AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782213633725
318 pages
Fayard (13/03/2008)
4.12/5   12 notes
Résumé :

Etre partout sans être enfermé nulle part, telle pourrait être la devise de Stéphane Hessel. Homme d'engagement et de culture, ce grand résistant devenu ambassadeur de France est avant tout un citoyen du monde. Entré dans la carrière diplomatique après la Seconde Guerre mondiale, il fut un des pionniers de l'ONU et de la Déclaration universelle des droits de l'homme, dont on célèbre en 2008 le 60e ann... >Voir plus
Que lire après Citoyen sans frontièresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique

N°541 – Octobre 2011
CITOYEN SANS FRONTIERESStéphane Hessel – Fayard. [Prix Jean Zay - 2008]

 
Nous sommes en 2008 et un journaliste, Jean-Michel Helvig [journaliste et écrivain, ancien éditorialiste à Libération], vient de terminer une série d'entretiens avec Stéphane Hessel, jeune homme de 90 ans dont l'existence vient d'être révélée au monde par une simple phrase et un petit livre (« Indignez-vous !») qui sonnent comme une prise de conscience adressée à ses contemporains, une invitation à réagir contre ce monde de moins en moins humain et de moins en moins solidaire. Une manière de rappeler aussi que la France reste le pays éternel de Voltaire, de Victor Hugo, d'Émile Zola, de Jean Moulin...

C'est vrai que notre homme ne déteste pas le rôle du survivant qu'on consulte parfois, du « vieux sage africain » qui lui va bien, mais qui, en même temps fait de lui un personnage à la fois sympathique et qui se complaît dans ce nouvel habit où, il le sait et en joue, « le droit de plaire et de séduire est indissociable à la volonté d'agir et de convaincre ». C'est un peu comme s'il était celui qu'on attendait depuis longtemps pour nous dire simplement les choses, pour formuler des évidences et nous faire réagir et enfin agir... Qui est-il celui qui vient à l'heure où l'âge, l'altération des facultés si souvent rencontrée chez les autres imposent une retraite ? Alors, le béotien se raccroche aux quelques informations qu'on a laissé filtrer à son sujet et qui donnent à l'homme une dimension quasi mythique. Ce sont pèle-mêle « l'ancien résistant », « l'ambassadeur de France », l'enfant héritier du film « Jules et Jim » ... de sorte que notre appétit de connaissances s'en trouve aiguisé. C'est que, parmi les actions qui ont toujours inspiré sa vie il y a l'organisation de la paix universelle, l'action des ONG, le civisme mondial, l'amélioration de l'environnement, la meilleure répartition des richesses, le droit de mourir dans la dignité...et voilà que tout cela, le plus souvent développé dans l'ombre, le propulse soudain au premier plan de l'actualité !

A Moscou les bolcheviques préparent leur ascension quand il naît en octobre 1917 à Berlin, aux prémices de la défaite allemande qui servira de terreau au nazisme. Cela lui vaudra, en juillet 1944, d'être interné aux camps de Buchenvald, Rottlenberode et Dora et dont il s'évadera pour retrouver Paris libre en 1945 et la France, son pays d'adoption dont il sera l'ambassadeur. Il est le fils d'un écrivain juif allemand, Franz Hessel et d'Helen Grund, femme non-conformiste, tous les deux amis des Lettres et de Arts. Il ne sera naturalisé français qu'en 1937 puis, refusant la défaite, rejoindra la France Libre à Londres. Ensuite ce sera, à sa demande, la « mission Gréco » mais, dénoncé, il sera arrêté, interrogé, torturé puis déporté.
Lui qui a été scolarisé à l'école communale de Fontenay aux Roses en 1924 sans parler un mot de français est quand même devenu normalien. Puis c'est une carrière d'ambassadeur qui s'offre à lui qui le mène en Chine, en Afrique et à l'ONU. Sous la IV° république, il devient un des principaux collaborateurs de Pierre Mendes-France qu'il avait connu pendant la guerre. C'est aussi un « grand commis de l'État » qui sert sous Mitterand. Ardent défenseur de l'Europe qui à ses yeux ne peut exister vraiment que sous la forme fédérale, il insiste cependant pour faire prévaloir son rôle sociale indispensable. C'est lui aussi qui, dans le cadre de l'ONU a participé, en 1948, à la rédaction de la Déclaration des Droits de l'homme. On peut difficilement être davantage au rendez-vous de l'histoire !
Lui qui, ayant connu les « camps », voit la vie « comme un beau rêve » et souhaite avant tout qu'elle prévale en toutes circonstances, invite, au nom de l'humanité, l'homme à résister contre tout ce qui est mauvais pour lui, à faire qu'il soit toujours au centre de ce monde et qu'il ne perde jamais le sens de l'humain. Sa devise pourrait être « être de partout sans être enfermé nulle part » ce qui est une formidable invitation pour chacun d'entre nous à résister à tous les dogmes et à toutes les formes de pensée unique, qu'elles prennent la forme d'une religion ou d'une idéologie politique, à faire usage de notre raison en toute chose. Il est attentif à l'éthique qui, à ses yeux, est indispensable à l'action politique et, en cela, il est le digne héritier de Mendes France. Il exerce volontiers son esprit critique, ce qui l'amène à s'opposer à l'action de l'État quand il la juge illégale. Il milite ainsi en faveur des sans-logis, prône les valeurs universelles de l'humanisme qui font de lui un infatigable militant en faveur des Palestiniens, des sans-papiers, des opprimés... « J'ai toujours été du côté des dissidents » avoue-t-il, ne cachant rien de son engagement. C'est aussi un médiateur, « un rapprocheur » qui assume, à l'invite de Jean-Michel Helvig ses erreurs, ses échecs, ses contradictions. A 94 ans aujourd'hui, il n'a évidemment plus rien à attendre de personne et son expérience personnelle autant que sa parole sont un formidable témoignage.

C'est donc cet esprit libre, adepte d'une gauche réformiste démocratique, humaniste et amoureux de la politique et de la vie tout simplement et qui refuse la peur de la mort, que ce livre nous invite à découvrir, un homme engagé dans l'action humanitaire et sociale, un esprit de son temps qui sait, sans complexe, jeter sur lui un regard critique. C'est aussi un amateur de poésie qui avoue, à sa manière, son goût pour la création littéraire autant que pour la paix entre les peuples à travers un texte d'Apollinaire (« La jolie rousse ») qui termine cet ouvrage.

J'ai personnellement éprouvé un grand réconfort à la lecture de cet entretien clair et écrit avec simplicité, non seulement parce que le message qui y est délivré l'est par un citoyen français qui fait ainsi honneur aux valeurs de l'humanisme dont notre pays est porteur, mais parce que, comme l'indique le titre, cet homme est aussi, et sans conteste, un citoyen du monde, un militant de la cause humanitaire, au seul service de l'homme et non à celui des intérêts éphémères de quelques-uns.



 
© Hervé GAUTIER – octobre 2011.http://hervegautier.e-monsite.com
 
 


Lien : http://hervegautier.e-monsit..
Commenter  J’apprécie          60
Ce livre est une autobiographie de Stéphane Hessel, autobiographie sous forme de dialogue avec le journaliste Jean-Michel Helvig.

Cosmopolite, résistant, diplomate et quasi entré de son vivant au Panthéon à la suite de la publication de son « Indignez-vous ! » qui, à la surprise générale a connu un succès commercial incroyable et starisé l'auteur à l'automne d'une vie bien remplie.

Succès qui a fatalement irrité certains esprits chagrins, qui eux ont gagné leurs médailles sur les plateaux télé, considérant que Stéphane Hessel n'a pas été « assez » résistant, voire pas été assez torturé et surtout a commis un crime de lèse-majesté en sortant du musée pour s'inviter dans le débat politique du XXIème siècle, bousculer les petits fours du Fouquet's…

Amoureux de la philosophie et de la poésie, l'élégance absolue, un profil et un destin qui ne sont pas sans rappeler ceux de Jorge Semprun...Jorge Semprun qui a sans doute sauvé la vie à Stéphane Hessel à Buchenwald...
Une coïncidence étonnante entre les deux hommes, loin d'être anecdotique qui ne peut pas ne pas être mentionnée.
L'auteur d'Indignez-vous confie que dans le milieu concentrationnaire extrême, la poésie l'a beaucoup aidé, notamment la nuit en se récitant certains poémes dont « le cimetière marin » de Paul Valéry. Or, dans le récit de son transfert interminable par train plombé de Compiègne à Buchenwald, « le grand voyage », José Semprun relate précisément qu'il a sans doute survécu grâce à ce même poème qui oxygénait son esprit dans ces conditions extrêmes.

Cette autobiographie d'acteur et témoin privilégiés, permet de passer en revue soixante ans d'histoire et toutes les grandes questions associées : De Gaulle, Jean Moulin, Mendès France, l'ONU et plus récemment Mitterrand, Chirac, Sarkozy…
On passe des périodes dramatiques, aux grands chantiers pour un monde meilleur, jusqu'à la gouvernance people et les défis majeurs actuels.

L'exposé de ce panorama existentiel n'a rien d'académique, de pontifiant. Tout le contraire, un homme ouvert, réservé qui a connu une exposition médiatique tardive « par hasard » un peu à la Cyrano « Travailler sans souci de gloire ou de fortune, À tel voyage, auquel on pense, dans la lune ! ».

La boussole de cet esprit a été aimantée dans son berceau et son enfance au magnétisme de la tolérance, de la fraternité. Né en 1917 à…Berlin de parents peu conventionnels, intellectuels artistes, il a émigré avec sa famille à Paris en 1924, année si riche en événements comme 1917. Avant de devenir résistant anti-nazi, Stéphane Hessel aura été ainsi un réfugié allemand dans la France bleue horizon, une greffe pas facile à prendre pour celui qui a du être mis à l'index comme un « petit boche » à l'école.
Et avec des parents si peu conventionnels, la mère et ses deux hommes qui vivent et partagent joyeusement leurs émotions, situation quoi inspirera directement le scénario du film de Truffaut « Jules et Jim », les frontières sont relativisées.

L'existence de Stéphane Hessel, qui nous a quitté en 2013, un hymne à la vie, à la liberté, un citoyen viscéralement, humainement « sans frontière » et ce n'est pas du cinéma !
Commenter  J’apprécie          60
De Stéphane Hessel, je n'ai lu que le faible « Indignez-vous ». J'ai pourtant toujours voulu découvrir les pensées et la vie de ce grand homme. Ce livre est parfait pour cela. Sous forme d'interview, on balaye un siècle entier de vécu.

A la fois cosmopolite, français, résistant, diplomate, solidaire, mendésiste, européen et médiateur, ce Stéphane Hessel est d'une richesse et d'une sagesse incroyable. Il était partout, tout le temps. Cet homme m'inspire comme peut le faire Edgar Morin. Ces grands penseurs qui ont connu la seconde guerre mondiale, la résistance, l'évolution de la cinquième république, l'évolution du monde et qui nous parle de vivre ensemble, main dans la main, un peuple cosmopolite, universel, sans frontières, un rêve…

Je suis certes un convaincu de la thèse de Hessel, je suis aussi un citoyen du monde à culture française, nous devrions tous l'être…

Mon seul regret, c'est qu'il se soit éteint. Un penseur de moins pour l'humanité qui en a tellement besoin. J'aurais aimé avoir son ressenti sur la politique actuelle de la France également, sur les dérives des discours, sur le développement du FN…

On sort de cette lecture grandit, mais on lui arrivera jamais à la cheville…
Commenter  J’apprécie          70
Stéphane Hessel est un militant prompt à se mobiliser. Il a connu le Front populaire, la France Libre, la décolonisation .... Humaniste exigeant, la destinée de ce juste est aussi l'une des plus romanesques qui soient.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Il ne s'agit pas d'être bon ou de faire le bien, mais de mener une vie qui ait de la signification et qui porte une responsabilité, ce qui n'est pas tout à fait la même chose. Cela conduit à choisir la difficulté plutôt que l'épicurisme.
Commenter  J’apprécie          90
Dans un monde tel que je l'ai vécu, c'est-à-dire celui d'Etats-nations, être cosmopolite, c'est refuser d'être enfermé, c'est vouloir aller au contact de tout ce qui, sur cette petite Terre, apporte quelque chose d’intéressant. C'est être curieux de tout.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Stéphane Hessel (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Hessel
Vous pouvez vous abonner à notre chaîne et activer la petite cloche ? pour ne rater aucune vidéo !
Stéphane Hessel et Michel Vinaver Frédéric Desbordes et Minh Tran Hui et Gérard Genette Musique : Demi Evans et Cock Robin
A B O N N E Z V O U S : https://culturebox.francetvinfo.fr/des-mots-de-minuit/ F A C E B O O K : https://www.facebook.com/desmotsdeminuit.fr/ T W I T T E R : @desmotsdeminuit
© Des mots de minuit - Juin 2006
>Sciences sociales>Science politique>Relations internationales (236)
autres livres classés : militantVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (33) Voir plus



Quiz Voir plus

Indignez-vous !

Quelle oeuvre de Paul Klee est représenté dans le livre ?

Angelus Novus
Senecio
Pierrot Lunaire
Chat et oiseau

6 questions
82 lecteurs ont répondu
Thème : Indignez-vous ! de Stéphane HesselCréer un quiz sur ce livre

{* *}