AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290044407
318 pages
Éditeur : J'ai Lu (04/01/1999)
Résumé :
1er avril 1980, 9 heures du matin. A l'heure où les gens vont travailler, Claude et Françoise enfourchent leurs vélos, direction le cap Nord, l'Asie, le Moyen-Orient, l'Amérique... Le tour du monde !
Des casse-cou ? Des professionnels de la petite reine avides de battre des records ? Non. Désir de vivre autrement, de briser la routine, de rencontrer des gens nouveaux. Ils veulent respirer, non s'essouffler, être plus près de la nature, retrouver la joie d'êtr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Horizon_du_plomb
  12 avril 2017
Un livre sur un voyage autour du monde en vélo qui se décrit par étapes, d'abord en couple puis avec leur fille née en chemin. Le fil conducteur du livre est la rencontre humaine, celle qui n'attend rien mais se vit spontanée, dans l'instant, et qui souvent s'entretient simplement, avec naturel. Le vélo est un passeport universel, son temps est à mesure humaine et sa pratique permet les longues distances.
« Quatorze années ont passé, quatorze années de périple à travers le monde, tels les maîtres taoïstes qui, au huitième siècle, partaient, un bâton à la main, et sillonnaient les routes chinoises à la recherches des autres et d'eux mêmes. »
« Nous sommes en effet l'anti-thèse de l'american way of life. Si encore nous voyagions de façon professionnelle avec sponsor, organisation, itinéraire précis et cartes de visites, ils pourraient comprendre et accepter. »
« Quelle n'est pas notre surprise de voir arriver un père Noël juché sur un dos d'éléphant ! »
On peut regretter que l'écriture ne soit pas toujours très maîtrisée ou que le livre soit trop condensé sur ces quatorze années de voyage (ex: une page pour les deux mois de séjour à Cuba). Le livre est parcouru d'ellipses et de flashbacks pas toujours bien agencés à mes yeux mais il est complet. Les auteurs abordent les difficultés, les richesses, les enseignements d'une telle expérience. Les auteurs répondent aux questions qu'on serait tenté de leur poser, nous donnent des conseils pour un éventuel voyage sans se poser maître à penser. De belles photos illustrent les collections de diapositives qui leur ont permis de financer en grande partie leur périple via des conférences et articles de presse. Les coupures de presse les accompagnant aideront d'ailleurs plus souvent que bien des laissez-passer. J'ai particulièrement aimé les parties sur les lépreux et sur les camps de réfugiés cambodgiens. Globalement j'ai préféré la partie sur l'Asie. Le livre s'inscrit dans un contexte géopolitique et historique donné et ne s'en cache pas tout en recherchant l'universel.
« Le plus grand danger ? C'est tout simplement la route, où nous sommes constamment à la merci de conducteurs inconscients ou irrespectueux des cyclistes. Que ce soit au Canada, en France, au Brésil, au Maroc ou en Corée du Sud, nous avons toujours rencontré un ou deux chauffeurs de camions, de voitures, de cars ou de taxis, prêts à nous écraser, tout bonnement, parce qu'appuyer sur la pédale de frein et attendre quelques instants, leur demandaient un effort beaucoup trop important. »
« Nous comptabiliserons cinq cents conférences en quatorze ans de voyage. »
« Sur les trente-cinq carnets de voyage écrits pendant quatorze ans, trois nous seront dérobés. »
J'ai beaucoup aimé comme ils relataient leur expérience de voyage avec un bébé puis une jeune enfant sans aucune pudeur, en s'inquiétant du bon développement de leur enfant comme n'importe quel parent. J'ai aussi aimé l'authenticité de leurs humeurs voire parfois de leurs coups de gueule face aux populations autochtones alors qu'ils se plaçaient dés le départ à leurs niveaux, respectueux, dans une logique de rencontre et une simplicité revigorante. D'ailleurs, les plus mauvais contacts se sont passés à Los Angeles et en Australie, pas dans les contrées inhospitalières qui resserrent la fragilité humaine. Les auteurs n'hésitent pas eux même à parler de tous ces évènements où la Baraka a été de leur coté mais on ne doute pas que leur esprit a doucement soufflé sur le bon coté de la pièce. La spiritualité, voire l'irrationalité, est aussi inscrite dans ces pages, comme dans l'humanité, sans que cela soit invasif pour un athée. Le livre nous rappelle que les qualités premières d'un voyageur sont celles du sourire et de l'adaptation.
« Les nomades croisés au Tibet ou dans le désert de Thar en Inde, les habitants des forêts équatoriales, ou encore les gitans se déplaçant de ville en ville nous prouvaient que c'était possible. »
« A travers les autres, le miroir s'est formé et a renvoyé notre image. Sans bouleverser notre personnalité profonde, ces innombrables rencontres ont modulé notre perception de la vie. Le temps par exemple, comme l'espace ou notre champ intérieur se sont lentement élargis au gré des pays et des peuples. »
Au final, vu la mondialisation galopante (la fin de leur voyage correspond à 1994), on se demande quel continent est encore le moins touché par la vie moderne de l'Occident, celui qui mériterait le plus d'être visité. Sans doute l'Afrique. Plus familier du vélo outil de travail, un Ivoirien leur demandera d'ailleurs ce qu'ils vendent, ils lui répondront: « Nous sommes des pourvoyeurs de rêves ». Ce livre nous laisse une trace douce amère, celle qui rappelle que la carte n'est pas le territoire et que, si nous pouvons nous inspirer d'autres vécus, notamment via la lecture, rien ne vaut notre vécu, nos expériences propres et partagées dans le feu de l'action, cet indicible omniprésent. « Burn » disait Kerouac.
« Après 14 ans d'aventures, 150 000 kilomètres parcourus, 89 pneus usés, 503 crevaisons, une naissance et 66 pays traversés, nous sommes au terme de notre voyage.» 
« Il semble que ce soit la netteté de la situation, la notion d'irrémédiable, l'inutilité de toute quête plus ou moins consciente d'un hypothétique retour à l'état antérieur qui jouent un rôle favorable sur le comportement psychologique de l'amputé. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
domisylzen
  03 août 2015
Voilà bien un projet que j'aurais aimé réaliser. Mais on ne peut pas tout faire dans la vie. Des regrets ? Que nenni. Françoise et Claude Hervé l'ont fait et le livre est passionnant. Contrairement à d'autres ils ont pris leur temps, pas de record à établir, non juste des rencontres, de belles rencontres. Pensez donc en quatorze ans ! Et c'est là tout le problème de ce livre : condenser quatorze ans d'aventures en à peine trois cents pages. Sur la photo prise lors de leur départ, ils ont l'air de deux gamins, quatorze plus tard nous voyons deux baroudeurs avec une lumière intense dans les yeux.
Commenter  J’apprécie          110
Ataraxie001
  31 octobre 2016
Ce recit passionnant d'un periple de 14 ans a velo et a travers le monde vous donnera l'envie d'abandonner le confort de la routine pour aller decouvrir la vie ailleurs et aller a la rencontre de l'autre.
Au dela de cette aventure touchante et enthousiasmante, je retiens surtout que "Partout ou nous sommes alles, nous avons ete accueillis par le meme sourire".
Lecture a eviter en cas de crise existentielle ou d'un simple ras-le-bol de la monotonie du quotidien...
Comme quoi pour vivre heureux, il suffit de s'ouvrir sur l'autre et de vivre simplement.
Commenter  J’apprécie          100
Siberie
  08 juin 2019
On est toujours déçu par ces livres écrits par des voyageurs et non par des écrivains. Celui-ci est plutôt pas mal mais il reste très descriptif là où on aurait aimé un peu mieux comprendre ce que ces deux voyageurs avaient dans la tête quand ils pédalaient sur leur vélo. Et pourquoi ils faisaient celà. Bon, la performance est remarquable, quelques fois plus proche du cirque que du voyage, le livre contient beaucoup d'informations techniques, ou administratives utiles aux voyageurs. Au final, je suis tout de même content de l'avoir lu. Et j'aurais aimé savoir ce que Françoise et Hervé sont devenus cinq ans après. Je ne comprends pas bien comment il est possible de se remettre à la vie courante après 14 ans passés autour du monde...
Commenter  J’apprécie          20
Ciseur68
  25 juillet 2017
Quelle aventure ! Françoise et Claude nous emmènent avec eux dans ce tour du monde extraordinaire. Ils ont su me faire ressentir les hauts et les bas de leurs aventures, et laissent à terme une petite empreinte de leur voyage sur moi. A lire.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
domisylzendomisylzen   26 juillet 2015
Quatorze années sans parrainage, en nous débrouillant seuls, nous ont montrés toutes les possibilités qu'offrait la vie. Il nous reste désormais à mettre en pratique ici ce que nous avons appris ailleurs.
Commenter  J’apprécie          90
domisylzendomisylzen   26 juillet 2015
Ce n'était plus un simple périple, mais une façon de vivre. Durant toutes ces années, nous sommes devenus des nomades disponibles à toute éventualité et toujours prêt à rester avec les gens, à travailler, à les aider ...
Commenter  J’apprécie          70
domisylzendomisylzen   26 juillet 2015
Pendant quatorze ans notre voyage na été une adaptation constante à l'environnement, aux gens, aux régions, aux coutumes des pays traversés.
Commenter  J’apprécie          70

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
450 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre