AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Sophie Rèfle (Traducteur)
EAN : 9782330157128
384 pages
Babel Actes Sud (06/10/2021)
4.09/5   490 notes
Résumé :
En 2012, après avoir commis un méfait, trois jeunes hommes se réfugient dans une vieille boutique abandonnée dans l’intention d’y rester jusqu’au lendemain. Mais tard dans la nuit, l’un d’eux découvre une lettre, écrite 32 ans plus tôt et adressée à l’ancien propriétaire. La boîte aux lettres semble étrangement connectée aux années 1980. Les trois garçons décident d’écrire une réponse à cette mystérieuse demande de conseil. Bientôt, d’autres lettres arrivent du pass... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (122) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 490 notes
5
48 avis
4
49 avis
3
17 avis
2
2 avis
1
0 avis

Kirzy
  03 mars 2021
Ce roman, je l'ai reçu comme un cadeau. Une parenthèse enchantée, un rai de lumière au milieu de lectures plutôt sombres voire très sombres. Je suis indubitablement attirée par les romans perturbants, secouants et dérangeants. Et là, ce feel good à la japonaise, c'est-à-dire subtil et poétique, m'a cueillie avec bonheur.
Ce roman poupées russes repose sur un scénario incroyablement créatif empreint d'un réalisme magique, de touches fantastiques ancrées dans la vraie vie. Comme dans un conte, trois petits malfrats pas très doués décident de passer la nuit dans une maison abandonnée, l'ancien bazar Namiya du titre. Et là, des lettres venus du passé sont déposés dans la boîte au lait de la boutique/ Elles demandent toutes des conseils au vieux Monsieur Namiya qui avait coutume d'y répondre. S'en suit une correspondance magique où les années 2010 communiquent avec les années 1980, interagissant de façon imprévue.
Sur ce thème éculé des voyages dans le temps, les histoires de ceux qui écrivent ces lettres commencent à s'entremêler. Ce qui ressemble au départ à des nouvelles devient progressivement un merveilleux roman où tous les acteurs sont connectés, où tous les détails s'emboitent selon une intrigue méticuleusement construite, presque sans effort tellement l'avancée est fluide et cohérente.
Peut-être que la plume peut sembler un peu plate, notamment dans les dialogues. Avec le recul, je la trouve humble dans sa simplicité non démonstrative, comme si elle voulait mettre en avant l'humanité qui se dégage de ce récit. Chaque lettre, chaque situation, chaque demande de conseil sont autant de tranches de vie nippone, évoquant la famille, la pression sociale, la vie amoureuse ou professionnelle sous forme de dilemme : faut-il poursuivre son entrainement olympique ou accompagner l'amour de sa vie qui est en toute fin de vie ? Faut-il abandonner ses rêves de musicien pour reprendre la poissonnerie de son père malade ? Faut-il poursuivre une grossesse lorsqu'on sera une mère célibataire ?
L'émotion affleure très souvent, notamment dans la troisième partie sur le vieux Monsieur Namiya qui sent qu'il va mourir et demande à son fils une requête très particulière qui montre à quel point s'ouvrir aux autres, avoir de la compassion et de l'empathie pour des inconnus peut avoir un impact bienveillant. Ce roman fait du bien !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1387
Antyryia
  27 janvier 2020

Les miracles du bazar Namiya est probablement l'un des romans les plus envoûtants qu'il m'ait été donné de lire.
Dramatique, féérique, intrigant, nostalgique, il a de bout en bout cet aspect merveilleux qui n'est pas uniquement du à la touche de fantastique qui vient saupoudrer ses histoires de mystères.
"Un tel conte de fées était-il possible ?"

Ses histoires en effet parce que s'il s'agit bien d'un roman, ce dernier est composé de cinq parties très différentes narrant chacune un dilemme particulier adressé au bazar Namiya.
Yoji Namiya, le gérant âgé de la boutique, a en effet commencé à répondre le plus sérieusement possible à des questions orales pourtant mesquines jusqu'au jour où il recevra des demandes de conseils bien plus sérieuses.
Etant donné la réflexion demandée et la délicatesse de certains sujets abordés, il choisira d'y répondre en échangeant des lettres tout en permettant à son interlocuteur de garder l'anonymat.
La première d'entre elles émanera du jeune Waku Kosuke dont les parents s'apprêtent à prendre la fuite en 1970 pour échapper aux agents du recouvrement. Ce fan des Beatles qui signera ses lettres Paul Lennon ne sait pas du tout quoi faire, piégé par les mauvais choix financiers de son père qui ne pense qu'à sauver sa peau. Doit-il suivre aveuglément ses parents ? Les fuir ? Les dénoncer ?
Une autre demande émanera d'une femme se faisant appeler Green River. Celle-ci est enceinte d'un homme marié et père de famille et si l'avortement parait la solution la plus évidente, c'est aussi sa dernière chance d'avoir un enfant.
Yoji Namiya fera toujours de son mieux pour répondre le plus sincèrement possible aux questions délicates qui lui sont posées. C'est même devenu un sacerdoce. Des correspondances s'établissent, Namiya ayant parfois besoin d'en savoir davantage pour aiguiller au mieux ces clients d'un autre genre.
"A force de recevoir des demandes de conseils, j'ai compris une chose. Les gens qui m'en envoient ont souvent déjà décidé ce qu'ils allaient faire. Ils me demandent conseil pour s'assurer qu'ils ont pris la bonne décision."
Le bazar finira cependant par fermer ses portes, le vieil homme commençant à douter de la justesse de ses conseils, écrasé par le poids de la responsabilité.
Et si ses réflexions avaient causé du tort ? Et si involontairement il avait fait davantage de mal que de bien autour de lui ?
Il aura l'occasion de vérifier si ses doutes étaient ou non légitimes.

Ce n'est cependant pas la fin du bazar.
Bâtiment désormais vétuste et abandonné, trois jeunes cambrioleurs y trouveront refuge la nuit suivant leur larcin dans la nuit du 13 au 14 septembre 2012.
Ils recevront une première lettre manuscrite par la fente du rideau métallique. Une jeune athlète, le lapin de la lune, hésite entre s'entraîner pour les jeux olympiques qui auront lieu l'année suivante ou demeurer auprès de son petit ami atteint d'un cancer incurable.
La même nuit ils recevront deux autres demandes de conseil : Un apprenti musicien parti à Tokyo qui ne parvient pas à percer dans la profession et qui hésite de ce fait à reprendre la poissonnerie de son père. Et enfin une femme qui veut se réaliser financièrement mais à qui on ne donne aucune chance dans un emploi de bureau et qui a choisi de devenir entraîneuse dans le monde de la nuit mais ne sait comment l'annoncer à ses proches.
Les trois voyous, se sentant enfin utiles, rédigent des réponses souvent très franches et directes avant de nuancer quelque peu leurs propos pour savoir à qui ils ont affaire.
"Croire que des nuls comme nous peuvent donner des conseils est idiot."
Bien vite, ils se rendront compte que ces demandes émanent toutes du passé.
Que ces courriers ont fait un bon miraculeur de trente ans dans l'avenir, à leur époque.
Et qu'ils sont en possession d'éléments précieux leur permettant de rédiger des réponses certaines davantage que de simples avis.
Mais sont-ils en droit d'essayer de sauver une vie condamnée dans leur réalité ?
Peuvent-ils évoquer le boycott des jeux olympiques de Moscou en 1980 par le Japon ? Parler de l'évolution économique de leur pays sans risquer de nuire à l'histoire ou de créer un paradoxe temporel ?
Quels conseils prodiguer à des personnes du passé sur des évènements qui se sont d'ores et déjà produits ?

Avec le bazar Namiya, c'est le temps qui est le véritable personnage principal de ce poignant roman fantastique.
Le roman ne suit aucune chronologie ( ce serait de toute façon impossible avec la présence de cette fenêtre temporelle ) mais les évènements qui se déroulent sur près de quarante ans sont souvent associés à L Histoire avec un grand H afin de permettre au lecteur situer l'époque des évènements : Exposition universelle d'Osaka, séparation des Beatles, boycott des jeux olympiques, Séisme, assassinat de John Lennon, essor et effondrement de l'économie japonaise, avènement d'Internet etc ...
Quant aux bonds dans le futur ou dans le passé des lettres, il apporte davantage une touche de merveilleux que de science-fiction à proprement parler.
La boucle temporelle dont il est question dans la cinquième et dernière partie est d'une rare finesse, rappelant les paradoxes des voyages temporels.
Quant au bazar, il va justement connaître une nuit lors de laquelle les minutes ne s'écouleront pas.
"Tant que la porte arrière est fermée, le temps ne passe pas."
"J'ai l'impression qu'il y a un écart temporel entre l'intérieur et l'extérieur de la maison."

Mais ce qui donne tout son charme au roman, c'est probablement son kaléidoscope de personnages qui se croisent aux moments les plus inattendus.
Les cinq histoires forment bel et bien un tout, une fresque qui ne se dévoile que progressivement et prenant tout son sens au fur et à mesure.
Comme si chaque protagoniste, principal ou secondaire, passé ou présent, n'était que le fragment d'une gigantesque mosaïque.
Les miracles du bazar Namiya est un livre résolument bienveillant. Sans dégouliner de bons sentiments ni être exempté de tragédies, il demeure optimiste et redonne un peu foi en l'humanité.
La famille, l'ambition, l'amour, l'honneur ou le sacrifice sont autant de thèmes abordés dans ce roman d'autant plus dépaysant que la culture japonaise demeure très différente des préoccupations occidentales.
Au Japon ils ont le bazar Namiya, en France on a Nabilla Benattia.
Qui pourra certainement vous conseiller en matière de médiatisation et de cosmétiques.
Mais pour les dilemmes les plus cruels, mieux vaut trouver un autre interlocuteur pour vous conforter - ou pas - dans votre choix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5112
kateginger63
  11 septembre 2020
COUP DE COEUR
*
Bizarre, vous avez dit bizarre? Comme c'est bizarre....
*
Je ne voulais d'abord pas vous en parler. Faut-il vous convaincre de le lire? Au départ je me suis dit que l'ambiance étrange ne fonctionnerait pas avec tout le monde. Vous voyez? Je mets les gens dans des cases. Mais ensuite, moi-même pas toujours partante pour sortir de ma zone de confort, je me suis dit "tout de même, il faudrait au moins essayer d'en parler". Et voilà, je viens vers vous pour vous proposer cette petite parenthèse enchanteresse. Vous me voyez venir avec mes gros sabots, hein! Oh du feelgood, des bons sentiments. Eh ben non, raté!
Ce que je veux vous expliquer, c'est qu'une fois pris dans le récit, vous ne le lâcherez plus. Je vous le promets!
Moi-même j'en ai fait l'expérience. Lu d'une traite! Fini à 2h30 du matin!
*
Je ne vous résumerais rien. La découverte fait partie du plaisir de lecteur.
Juste que si vous aimez les voyages dans le temps, les années 80, le Japon et sa singularité, les échanges épistolaires et l'optimisme, alors laissez-vous aller.
*
Envoûtant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          637
iris29
  27 juin 2021
En 2012, trois "apprentis" délinquants trouvent refuge pour la nuit dans une boutique abandonnée, le bazar Namiya, espérant ainsi ne pas être repérés par la police. Mais ce qui se passera cette nuit-là sera extraordinaire... Une lettre tombe par la fente de la porte d'entrée, une demande de conseils adressée à l'ancien propriétaire Mr Namiya, décédé . Il était célèbre dans le quartier pour donner des conseils gratuits et anonymes.
Il y a un hic, elle est datée de 1980. Il décident d'y répondre, cela trompe leur ennui. Et la réponse arrive. Elle arrive du passé, elle a trente-deux ans...
[ "Tant que la porte arrière est fermée , le temps ne passe pas ".]
Passé et présent vont se répondre, et les trois adolescents vont donner des conseils forcément visionnaires , ils ont pour eux trente-deux ans d'histoire du Japon..
[ "Croire que des nuls comme nous peuvent donner des conseils est idiot."]. Leurs interventions seront cash, et directes.
J'ai eu un "contact" en deux temps avec ce roman...
A la lecture du deuxième chapitre, j'ai eu l'impression que ce roman était en fait, des nouvelles très distinctes les unes des autres, et bien, non. C'est bien un roman et chaque chapitre , même s'il a l'air étranger aux autres, lui est en fait, rattaché.
Donc, je dirai que c'est un livre qui se mérite, je n'étais pas convaincue au départ et j'ai bien failli l'abandonner. Et puis le petite musique a pris, et je ne l'ai plus lâché.
Le style st assez plat, on ne peut pas parler de poésie.
Mais il y a une forme de lenteur, de temps suspendu (qu'on retrouve dans beaucoup d' oeuvres japonaises) , Une certaine nostalgie aussi.. l'auteur revisitant des faits historiques de son pays et leur impact sur la petite vie des gens ordinaires, des héros malgré eux.
C'est une très bonne idée que cette boutique qui devient une faille temporelle où mystérieusement , les années1980 et 2012 se rejoignent le temps d'un moment de grâce.
Keiko Higashino , d'habitude, écrit des romans policiers. On aurait pu s'attendre à ce que ce roman soit davantage empreint de suspens. Un romancier anglo-saxon aurait rendu cette idée plus "efficace", mais aussi plus "aseptisée", moins originale.
C'est ce qui ressort de ces pages , l'originalité, la singularité, et la lenteur... comme si le temps était suspendu...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          554
sylviedoc
  29 août 2021
J'avais été enthousiasmée par les critiques concernant ce roman, il y a plus d'un an, et je l'avais dans la foulée emprunté à la médiathèque juste avant que celle-ci ne ferme à nouveau pour de longs mois. Mais j'en avais pris une bonne cinquantaine d'autres en même temps ! Et ce qui devait arriver arriva, un des cabas rempli de bouquins fut oublié dans un coin, jusqu'à ce qu'un rappel m'enjoignant de rapporter mes prêts très en retard me parvint, déclenchant un signal d'alarme dans mon cerveau. Heureusement, le livre en question n'était pas tombé dans une faille spatio-temporelle de 32 ans, et mon billet ne transitera par la boîte à questions du bazar Namiya.
Je ne lis que très peu de littérature japonaise, et j'ai été un peu déconcertée au premier abord. Cette écriture assez simple, ces récits en apparence sans lien les uns avec les autres m'ont d'abord fait croire que j'étais en train de lire un recueil de nouvelles pour ados. Finalement je me suis prise au jeu et j'ai découvert avec un intérêt grandissant ces échanges avec de jeunes gens en quête de réponses concernant leur avenir et leurs choix. L'originalité réside dans le fait que ces lettres sollicitant des conseils ont été écrites dans les années 70, adressées au propriétaire du Bazar Namiya, et sont finalement parvenues en 2012 à trois jeunes voyous réfugiés dans ce même bazar après un casse un peu foireux. Et comme ils sont coincés dans cet endroit visiblement abandonné pour un petit moment, ils décident de mettre à profit ce temps pour répondre aux demandes variées qui leur parviennent à travers cette boîte aux lettres hors du temps. Ils sont vite confrontés à un dilemme : comment ne pas bouleverser la marche du monde en donnant des réponses trop précises se référant à des événements survenus après l'envoi de la lettre, dont les auteurs ne peuvent avoir connaissance ? Par exemple, pour rendre les choses plus claires, une jeune athlète se demande si elle doit se consacrer à sa préparation aux Jeux Olympiques de Moscou en 1980 ou plutôt rester auprès de son amoureux condamné à court terme par une grave maladie. Or, les trois garçons savent que le Japon va boycotter les jeux de Moscou à cause de la Guerre froide, mais ils ne peuvent en faire état... Leurs réponses vont devoir jongler subtilement entre conseil avisé de celui qui sait ce qui se produira, et libre-arbitre de celui qui recevra la réponse sans connaître l'avenir...pas évident !
Petit à petit, au fil des lettres reçues, on comprend qu'il y a un fil conducteur et que les différentes demandes sont liées, y compris dans le présent. Tout l'art de l'auteur consiste à créer ce lien très progressivement, par petites touches. Il y a bien sûr un grain de surnaturel dans ce temps suspendu entre la boîte à questions devant le bazar, et la boîte à réponses située à l'arrière. 32 ans entre les deux, et ces apprentis cambrioleurs qui se retrouvent à jouer les conseillers, et vont peu à peu affiner leurs réponses, très abruptes au départ. C'est assez bien amené, j'avoue, la construction est habile et la fin cohérente. Je n'ai pas été entièrement séduite, mais je pense que c'est essentiellement du à ma méconnaissance de la littérature japonaise, et il faut bien dire que l'écriture ne m'a pas emballée. Mais je ne regrette pas du tout ce petit détour au bazar Namiya, même si j'ai mis beaucoup de temps à m'y rendre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4116


critiques presse (1)
Elbakin.net   13 février 2020
Sous ses allures de roman à la croisée des genres, nous avons finalement plutôt affaire à une très jolie fable, parfois ouvertement sociétale, dans un Japon qui baigne dans l’inconnu, mais pas celui de ses légendes traditionnelles,
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
ZazaboumZazaboum   09 juin 2020
Il passa dans l’espace entre le petit entrepôt et la maison et vit que la porte arrière était entrouverte. Puis il y entra en plissant les yeux pour voir ce qui se passait à l’intérieur.
- Atsuya ! s’exclama Kōhei d’un ton gai en le voyant. Tu es revenu. Comme ça fait plus d’une heure que tu es parti, je ne croyais plus à ton retour.
-  Une heure ?
Surpris, Atsuya consulta sa montre
- Non, seulement un quart d’heure. Et puis je ne suis pas revenu. Je voulais juste vous apporter ça, continua-t-il en posant le sac de la supérette sur la table. Je ne sais pas combien de temps vous comptez encore rester ici.
Kōhei prit une des boulettes de riz et poussa un cri de joie.
- Le matin n’arrivera jamais si vous restez ici, lança Atsuya à Shōta.
- En fait, on a eu une bonne idée.
- Une bonne idée ?
- La porte arrière était ouverte, non ?
- Oui.
- Quand elle est ouverte, le temps passe à l’intérieur comme à l’extérieur. On a essayé plusieurs trucs et on a trouvé ça. D’où la différence d’une heure avec toi.
- Ah, je vois… lâcha celui-ci en regardant la porte arrière. Comment cette maison rend-elle ça possible ?
- J’en sais rien, mais du coup, tu n’as plus besoin de partir, non ? Le matin arrivera même si tu restes ici.

Page 35
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
sagesse66sagesse66   16 septembre 2021
"J'ai l'impression qu'il y a un écart temporel entre l'intérieur et l'extérieur de la maison.
Le temps ne passe pas de la même façon. Et ce qui paraît long ici n'est qu'un instant dehors".
------------
"Si ma théorie est correcte, nous vivons quelque chose d'extraordinaire!
Nous correspondons par lettre avec quelqu'un du passé .... "
------------
" ... Je sens que je suis en train de vivre quelque chose d'extraordinaire. De vraiment extraordinaire qui ne se reproduira jamais. Et j'ai envie d'en faire quelque chose ... "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
sagesse66sagesse66   16 septembre 2021
Toute cette histoire n'avait ni queue ni tête.
Certes cela fournissait une explication à ce qui s'était produit, mais il ne faisait aucun doute que se laisser entrainer dans un univers aussi extraordinaire n'était pas une bonne idée.
Personne ne pourrait les secourir s'il leur arrivait quelque chose.
Non, lui et ses compagnons devaient d'abord prendre soin d'eux-mêmes. C'était une règle à laquelle il n'avait jamais dérogé.
Se préoccuper des autres sans que cela soit absolument nécessaire n'apportait rien de bon.
C'était encore plus vrai si l'autre venait du passé
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
DidiliDidili   18 septembre 2021
Je comparerais volontiers les personnes qui viennent me consulter à des gens qui ont perdu leur chemin.
Dans la majorité des cas, ils ont en réalité une carte, un plan qui leur indique le chemin, mais ils ne le consultent pas, où bien ils ne savent pas où ils se trouvent sur ce plan. Mais votre cas est différent. Votre plan est à l'échelle de feuille blanche. Et vous êtes dans une situation où vous ne savez même pas où trouver le chemin qui vous permettre de définir un but.
Pourquoi ne pas changer de point de vue ?
On peut dessiner n'importe qu'elle carte sur une feuille blanche. Tout dépend de vous.
Votre liberté est infinie, comme vos possibilités. C'est une chose merveilleuse.
Ayez confiance en vous, et je prie pour que vous viviez sans regret.
Bazar Namiya
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
iris29iris29   29 juin 2021
[ Les gens qui adressent leurs lettres au bazar Namiya] ont comme un trou dans le coeur, par lequel fuient des choses importantes pour eux. La preuve, c'est qu'ils viennent tous chercher leur réponse. Ils soulèvent tous le couvercle de la boîte à lait, parce qu'ils sont curieux de voir ce que le vieux pépé du magasin va leur dire.
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Keigo Higashino (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Keigo Higashino
Malgré l'annulation des 17èmes Rencontre de l'Imaginaire pour les raisons sanitaires que nous connaissons, la ville de Sèvres a soujaité maintenir le Prix Actusf de l'Uchronie. Grâce au concours toujours fidèle de Jean-Luc Rivera, notre agent littéraire, la participation ed la Maison d'édition Actusf et le suivi logistique et virtuel de la Médiathèque de Sèvres, les prix décernés au nombre de deux sont les suivants : 1er Prix Littéraire : - Les Miracles du Bazar de Namiya de Keigo Higashino chez Actes Sud, 384 pages ... 2ème Prix / Prix Spécial : - Jeu unchronique en ligne "Un monde meilleur" https://abw.lue/index.php ... Un grand merci à tous, Grégoire de LA RONCIERE, Maire de la ville de Sèvres.
+ Lire la suite
autres livres classés : voyage dans le tempsVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La maison où je suis mort autrefois" de Keigo Higashino.

Quel tête d'animal se trouve sur la clé accompagnant le plan d'un lieu au début du roman ?

un loup
un lion
un cheval

10 questions
27 lecteurs ont répondu
Thème : La maison où je suis mort autrefois de Keigo HigashinoCréer un quiz sur ce livre