autant, Catherine Hermary-Vieille ne se livre pas à une analyse des motivations les plus profondes de Marie-Madeleine. Elle n'évoque même pas la folie qui, lentement s'installe : elle nous laisse l'observer. Elle prend grand soin de se maintenir à distance du personnage et elle le fait si bien que le lecteur en pâtit. Lui non plus n'ira pas plus loin que la froideur pathologique, les apparences lisses et logiques. Mme de Brinvilliers tue essentiellement pour l'argent et rien ne sera dit des motifs inconscients qui la poussèrent à passer à l'acte.
Bien sûr, le XVIIème siècle ne connaissait pas encore Freud mais le lecteur du XXIème, lui, ne peut l'ignorer. Aussi, bien qu'il reste sensible à l'intérêt de cette présentation glacée de l'héroïne, en voit-il très vite les limites et reste-t-il sur sa faim : quand il referme ce livre, les ombres qui accompagnent Mme de Brinvilliers se sont encore épaissies et quelque chose d'essentiel dans cette personnalité ambiguë nous reste étranger. ;o(
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
peneloppe277
  09 février 2011
la vie de cette marquise est loin d etre un long fleuve tranquille ! ce qui pourrait n etre qu une bio se transforme sous la plume d Hermary Vieille en un recit passionnant et captivant au + haut point .
non seulement la vie du paris et de la campagne de l epoque mais la decheance de nombreux riches , ruinés par le jeux et donc , comme la marquise de Brinvilliers , acculés aux vols et .... aux meurtres !
beaucoup de details aussi sur le fonctionnement de la police de Louis XIV .
bref une bio a recommander a tous , meme a ceux qui ne sont pas ferus d histoire
Commenter  J’apprécie          120
kuroineko
  24 janvier 2013
On découvre ici la vie de la célèbre marquise de Brinvilliers. Catherine Hermary-Vieille permet avec ce roman de dépasser la simple image de la marquise des poisons.
La reconstitution du Paris de Louis XIV est de qualité, même si, à mon goût, elle n'atteint pas l'excellence de Françoise Chandernagor avec "L'Allée du Roi".
"La Marquise des Ombres" n'en reste pas moins un très bon roman historique et un agréable moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          100
Aela
  24 janvier 2011
Une destinée bien étrange que celle de la tristement célèbre marquise de Brinvilliers, la principale protagoniste de cette redoutable "affaire des poisons" qui empoisonna le règne de notre grand roi Louis XIV.
Qu'est-ce qui a pu entraîner cette aristocrate de la meilleure société dans cette triste affaire?
C'est ce que nous montre avec beaucoup de talent et de clarté Catherine Hermary Vieille, dont la valeur historique de ses romans n'est plus à démontrer.
Un grand moment de lecture en compagnie de la haute aristocratie et de "l'envers du Soleil"...
Commenter  J’apprécie          50
Cannetille
  09 mars 2019
Marie-Madeleine d'Aubray, marquise de Brinvilliers, est une célèbre empoisonneuse qui fut condamnée et exécutée sous le règne de Louis XIV. Son procès fut le début de la fameuse Affaire des Poisons qui secoua Paris et la Cour par une série de scandales impliquant de hauts personnages de l'aristocratie.

Catherine Hermary-Vieille retrace ici une biographie romancée de la marquise, basée sur une solide documentation, et d'une lecture fluide, agréable et prenante.

Après une enfance sans amour ravagée par un abus sexuel, cette femme, incapable de laisser place à ses sentiments constamment refoulés, mena une existence dénuée de toute conscience morale, seulement gouvernée par l'obsession des apparences et de son ascension personnelle, et qui, d'excès en excès, la mena jusqu'aux parricide et fratricides.

Sans juger ni expliquer, le livre peint avec une froideur implacable le terrible engrenage qui la conduisit irrémédiablement à commettre l'irréparable et à courir à sa propre perte. Cette neutralité dans la description des émotions et des raisonnements de la marquise permet au lecteur de se figurer ce qu'elle a elle-même vécu, emportée vers le drame sans recul sur ses motivations et en toute ignorance de ce qui se tramait dans son inconscient.

Le livre est au final poignant, dans le sens où il décrit de bien grandes souffrances, tant chez les victimes que chez leur tueuse. En effet, quel vide intérieur derrière l'incroyable force de caractère de cette femme intelligente, indomptable et passionnée, qui, toute sa vie, aura désespérément, et jusqu'au meurtre, tenté de préserver l'armure d'apparences derrière laquelle elle tentait de conjurer ses terribles failles.

Lecture passionnante et coup de coeur.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
WolandWoland   11 janvier 2009
... - Qui pend-on ? demanda-t-elle à la gouvernante.

- Une servante qui a volé.

Marie-Madeleine avait envie de voir mais la foule, compacte, l'empêchait de passer. Tout était gris, le toit, le ciel, le peuple serré autour de cette croix dressée vers les nuages et que celle qui allait mourir devait contempler. "Volé", se répéta Marie-Madeleine. Ces mots ne signifiaient pas grand chose et elle était étonnée de voir la mort si proche pour un acte incertain. Soudain, la croix disparut et le ciel demeura vide au-dessus du gibet, tandis que le vent poussait de l'est des nuages si bas qu'ils venaient se déchirer sur les toits.

Marie-Madeleine suivit Melle Cauvin en silence. Elle considérait les eaux impénétrables de la rivière et songeait que la mort devait être bien peu de choses. La force du vent ne la grisait plus. ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
WolandWoland   11 janvier 2009
... Les yeux mi-clos dans son fauteuil, Dreux [le père de Mme de Brinvilliers]considérait sa fille à son ouvrage. Jour après jour, il hésitait à lui parler de ce Sainte-Croix, à la conjurer de se séparer de lui, mais il craignait que, refusant ses remarques, elle ne le quittât aussitôt. Que ferait-il sans son sourire, ses attentions ? Il voulait mourir en paix. ...
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Catherine Hermary-Vieille (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Hermary-Vieille
Parution le 7 mars 2018 :
Un Bagdad féerique digne des Mille et Une Nuits
Au soir de sa vie, Ahmed se souvient. Après tant d?années, le temps est venu pour le vieux mendiant de conter l?histoire de son maître Djafar al-Barmaki, jadis condamné à la mort et à l?oubli. Trop souvent, il est passé sans rien dire devant la dépouille du proscrit, cet homme qu?il aima passionnément. Mais qui se souvient encore, en ce milieu du ixe siècle, du grand vizir Djafar, favori du calife Haroun al-Rachid, et de sa brutale disgrâce ? On dit qu?il offensa le souverain en consommant son mariage avec la princesse Abassa. Mais cet amour méritait-il la mort ? le calife était-il donc jaloux? de sa s?ur ? Ou soucieux de soumettre l?ambitieux Djafar ? À Bagdad, sur la grand-place des artisans, Ahmed se dresse. Dix soirs de suite, au péril de sa vie, il va ressusciter le passé de la ville d?or. Inspirée par la légende des vizirs barmakides, cette histoire d?amour et de mort aux couleurs de miniature persane ressuscite la splendeur de l?Empire abbasside, comme le ferait un conte des Mille et une nuits.
** Née à Paris en 1943, Catherine Hermary-Vieille alterne les biographies et les romans avec succès. Elle a obtenu de nombreuses récompenses littéraires, dont le prix des Maisons de la presse pour Un amour fou (1991) et le Grand Prix RTL pour L?Infidèle (1987). On lui doit aussi La Bourbonnaise (2003), Merveilleuses (2011), La Bête (2014). Elle vit aujourd?hui à Charlottesville (Virginie).
+ Lire la suite
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2162 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre