AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756035211
Éditeur : Delcourt (05/12/2012)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Le temps d'un été à Balbec ou d'un printemps florentin, l'évocation du simple nom d'une ville suffit au narrateur pour imaginer des voyages enchanteurs. Pays rêvés ou pays réels, Noms de pays : le nom fait aussi la part belle au Paris du XIXe siècle, cadre de son amour pour Gilberte et de sa fascination pour Odette, tout en constituant une invitation à la réflexion sur la puissance évocatrice des mots et des noms.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Rodin_Marcel
  04 juillet 2015
Heuet Stéphane (adaptation et dessins), Marcel Proust – A la recherche du temps perdu [adaptation en bande dessinée] – éd. Delcourt, 1998-2013 – format 32x23cm
4 - "Du côté de chez Swann : Noms de pays : le nom" – Delcourt, 2013 (ISBN 978-2-7560-3521-5) – édition augmentée de 18 pages explicatives en fin de volume (ces explications portent sur l'ensemble de la série des volumes de cette adaptation en BD)

D'un point de vue éditorial : les six volumes en ma possession furent publié entre 1998 et 2013, dans un désordre anarchique surprenant et sans rappeler sur la page de couverture les titres intermédiaires : le premier volume s'intitulait ainsi tout bonnement "Combray" (sans rappel de l'intertitre "Du côté de chez Swann") et fut publié en 1998, alors que les deux volumes d'Un amour de Swann (sans rappel de l'intertitre "Du côté de chez Swann") furent publiés en 2006 et 2008 ; le volume "Nom de pays : le nom" fut publié en 2013, en rappelant l'intertitre "Du côté de chez Swann". Les volumes "à l'ombre des jeunes filles en fleurs"furent publiés en 2000 et 2002, sans mentionner la moindre tomaison sur le premier... Pour les non spécialistes de Proust, ceci entraînait une incompréhension fort compréhensible, pour les spécialistes de Proust, ceci représentait une incohérence amenant à se poser moult questions sur le sérieux de cette entreprise.

Le texte lui-même : les planches comprennent de nombreux bandeaux hors dessins, qui sont en fait largement repris textuellement de l'original, ce qui respecte certes l'écrit proustien, mais ne s'avère guère approprié au rythme d'une bande dessinée. Cette remarque vaut également pour les dialogues. Finalement,il ne s'agit pas d'une adaptation mais d'un découpage effectué en piochant ça et là...

Les dessins : ils ne sont pas hors de propos, le dessinateur a fort probablement bien étudié son sujet pour ne produire que des représentations largement crédibles historiquement (un puriste y trouvera sans doute quelques invraisemblances en scrutant attentivement, mais bon...). Il va de soi cependant que cette mise en figures des personnages implique forcément une réduction drastique des possibles suscités par la lecture de l'oeuvre originale.

Grosso modo, il s'agit d'une des interprétations possibles du texte proustien, mais qui réduit évidemment le champ interprétatif de l'imaginaire suscité par la lecture du texte original qui contient déjà en lui-même les allusions visuelles que l'auteur souhaita y inclure. Il est fort peu souhaitable d'aborder l'oeuvre par ce biais, car le néophyte aurait bien du mal par la suite à laisser vagabonder son imagination.

En tant que lecteur assidu de "La recherche", je n'accorde finalement qu'un intérêt fort mince à cette entreprise, tout en reconnaissant qu'elle a du représenter un travail imposant pour Stéphane Heuet.
L'un des intérêts majeurs de l'oeuvre proustienne réside précisément dans le déploiement inégalé de la puissance d'évocation des mots, de la langue, qui est ici irrémédiablement enfermé dans les limites d'une interprétation particulière.
Les adaptations cinématographiques échouent sur ce même écueil...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Peteplume
  14 janvier 2017
J'ai aimé le raffinement des dessins toujours recherchés et précis que ce soit pour le décor, l'architecture, les toilettes féminines, les voitures hippo- et automobiles. J'ai aimé aussi les textes de Proust bien choisis par Heuet pour faire un tout cohérent bien que ce dernier ait dû, bien sûr, couper le texte original. Est-ce la raison du hiatus entre le tome précédent et celui-ci? J'ai quitté Swann amer, après sa rupture d'avec Odette. Il est maintenant non seulement marié avec elle mais aussi père d'une fillette dont le jeune Marcel tombe amoureux.
J'ai bien aimé aussi le plan de Paris en page de garde qui permet de mieux se situer dans l'espace de l'action, si j'ose dire. La récapitulation des personnages (un peu à la manière d'Hergé) n'est pas inutile et les notes sont pour la plupart intéressantes mais j'aurais préféré les trouver à la fin de chaque tome au fur et à mesure de ma lecture, plutôt qu'en vrac à la fin du dernier tome en date. Je reste après ces six tomes, en admiration devant le travail de Heuet et enthousiaste à l'idée qu'il va peut-être en sortir d'autres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Alexmotamots
  28 décembre 2013
Mon avis :
Nous retrouvons le jeune narrateur qui, ne pouvant partir en Italie, en est réduit à se promener aux Champs-Elysées avec sa bonne.
C'est là qu'il rencontre Gilberte.
Lien : http://motamots.canalblog.co..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
AlzieAlzie   12 novembre 2014
Les lieux que nous avons connus n'appartiennent pas qu'au monde de l'espace où nous les situons pour plus de facilité ; le souvenir d'une certaine image n'est que le regret d'un certain instant.
Commenter  J’apprécie          60
PeteplumePeteplume   14 janvier 2017
Quelle horreur! Peut-on trouver ces automobiles élégantes comme étaient les anciens attelages?
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Stéphane Heuet (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Heuet
Stéphane Heuet et Marcel Proust.
autres livres classés : évocationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

le surnom des écrivains

Quel écrivain surnommait-on «pique la lune» lorsqu’il était petit ?

Guillaume Apollinaire
Antoine de Saint-Exupéry
Jules Verne

10 questions
168 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature françaiseCréer un quiz sur ce livre