AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253108320
445 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (02/06/2004)
3.97/5   87 notes
Résumé :
1465. La fin du Moyen Âge, l'aube de la Renaissance.

Entre l'Angleterre, la France et les Flandres, rois, reines, grands seigneurs et aventuriers se déchirent pour le pouvoir. Une époque sombre et mystique, fastueuse et violente, que hantent des personnages hors du commun : des femmes jolies et ambitieuses, comme Marguerite d'Anjou, fille du roi René, et la parvenue Elizabeth d'York, des enfants à la dramatique destinée, comme les deux fils du roi Edo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 87 notes
5
2 avis
4
7 avis
3
1 avis
2
5 avis
1
0 avis

FredMartineau
  08 janvier 2017
Féru d'Histoire, plonger dans la guerre des Roses m'a apporté beaucoup de plaisir, d'autant que le style de l'auteur est léger et enlevé. Sa plume romanesque soulage du trop plein de détails qui souvent alourdit les récits historiques, mais sans perdre rigueur et crédibilité. Ma perception de cet épisode fameux qui inspira tant de dramaturges s'en trouve renforcée. Merci donc à Catherine Hermany-Vieille pour cet agréable moment de lecture...
Commenter  J’apprécie          320
Marcellina
  17 mai 2021
L'Histoire vaut bien un roman, ici le roman est juste l'Histoire et c'est waouh !
On est loin de la magnifique poésie du roman primé de l'auteure « Le grand vizir de la nuit » et pourtant on retrouve dans cet ouvrage toute sa richesse linguistique et son travail super bien documenté.
Deux roses, une blanche et une rouge, la famille des York et celle des Lancaster, deux branches issues d'un même ancêtre, pas si éloigné finalement, qui vont se battre à mort pendant trente ans pour le trône d'Angleterre. Les rois vont se succéder et les reines aussi, pas toutes bienveillantes. Dans le sang, la haine, la passion, le meurtre, la tendresse parfois et la trahison souvent, les événements qui ont fait l'Histoire, la vraie, nous sont ici relatés avec un chouia de romantisme qui floute un peu l'horreur de cette période tragique que l'on nomme la guerre des Deux Roses.
Une fin prévue et surtout connue, les deux roses n'en feront plus qu'une mais ça, c'est une autre histoire et je m'y plonge de suite :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Khalya
  09 août 2017
Un bon récit romancé de l'histoire de la guerre des deux roses, même si les évènements sont parfois survolés et que, d'un chapitre à l'autre, on saute parfois plusieurs années.
Ici l'auteur a pris le parti de se ranger « du côté » de Marguerite d'Anjou et d'Henri VI qu'elle décrit comme des victimes des Yorks.
Elle dresse un portrait peu flatteur d'Edward IV, roi volage et préférant le vin et les orgies à l'exercice du pouvoir, présente Richard III comme un véritable monstre ayant fait exécuter ses neveux à la tour, ce qui n'a jamais été prouvé (les deux cadavres d'enfants trouvés en 1674 sous un escaliers de la tour n'ayant jamais été formellement identifiés comme étant les jeunes princes), dépeins Elizabeth Grey comme une arriviste et sa fille Elizabeth d'York comme une manipulatrice sans scrupules.
Bref, l'auteur n'est clairement pas convaincue par les York.
J'ai trouvé un peu dommage que certains évènements soient aussi survolés et que l'auteur ait pris le parti de rendre chacun de ses personnages antipathiques, calculateurs, manipulateurs… Je veux bien qu'il y ait eu beaucoup de trahison et de conspiration, mais ces personnes n'étaient pas pourries jusqu'au trognon (enfin pas toutes). J'aurais apprécié un portrait plus nuancé.
Cela dit, cela reste une bonne entrée en matière pour qui veut découvrir cette période sombre et incertaine de l'histoire d'Angleterre. Je suis impatiente de lire la suite (surtout le 3ème tome), qui s'attache plus à Henry VIII, période que je connais mieux, ce qui me permettra de me faire une idée plus précise de la manière de l'auteur de rapporter l'histoire d'Angleterre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Cannetille
  09 mars 2019
La trilogie historique du Crépuscule des rois commence par La Rose d'Anjou, pendant la guerre civile des Deux Roses qui déchira l'Angleterre de 1455 à 1485, résultat de l'affrontement pour la Couronne d'Angleterre entre deux branches de la maison Plantagenêt : Les Lancastre portant l'emblème de la Rose Rouge, et les York, celui de la Rose Blanche.

Catherine Hermary-Vieille retrace les péripéties, conflits entre vassaux de la Couronne, alliances et trahisons en chaîne, qui aboutirent à la disparition des Plantagenêt avec la mort de Richard III, et à l'accession au trône d'Henri VII, premier souverain de la maison Tudor.

Le deuxième tome Reines de coeur décrit le règne d'Henri VII, qui unifia les deux roses par son mariage et rétablit l'équilibre du pays sous l'emblème d'une nouvelle rose, blanche à coeur rouge. Lui succéda son bien moins sage fils Henri VIII, que nous suivons jusqu'à sa décision, faute d'héritier mâle, de faire annuler son mariage avec sa première femme Catherine d'Aragon.

Enfin, Les lionnes d'Angleterre voient se succéder les épouses suivantes d'Henri VIII : l'intrigante et arrogante Anne Boleyn morte décapitée, la modeste Jane Seymour morte en couches, "l'odorante" Anne de Clèves répudiée en quelques mois, la légère Katherine Howard morte décapitée elle aussi, enfin Katherine Parr.

Catherine Hermary-Vieille nous immerge dans une vaste fresque foisonnante d'alliances et de trahisons, de retournements de situations, de personnages hors du commun dont la parentèle intriquée pourra, dans le premier tome, désorienter le lecteur non cramponné à l'arbre généalogique proposé en fin d'ouvrage.

Comme à son habitude, le style de l'auteur est extrêmement sobre : le récit décrit simplement les évènements, les romançant au strict minimum. le résultat, très plaisant à lire, donne un tableau d'ensemble sérieux et crédible qui permet de se faire une bonne idée de cette période. On peut néanmoins regretter la rapidité du récit dans le premier volet qui, embrassant l'ensemble des évènements et de leurs protagonistes, ne peut que rester à la surface des personnages sans en creuser vraiment aucun.

On pourra trouver une lecture complémentaire dans la série de romans historiques The Cousin's War de Philippa Gregory, où, partant d'un parti-pris beaucoup plus romancé mais historiquement solide, chaque tome est rédigé du point de vue personnel d'un personnage-clé, qui y gagne en humanité et en profondeur.

Quoi qu'il en soit, chez Catherine Hermary-Vieille comme chez Philippa Gregory, ce sont les femmes qui tissent le fil rouge du récit. Il faut dire que, fiancées quasiment dès le berceau, mariées dès la puberté, leur rôle se réduisait à peu près à la fonction reproductrice. Celles qui hantent ce récit ont payé fort cher leurs ambitions et leurs tempéraments d'exception.

En conclusion, cette longue mais (trop) rapide saga est à recommander au lecteur qui souhaite découvrir un premier panorama d'ensemble de cette période. Après mes lectures précédentes sur l'Angleterre de cette époque, je n'y ai plus trouvé le plaisir de la découverte, mais un agréable moment de révision.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ManonReal
  09 février 2019
Un autre livre de Catherine Hermary-Vieille que j'ai abandonné...Le titre me semblait accrocheur, étant donnée la thématique principale: la guerre des deux roses entre les York et les Lancastre. Lorsque j'ai commencé les premières pages, j'avais l'impression de revoir entièrement la série anglaise The White Queen, qui elle, m'avait scotchée, notamment au niveau des jeux de rôles des acteurs. Or dans le livre, la plupart des personnages semblent détestables que ce soit Marguerite d'Anjou comme Edward IV, quitte à tomber un peu dans le cliché médiéval. Mais c'est surtout le style d'écriture auquel je n'ai pas accroché.
Commenter  J’apprécie          91

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
FredMartineauFredMartineau   08 janvier 2017
Seul, Richard restait de glace. Dans un moment, il se rendrait à la Tour avec quelques autres pour assister à l'assassinat de Henry VI. Il n'hésiterait pas, mais ce devoir de prince lui déplaisait. Du fond de l'ombre, il lui semblait percevoir le regard des morts posés sur lui. Edouard de Lancastre avait son âge, il avait épousé la petite Anne de Middleham qui jouait à la poupée à côté de lui tandis qu'il étudiait et il lui avait porté le premier coup. Son adolescence était achevé désormais, il était homme, une main au pommeau de son épée, l'autre sur sa dague. Le monde était violence. Qui ne l'acceptait pas se perdait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Emily5FEmily5F   24 avril 2010
Anne regardait cet homme froid, réticent à exhiber ses émotions, contempler leur enfant. Un début de tendresse s'empara d'elle. Elle devait donner sa chance à Richard, tenter de le traiter moins durement, croire en lui, oublier qu'il avait participé à l'assassinat de son mari, à celui du roi Henry, qu'il avait fait décapiter Fauconberg, partisan de Marguerite d'Anjou, auquel le roi avait pourtant accordé son pardon, et envoyé sa tête sur un pal pour qu'il fût fiché sur le pont de Londres. Mais qui parmis les grands n'avais pas de sang sur les mains ? Depuis tant d'années on se battait clan contre clan, frère contre frère, rose rouge contre rose blanche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
sld09sld09   29 septembre 2017
Richard III, roi d'Angleterre, avait trente-deux ans. Il avait régné deux ans, un mois et vingt-huit jours. Sa mort héroïque jetait un ultime éclat sur la race éteinte des Plantagenêts.Le cadavre du roi fut dépouillé de tous ses vêtements. On lui passa la corde au cou, la marque infamante des félons, et on jeta sa dépouille en travers d'un cheval monté par un des écuyers de Tudor tenant par dérision l'étendard du sanglier blanc. En passant le pont de pierre qui enjambait la Soar, la tête de Richard heurta violemment le parapet, arrachant des croûtes de sang collées à ses cheveux. Deux jours, son corps resta exposé nu dans le couvent dominicain de Leicester. Puis il fut mis dans un cercueil de pin et enterré sans pierre ni épitaphe à l'ombre d'un érable centenaire dans le cimetière des religieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ADAMSYADAMSY   03 juin 2017
- Chacun cherche à s'imposer à sa façon, Milord. Le monde n'est pas fait pour les agneaux mais pour les loups.
Commenter  J’apprécie          60
ADAMSYADAMSY   03 juin 2017
Le monde était violence. Qui ne l'acceptait pas se perdait.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Catherine Hermary-Vieille (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Hermary-Vieille
Parution le 7 mars 2018 :
Un Bagdad féerique digne des Mille et Une Nuits
Au soir de sa vie, Ahmed se souvient. Après tant d?années, le temps est venu pour le vieux mendiant de conter l?histoire de son maître Djafar al-Barmaki, jadis condamné à la mort et à l?oubli. Trop souvent, il est passé sans rien dire devant la dépouille du proscrit, cet homme qu?il aima passionnément. Mais qui se souvient encore, en ce milieu du ixe siècle, du grand vizir Djafar, favori du calife Haroun al-Rachid, et de sa brutale disgrâce ? On dit qu?il offensa le souverain en consommant son mariage avec la princesse Abassa. Mais cet amour méritait-il la mort ? le calife était-il donc jaloux? de sa s?ur ? Ou soucieux de soumettre l?ambitieux Djafar ? À Bagdad, sur la grand-place des artisans, Ahmed se dresse. Dix soirs de suite, au péril de sa vie, il va ressusciter le passé de la ville d?or. Inspirée par la légende des vizirs barmakides, cette histoire d?amour et de mort aux couleurs de miniature persane ressuscite la splendeur de l?Empire abbasside, comme le ferait un conte des Mille et une nuits.
** Née à Paris en 1943, Catherine Hermary-Vieille alterne les biographies et les romans avec succès. Elle a obtenu de nombreuses récompenses littéraires, dont le prix des Maisons de la presse pour Un amour fou (1991) et le Grand Prix RTL pour L?Infidèle (1987). On lui doit aussi La Bourbonnaise (2003), Merveilleuses (2011), La Bête (2014). Elle vit aujourd?hui à Charlottesville (Virginie).
+ Lire la suite
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2335 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre