AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2365774067
Éditeur : Urban Comics Editions (21/08/2014)

Note moyenne : 2.33/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Une organisation terroriste, la Première Église de la Fraternité de la VOIX, planifie l'assassinat de la caste des journalistes (et ceux de la FOX en particuliers). Endoctrinés et déterminés, les membres de cette secte ont juré de faire taire à jamais le mensonge que diffusent à longueur de journée les médias. Un mensonge qui, de bouche à oreille, se propage jusqu'à être intégré comme fait et vérité. Un mensonge qui tient la population en laisse.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
bibliobrest_bd
  14 octobre 2014
John Guyton, SDF ayant tout perdu, est recruté par un mystérieux individu. Il rejoint l'église de la fraternité de la Voix qui préconise le meurtre pour lutter contre les médias.
Maladroite, ambiguë et contradictoire dans son propos, cette pseudo réflexion politique et sociale nous propose un récit manichéen sans aucunes nuances.
Le dessin est froid et désincarné, on ne le regarde même plus tant le texte est omniprésent.
L'auteur prend comme référence principale les écrits de Noam Chomsky, tout en étant en décalage complet avec les idées du philosophe américain.
Les notes de fin d'ouvrage mettent l'accent sur les opinions personnelles de Jonathan Hickman: refus et dévalorisation des mouvements populaires pacifiques, rejet global de l'éducation, choix de la violence et de la lutte armée.

Lien : http://biblio001.brest-metro..
Commenter  J’apprécie          60
yvantilleuil
  13 janvier 2017
Après « East of West » et « Pax Romana », la collection Indies d'Urban Comics met une nouvelle fois Jonathan Hickman à l'honneur avec « Nightly News ».
L'action se déroule dans notre réalité et invite à suivre l'émergence d'un groupement radical nommé « L'Église de la fraternité de la Voix ». L'album débute par une manifestation devant Wall Street qui tourne au carnage lorsque trois snipers commencent à tirer sur les journalistes dépêchés sur les lieux pour rendre compte de l'événement. du recrutement des membres de l'organisation à leurs actes violents, en passant par des réunions entre patrons de presse, Jonathan Hickman pointe du doigt les dérives de médias aux mains de grosses fortunes, qui délaissent la véritable information au profit d'une propagande mensongère. Afin de rendre son message encore plus crédible et percutant, Hickman alimente son récit de graphiques et de statistiques qui font parfois froid dans le dos.
Visuellement, à l'instar de « Pax Romana », cet album se révèle assez audacieux au niveau de la narration et du graphisme. S'appuyant sur une voix off omniprésente et de grandes illustrations qui font écho aux textes, l'auteur propose une technique narrative assez exigeante. Même si la lecture s'avère plus accessible que « Pax Romana », tout le monde n'arrivera pas à passer outre cette technique qui demande un véritable effort de la part du lecteur et ce style qui donne une posture assez figée aux personnages. Notons finalement la présence d'un bonus imposant en fin d'ouvrage, qui permet d'en apprendre plus sur la façon de procéder de l'auteur, tout en rendant notamment hommage au superbe travail de colorisation.
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (4)
BoDoi   03 octobre 2014
Outre ce parti-pris d’ancrer une terrifiante fiction dans un décor extrêmement crédible, ce qui chamboule dans Nightly News – et qui fait sans doute sa grande force – est son absence de personnages positifs.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   30 septembre 2014
Une fois refermé, il reste la conviction de tenir entre les mains un comics atypique, efficace et particulièrement bien pensé et travaillé.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   15 septembre 2014
Un ouvrage hautement polémique, délibérément provocateur, mais passionnant.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   26 août 2014
Nightly News est [...] là pour nous faire réfléchir, avec intelligence et habileté sur la place de l'information et de la propagande dans notre société moderne ! Indispensable !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
TsarathustraTsarathustra   04 décembre 2015

Dans la post-face de ce livre, l'auteur, Jonathan Hickman, nous avoue avoir été questionné par plusieurs journalistes à la sortie de l’œuvre. La question que tout le monde se posait était « Est-ce que vous vous sentez mieux ? »


Cela reflète assez bien l'impact que ce Nightly News peut avoir sur un lecteur qui n'était pas préparé à vivre une telle expérience. Ce comics transpire d'une telle colère et d'un tel engagement qu'il est difficile de ne pas se questionner à propos de son auteur. Est-il sérieux ? Est-ce du premier degré ? Est-ce, pire, du second degré ? Est-ce un pamphlet ou un divertissement ? Un essai ou un récit ? Une fiction ou une réalité ?


Car oui, Nightly News est une œuvre coup de poing ! Un comics ancré dans son époque qui risque fort bien de vous retourner l'esprit, voire les tripes. Qui risque sans doute de vous faire vous questionner sur vous-même, sur vos dirigeants, sur le monde dans lequel vous vivez… En bref, Nightly news est, comme souvent avec Johathan Hickman, davantage qu'un comic-book...



L'Histoire



« Il existe une catégorie moribonde d'êtres humains qui pense avoir changé le monde. Ils pensent qu'ils ont été des révolutionnaires. mais ils ont fini par devenir des laquais des corporations. Des idéologues politiques. Des parents divorcés. »


Au cœur de New-York, un passant est abattu en pleine rue, à priori par hasard. Une série de journalistes accourent pour couvrir la nouvelle au plus proche de l’événement et s'appuyer sur l’aspect sensationnel de la nouvelle. C'est alors qu'un carnage débute et qu'ils tombent tous sous les balles d'un tireur embusqué ! D'autres journalistes arrivent alors, pour couvrir cette tuerie qui touche les membres de leur profession. Les meurtres s'amplifient encore, c'est une réaction en chaîne ! Plus les journalistes affluent pour faire leur travail, plus ils tombent sous les balles…


Deux ans auparavant, c'est un certain John Guyton qui ère dans les rues de la grande ville. C'est un haut placé de la finance qui a tout perdu du jour au lendemain : argent, emploi, femme et enfant. Il en est aujourd'hui réduit à mendier, comme beaucoup d'autres.


C'est alors qu'un jour, un homme qui se fait appeler Frère Alexander lui tend enfin une main compatissante ! Il lui offre un café et lui tient un discours éclairant. Le sort de John ne serait pas du au hasard mais bien à certaines personnes très haut placées qui se chargeraient de diriger le monde depuis leur siège en cuir, depuis leur luxueux bureau, qui se joueraient de tous et resteraient dans l'ombre afin d’accroître leur influence…


Depuis, John est un autre homme. Il a rejoint « La Première Église de la Fraternité de la Voix », une organisation de l'ombre, à la fois secte de fanatiques et ralliement terroriste. Ce refuge de démuni regroupent une série d'individus égarés et persuadés d'avoir subis le même sort que John : Avoir été sciemment brisés par le monde de la presse. Au départ d'un dérapage médiatique, d'une série de fausses informations, d'erreurs non reconnues, non assumées et non réparées par des journalistes incompétents, sans cesse à la recherche d'un meilleur scoop, d'une information sensationnaliste au détriment de données précises, ces hommes et ces femmes jugent qu'ils ont été tout simplement lynchés !


Ils participent alors depuis quelques temps aux agissements de cette secte de la parole vraie afin de mener une véritable croisade meurtrière contre ce qu'ils appellent « le quatrième pouvoir » et les personnes immorales qui incarnent ses dérives à travers les grands groupes média américains tels que NBC, ABC ou encore, et surtout, La Fox !


L'organisation de la secte est simple : Sous les ordres d'un gourou complètement anonyme, autoproclamé « La Voix », qui communique avec ses élites sous la forme de vieilles cassettes audio à bandes magnétiques, ils agissent pour le bien du pays. Une seule personne a le droit et le privilège d'avoir des échanges directs avec La Voix, il s'agit de « La Main », alias John Guyton, dont le rôle est de transmettre les informations aux reste de la secte et de planifier les actions terroristes.


Ces individus, complètement laissés pour compte, vont alors s'engager dans une véritable spirale de violence afin de faire entendre leur voix. Cela commence par un attentat visant des journalistes en plein centre de New-York et n'ira qu'en accélérant !



Le Scénario



« Il s'agit de New York. Le centre de la société américaine. Trop éclairée pour la religion. Trop cynique pour la politique. Et trop sophistiquée pour les idéaux. »


C'est une oeuvre extrêmement dense que nous livre ici Hickman ! Du recrutement des membres aux actes toujours plus violents perpétrés par la secte, en s'attardant sur des réunions très froides entre magnats de la presse par un parallélisme troublant, l'auteur désire mettre le doigt sur plusieurs sujets majeurs de notre monde contemporain. Il nous parle de la dérive des médias, des actes inhumains des hommes fortunés, toujours plus nombreux et plus immoraux, de l'escalade si rapide de la violence dans un pays qui ne désire toujours pas, à ce jour, voter en faveur d'une loi allant à l'encontre des armes à feu, et enfin, et surtout, de la presse, organisation mondiale moribonde dont l’indépendance diminue chaque jour autant que croît la recherche du sensationnalisme et l'absence de recherche d'information véritables.


Hickman gratte là où ça fait mal ! Mais il gratte également un peu partout, à un peu trop d'endroits différents diront certains, ce qui l'empêcherait, aux premiers abords, de traiter correctement et en profondeur des nombreux sujets qu'il a choisi. Mais Hickman sait tout ça. Il sait que, de par le propos et l'intention, l’œuvre doit avant tout être choquante à priori pour être davantage réflexive à posteriori. Il opte d'ailleurs non pas pour une approche complexe et complète, mais bien pour une approche intense, simple et didactique, presque pédagogique.


Passé la première scène choc du livre, qui constitue en un attentat sanglant contre le monde de la presse, l'intrigue se calme et se développe de manière chorale, voguant d'un personnage à l'autre, entrecoupant les avancées de l'histoire par de nombreux flash-back nous permettant de desceller quelques pistes de réponses face à cette violence qui vient de nous exploser au visage.


L'auteur nous donne alors à découvrir différents crimes commis contre le monde médiatique, mais également plusieurs « crimes » commis PAR ce même monde médiatique, notamment à travers des capsules d'informations brutes (mais nous y reviendrons). On découvre alors l'histoire de James Andrews, journaliste infiltré au sein de la secte et chaque jour moins certain de sa sécurité et du bien fondé de sa décision, c'est également l'occasion de rencontrer un certain Jey Rector, un sénateur américain dont le but officiel est de faire passer une loi élargissant considérablement la liberté de la presse sous toutes ses formes, et enfin nous suivons le parcours de John Guyton, véritable protagoniste du livre et porte-parole de « La Première Église de la Fraternité de la Voix », depuis son recrutement au sein de la secte jusqu'à son déconditionnement.


Structurellement, l'histoire à proprement parlé commence par une « voix off » qui scande ce qui semble être des vérités que tout le monde a déjà entendu dans sa vie et dont le but certain est de dénoncer les mauvais agissement du monde de l'information ainsi que les nombreux mensonges que l'on nous débite à longueur de journée. Cette voix, c'est celle du narrateur, ou peut-être celle d'un des protagonistes du livre, ou encore directement celle de l'auteur avec qui elle semble de toute façon se confondre. Par ce moyen, Hickman nous rappelle d'emblée que nous ne sommes pas ici dans un comics de super-héros ou dans une œuvre de science-fiction (son genre de prédilection) mais bien dans un récit prenant place dans notre monde à nous, à notre époque à nous, avec les dérives que nous connaissons tous.


Nous découvrons alors la rapide montée en puissance de « L’Église de la Fraternité de la Voix » et comprenons très vite ses intentions. Ils désirent en effet dépasser l'activisme « classique », beaucoup trop passif à leur goût, et marquer le peuple par des actions fortes. L'intrigue glisse alors vers un point de vue plus personnel du récit, celui de John Guyton, en opposition avec les premiers mots du livres, si impersonnels, et pourtant nécessaires.


Hickman appuie son propos par de nombreux tableaux et graphiques nous livrant des informations brutes sur le sujet traité sur de nombreuses pages. Mais c'est avec l'expérience vécue par Guyton que nous commençons à cerner non plus les raisons de l'acte mais bien sa source. Une source qui n'est ni vénale ni sanguine, encore moins superficielle, mais terriblement ancrée à l'intérieur de l'homme, se développant lentement depuis très longtemps, mûrement réfléchie, sans hésitation. Cela entre évidement directement en opposition avec les données des tableaux, présentes sur de nombreuses pages, qui, elles, le sont, artificielles et impersonnelles, démontrant par la même que toutes les statistiques du monde ne parviendront jamais à expliquer l'acte d'un homme, avec son vécu, ses raisons personnelles et ses convictions profondes.


Abordons ces fameux tableaux qui jalonnent la lecture, la rendant, selon les lecteurs, soit davantage intéressante, soit complètement lestée, chaque page devenant plus difficile à parcourir. Car même si Hickman aborde ce sujet de société sous l'angle d'une fiction à faire froid dans le dos, rendant ainsi son message davantage puissant et percutant, il livre également au lecteur la preuve qu'il s'est extrêmement bien renseigné sur le thème, il choisit de justifier son œuvre à travers de très nombreuses références semblant exactes qui démontrent la pertinence de son travail.


Tous ces tableaux et ces voix off, ces chiffres,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   06 septembre 2014
Il s'agit de la ville de New York. Capitale mondiale de l'information. Il s'agit du lieu où se concentrent les sièges des départements d'information des chaînes NBC, CBS, ABC et Fox News ; on y trouve également le quartier général de Time Warner, maison-mère de la chaîne d'information CNN. Il s'agit du centre névralgique de l'information au XXIè siècle. Il s'agit d'imprimer un mouvement. Il s'agit de communication. Il s'agit de propagande. Avant tout...il s'agit de contrôler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   17 septembre 2014
- Tiens, mec - et garde la tête haute.
-... C-combien? 55 cents? Sans déconner?
- Ben, t'as qu'à bosser...
- Je bossais, avant.J'aimais mon boulot... J'aimais ma vie... C'est accablant...
- C'est accablant de voir que notre Société permet qu'un homme tel que vous se retrouve à la rue dénué de tout.
Commenter  J’apprécie          30
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   31 octobre 2014
- "Quand on ne peut pas contrôler la pensée du peuple, il faut recourir à la propagande"
- Laissez-moi deviner...Hitler?
- Chomsky.
- Eh bien, pardonnez ma franchise, mais Chomsky est un putain d'attardé.
Commenter  J’apprécie          40
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   06 septembre 2014
Il existe une catégorie moribonde d'êtres humains qui pense avoir changé le monde. Ils pensent qu'ils ont été des révolutionnaires. mais ils ont fini par devenir des laquais des corporations. Des idéologues politiques. Des parents divorcés.
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
autres livres classés : mensongesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr