AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2364745454
Éditeur : Thierry Magnier (03/09/2014)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Dans une oasis poisseuse et brûlante, une communauté hippie se fait canarder à la mitraillette, un homme perd la mémoire et se retrouve poursuivi par des hommes à la recherche d'une mine et une étrange jeune femme décide de lui apporter son aide. Mais tous ces éléments sont-ils vraiment liés?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Galirad
  23 janvier 2015
Ce livre m'a complètement désorientée.
L'intrigue, si intrigue il y a, se déroule au cours de l'été 1972, parallèlement aux jeux olympiques de Munich. Durant ces jeux, l'équipe israélienne a été victime d'une prise d'otages meurtrière, référencée sous le nom de « Massacre de Munich», à laquelle Wolfgang HERRNDORF fait explicitement référence. le roman présente cinq parties : la mer, le désert, les montagnes, l'oasis et la nuit qui sont rassemblés sous le titre « sable », leur point commun à tous.
Le livre débute par un quadruple meurtre, dont on apprend très rapidement qui est l'auteur : meurtrier avéré ou bouc émissaire ? Deux policiers enquêtent, classent une première fois l'affaire. Puis l'un d'eux, face à de nombreuses incohérences, reprend plus sérieusement ses investigations, sans vraiment aboutir. Simultanément, là, en Afrique, à Targat débarquent une belle américaine, ainsi qu'un allemand un peu parano, dont on sait déjà qu'il va mourir. Tous deux hantant la ville en attente d'un curieux rendez-vous. Bizarre ! Se rajoute à ce panel hétéroclite d'individus, deux écrivains exilés et complètement déjantés.
Le plus déstabilisant pour moi a été de comprendre quel degré d'importance, l'auteur voulait donner aux évènements et quels personnages, il voulait privilégier ? Pourquoi, tantôt utilise-t-il le « je », pourquoi tantôt préfère-t-il intervenir à la troisième personne ? Par moments, il développe avec moult détails une situation, analyse avec une précision chirurgicale les ressentis d'un de ces héros, pour ensuite, l'oublier pendant de nombreux chapitres et finalement lui régler son compte en quelques lignes.
Malgré toutes ces interrogations, à aucun instant, le livre ne m'est jamais tombé des mains. Sa lecture est restée fluide et si ce n'est l'impression latente d'être larguée dans ma compréhension de l'ensemble, je reconnais, passé ce stress, avoir apprécié ce livre, mais sûrement pas à sa juste valeur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mercutio
  07 mai 2016
Comme le sable se faufile entre les doigts dans un continuum de matière granuleuse, ainsi se veut Sable.
Chaque grain se meut, sans trop se soucier des autres, l'ensemble finit par former un tas protéiforme, ainsi se veut ce roman.
L'auteur semble avoir découpé un caillou en une quantité de particules dont il a rempli un sablier. Ainsi veut-il figurer, me semble-t-il, l'aléa qui préside pour une large part aux destinées humaines.
Bien sûr, les mathématiciens capables de modéliser la formation des dunes selon les conditions environnementales démontrent de facto que d'aléa, il n'y a point. Ni dans le sablier, ni même, dans une certaine mesure, dans la carrière humaine .
Le lecteur acquiert le droit de mettre en route ce sablier voire de passer du temps à le relancer autant de fois qu'il lui plaira pour, par exemple, compter les grains, tenter d'apprécier la constitution de chacun d'eux, imaginer de les faire couler dans un ordre qui lui paraîtrait plus adéquat ou spéculer par quel agencement on pourrait obtenir un tas final de forme différente. Tout cela, pour peu que les buts dérisoires ne le découragent pas.
Autant en emporte le vent.
Pour ma part, après avoir laissé le dernier grain traverser le goulot de mon attention constante bien que progressivement et inéluctablement mise à l'épreuve, j'ai laissé là la concrétion, bien à l'abri entre ses couvertures.
Au temps pour moi, je sais pourtant les miroirs aux alouettes qu'en sont les quatrièmes .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pgaia
  24 mai 2016
Sable : le titre du roman de Wolfgang Hernndorf est parfaitement adapté à son récit, car on peut à coup sûr considérer qu'ici, le personnage principal est bien le décor, cette immense étendue désertique dont le lecteur ignore l'emplacement précis, quelque part dans un Maghreb mystérieux. Quant aux humains qui peuplent les pages d'Hernndorf, difficile d'en dresser le portrait. L'auteur nous les présente avant de les escamoter brutalement, tout en usant et abusant des changements de points de vue, alternant allègrement première et troisième personne sans préciser au lecteur qui a la parole. On finit tout de même par saisir au vol : une communauté de hippies sur le retour dans laquelle un quadruple meurtre a été commis, un inspecteur de police pas convaincu de la culpabilité de l'accusé, un homme amnésique après avoir été assommé dans le désert, une jeune et belle Américaine débarquée par paquebot. Qui sont-ils vraiment, quel est leur rôle dans le récit, quel est leur lien ? Wolfgang Hernndorf nous laisse dans le flou. de même, on ne sait jamais vraiment où se déroule l'intrigue, ni à quelle époque. Ni même si intrigue il y a. L'enchaînement des chapitres m'a donné le sentiment d'une cacophonie sans chef d'orchestre. Alors, comme dans un mauvais concert, j'ai quitté la salle avant la fin.
La quatrième de couverture nous annonce qu' « entrer dans ce livre suppose d'accepter de perdre pied, d'abandonner ses habitudes de lecture et son horizon d'attente ». C'est on ne peut plus juste. Mais à risquer de surprendre le lecteur, on peut finir par le perdre complètement. Finalement, pour moi ce roman ressemble sans nul doute à sa toile de fond: des grains de sable qui glissent entre nos doigts écartés, nous laissant la main vide.
Lien : http://critiquesdelivres.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aye
  30 octobre 2014
Une intrigue complexe dans un monde complexe à l'époque de la Guerre froide mais ce n'est pas seulement un roman d'espionnage. L'enquête se double d'une quête d'identité et les clefs ne nous sont livrées qu'à la fin. La conclusion est glaciale malgré les sables du désert.
Commenter  J’apprécie          40
Zia19
  23 septembre 2014
Roman incroyable... rien avec voir avec le précédent goodbye berlin, plein de fraîcheur et de légèreté. L'auteur passe à la vitesse supérieure: il construit de bout en bout une oeuvre magistrale, labyrinthique, qui ne délivrera son sens qu'aux plus expérimentés des lecteurs. une expérience de lecture inédite.
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Ricochet   26 août 2014
Excellemment traduit, le roman brille, expérience inédite de sensations labyrinthiques. « Entrer dans ce livre suppose d'accepter de perdre pied », indique la quatrième de couverture. Vous êtes prévenus, invités à devenir les découvreurs (et certainement les happy few) d'un ouvrage hors normes qui fait croire en la littérature et son pouvoir.
Lire la critique sur le site : Ricochet
autres livres classés : vintageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

GOOD BYE BERLIN

Comment s'appelle le(s) héros ?

kARIM
MARVIN
MALIK

6 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Good Bye Berlin de Wolfgang HerrndorfCréer un quiz sur ce livre