AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2851089390
Éditeur : Editions du Chêne (28/10/1998)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Faïence ou porcelaine ? Saint-Cloud, Sèvres, Gien ou Chantilly ? Verre ou cristal ? 
Comment distinguer les différents services de table, identifier les époques, les marques, les signatures et les manufactures d'origine ?
Inès Heugel nous dévoile les trucs et astuces pour réaliser les meilleures affaires et se constituer une collection de vaisselle ancienne, réparer les pièces abîmées et se repérer dans la jungle des antiquités-brocantes.

... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Alzie
  08 septembre 2015
Collectionneurs sensibles, obnubilés du fêle ou de l'égrenure, chineurs patentés, toqués de la jatte et du saucier, amis du velouté, des plis et des reflets, vous pouvez vous y aventurer. Services à thé et à café, plats et plateaux, pelles à gâteaux, candélabres, flambeaux et chandeliers, caves à liqueur, terrines, timbales, verres, flûtes et carafes, cruches et pichets… opalines et barbotines, rafraîchissoirs, saupoudreuses, confituriers, verseuses et crémiers réjouiront les plus raffinés… L'esprit de la nappe et ses félicités hantent, en toute impunité, un petit livre aussi parfaitement illustré que documenté. Format paysage très accordé à cette savoureuse exposition de papier. Un univers à peu près oublié : bouillon couvert, tasse à sorbet, tasse à litron ou tasse trembleuse. Vaisselle de haut en bas, et jusqu'au milieu des pages, entre les lignes et par dessus les mots. Composition décontractée où les dessous du texte dévoilent ici et là, en filigrane, une forme discrète ou un décor plus suggestif, rien de vraiment trop débraillé.
Rouen, Lille et Vincennes, Marseille, Saint-Cloud, Sinceny, Saint-Amand les eaux, Moustiers, Niderviller et Lunéville, Creil et Montereau, bien sûr, Gien, Quimper et Sarreguemines, toutes manufactures célébrées. Où sont les arts, passés ? et où est « la table », aujourd'hui ? Fastes incontrôlables du XVIIIe et de l'Empire, débauches d'armoiries et de poinçons, grands orfèvres et plantureux décors : en serions-nous lassés que la poésie d'un « Pont aux choux » et d'un biscuit ourdi au « dégourdi », d'une petite japonaiserie, d'un Sèvres bleu ou d'un Limoges à fleurettes, nous saisiraient d'emblée. Pas très « tiers-état », tout ça ? Et quand bien même. Nevers a aussi inventé l'assiette révolutionnaire illustrée. Verres de bistrot et de curistes font des pieds de nez aux verres à pied, et nous pouvons les collectionner, pourquoi pas les réutiliser, puisque la mode est au dépareillé. Sus à l'enlaidissement général et à la vaisselle standardisée! Un petit livre fait pour être vu, pour être lu, aucune urgence bien entendu.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AlzieAlzie   08 septembre 2015
Mieux qu'une gazette !
Tous les événements, petits ou grands, qui jalonnent l'actualité française ainsi que certains faits marquants se déroulant à l'étranger vont être dûment imprimés sur la faïence. N'importe quel sujet peut servir de point de départ à une série d'assiettes imprimées. Citons dans le désordre, l'indépendance de la Grèce, les voyages de Napoléon III ou la vie de Jeanne d'Arc. Tous les hommes politiques, du règne de Louis XVIII à la IIIe République, vont ainsi être représentés ou caricaturés. De même les romanciers et leurs romans ; les grandes inventions, comme celle de l'automobile, les grandes compétitions sportives, comme le Tour de France, seront également racontées en images. Et, comme si les sujets qu'apporte l'actualité ne suffisaient pas, on représentera aussi les monuments de Paris, les différents métiers, les corridas, etc. Une chanson est à la mode ? Elle est aussitôt imprimée. Quant à la rubrique jeux, devinettes, blagues et rébus, elle n'est pas la moins fournie... (p. 20)
Impressions sur assiettes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
AlzieAlzie   08 septembre 2015
Un palace flottant, le Normandie
Conçu en 1928 et lancé le 29 octobre 1932 à Saint-Nazaire, le paquebot Normandie a effectué sa première traversée Le Havre-New York le 29 mai 1935.
Dans les appartements de grand luxe, l'argenterie est de Puiforcat - un modèle de couvert aujourd'hui réédité. Les verres sont signés René Lalique, et les assiettes sur un modèle dessiné par Suzanne Lalique pour Haviland.
Pour la première classe, l'argenterie de Christofle (qui va fournir pour le paquebot une "ménagère" de quarante cinq mille pièces) est dessinée par Luc Lanel, les verres triangulaires à pied stable, sont créés par Daum (cinquante mille pièces en tout), et la porcelaine est imaginée par Jean Luce pour Haviland.
En classe touriste, l'argenterie est fournie par Ercuis, les verres par Daum et la porcelaine par Haviland.
Enfin, l'argenterie en troisième classe vient de chez Christofle et la verrerie de Saint-Antoine. (p. 57)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AlzieAlzie   08 septembre 2015
Le pot à oille
Oille vient du mot espagnol "olla" (marmite) qui désignait un ragoût de viandes diverses. Ce mets passe d'Espagne en France à l'époque du mariage de Marie-Thérèse avec Louis XIV. Le mot glisse du contenu à son contenant, dont la première mention est faite en 1671. Le pot à oille se caractérise par sa forme ronde, ses quatre pieds et ses accessoires : un bassin (ou plat), le dormant, et une grande cuillère à ragoût. Sous le règne de Louis XIV, le pot à Oille est accompagné d'un récipient très proche mais ovale, appelé "terrine". Celle-ci est généralement pourvue de quatre pieds et d'un couvercle à graine amovible. (p. 94)
La soupière
Elle apparaît sur les tables assez tardivement - vers la fin du XVIIIe siècle -, et va détrôner le pot à oille. (p. 95)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AlzieAlzie   08 septembre 2015

Jusqu'au XVIe siècIe on trouve déjà toutes sortes de verres à boire : hanaps, chopes, flûtes et verres à jambe. Le gobelet, d'abord de petite taille avec des parois épaisses et lisses, puis moulées à côtes, s'allonge en forme de chope au début du XVIe siècle. Les verres à pied sont formés d'une paraison conique décorée de filets ou de lentilles émaillées en relief, reliée au pied par un bouton ouvragé ou par un noeud. Au fil des ans, la paraison s'agrandit en une coupe profonde à décor lisse ou alvéoles, et le pied, souvent ourlé, prend une forme de disque. Au XVIIIe siècle, les jambes des verres s'épaississent et s'ornent de facettes taillées, les coupes sont délicatement gravées de fleurs et de feuillages. (p. 67)
Les types de verre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : cristallerieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Virus L.I.V.3 ou la mort des livres

L'héroïne communique sur son ordinateur avec

Mondaye
Fryday
Thursday
Sundaye

15 questions
339 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre