AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2361832372
Éditeur : Les Moutons Electriques (05/02/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Oscar Wilde dans toute sa splendeur  : lorsqu’en 1894 ce roman fut publié anonymement, tout le monde se demanda qui en était l’auteur, mais personne n’eut le moindre doute quant à l’identité des protagonistes, Oscar Wilde et lord Alfred Douglas.
Roman à clef, comédie mordante sur le «  Mouvement Esthétique  » et portrait au vitriol de la société des Yellow Nineties, les années 1890 anglaises et leurs scandales, cet œillet vert (du nom de la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
Parthenia
02 mars 2016
Ce livre, publié anonymement en 1894, s'inspire de la relation homosexuelle entre Oscar Wilde et Lord Alfred Douglas. Suite au parfum de scandale distillé par ce roman, celui-ci fut retiré des ventes dès 1895, mais précipita la chute et la disgrâce d'Oscar Wilde. En effet, L'oeillet vert fut apparemment utilisé par le ministère public pour condamner Oscar à deux ans de travaux forcés ! Et franchement, à part le port de l'oeillet vert qui était le signe de ralliement des gays de l'époque (comme le port de la moustache dans les années 70, Freddie, si tu me lis !!^^), je n'ai compris aucune autre allusion aux moeurs considérées comme dévoyées d'Oscar et de son jeune et bel amant.
Or donc, le jeune Reginald "Reggie" Hastings (Alfred Douglas), dandy couvert de dettes, a été corrompu par la fréquentation de son grand ami Esmé Amarinth pour devenir aussi insupportable que son aîné. Les deux hommes vouent un véritable culte au péché et à l'art. Ils cherchent tant à se montrer provocants et choquants auprès de la bonne société que leur posture est devenue tout à fait vaine, voire ridicule ! En dépit de leurs propos scandaleux (et surtout à cause d'eux), leur compagnie est très recherchée. Ils sont invités par Mrs Windsor à passer une semaine dans sa maison campagnarde pour fuir l'été londonien et s'adonner à une vie rustique so exciting !!! Ils y retrouvent la vieille et cynique Mme Valtesi, ainsi que lady Locke, veuve et cousine de l'hôtesse qui aimerait la recaser avec Reggie ! Si au début, lady Locke est troublée par le charme juvénile de Reggie, la détestable influence qu'Esmé exerce sur lui la guérit définitivement de tout désir de mariage.
Tout le temps de ma lecture, je me disais qu'avec un ami comme Hichens, pas la peine d'avoir des ennemis tant j'ai trouvé qu'Oscar Wilde était ici ridiculisé. Bien sûr, il s'agit d'une satire sur le mouvemente esthétique dont l'écrivain était la figure de proue, mais la charge est tellement féroce, tellement mordante que parfois je ne savais plus que penser, me sentant perplexe. Ce sentiment s'est un peu dissipé quand j'ai lu la préface, écrite par l'auteur lui-même pour une réédition de 1947, (car j'ai lu la préface seulement après avoir lu le roman), et le moins que l'on puisse dire c'est qu'Alfred et Oscar ont le sens de l'humour et de l'auto-dérision (à moins qu'ils soient aussi friands de scandales et aussi auto-centrés que le suggère le livre), car ayant deviné rapidement l'identité de l'auteur, ils l'ont félicité pour cette "pochade". On y apprend d'ailleurs qu'Hichens, voyant le mal que la publicité de son livre pouvait faire à Oscar alors aux prises avec la justice, a décidé avec son éditeur de retirer le livre des ventes.
Comme dit plus haut, le lecteur du XXIème siècle aura bien du mal à comprendre le sulfureux parfum de scandale qui entoure ce livre ( (bien que j'aie ressenti un début de malaise lors de la scène entre Reggie et Tommy, le petit garçon de lady Locke, quand le premier promet de lui offrir un oeillet vert, symbole on ne peut plus explicite de son orientation sexuelle et je me suis demandée si Reggie n'était pas plus qu'homosexuel et adepte de la pédérastie ?!?). Autre aspect qui m'a dérangée : l'auteur suggère que Reggie (Alfred) était un bon garçon avant sa rencontre avec Esmé (Oscar) qui a complètement perverti son esprit mais rappelons que Wilde avait déjà une femme et deux enfants avant de tomber fou amoureux d'Alfred et que celui-ci semblait déjà bien corrompu !
Bref, certains passages sont vraiment drôles. Comme celui avec le vicaire Smith dont les réponses aux réparties spirituelles et sarcastiques d'Esmé sont en complet décalage, ou les surenchères moqueuses de Mme Valtesi au détriment de leur hôtesse qui ne se rend compte de rien...
Esmé ne cesse de faire assaut d'esprit, il se complaît même dans une espèce d'auto-satisfaction qui finit par le rendre ridicule ; tandis que le jeune Reggie a l'audace de sa jeunesse, mais sa tendance à admirer et accorder trop d'importance à sa belle apparence, sa manie à copier son aîné, à répéter ses paradoxes et sa philosophie de vie comme un perroquet, le rendent vain et terriblement superficiel. Seule lady Locke semble finalement être dotée de bon sens !
C'était vraiment intéressant de découvrir les préoccupations et futiles passe-temps de certains membres éminents de la bonne société londonienne de cette fin de XIXème, même à travers le prisme déformant de la satire. Grâce à Hichens, nous pouvons écouter la conversation si spirituelle de Wilde car l'auteur s'appuie sur nombre de bons mots prononcés par l'écrivain, même si ce dernier est parfois moqué assez férocement. Ce fut donc une lecture délicieuse et je remercie les éditions les moutons électriques ainsi que Babelio pour ce partenariat !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ys
16 mars 2016
Après plusieurs années aux colonies et à l'étranger, une jeune veuve fait son retour dans le Monde (à Londres, évidemment) auprès de sa parente, la très mondaine et très moderne Mrs Windsor. Et force est de reconnaitre que le Monde est bien différent de ce qu'elle a toujours connu ! Très vite, une partie de campagne s'organise avec pour invités principaux le charmant Reggie Hastings et son inséparable compagnon, le fantasque, l'absurde, le magnifique Esmé Amarinth, jamais à court de paradoxes pour faire briller la conversation et dérouter les esprits.
Au cours de ces vacances, un mariage se conclura-t-il entre lord Reggie (très beau, très juvénile, très débauché et très fauché) et la bien plus sage Lady Locke, pas tout à fait insensible, semble-t-il, aux charmes du jeune homme ? Question relativement banale, qui pourrait former le noyau d'une de ces délicieuses comédies comme Oscar Wilde en avait le secret, mais qui en l'occurrence n'est guère qu'un prétexte pour mettre en scène Oscar.
Tout le monde l'a très vite reconnu : Esmé Amarinth, c'est lui. Et Reggie n'est autre que Bosie, lord Alfred Douglas, son charmant et vénéneux amant, dont les haines familiales ne vont pas tarder à l'envoyer derrière les barreaux. Mais je m'avance trop loin - de prison, ici, il n'est certes pas encore question et l'Oeillet Vert reste tout entier dans le registre de la comédie, une pochade sans grande prétention qui ignore toute nuance à ses personnages pour mieux les caricaturer, vraiment drôle et plutôt habile sous ses airs de grand n'importe quoi.
Esmé Amarinth, c'est moins Oscar que le masque le plus poseur d'Oscar, poussé à l'extrême jusqu'à tomber franchement dans l'absurde. Ridicule ? Sans doute, mais avec beaucoup d'esprit, et si la caricature est audacieuse et affutée, elle n'est jamais méchante - la taquinerie joueuse de l'admirateur, non la morsure du détracteur. D'après l'auteur, ni Wilde ni Douglas ne s'y sont d'ailleurs trompés, et semblent avoir reçu "l'offense" avec humour.
L'audace, toutefois, va au-delà de la caricature éhontée de deux célébrités du temps. Les excès biscornus de la satire, en effet, sont un camouflage parfait pour contredire impunément la morale du temps et poser quelques affirmations hautement répréhensibles qui ne passeraient jamais dans un texte plus sérieux. Entre deux envolées sur la jeunesse, la folie et l'art, c'est ni plus ni moins qu'une défense de l'anti-nature - soit en termes à peine voilés de l'homosexualité - que Hichens met dans la bouche de ses personnages. Certes, Lady Locke, qui en vient à incarner une pensée antagoniste, est de loin le personnage le plus nuancé et sympathique de l'histoire. Certes, ceux qui défendent le vice sont tournés en ridicule - mais certaines de leurs affirmations sont assez bien tournées pour prêter à réfléchir au moins autant qu'à rire, et dans ce grand jeu de masques, il serait assez naïf de penser que la caricature n'est que dérision.
J'ai beaucoup ri en lisant ce texte, aussi pétillant qu'une coupe de champagne et induisant assez vite à la même euphorie. Un grand merci aux Moutons Electriques pour cette excellente traduction, mise en perspective par quelques notes indispensables et fort joliment éditée.
Lien : http://ys-melmoth.livejourna..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
pegenzo
01 mars 2016
Ce court roman met en scène le séjour à la campagne anglaise de 5 protagonistes : Mrs Windsor accompagnée de son amie Mrs Locke, jeune veuve et mère d'un garçonnet nommé Tommy, ainsi que Mr Amarinth et le jeune lord Reggie.
Ce roman apparait avant tout comme une satire du mouvement esthétique dont Oscar Wilde était une figure de proue : la beauté, la jeunesse, le libertinage y sont vénérés au détriment des codes la nature et de la morale, religieuse notamment. La tirade d'Esmé Amarinth, lors du repas avec les enfants de choeur en illustre parfaitement le propos.
C'est aussi une comédie caustique sur la société bourgeoise Victorienne. Mme Windsor en est la représentation. L'auteur se moque de son rôle de bourgeoise voulant s'entourer uniquement des gens aux moeurs douteuses et sachant faire preuve de spiritualité, qualité dont elle manque totalement. Elle passe pour une bourgeoise sotte, ne s'intéressant qu'aux apparences et à l'esthétique visuelle (le trousseau de clés qui n'ouvrent aucune porte, les enfants de coeurs en chemise blanche au clair de lune, la rusticité de ce séjour à la campagne malgré un luxe important). Quant à Mrs Locke, elle représente l'innocence et se positionne en contre-courant des tendances en vogues à Londres. C'est l'oeil critique de ce petit séjour champêtre et des invités, mettant à jour les incohérences et les carences de l'art de vivre prôné par Amarinth.
Oscar Wilde est reconnaissable entre tous. Il est présenté tel qu'on se l'imagine. L'oeillet vert symbole de l'homosexualité et de l'appartenance à une élite intellectuelle qui n'a peur de rien, qui vit sans se soucier de la morale et des préjugés et qui prend un certain plaisir à agir contre les bonnes moeurs juste pour être au centre des rumeurs et des discussions des salons. Sûr de son esprit supérieur qu'il met en avant en toute occasion, mentor de certains membres de la jeunesse bourgeoise, il est le fil conducteur du roman.
Tous ces personnages donnent un équilibre subtil et du corps au roman qui nous apparait comme un instantané de la fin du 19ème siècle. Toutefois, la lecture est interrompue par les nombreuses références aux personnages célèbres de ce temps et qui me sont inconnus. de ce fait, pour comprendre l'allusion il faut se référer au notes en fin d'ouvrage ce qui rend la lecture parfois fastidieuse. Mais ce fut une lecture des plus plaisantes et drôles, qui nous plonge dans l'univers d'Oscar Wilde avec subtilité et finesse.
Livre reçu dans le cadre de l'opération de Masse Critique générale. Merci beaucoup pour cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Salyna
23 février 2016
Merci à Babelio et aux Moutons Electriques pour ce livre au format original (presque carré).
Comme je connais assez bien Oscar Wilde et son époque, j'étais curieuse de livre cet ouvrage. J'aime beaucoup le style et le côté absurde de certaines réflexions. Je suis sur que si on regardait de plus près on trouverait le tout et son contraire. L'histoire est assez simple puisqu'on retrouve un groupe de personnage mondain londonien partant une semaine à la campagne et dont l'un des buts est de coller deux protagonistes ensemble.
Il est très facile d'identifier Oscar Wilde et Alfred Douglas dans le livre, si on connait les connais un peu et j'y au pris un vrai plaisir à lire leurs digressions.
Le livre peut se lire même sans connaissance sur ceux deux personnes, mais il est certain que le lecteur passera à côté du parfum de scandale qui entoure le livre s'il ne connait pas l'époque et son hypocrisie.
Bref un roman sympathique, mais dont le fond peu échapper aux lecteurs novices de cette période.

Lien : http://anaiscience.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
SalynaSalyna13 février 2016
La Nature nous force à choisir entre gâter notre visage par nos péchés, ou notre esprit par nos vertus
Commenter  J’apprécie          50
SalynaSalyna13 février 2016
Les hommes peuvent avoir un esprit de femme, tout comme les femmes peuvent avoir un esprit d'homme
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : pasticheVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Robert S. Hichens (1)Voir plus




Quiz Voir plus

PAROLES D'EVANGILE (2)

Jean Chrysostome, né à Antioche entre 344 et 349, et mort en 407 près de Comana, a été archevêque de Constantinople et l'un des pères de l'Église grecque. Son éloquence est à l'origine de son surnom qui signifie...........

Pieds agiles
Tête d'or
Bouche d'or
Mains agiles
Yeux de linx
Coeur d'or

10 questions
53 lecteurs ont répondu
Thèmes : bible , apparitions , littératureCréer un quiz sur ce livre