AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2370711205
Éditeur : Le Temps des Cerises (19/06/2017)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Miguel Hernandez est un poète peu connu du public français. Alors que les poèmes de nombreux de ses contemporains (Lorca, Alberti, Machado) ont été traduits en français, les lecteurs français ne connaissent pas ce poète berger d’Orihuela, bien qu’il soit une icône
en Espagne.

Seuls quelques recueils (L’enfant laboureur, éditions Seghers, 1960) et quelques poèmes, parus aux éditions Unes, avaient été traduits ces cinquante dernières années. Plus... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Nelja
  31 janvier 2018
Merci à Babelio et à l'opération Masse Critique pour m'avoir offert ce livre ! Je n'avais jamais entendu parler de cet auteur avant, mais je n'ai pas été déçue.
Environ 230 pages de poésie, en bilingue castillan-français. Je n'ai lu que la partie française, mon castillan est trop mauvais. Je peux juste dire sur la traduction que c'est écrit de façon rythmée mais non rimée, et la traduction suit ce motif.
Ce sont donc des poésies écrites par un auteur pendant la guerre civile espagnole. le thème principal en est l'éloignement de la femme aimée. J'aime la beauté et la simplicité avec laquelle l'auteur décrit cet amour réciproque, mais qui le fait souffrir (l'absence est souvent comparée à la mort). le recueil est très peu politique, malgré le contexte historique (et l'éditeur). Certains poèmes sont très brefs, de cinq lignes courtes, d'autres font plusieurs pages.
Le vocabulaire et les images sont simples, mais beaux et originaux. Cet auteur est une découverte pour moi qui connais si peu de poésie non francophone. Par contre, comme les poèmes sont presque tous sur le même thème, il est facile de trouver que cela se répète parfois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Notos
  18 février 2018
Un recueil d'une dureté sensuelle, où la poésie s'impose, nue, noire, sur la page blanche. L'auteur des Chansons et refrains d'absence est un berger ayant perdu femme et enfants : ses textes sont loin d'être précieux, mais touchent par la force de leur simplicité, "avec trois blessures toujours :
de vie,
de mort,
d'amour".
Pas d'hyperboles pathétiques ou d'images trop fleuries ici : les images sont fortes, familières, et inspirées.
Ce recueil, intemporel, est de ceux que l'on aime emporter avec soi, quelle que soit la direction de nos pas.
Commenter  J’apprécie          20
memoria
  06 mars 2018
Dans ce recueil de poèmes, Miguel Hernandez, poète espagnol renommé dans son pays, nous livre sa vision de l'amour, de l'amitié et de la mort. Ses poèmes sont marqués par l'absence de l'être aimé et la mort de son fils. Alternant pièces courtes et plus substantielles, ce recueil prend parfois un aspect moins sombre, avec le thème de la naissance de son second fils, notamment.
Par une langue à la fois vibrante et épurée, ce poète nous entraîne dans les méandres des sentiments humains.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
NotosNotos   18 février 2018
VALSE DES AMOUREUX
RÉUNIS POUR TOUJOURS

Ils n'auront plus quitté
le verger de l'étreinte.
Face au rouge rosier
des baisers ils roulèrent.
Des orages voulurent
rageurs les séparer
et des haches tranchantes
et des traits fulgurants.

Ils peuplèrent la terre
des pâleurs de leurs mains.
Et poussés par le vent,
mesurant des ravins
dans leurs bouches fondantes
ils ont vue des naufrages
de plus en plus profonds
dans leurs corps, dans leurs bras.

Poursuivis, submergés
par un grand abandon
de mémoire et de lunes,
de novembre et de mars,
ils se virent vannés
comme poudre légère :
ils se virent vannés,
mais toujours enlacés
.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NotosNotos   18 février 2018
Une photographie.
Un carton expressif
des mois durant captif
dans les recoins secrets.

Je veux boire cette eau
de distance : goûter
un vieux fond de fantôme.

Un carton m'attendrit.
Et me tient compagnie.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Miguel Hernandez (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Miguel Hernandez
Je serai moins affligé, Miguel Hernández voix: Marcel Lupovici guitare: Jean Borredon
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
637 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre