AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782203080522
199 pages
Casterman (02/04/2014)
3.92/5   216 notes
Résumé :
Fille unique de parents très aimants, mais très occupés, Amélia, 16 ans, s'est réfugiée dans la gourmandise. Elle traîne son corps adolescent et ses kilos en trop comme une punition. Mais l'arrivée d'une lettre étrange venue de Mongolie va bouleverser la banalité un peu mélancolique de son quotidien...
Critiques, Analyses et Avis (103) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 216 notes

marina53
  20 avril 2022
Amélia est une jeune fille de 16 ans mal dans sa peau. Ses parents, elle juge aux affaires familiales, lui gastro-entérologue, sont très pris par leur travail. Souvent seule, Amélia s'est réfugiée dans la nourriture. Si elle admire ses parents pour leur beauté, leur passé de baroudeurs, elle ne peut, évidemment, que se comparer à eux et se trouver bien insignifiante. Un jour, sa mère reçoit un courrier en provenance de la Mongolie dans lequel elle apprend que Nikita, l'homme qui travaillait pour The Shelter, une association qui vient en aide aux enfants mongols, et qui l'avait accueillie lorsqu'elle-même s'était rendue là-bas, est décédé, d'un accident de cheval. La nouvelle directrice, Bakar, encourageait tout de même Isaure à poursuivre ses versements réguliers, bien utiles pour l'association, et serait ravie de l'accueillir à nouveau à Oulan-Bator. Aussitôt, le père d'Amélia propose un voyage en famille là-bas. Amélia est plutôt réticente à cette idée. Si sa mère ne peut malheureusement pas se libérer pendant les vacances scolaires, il est alors convenu qu'elle irait avec son père, en juillet. Mais au dernier moment, celui-ci est réquisitionné pour les jurés d'assises. C'est donc seule que la jeune fille partira en Mongolie...
Loin de son petit confort et de ses parents, Amélia, dont c'est le premier voyage seule, va, non seulement, découvrir des paysages à couper le souffle, des gens exceptionnels (aussi bien les Mongols que les bénévoles), des gamins attendrissants, soumis à la misère et la violence, mais également se découvrir elle-même. Elle va se sentir vivante, utile, effaçant peu à peu l'adolescente timide, mal dans sa peau, et va jusqu'à oublier de se goinfrer, se remplissant de ce qui l'entoure, de ses actes, de ses choix. Mais elle ne sait pas, alors en partant, que ce voyage sera aussi l'occasion de s'interroger sur sa mère. Sensible, émouvant, ce roman initiatique se révèle très réaliste, tant l'auteur dépeint subtilement les états d'âme de l'adolescente, nous fait partager ses doutes et ses angoisses. Si Annelise Heurtier traite d'un sujet difficile, elle l'aborde tout à la fois avec profondeur et légèreté.
Une invitation au voyage et au partage...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          728
Ziliz
  31 mars 2014
A seize ans, Amélia vit dans un cocon doré à Paris. Maman est juge aux affaires familiales, Papa est médecin. Malgré cet environnement confortable et l'amour dont elle est entourée, son adolescence est difficile : elle se compare à ses parents, eux si brillants et si beaux, elle si terne et si grosse. Dévalorisation de soi, inertie, grand vide qu'elle essaie de combler en se remplissant l'estomac.
Tous trois doivent passer un mois en Mongolie, aider dans un centre d'accueil pour enfants des rues. Amélia va finalement devoir partir seule, à reculons, la trouille au ventre.
Le lecteur découvre le pays en même temps que la narratrice. Émerveillement devant la splendeur des paysages, stupeur, dégoût et indignation face à la pauvreté et à la violence urbaines.
On suit en parallèle l'évolution de la jeune fille, qui acquiert confiance en soi et maturité. Sa peur et ses réticences, sa tentation de rentrer à Paris au plus vite pour fuir cette misère font progressivement place à une implication 'adulte'.
Cet ouvrage jeunesse est à la fois un roman agréable à lire et un bon documentaire sur la Mongolie d'aujourd'hui.
Il sensibilise de manière simple, sobre et efficace à la paupérisation du pays depuis sa "Révolution démocratique" en 1990, au sort des enfants abandonnés et/ou maltraités dans les villes, aux difficultés de survie des éleveurs nomades.
Les réflexions suscitées autour des démarches humanitaires sont intéressantes, entre la bonne conscience occidentale à coups de petits chèques, et l'immersion totale dans les conditions de vie sordides des populations en difficulté. Intéressante également la question de l'adoption en douceur, sans déracinement.
Un récit subtil, émouvant et instructif. Dommage qu'un rebondissement 'cliché' à la fin de l'histoire vienne ternir l'éclat, la finesse et la singularité du livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          701
orbe
  02 avril 2014
D'un milieu aisé, Amelia est pourtant mal dans sa peau. Les circonstances vont l'amener à partir un mois en Mongolie pour travailler dans une association humanitaire qui vient en aide aux enfants. Ce voyage va changer sa vie...
Au début de l'histoire, Amélia manque de confiance, elle n'est pas volontaire pour partir et a peur. Mais pour tenter de se sentir mieux elle décide de relever le défi et d'aller à la rencontre du passé de ses parents. le récit initiatique présente la découverte des coutumes mongoles, la difficile condition des enfants mais aussi révélation d'un secret familial. Il s'agit donc en quelque sorte d'un héritage.
le lecteur suit la métamorphose de la jeune fille, entre dans le quotidien d'une association humanitaire, pénètre dans les yourtes, et ressort lui aussi... changé !
A lire absolument !

Lien : http://cdilumiere.over-blog...
Commenter  J’apprécie          620
claireo
  05 octobre 2017
Un roman de plus de cet auteure, et je suis une fois de plus conquise. Annelise Heurtier réussit à nous parler très justement de l'adolescence.
L'héroïne, Amélia vit mal son adolescence, elle est mal dans sa peau. le choc d'un voyage humanitaire en Mongolie va lui permettre de découvrir une autre culture, des difficultés qu'elle n'imaginait pas, et de se découvrir elle-même.
Commenter  J’apprécie          440
murielan
  01 août 2014
A 16 ans, Amélia est mal dans sa peau et compense avec la nourriture. Pourtant, avec une mère juge aux affaires familiales et un père gastro entérologue, elle ne manque de rien. le voyage en solitaire qu'elle fera en Mongolie au sein d'une association venant en aide aux enfants des rues va bouleverser sa vie...
Ce roman est vraiment très réussi. Non seulement on découvre différents aspects de la Mongolie d'aujourd'hui à travers les yeux d'Amélia mais on assiste aussi à sa métamorphose en une ado plus responsable, plus mature.
La pauvreté qui existe dans les rues d'Oulan-Bator est malheureusement une réalité et j'ai trouvé intéressant d'en apprendre plus sur le rôle de cette association humanitaire qui cherche à placer les enfants abandonnés ou maltraités de la capitale dans des familles nomades.
Un récit sensible et émouvant à ne pas manquer !
Commenter  J’apprécie          330

Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   20 avril 2022
En quelques jours, j'avais presque oublié comment j'étais arrivée là, que ma vie à Paris tournait exclusivement autour de mes (grosses) cuisses, que je fréquentais un lycée de bourges où les seules inconnues étaient de savoir si Machine était une salope qui couchait dès le premier soir ou s'il était bien vrai que Truc, qui n'avait pourtant pas besoin de fric, dealait de la coke derrière les platanes. En même temps, on n'y pouvait pas grand-chose, de ne pas avoir les mêmes préoccupations. Tout dépendait de l'endroit où nos mères hurlaient pour nous mettre au monde. Sous le regard surmédicalisé d'un obstétricien californien. À même le sable, derrière un paravent de nattes en plein désert. Avec bonheur, résignation ou indifférence. Tout n'était qu'une question de hasard. Ils auraient pu être nous, nous aurions pu être eux. Je détestais cette pensée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
ZilizZiliz   01 avril 2014
La ville [de Oulan-Bator] donnait une impression d'anarchie architecturale totale. De grands buildings flambant neufs côtoyaient de petites yourtes. Des bâtiments hérités de l'époque russe, mastodontes sinistres et délabrés, enlaidissaient la vue. On aurait dit des squats (...). Partout, des grues, des chantiers de construction, de la poussière, des matériaux entassés. L'air était chargé. Par association d'idées, je me suis mise à tousser.
Franck a commenté :
- Eh oui, il faudra t'y habituer... Et encore, en été, c'est à peu près respirable. Mais en hiver, l'air est à couper au couteau. Dans le bidonville, y a pas de merde de yack à brûler, alors la plupart des gens se chauffent en faisant griller des pneus. Je te laisse imaginer.
(p. 66-67)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
ZilizZiliz   30 mars 2014
En Mongolie, la transition vers l'économie de marché avait été catastrophique. Désorganisé par la privation subite des subsides et débouchés commerciaux vers l'URSS, le pays s'était retrouvé à devoir gérer brutalement chômage et inflation à trois chiffres. Une succession d'hivers particulièrement rigoureux - les 'dzud'* - s'étant ajouté au désastre économique, de nombreux nomades n'avaient eu d'autres choix que de rallier [la ville de] Oulan-Bator, où ils espéraient trouver un travail qui finalement n'existerait pas. A la vitesse d'un cancer foudroyant, un immense bidonville s'était constitué aux abords de la capitale, ravagé par l'insalubrité, la violence et l'alcoolisme. (p. 29-30)
* 'dzud' : hiver très rude qui, rendant le pâturage impossible, décime le bétail
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
cdisiegfried67cdisiegfried67   13 janvier 2016
Le dernier repas a été pour moi d'une tristesse infinie. Je n'étais pas encore partie que j'avais déjà envie de revenir pour tout vivre une nouvelle fois, éclairée par ma première expérience, délestée de l'angoisse de ce que l'on ne connaît pas. Oyanza avait préparé des nouilles, des crêpes de viande frites et des boorstog, des petits gâteaux ressemblant à des beignets. J'ai dû me forcer pour manger; j'avais l'estomac noué. Jamais je n'aurais pensé avoir tant de peine à quitter cet endroit qu'il m'avais été si difficile d'apprivoiser. La perspective de retrouver le confort de mon appartement parisien me réjouissais, mais d'un autre côté je commençais à avoir peur de moi-même. Peur de ce que j'allais redevenir, peur d'oublier ce que je ne verrai plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
marina53marina53   20 avril 2022
Le désastre de ma vie, ne pas aimer celle que j’étais, mes parents aussi en portaient la responsabilité. Et pas seulement à cause des gènes qu’ils ne m’avaient pas transmis. S’ils avaient été moins lumineux, ma mère surtout, peut-être qu’à l’inverse, moi, j’aurais pu l’être un peu plus. (…) Ma médiocrité était à l’aune de leur perfection.
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Annelise Heurtier (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annelise Heurtier
Café littéraire des jeunes avec Annelise Heurtier (FRANCE) Sweet Sixteen - Casterman – avril 2013 Little Rock, rentrée scolaire 1957. le plus prestigieux lycée de l'Arkansas ouvre pour la première fois ses portes à des étudiants noirs. Ils sont neuf à tenter l'aventure. Ils sont deux mille cinq cents, prêts à tout pour les en empêcher. Cette histoire est inspirée de faits réels. Annelise Heurtier est une autrice française née en 1979. Grande voyageuse, elle a gardé un lien de coeur très particulier avec l'Outre-mer (Tahiti, Antilles) où elle a effectué trois expatriations. Traduits dans de nombreux pays, ses ouvrages rencontrent un franc succès. Souvent inspirés de faits réels, ils sont autant de prétextes au voyage, à la découverte de cultures différentes, de parcours de vie singuliers, ou de problématiques d'actualité : l'isolement de certains adolescents à l'ère d'Internet (Chère Fubuki Katana), les violences sexuelles dans le sport (PUSH ), l'émancipation féminine (La fille d'avril, inspiré de l'histoire de la marathonienne américaine Kathrine Switzer), le racisme ou encore la question de la masculinité. Son roman Sweet Sixteen, publié en 2013 aux éditions Casterman, a été primé à de nombreuses reprises. Considéré comme un classique de la littérature jeunesse, il est étudié dans de nombreux collèges.
+ Lire la suite
autres livres classés : mongolieVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus





Quiz Voir plus

Là ou naissent les ...

Comment s'appelle le personnage principal ?

Amélie
Annelise
Amélia
Alice

5 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Là où naissent les nuages de Annelise HeurtierCréer un quiz sur ce livre