AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur L'étonnement philosophique. Une petite histoire philoso.. (23)

Piatka
Piatka   18 novembre 2014
Plus une civilisation est évoluée, plus la langue et les langages spécialisés y prennent de l'importance. Dans notre société occidentale, l'"homme cultivé" vit la plus grande partie de sa vie dans le langage. Le résultat est qu'il prend l'expression par le langage pour la vie même.
Commenter  J’apprécie          310
Piatka
Piatka   23 octobre 2014
Dostoïevski a développé en nous une sensibilité selon laquelle la vulnérabilité est valorisée - elle appartient désormais à l'essence de l'homme comme si sans elle on n'était pas tout à fait un être humain. Nous ne pouvons plus renier cet héritage.
Commenter  J’apprécie          270
Piatka
Piatka   11 octobre 2014
Dans ces temps anciens, la profession de " philosophe " n'existait pas. Les philosophes étaient en même temps des savants, des mathématiciens, des géomètres, des astronomes. Ils s'intéressaient aux éclipses du soleil et de la lune, aux nombres et aux calculs, aux figures de la géométrie et à leurs propriétés. Ainsi l'école philosophique la plus ancienne, la célèbre Ecole de Milet, en Asie Mineure, a été fondée par Thalès, l'inventeur du théorème faisant du cercle le lieu géométrique des angles droits construits sur un segment de droite.
Il s'agit donc de puissants esprits qui étaient, par rapport au savoir de leur temps, des esprits universels. Ce qui suscita avant tout leur étonnement, ce fut le spectacle du changement.

L'ÉCOLE DE MILET : THALÈS
( Env 600 av JC )
Commenter  J’apprécie          273
Piatka
Piatka   04 décembre 2014
Je tiens à mettre en garde le lecteur : on ne comprend un philosophe - comme je l'ai déjà indiqué - que lorsqu'on a réussi à "penser avec lui".
Commenter  J’apprécie          230
Piatka
Piatka   24 octobre 2014
Penser philosophiquement, c'est penser avec sa liberté. [...]
On a beau nier l'existence de la liberté, elle est toujours là, jusque dans la parole qui la nie. Celui qui la nie la nie librement - ou alors sa parole n'est qu'un bruit vide de sens. Si l'on réussissait vraiment à éliminer la liberté de l'esprit, on n'aurait même plus le pouvoir de nier.

Commenter  J’apprécie          180
petch
petch   26 juillet 2014
Les discussions presque contemporaines au sujet de l'atome montrent que sa nature reste problématique. Heisenberg demandait : "L'atome, qu'est-ce au juste ?" et Niels Bohr lui répondait : "Peut-être le comprendrons-nous un jour. Mais alors nous commencerons à comprendre ce que comprendre veut dire".
Commenter  J’apprécie          170
Piatka
Piatka   12 octobre 2014
Les philosophes ne cherchent pas à prendre eux-mêmes le pouvoir, mais ils furent nombreux à se préoccuper passionnément des problèmes de l'Etat et à vouloir exercer une influence politique.
Commenter  J’apprécie          161
mariech
mariech   02 avril 2017
L'amour à son plus haut niveau , celui des Idées et du souverain Bien , ennoblit et transfigure tous les autres niveaux de l'amour .
L'Eros de Platon a un double caractère : l'un est possession , l'autre don de soi . Loin de les opposer l'un à l'autre , d'appeler l'un bon et l'autre mauvais , Platon en fait une seule vérité .
Commenter  J’apprécie          100
colibri
colibri   19 juillet 2008
Obéir au devoir, chez Kant, ce n'est donc pas une contrainte qui s'exerce sur la liberté - au contraire : c'est la liberté elle-même. La liberté, c'est cette faculté d'autonomie que nous possédons et qui nous empêche d'être le jouet de nos sentiments et de nos affections, et qui nous permet au contraire, grâce à la bonne volonté. de nous imposer à nous-mêmes le respect du devoir.

Ici encore la pensée de Kant s'oppose fortement aux attitudes courantes chez nos contemporains, aux yeux desquels tout ce qui s'appelle devoir passe pour. une contrainte ou même une manipulation, alors que nos humeurs, nos sentiments spontanés représentent notre vraie liberté. Pour Kant, c'est évidemment le contraire. Humeurs, sensations, sentiments sont des phénomènes, et, par conséquent, soumis, comme tout ce qui appartient au monde phénoménal, à la loi de la causalité. Céder à ses humeurs, à ses impulsions, c'est donc se soumettre à la loi qui règne dans le monde phénoménal, qui est le contraire de la liberté. Quiconque veut être libre ne le peut que par sa propre volonté, c'est-àdire par la faculté qui lui permet de s'imposer à lui-même la loi du devoir, pour lui obéir. Tel est le sens de l'autonomie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Gil5868
Gil5868   08 juillet 2015
L'étonnement est essentiel à la condition d'homme. Il ne suffit pas d'être le contemporain de grands hommes de science pour échapper déjà à l'ignoorance.
Commenter  J’apprécie          70




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





    Quiz Voir plus

    Philo pour tous

    Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

    Les Mystères de la patience
    Le Monde de Sophie
    Maya
    Vita brevis

    10 questions
    290 lecteurs ont répondu
    Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre