AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782353481385
210 pages
Éditeur : Le Lézard Noir (08/11/2018)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 65 notes)
Résumé :
L’histoire commence en 1529, à la naissance du troisième enfant de Nagao Tamekage, seigneur du château de Kasugayama. Son fils aîné n’ayant pas l’étoffe d’un guerrier, Tamekage veut faire de ce dernier- né son héritier, mais à son grand désespoir, c’est une fille qui naît. Il décide alors de l’élever comme un garçon et le nomme « Torachiyo ». Véritable garçon manqué... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  24 décembre 2018
Dans les années 1970 c'est en plein women's lib que Riyoko Ikeda révolutionnait l'univers des shojo avec une série consacrée à la Révolution… Aujourd'hui c'est grâce aux nouvelles éditions du Lézard Noir que je découvre en la personne d'Akiko Higashinura l'une de ses héritières qui avec "Le Tigre des neiges" transpose à l'ère du Sengoku Jidai tous les thèmes de la série culte "Lady Oscar"… Et après tout pourquoi pas ? Avant d'être une époque de guerre civile, ce fut une époque de révolution où le Japon d'en bas a tout fait pour remettre l'injustice sociale instaurée et perpétrée par le Japon d'en haut (refrain trop bien connu) avant que Tokugawa Ieyasu ne fige le pays pour 250 ans d'immobilisme aristocratique avec sa restauration conservatrice (connard va). L'idée de base de cette série, qui est loin d'être farfelue, c'est que Uesugi Kenshin l'un des héros légendaire de cette époque aurait été une femme et que la contre-révolution conservatrice ait réécrit son histoire pour en faire un homme correspondant à tous les codes machistes et virilistes du bushido. le doute est plus que permis car chacun le sait, l'Histoire est écrite par les vainqueurs… Toute commence avec le dirigeant contesté de la province d'Echido souhaitant un guerrier pour lui succéder, mais comme son fils aîné qui aurait préféré naître fille consacre son temps à la musique et à la poésie il reporte tous ses espoirs sur son troisième enfant… Damned celui-ci est une fille ! Mais qu'importe il l'élèvera en garçon pour en faire un nouveau dieu de la guerre !!
Ce tome 1 est un tome d'introduction certes, mais c'est d'abord et surtout un récit d'apprentissage qui entre histoire, politique et liens familiaux s'interroge sur les sexes, les genres et la manière dont on plaque des idées préconçues à leur sujet sur l'ensemble des activités humaines. La mangaka traite ces thématiques de manière pudique mais avec autant de réflexion que d'émotion : si c'est emprunt de bons sentiments, elle aborde son sujet de manière très pédagogique en n'hésitant pas à s'adresser moult fois directement aux lecteurs et aux lectrices (parfois avec beaucoup d'humour, dans une parodie de carnet de bord voire de journal intime 2.0). Graphiquement j'ai été plus sensible aux décors qu'aux personnages, sans doute en raison de partis pris girly (les bishojo, les bishonen et tutti quanti), mais les planches sont fort agréable à regarder car elles respirent la bonne humeur et la bonne volonté… Bref, l'Histoire est en marche, et la confrontation entre le garçon manqué du Clan Uesugi et l'androgyne efféminé du Clan Takeda est inévitable (avant l'arrivée d'Oda Nobunaga le conquérant bisexuel qui préférait les hommes aux femmes) ! To Be Continued !!!
PS : un remake de "Lady Oscar" reprenant les thématiques LGBT, ça serait vachement intéressant !
Lien : http://www.portesdumultivers..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
malecturotheque
  04 février 2021
J'ai tout d'abord découvert Akiko Higashimura avec son manga Princess Jellyfish dont j'ai lu les premiers tomes il y a près de dix ans désormais (il faudrait que je me replonge dans cette série, d'ailleurs). Puis, cette année, j'ai vu son nom et d'autres de ses titres fleurir partout sur la toile, notamment sur le blog de l'Apprenti Otaku, grâce à qui j'ai été tentée et j'ai lu le premier tome de Trait pour trait qui m'a beaucoup plu. M'est alors revenu en tête le Tigre des neiges que j'avais repéré il y a quelques temps et qui me tentait bien ; j'emprunte alors les deux premiers volumes à la bibliothèque municipale et, quelle surprise!, le format de ce manga est plus grand qu'un manga classique ! Aussi, l'édition est belle, c'est de bonne qualité. Je vous le dit car, ça et les quelques pages couleur expliquent certainement en partie le prix de 13€ pour chacun des tomes. Mais passons, ce dont je veux vraiment vous parler, c'est de l'histoire du Tigre des neiges.
J'aime beaucoup l'Histoire, tout comme j'aime beaucoup le Japon. Pourtant, ayant déjà du mal à retenir tout de notre Histoire occidentale, je connais très peu celle du Japon – je la connais dans les très grandes lignes. Avec ce manga, je rattrape un peu mes lacunes, bien que, pour être honnête, je suis loin de retenir toutes les informations que l'on trouve dans le tigre des neiges. Surtout, l'Histoire ne sert ici que de support à une théorie : celle selon laquelle le grand guerrier Uesugi Kenshin aurait en vérité été une femme. Cette thèse a beaucoup plu à la mangaka Akiko Higashimura qui s'est donc intéressée à tout cela, a fait des recherches et décidé de donner vie à cette idée en dessinant un manga avec pour héroïne Torachiyo, l'enfant qui deviendra Kenshin, surnommé·e « le tigre d'Echiro ».
J'ai à l'heure actuelle lu les deux premiers tomes et ils sont très réussis, déjà parce que les dessins sont plaisants – ça aide, indéniablement -, mais surtout parce que, bien que l'Histoire japonaise, avec ses clans, ses guerres, soit complexe, la mangaka a réussi à rendre l'ensemble assez léger et compréhensible. J'ai pourtant cru que j'allais faire une indigestion dès les premières pages, alors qu'Akiko Higashimura nous présente le contexte : les guerres, les révoltes qui grondent, les noms de guerriers, les noms de clans… Pourtant, il n'en a rien été car elle présente les choses de façon judicieuse : d'une part, les faits avec leur foisonnement d'informations, d'autre part, en bas de page, elle nous alpague, nous qui n'y connaissons rien (« la pause thé d'Akiko »). Elle nous a en effet préparé une version simplifiée et pleine d'humour des événements ! Ainsi j'ai navigué entre le résumé très riche des événements historiques et le résumé très léger de Higashimura – un vrai plaisir.
Au début du XVIe siècle, au Japon, on trouvait des femmes qui gouvernaient des châteaux – souvent parce que le seigneur et époux était en guerre ou décédé. C'est là un point important qui permet de recontextualisé : si cela leur fut impossible par la suite, ces femmes pouvaient avoir du pouvoir, être écoutées comme les autres hommes de leur rang. Ainsi, cela apporte une pierre à l'édifice : il ne serait pas improbable que le seigneur Kenshin fut une femme. L'un des éléments importants qui vient appuyer cette thèse est présentée dans le premier tome : tous les 10 du mois, ce valeureux guerrier s'enfermait dans le pavillon d'un temple à cause de douleurs au ventre (cela n'est pas sans rappeler les menstruations). Pour le reste des pistes qui étoffent cette idée, je vous laisse le découvrir au fil des chapitres du Tigre des Neiges.
Au début du manga, nous faisons la connaissance de Torachiyo, surnommée Tora et qui sera connu par la suite sous le nom de Kenshin. C'est une enfant survoltée et belliqueuse. Cela n'a pas été inventé par la mangaka ; si elle a dû bien sûr imaginer certains moments de la vie de Tora/Kenshin, elle s'est aussi beaucoup documentée et cela a été vérifié par diverses personnes. Ainsi, que Torachiyo fut une enfant turbulente est avéré. Dans le premier tome, on nous présente sa famille, son cadre de vie, son apprentissage ; on s'arrête autour de ses sept ans. Je craignais que le manga traîne en longueur sur l'enfance de cette incroyable personne mais le deuxième tome a balayé mes craintes : on passe à ses treize ans, on termine autour de ses quinze ou seize ans alors qu'elle participe à sa première bataille (ce fait également avéré). L'essentiel nous est dit, sans pour autant nous raconter l'histoire à toute berzingue : chaque chapitre prend le temps qu'il faut pour nous parler d'un personnage historique, pour nous présenter les faits, les traditions de l'époque, etc. Je me suis ainsi retrouvée plongée dans ce manga, apprenant des choses, oui, découvrant des hypothèses au sujet de Kenshin, oui, mais surtout vivant tout cela aux côtés de celle qui deviendra le puissant seigneur de guerre surnommé le Tigre d'Echiro.
Bien sûr, le fait qu'il se soit peut-être s'agit en vérité d'une femme a beaucoup joué dans mon intérêt pour ce manga. Comme d'autres, j'aime trouver des modèles féminins forts, inspirants ; les éléments qui appuient cette thèse sont nombreux et, s'il y en a un qui me laisse sceptique (la compassion et l'empathie envers le peuple, considérées comme des qualités « féminines »), je dois bien admettre que l'ensemble est troublant et je comprends qu'Akiko Higashimura se soit passionnée pour Uesugi Kenshin. Pour le coup, si cette thèse venait à être vérifiée, j'aurais là un excellent modèle de femme stratège, combattante et courageuse.
En bref, nous avons une théorie intéressante, tout du moins intrigante, un manga qui s'appuie sur des faits réels, et une histoire à la fois dynamique et dense. Quant aux divers protagonistes qui parsèment le récit, aucun d'entre eux ne dénote parmi les autres, l'ensemble est harmonieux et laisse tout de même certains d'entre eux, dont Tora, se détacher du lot. J'aime d'ailleurs beaucoup suivre l'évolution de Torachiyo, de son enfance turbulente à une adolescence plus réfléchie (la stratégie semble l'avoir passionnée), sans compter les rencontres qui influencent sa vie. Il est vrai qu'il y a beaucoup de protagonistes mais, comme ils nous sont bien présentés et que les traits qui leurs sont donnés sont différents les uns des autres, je n'ai eu aucune difficulté à me rappeler qui est qui. Cela dit, je ne vais pas vous mentir, je n'arrive pas à retenir tous les noms (c'est bien pour ça que je n'en cite pas dans ma chronique) ; je reconnais toutefois les figures et la fonction (ami·e, moine, membre de la famille…) qui leur est associée. Vous n'avez donc aucune crainte à avoir de ce côté-là.
Je pense qu'il est inutile que je m'attarde plus sur le Tigre des neiges car, vous l'aurez compris, ces deux premiers tomes ont été très plaisants à lire ; j'ai été séduite par la thèse selon laquelle Kenshin aurait été une femme, je me suis prise à l'histoire (et l'Histoire!) et je compte bien poursuivre la série.
Lien : https://malecturotheque.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Kmye
  13 novembre 2018
Une entrée en matière réussie sur tous les plans ! Pour vous donner une idée, ce titre se situerait entre le chef de Nobunaga pour le contexte historique et l'aspect stratégique/politique, et Reine d'Égypte avec un personnage féminin fort qui veut s'affranchir des codes de son époque, pour la qualité de reconstitution historique ainsi que les touches d'humour bienvenues.
Le tigre des neiges reprend la théorie répandue (et pas si farfelue) selon laquelle Kenshin Uesugi, célèbre guerrier de l'ère Sengoku (connue chez nous grâce à Nobunaga), aurait non pas été un guerrier mais une guerrière ! La mangaka utilise un socle historique solide et se veut au plus près de la vérité, en réussissant à nous divertir et à garder notre attention. Car parfois, trop d'Histoire peut être rasoir... ici, chaque section explicative peut être "sautée" grâce à un encart où la mangaka elle-même simplifie ses explications pour les plus feignants. le tout amène un peu d'humour pour contrebalancer le lot d'informations.
L'intrigue de ce premier tome est simple : alors que son premier fils préfère les fleurs aux armes, le seigneur Nagao voit en son prochain enfant son véritable héritier ; de plus, sa femme aurait rêvé du dieu guerrier Bishamonten avant de tomber enceinte. L'enfant en sera la réincarnation. Sauf que l'enfant est une fille. Fou de rage, Nagao décide toutefois de baptiser sa fille avec un prénom masculin et d'en faire son successeur. En partant de ce principe simple, la mangaka équilibre le récit entre un entraînement militaire et politique et une représentation de la haute société. le Lézard noir a de nouveau frappé fort avec cette nouveauté très prometteuse !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Under_the_Moon
  20 janvier 2020
Le tigre des neiges, basé sur des faits réels, raconte l'enfance d'une jeune fille, fille d'un seigneur de guerre, déterminée à prendre la succession de son père, l'interdiction pour les femmes d'occuper un poste militaire n'existant pas à l'époque (XVIème siècle).
On se trouve donc face à un manga à teneur fortement historique où la question du genre est déterminante dans le récit. Mais résumer cet épisode à cet aspect serait toutefois réducteur. La reconstitution du Japon médiéval, tant dans le graphisme que dans le récit est très précise et instructive sur les habitudes des seigneurs, leur éducation et les liens que pouvaient entretenir les différentes classes sociales.
A voir comment la série va évoluer pour avoir un jugement plus sûr.
Commenter  J’apprécie          150
Tachan
  20 novembre 2018
Je ne m'en cache pas, je suis une grande fan d'Histoire, j'ai même fait des études dans ce domaine. du coup, quand un manga dit historique sort, je ne peux m'empêcher d'y jeter un coup d'oeil. Ici, le fait que ce soit en plus un titre porté par une femme dont j'ai aimé l'oeuvre précédente publiée en français : Princess Jelyfish, a achevé de me convaincre et j'ai acheté ce titre les yeux fermés.
Mais de quoi peut bien parler ce titre ? La couverture nous oriente d'emblée vers une histoire de seigneurs de guerre, on le voit, mais pas n'importe que seigneur de guerre, le célèbre Kenshin Uesugi qui est un personnage de la série Sengoku Basara. Ici, l'autrice décide de nous faire suivre la vie de ce célèbre guerrier mais pas avec une biographie classique, non, elle s'inspire pour cela d'une théorie faisant de lui une femme !
Forcément, à ce moment-là, j'ai de suite pensé au Pavillon des hommes de Fumi Yoshinaga pour lequel j'ai une grande affection et effectivement j'y ai ici retrouvé bien des similitudes. Nous suivons la vie, ou plutôt dans ce tome l'enfance, d'une femme qui est élevée comme un homme dans le Japon d'autrefois. On découvre les relations complexes entre les différents seigneurs de guerre, les conflits qui les opposent : les causes mais aussi la mise en oeuvre. On nous parle aussi de vie quotidienne. On découvre comment on vivait, comment était les maisons, quelles relations entretenaient seigneurs et vassaux, ce qu'on attendait des héritiers hommes et femmes, etc. C'est vraiment passionnant.
Il faut dire que le titre est grandement aidé par la narration pêchue de la mangaka qui joue avec nous. Elle nous présente avec une grande pédagogie les méandres et les subtilités de l'Histoire d'alors, pour cela elle y met beaucoup d'humour dédoublant son discours en une partie sérieuse en haut de page et une partie plus drôle loufoque, qui lui correspond bien, en bas. Ainsi on dévie souvent de cette histoire qui se veut sérieuse grâce à l'humour de son autrice. Elle parvient ainsi à rendre son récit tantôt sérieux, tantôt drôle et léger, et on tourne les pages sans s'en rendre compte.
Pourtant l'histoire est complexe. L'idée de faire une biographie historique n'a rien de facile. Suivre le parcours d'un futur seigneur de coeur depuis sa plus jeune enfance pourrait rebuter, surtout que peu d'années passent ici. On découvre Kenshin/Tora bébé, puis on passe de suite à ses 7 ans. Mais c'est vraiment fait de telle sorte qu'on ne s'ennuie pas.
Tora est un personnage haut en couleur, tout comme les membres de sa famille tel qu'ils sont dépeint par Akiko Higashimura. Tora est un vrai garçon manqué très énergique, sûr d'iel et têtu(e) voire capricieux(se). Son père est un vieux seigneur, qui voit en sa fille son seul salut après un fils aîné qui aime plus les arts que la guerre et une fille aînée frêle. Sa femme est une femme pieuse qui aime beaucoup ses enfants. Ils sont entourés de serviteurs tout aussi drôles et aux petits soins pour eux. L'ensemble dont l'image d'une famille assez unie et chaleureuse au final malgré les contraintes de l'époque et de leur statut.
Ainsi, j'ai beaucoup aimé le premier tome de cette nouvelle série historique. J'ai été séduite par l'idée de redécouvrir l'histoire de ce personnage sous le prisme de cette théorie selon laquelle c'est une femme. J'ai aimé les informations historiques qui parsème le titre. J'ai trouvé les personnages très attachants. J'ai aimé le mélange de tons drôle et sérieux de l'autrice. Et j'ai trouvé fort intéressant de suivre le parcours de Tora bébé, puis enfant un peu sauvage et enfin enfant à discipliner qui va aller apprendre auprès de moines. C'est un vrai voyage initiatique qui nous est proposé ici par Akiko Higashimura dont les dessins ronds et expressifs mais surtout incisifs me plaisent énormément. Je salue les éditions du Lézard Noir d'avoir osé sortir ce titre dans une édition de qualité !
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
LeMonde   20 décembre 2018
Encore une fois, la dessinatrice prend un contre-pied avec Le Tigre des neiges, où elle s’essaie au récit martial et historique. Elle y file une théorie selon laquelle Kenshin Uesugi, puissant et célèbre seigneur de guerre japonais du XVIe siècle, était en réalité une femme. En résulte un récit documenté et argumenté, moderne et féministe, qui fait la part belle aux scènes du quotidien et à des incursions humoristiques, ce en quoi la mangaka excelle.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   12 décembre 2018
- Tu penses que le bébé sera un garçon ou une fille ? Tout le monde au château est persuadé que se sera un garçon... Mais toi, qu'en penses-tu ?
- Euh moi, je voudrais une petite soeur !!
- Houla houla ! Si tu dis cela, père va de gronder.
- Si j'ai une petite soeur, je planterai plein de fleurs au château ! Je cultiverai un champ de fleurs avec ma petite soeur !
- Un champs de fleurs... Je vois, après tout pourquoi pas ? Si c'est une fille, elle s'occupera des fleurs avec toi. Elle apprendra à jouer du koto. Cela vaut mieux pour elle... Si c'est un garçon, il passera sa vie à faire la guerre, le pauvre... Ah là là... Moi aussi, j'aurais voulu être une fille. C'est fatiguant d'être un homme...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
NievaNieva   28 octobre 2019
— Toi, comme tu es une fille, dans quelques années tu iras te marier quelque part...
— Co... comment ça...? Moi, je... je...
— Bah, j'espère qu'il y aura un seigneur qui voudra bien d'un garçon manqué comme toi... Sinon, tu peux te faire bonzesse dans ce temple.
— Non !! Pas question que je me fasse bonzesse !!
— Fwoh... Tu ne veux pas te marier, ni te faire bonzesse... eh bien, c'est embêtant... Dans ce cas, Tora, que veux-tu devenir ?
— Je te l'ai déjà dit ! Je veux devenir guerrier, comme mon père !
— Tora, la guerre n'est pas un jeu. Les gens turbulents ne font pas forcément de grands guerriers. La vie et la mort du peuple d'Echigo reposent sur la conduite de la guerre. Victoire ou défaite, toute la responsabilité incombe au général. Étudie, Tora. Étudie. Apprends à te discipliner. Entraîne-toi physiquement. Deviens assez forte pour ne jamais tomber malade. Bats-toi pour notre province d'Echigo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NievaNieva   28 octobre 2019
Uesugi Kenshin est un héros de guerre qui a traversé l'époque Sengoku — période où les luttes de pouvoir faisaient rage — en agissant toujours avec droiture.

Surnommé « Tigre d'Echigo » ou encore « Dragon d'Echigo », le valeureux guerrier Kenshin était persuadé d'être la réincarnation de Bishamonten, le dieu de la guerre. Redoutable combattant, réputé pour être le plus puissant seigneur de guerre de l'époque Sengoku, il a livré bataille en arborant un étendard sur lequel était inscrit le premier idéogramme qui compose le nom de Bishamonten.

Il y a de nombreuses anecdotes et légendes à son sujet, mais parmi elles, il existe une théorie selon laquelle en réalité, Kenshin était une femme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ColibrilleColibrille   03 juillet 2020
- Certes, il y a des choses que seuls des hommes peuvent faire... Dans ce cas, les femmes n'ont qu'à faire les choses dont elles seules sont capables. Tu peux rester une femme. Tu n'as qu'à devenir forte en tant que femme. Devenir intelligente. Et un jour, tu protégeras notre province d'Echigo d'une manière dont toi seule est capable...
Commenter  J’apprécie          10
Erik_Erik_   27 septembre 2020
Le tigre aussi a besoin de sommeil.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Akiko Higashimura (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Akiko Higashimura
Les dernières nouveautés d'août sont disponibles en librairie ! Et c'est une grosse journée, avec les retours de deux grandes autrices de manga : Akiko Higashimura et Reiko Momochi ! Ne manquez pas non plus la fin de "Kanon au bout du monde"… On vous parle de tout ça en vidéo !
Montage par M.L.J.
Découvrir le trailer vidéo de "Tokyo Tarareba Girls" : https://youtu.be/9OEUbnMxrJI
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter : https://twitter.com/AKATAmanga Instagram : https://www.instagram.com/akatamanga/ Facebook : https://www.facebook.com/akata.fr/
Notre site web : http://www.akata.fr/
+ Lire la suite
autres livres classés : femmesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Auteurs proches de Akiko Higashimura
Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
968 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre

.. ..