AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791090354258
Éditeur : Indigène Editions (19/04/2012)

Note moyenne : 4.44/5 (sur 16 notes)
Résumé :
De l'aveu même de Stéphane Hessel, ce texte tranche sur tous les autres parce qu'il s'y adresse pour la première fois à l'esprit. Inversement, ce qui frappe dans les interventions du Dalaï-lama, c'est son souci de rendre compte d'une "éthique séculière", seule en capacité d'être universelle et sur laquelle ces représentants des deux pans du monde - l'Est et l'Ouest- convergent. Il est intéressant d'entendre Stéphane Hessel parler de "démocratie spirituelle" et le Da... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
bina
  23 avril 2012
Ce livre est petit par la taille mais riche en réflexions. Cependant, il n'apporte pas grand chose de nouveau sur ce thème. Cet ouvrage est un entretien entre Stéphane Hessel, très connu entre autre pour son petit livre Indignez-vous, laïc irréductible, et Le Dalaï-lama, chef spirituel des bouddhistes. Deux mondes qui se rencontrent et qui échangent sur l'humanité d'aujourd'hui. Deux personnes qui font en quelque sorte la synthèse de leur réflexion. On retrouve les idées de Stéphane Hessel sur la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, et du Dalaï-lama sur la compassion et la non-violence. Ces idées sont ainsi mises en commun et on comprend bien l'universalité des pensées développées, qui ne sont pas uniquement l'apanage de l'Occident et de l'Orient.
"Ne parlez-pas de Dieu, parlez de dignité". C'est la première idée développée dans cet échange. C'est ce qui apparait dans le préambule de la Déclaration Universelle. C'était un grand progrès à l'époque, alors que certains membres de la commission voulaient une référence à Dieu. Mais lequel? Pour que ces droits soient unversels, il fallait qu'ils puissent s'appliquer à tous, quelque soit la religion. C'est le point de départ. cette loi étant valable pour toute l'humanité, chaque individu, n'est plus membre d'une nation ou d'un gouvernement, mais l'un des 7 milliards d'humains de la planète vivant en interdépendance avec la nature. Cette nature que nous devons respecter pour continuer à en tirer profit. Tout doit être fait et penser aujourd'hui en pensant à demain, en réfléchissant aux conséquences à long terme. Il faut penser "durable".
Cela aboutit à l'idée d'éthique séculière. Certains pensent qu'il ne peut pas y avoir de morale sans fondement religieux. On en revient toujours à la même idée. Comment des valeurs morales peuvent-elles être universelles et s'appliquer partout dans le monde? Uniquement si elles ne tiennent pas compte des religions. Tout en respectant toutes les religions, les croyants et les non croyants.
Le bouddhisme est très ancré dans la réalité et dans l'actualité. En dehors du fait qu'il est pratiqué partout dans le monde et par des millions de personnes, il s'ancre dans la recherche scientifique, dans les neurosciences, afin de contribuer à dessiner une carte mentale de notre cerveau. Ces recherches mettent en valeur le rôle des sentiments sur notre santé et notre comportement, la place des émotions positives et des émotions destructrices. En l'occurence, les émotions positives, l'absence de haine permettent de vivre longtemps, en bonne santé. C'est la raison pour laquelle, selon Le Dalaï-lama, Stéphane Hessel, de 18 ans son aîné, marche sans canne. Il n'a pas éprouvé de haine lorsqu'il était dans les camps de concentration. "Si vous avez atteint un tel âge sans avoir besoin de canne pour marcher, c'est la preuve que votre état mental est calme, en paix. Votre bonne santé a suivi".
Cet ouvrage analyse et éclaire de nombreux sujets: les immolations de nonnes au Tibet (la place du suicide, de la non-violence et de sa perception par le peuple tibétain et par les chinois), l'égoïme des gouvernements et des organismes internationaux (qui devraient agir au nom de l'humanité et qui, en fait, prennent des décisions qui avantagent certains gouvernements (rôle du droit de veto à l'ONU), le fossé entre les pauvres et les riches, la place de la non-violence (Tunisie, Egypte) ou la nécessité de la violence (faire une guerre humanitaire en Libye?, expression paradoxale), et surtout, dans le domaine de la géopolitque, le rôle des gouvernements, notamment occidentaux, qui, pour diverses raisons, ont laissé s'installer des dictatures, contre lesquelles ils interviennent aujourd'hui militairement.
Cela amène à une réflexion sur l'enseignement de la non-violence en dehors de tout cadre religieux, afin de développer l'esprit séculier. Ce progrès de l'esprit doit être pris en compte et, selon les auteurs de cette réflexion, inscrit dans la Déclaration Universelle des droits de l'homme, qui ne se réfère aujourd'hui qu'aux progrès scientifique. Et cela doit aussi passer par des réformes concrètes d'organismes internationaux dont l'ONU, qui devrait avoir une commission fondée non pas sur des représentants de gouvernements, mais sur des citoyens du monde empreints de sagesse, ayant oeuvrés pour la paix, bref, un "comité des sages".
Vous l'aurez compris, ce petit livre fourmille de réflexion, encore faudrait-il que cela ne reste pas lettre morte. Ces idées ne sont pas neuves, mais elles sont rapprochées et le laïc éclaire le spirituel, ou l'inverse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
brigittelascombe
  10 septembre 2012
"Indignez vous !", "Exigez !", Déclarons la paix !"
Décidément, Stéphane Hessel qu'il soit seul ou accompagné (de grands hommes, tels Albert Jacquard ou Le Dalaï Lama), a le sens du commandement!
Dans Déclarons la paix! dernier opus au ton impératif, il dialogue avec Tienzin Gyatso, sa Sainteté le Dala¨Lama sous la houlette d'Indigène, leurs éditeurs.
Emaillé de photos de leur rencontre, cet échange très riche de par ses sujets variés est une belle leçon de paix et de fraternité.
Que ce soit celui de Stéphane Hessel, le résistant (ancien détenu des camps, laïc, ancien co-rédacteur de la déclaration universelle des droits de l'homme) qui a lutté et lutte toujours contre le nazisme,les dictatures et le pouvoir de l'argent; que ce soit celui du Dalaï Lama, chef du gouvernement tibétain en exil qui a oeuvré pour l'autonomie retrouvée de son pays et a reçu le prix Nobel de la paix en 1989, pontife, homme bouddhiste, homme de foi qui souhaite "l'harmonie entre les religions", qui prône l'amour, la compassion et le pardon; les discours s'interpénètrent en parfaite adéquation.
Lorsque le deuxième évoque "l'éthique séculière" qui respecte toutes les religions, le premier parle de responsabilité de tous les êtres humains, avec ou sans dieu.
Le réchauffement climatique met la planète en danger, les femmes ont un rôle important à jouer,ilfaut une "fraternité universelle", la haine ne sert à rien sinon à enclencher des maladies, l'homme doit être respecté car il y a danger à soutenir la violence, le fossé entre les pauvres et les riches doit être comblé....
Et que faire pour déclarer cette paix exigée?
Gandhi, Mandela, Martin Luther King, Gorbatchev....étaient des sages...pourquoi ne pas constituer un comité de "sages qui s'intéressent au bien de l'humanité"?
Emaillé de citations et de références littéraires, ce dialogue, en parfaite empathie est lui même paroles de sages à méditer puis à mettre en action pour ne pas les laisser stagner dans une pure utopie!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
zenzibar
  10 janvier 2013
Certains esprits chagrins avec leurs certitudes idéologiques dans l'air du temps dirons "encorel!" J'aurais tendance à dire nous n'aurons jamais assez de ces voix pleines de sagesse et surtout de ces vies qui appellent le respect le, plus absolu. Cette rencontre et ce petit dialogue, un moment privilégié entre tous
Commenter  J’apprécie          20
pgremaud
  12 juillet 2013
On aurait pu craindre que cette rencontre entre Le Dalaï Lama et Stéphane Hessel soit un coup éditorial ! Heureusement, ce n'est pas l'habitude des Edtions Indigène, ni des deux personnes qui ont pris part à cette rencontre.
A partir de leurs expériences personnelles, Le Dalaï Lama et Stéphane Hesse portent des regards croisés sur notre monde pour l'aider à grandir.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Culturebox   26 avril 2012
L'intérêt ou la particularité du texte est de traiter des valeurs de l'esprit. Hessel y développe l'idée d'"une démocratie spirituelle" tandis que le Dalaï-Lama s'attache à l'usage d'une "carte de l'esprit" élaborée avec des amis neuroscientifiques.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
binabina   23 avril 2012
Dalaï-lama: C'est vrai, les femmes ont un rôle particulièrement important à jouer dans le développement de la sensibilité humaine, de la compassion, de la non-violence qui sont encore très largement sous-développées au XXIes dans les sociétés modernes où l'accent est mis sur l'excellence académique et intellectuelle plutôt que sur le développement de qualités humaines telles que la compassion, la tolérance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
binabina   23 avril 2012
Stéphane Hessel: Nous avons besoin d'un leadership démocratique dans le monde entier, en accord avec cet exercice laïc de l'esprit, en faveur de la non-violence, de la compassion. Démocratie laïque, oui, ce qui n'exclut pas un plan plus élevé, la spiritualité de la tolérance.
Commenter  J’apprécie          40
pgremaudpgremaud   16 avril 2013
Les progrès inouïs qu'a faits la non-violence dans le monde depuis les années 1990 avec des leaders comme Mikhaïl Gorbatchev, Vaclav Havel, Nelson Mandela, Desmond Tutu ou, plus avant, Martin Luther King et, prophète entre tous, Mohandas Gandhi - tous cités dans ce dialogue -,témoignent clairement qu'un éveil est en marche et qu'il n'est pas réductible à un lieu donné de la planète, même si certains, aujourd'hui, le portent plus douloureusement que d'autres en s'immolant de l'autre côté de la barrière himalayenne pour préserver leu culture qui revendique ce progrès intérieur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brigittelascombebrigittelascombe   10 septembre 2012
Stéphane Hessel:
La défense des droits de l'homme se veut non-violente.Mais, les droits de l'homme bafoués peuvent engendrer de la violence.C'est là que la notion de "respect" intervient.
Commenter  J’apprécie          40
brigittelascombebrigittelascombe   10 septembre 2012
Dalaï Lama:
Votre ennemi est le meilleur professeur.
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Stéphane Hessel (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Hessel
Vous pouvez vous abonner à notre chaîne et activer la petite cloche ? pour ne rater aucune vidéo !
Stéphane Hessel et Michel Vinaver Frédéric Desbordes et Minh Tran Hui et Gérard Genette Musique : Demi Evans et Cock Robin
A B O N N E Z V O U S : https://culturebox.francetvinfo.fr/des-mots-de-minuit/ F A C E B O O K : https://www.facebook.com/desmotsdeminuit.fr/ T W I T T E R : @desmotsdeminuit
© Des mots de minuit - Juin 2006
autres livres classés : non-violenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Indignez-vous !

Quelle oeuvre de Paul Klee est représenté dans le livre ?

Angelus Novus
Senecio
Pierrot Lunaire
Chat et oiseau

6 questions
60 lecteurs ont répondu
Thème : Indignez-vous ! de Stéphane HesselCréer un quiz sur ce livre