AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2956062018
Éditeur : AFNIL (22/04/2017)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 6 notes)
Résumé :
L’Al-Amhet. De ces montagnes arides et inhospitalières, nul n’est jamais revenu et de sombres rumeurs courent sur la route qui les traverse. Cette route, Ervim Herderant, chasseur de trésors et de morts-vivants, va pourtant devoir l’emprunter. Pour un pilleur de tombes, les affaires n’attendent pas, quels que puissent être les risques.

La sinistre renommée de l’Al-Amhet n’est d’ailleurs pas de taille à effrayer Ervim. Pas plus que les aventuriers aux... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Le_plaisir_de_lire
  19 août 2017
Je dois avouer que c'est un livre qui m'a tout de suite attiré. J'aime beaucoup sa couverture, d'une part, et d'autre part je trouvais le résumé présent sur la 4ème de couverture très original. C'est assez rare en Fantasy pour être souligné, mais l'histoire semblait vraiment sortir des sentiers (« Route », « Sentier » … *badum tss*) battus !
Nous sommes d'abord présentés au personnage d'Ervim Herderant, chasseur de trésors, connu mondialement pour avoir réussi à abattre l'une des plus puissantes Liches de l'histoire. Même s'il est loin d'être présenté comme un héros, il en a quand même les caractéristiques un peu clichées, comme un grand sens de l'honneur.
Il en est pas moins un personnage très intéressant, car il a vu beaucoup de choses. le petit fermier habituellement héros des sagas de Fantasy est loin, et nous avons affaire à un homme qui a du vécu, du savoir, et pas mal de secrets aussi.
Tous les personnages, en comptant Ervim, sont réussis. Je vais tout de même faire ici la même critique que celle que j'avais faite à James Tollum sur sa saga La prophétie des éléments, Venid O'Kern, le Semi-Nain, est un peu cantonné au rôle du boute-en-train (à son insu pour le coup) et aux expressions dégueulasses. Les Nains sont sûrement ma race préférée parmi les « grandes races » (Humains, elfes, nains, orques), je regrette toujours qu'ils n'aient pas un rôle plus honorifique dès qu'ils apparaissent.
Les dialogues entre les personnages regorgeront quand même d'humour, de sincérité et de quelques moments touchants.
Toujours est-il que toute cette troupe qui va voyager sur la route de l'Al-Ahmet est vraiment intéressante. Ils ne se connaissent que peu, mais on sent quand même une vraie solidarité et une vraie entraide dans ce périple. J'ai beaucoup aimé Irthows (même si son nom est imprononçable !) pour ma part, et j'adorerai en savoir encore plus sur lui.
Car oui, malgré que La route des montagnes soit un récit plutôt court (270 pages) surtout pour un tome unique, on sent que l'auteur a énormément de background en réserve. Et moi, j'adore ça ! En si peu de pages, il arrive à installer un univers, avec une carte qui m'a semblé gigantesque, et beaucoup d'évènements, de lieux, de personnages, sur un laps de temps étendu. Chaque peuple a son histoire, qui semble être très poussée, et chaque personnage également. J'ai trouvé que le récit avait une richesse très intéressante, et j'espère pouvoir lire d'autres récits se déroulant dans cette univers (notamment chez les Elfes Noirs ou les Démons).
Le récit m'a transporté. Déjà car la plume de Franck Hervson est efficace et dépeint des paysages de manière parlante. Certains panoramas sont somptueux, et je n'ai eu aucun mal à les imaginer.
Toutes mes attentes en matière d'originalité ont été tenues ! J'ai souvent des discutions avec Kouti qui me dit que la Fantasy c'est toujours pareil. Et j'avoue que, même si c'est mon genre littéraire préféré, force est de constater que ça tourne quand même un peu en rond (bon, pas plus que toutes les ados qui copient 50 nuances de Grey, mais quand même). Pour le coup, il n'y a pas d'élus, pas de fermier qui prend les armes, pas de parents / frère / meilleur ami / poney (rayer les mentions inutiles) qui meurent, ni de prophétie. Juste un groupe de personnes qui ne peuvent plus attendre un bateau qui ne pourrait jamais venir les chercher, et qui sont assez courageux ou fous pour emprunter une route réputée maudite.
Le récit est original, échappe à la plupart des poncifs de la Fantasy, et conserve malgré tout une âme particulière. J'ai aussi beaucoup aimé le bestiaire, assez étendu, qui m'a rappelé des jeux comme Warcraft ou mes parties de Donjons & Dragons autour d'une table.
Le final est également bon, malgré qu'il soit un peu court. J'aurai aimé que ça aille un peu plus loin, pour ajouter au livre la petite dose d'épique qu'il lui manquait. Pour quand même citer un autre point négatif, je dirai que le récit manque un peu de rythme vers le milieu, et qu'il faut attendre trois ou quatre chapitres avant que ça ne redémarre en trombe.
Vous l'aurez compris, aucun véritable défaut ne me vient à l'esprit quand je parle de la route des montagnes, que je recommande à tous ! L'absence de coup de coeur n'est expliquée que par le manque d'épique qui se dégage du livre, notamment de la fin.

Retrouvez la critique complète sur le plaisir de lire : http://www.leplaisirdelire.fr/route-montagnes-franck-hervson/
Lien : http://www.leplaisirdelire.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LireEnBulles
  18 août 2017
Avant tout, petite présentation de l'auteur oblige. Franck Hervson est un Français né à Dijon, mais qui vit depuis quelques années à Paris. En dehors de sa passion pour l'écriture, Hervson travaille dans le monde de la finance même s'il a eu une formation en archéologie. Avant de publier son premier roman La Route des Montagnes, ce trentenaire a écrit Ne faites pas confiance aux nuages (lien Amazon), une nouvelle de science-fiction post-apocalyptique. Dans une récente interview, l'auteur a expliqué avoir d'autres romans en préparation qui se situeraient dans le même univers que celui de la Route des Montagnes, mais qui se déroulent sur trois âges distincts.
Bien, maintenant passons au récit. La Route des Montagnes est donc une histoire de fantasy, genre que j'adore découvrir petit à petit, dont ce roman vient bâtir ce beau temple que je me forge dans cet univers. L'histoire est celle d'un chasseur de trésors, Ervim Herderant, qui va devoir traverser l'Al-Amhet, des montagnes dangereuses, arides et dont de nombreuses personnes n'en sont pas revenues vivantes. Bref, le running du dimanche à côté est une promenade de santé. Pour parvenir à arriver à destination, Ervim va se joindre à des aventuriers, dont Ni Venid O'Kern et Irthows. Au fil des pages, ces compagnons de routes rencontreront différentes menaces, et découvriront les secrets que cachent ces montagnes tant redoutées.
Je vais commencer par dire que le début fut difficile à suivre, uniquement à cause des noms que j'ai eu beaucoup de mal à retenir. Mais après que mon cerveau se soit mis en marche et adapté, la lecture a été agréable. le récit est bien construit et, malgré les noms abracadabrants, arrive à nous happer tout de suite dans l'histoire. Les personnages sont intéressants et possèdent des personnalités bien distinctes et savoureuses, surtout Venid et son franc-parler. le personnage de Hermid m'a pas mal séduite par sa perspicacité, sa force et sa sensibilité.
Le récit regorge de moments drôles, de réparti dans les dialogues, dont le style de Franck Hervson arrive à rendre cohérent, riche et addictif. Il y a pas mal de rebondissements, de l'action, mais aussi des moments plus calmes où l'auteur semble vouloir donner la parole à la rude route de Al-Amhet. le monde que forge Hervson est beau de par les différentes créatures qui le peuplent dont des elfes, des démons, des revenants, etc. On remarque vite que l'auteur a pris du plaisir en imaginant tout ce beau monde, que c'est pensé de manière à produire un déclic chez les lecteurs moins à l'aise avec la fantasy, tout en restant captivant pour les lecteurs assidus.
Moi qui ne connaissais pas du tout son style, j'y ai découvert une plume fluide, efficace et dont les mots brossent des paysages qu'on arrive facilement à imaginer pendant la lecture. Ce dont j'ai souvent peur avec la fantasy se sont les longueurs dans les descriptions, mais cela doit venir de ma lecture du Seigneur des Anneaux – tome un uniquement, faut pas pousser ! du coup, j'avoue que j'avais une certaine appréhension avant de débuter ma lecture, mais qui à mon grand soulagement fut vite balayée. L'auteur a su y intégrer la juste mesure dans les esquisses de ces paysages qui font que l'on ne décroche pas et qu'on tourne les pages facilement.
En conclusion, avec La Route des Montagne j'ai pu découvrir non seulement un auteur, mais aussi me réconcilier avec la fantasy. C'est donc avec intérêt que je suivrai les prochaines parutions de Franck Hervson. Outre la qualité de l'écriture, l'histoire propose une palette de personnages forts, attachants, et parfois détestables qui évoluent dans un monde qui plaira aux débutants mais aussi aux amateurs du genre et des auteurs comme George R.R. Martin et Fiona McIntosh.
Lien : https://lireenbulles.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fabledheartless
  22 décembre 2017
Je ne le répèterai probablement jamais assez mais chez moi, la Fantasy est le genre roi. La faute aux auteurs qui, généralement, font des mondes qu'ils dépeignent de véritables univers nécessitants curiosité et effort personnel. Par effort personnel j'entends que, selon moi, la lecture d'un (bon) roman de Fantasy nécessite forcément une lecture active : l'imagination s'affole, les sensations ne semblent pas simplement feintes et j'ai l'impression de prendre davantage part aux conflits qu'ils soient d'ordre politique ou personnel. La route des Montagne ne fait pas exception à cette règle ; l'univers est riche et les tableaux sublimes. Les descriptions sont détaillées sans pour autant alourdir le rythme, apportant sa touche de merveille ou d'horreur à une histoire qui s'ancre alors dans une réalité saisissante. L'atmosphère des montagnes est vraiment inquiétante ; la lecture se fait le coeur battant, les sens en alerte. L'expédition dans le donjon m'a tellement, mais tellement embarquée... Plus d'épisode de ce genre ne m'auraient d'ailleurs pas dérangée. Enfin, l'ambiance de l'exploration onirique, la plus étrange mais peut‑être la plus spéciale parachève l'effet de réussite du roman à la fois dans sa diversité et dans son unité. Même si les ressentis sont très différents d'une page à l'autre, d'une action à une autre, l'histoire fait toujours ressentir quelque chose. Et ça, c'est un tour de force ; jamais on ne s'ennuie.
Le traitement de l'intrigue est en lui‑même très intéressant : si l'idée du petit équipage d'élite qui entreprend une excursion en terres hostiles est déjà connu dans le monde de la Fantasy, l'auteur tourne cette habitude à son avantage pour introduire de nouvelles clés au récit, de nouvelles révélations et de nouveaux noeuds. L'histoire dans son sens plus générique aurait pu basculer dans le déjà vu, adhérer aux codes habituels et ne plus surprendre. J'ai eu peur de cette hypothétique facilité, notamment lors du dénouement principal. Une peur très vite effacée par la surprise ; une surprise terrible et terriblement intense en émotion. Un autre énorme bonus est celui de l'enchâssement des récits : une information qui peut paraître anodine prend son sens quelques pages plus tard dans une entreprise plus vaste pour clore l'histoire d'un personnage qui ne semblait pas concerné. C'est du virtuose, j'ai adoré ça. le côté fangirl de la lectrice que je suis aura vu un clin d'oeil au grand Maitre Tolkien dans le chant de recueillement elfique tandis que les morts vivants auront réveillé mon âme de Dragonborn en charge contre les Seigneurs Draugr.
Terminons par une ultime redite : l'écriture est pour moi le point d'honneur d'un bon roman. Elle est ici magistrale (et je pèse mes mots). le sérieux côtoie l'aberrant, les railleries vont bon train et viennent pimenter une histoire plutôt sombre. le parler d'O'Kern est à se tordre de rire, les piques échangées avec Herderant ne sont pas moins drôles même si j'ai eu la fâcheuse tendance à les trouver plus touchantes sur la fin de l'histoire. de tous les personnages, Irthows est certainement celui que j'ai préféré ; le plus mystique, le plus sombre, sans doute le plus torturé. Les personnages ont tous, de façon globale, un petit quelque chose qui leur confère une identité bien définie. Malgré la très succincte mise au point sur chacun des membres de la compagnie (qui s'explique en partie par le fait que chacun ne connaît de l'autre que les faits d'armes), ils apparaissant tous réellement convaincants. Pas de facilité non plus quant à leur traitement, aucun n'est épargné...
Lien : http://www.bookpearl.fr/2017..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DesLivresEtMoi7
  14 mai 2017
Une bien plaisante découverte dans le monde de la fantasy : "La Route des Montagnes" de Franck Hervson, disponible sur Amazon.
"Jezz-al-Dhir, port inondé de sable sur la côte Sud-Ouest du Gâlad-Jezel". le chasseur de trésors Ervim Herderant y attend la Gigue Noire pour rejoindre Khan-Karij... Mais on raconte que le navire se serait brisé sur les récifs de la passe d'Al-Ryhd à la suite d'une tempète. Il ne reste plus d'autre solution à Ervim que d'emprunter la redoutable et redoutée route qui traverse les montagnes de l'Al-Amhet... Une route à la sinistre réputation et sur laquelle les rumeurs les plus inquiétantes circulent, puisqu'on dit que personne n'en est jamais revenu... Mais il en faut plus pour effrayer Ervim et la folle équipée dont il rejoint les aventuriers, tous plus renommés les uns que les autres dans leurs prouesses défensives... Décidément prêts à tout affronter, les huit compagnons de (in)fortune, à la tête desquels le Semi-Nain Venid O'Kern, partent ainsi en expédition... Sans se douter de ce qui peut bien les attendre au coeur de ces montagnes inhospitalières...
Le hasard fait étrangement bien les choses... Car c'est à la suite d'un de mes tweets, posté en vue du Salon de l'Autoédition qui se tenait hier à Pierre Bénite, que je recevais de la part de cet auteur que je ne connais pas (encore) un petit lot de marque-pages à disposer sur mon stand... Et c'est donc à la simple vue de ces marque-pages que mon petit coeur de lectrice s'est emballé, me poussant dès lors à me ruer sur Amazon pour m'offrir le précieux manuscrit en version numérique et le découvrir sans délai... Oui, décidément un bien heureux hasard...
Curieux comme une si belle couverture d'apparence si lumineuse peut receler un roman si sombre... Ne manquant pas d'audace, l'auteur nous plonge ici dans une intrigue prenante à souhait, qui saura vous inquiéter dès le prologue entamé. Très vite, et à l'instar de nos protagonistes, le malaise s'installe à vos côtés, le doute s'immisce dans votre âme et la crainte s'insinue dans votre coeur... Et de la même manière que nos héros : la lecture est entamée, nulle possibilité de reculer, il vous faut affronter ce qui se cache au détour de ces pages... C'est dès lors fébrile mais pris au piège d'un livre impossible à lâcher que le lecteur se retrouve à écumer les chapitres, dévorer les pages et engloutir les mots pour aboutir à un dénouement qui lui laissera sûrement un soupçon d'amertume, une pointe de regret, un zeste de nostalgie, mais surtout une belle dose de curiosité... Pour un autre roman à venir ?
Quoiqu'un peu trop nombreux peut-être, les personnages s'avèrent judicieusement brossés et particulièrement intéressants. Les principaux attirent sans tarder l'attention d'un lecteur qui se laissera conquérir par le valeureux esprit d'Ervim, le savoureux verbe de Venid O'Kern, la singulière personnalité d'Irthows, et se plaira dès lors à vivre moult péripéties en leur (presque) rassurante compagnie.
La plume est élégante, fluide, soignée, le style efficace et minutieusement travaillé, ce qui offre au lecteur de très belles descriptions outre une lecture particulièrement plaisante.
En bref, heureux qui comme Aurélie a fait un beau voyage en fantasy...
Lien : http://deslivresetmoi7.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EgideOfBooks
  28 mai 2017
Merci à Franck Hervson de m'avoir permis de lire son roman.

Nous suivons Ervim, un chasseur de trésor qui se voit contraint de rejoindre un groupe pour traverser une route sinueuse et semée d'embûches. La route n'étant pas très réputés pour sa sympathie, ils se retrouvent à 8 pour la traverser avec en tête, le semi-nain Venid O'Kern, qui est de plus, l'ennemie de Ervim. Seulement, cette route est habitée par un mal qui n'est pas décidé à les laisser tranquilles et les querelles n'aident pas à se faire discret. Il y en a 8, il n'en restera que 3. Que s'est-il passé? Quel secret renferme cette route?

Ce livre est un bon livre de fantasy, on y passe un bon moment. Seul bémol que je pourrais souligner ce sont les noms des personnages comme des villes, qui des moments sont juste imprononçable et cela m'a légèrement irrité ! (Pauvre mémère que je suis xD), ils sont a rallonge et heureusement qu'il y a des surnoms sinon j'aurai poussé des jurons tout le long du livre ! ^^ Curieusement, la couverture fait penser à un livre plutôt lumineux mais il renferme un livre vraiment sombre qui peut faire pâlir les lecteurs, à peine entamé, nous sommes dans l'obligation de continuer à suivre l'aventure.L'action est ...
Lien : https://egideofbooks.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Franck Hervson (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1334 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre