AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Damour (Traducteur)
EAN : 9782253170372
381 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (03/06/1998)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 347 notes)
Résumé :
Une vieille dame riche, Nuala Moore, heureuse de retrouver après vingt ans de séparation la fille de son ex-mari, qu'elle adorait. Des morts suspectes dans une luxueuse maison de retraite pour milliardaires, Latham Manor, à Rhode Island. Une ancienne coutume victorienne : attacher à la main des morts un fil permettant d'actionner une clochette à l'extérieur de la tombe, au cas où ils auraient été enterrés vivants. Et Maggie, jeune et séduisante photographe new-yorka... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Crazynath
  19 février 2020
Mary Higgins Clark est décédée il y a quelques jours, aussi j'ai repris en main les livres que j'avais encore de cette auteure. Je croyais d'ailleurs ne plus en avoir beaucoup, pensant les avoir mis dans une boite à livres, mais finalement, il m'en reste plus que prévu.
Donc, avant que ces livres soient redistribués, j'ai trouvé qu'une façon de rendre hommage à cette auteure que j'ai beaucoup aimé dans ma jeunesse, c'est de les reprendre en main.
J'avoue que j'avais oublié complètement l'histoire et la trame de ce livre.
Une jeune femme (jolie, riche et intelligente, n'est-ce pas), Maggie, photographe talentueuse, retrouve tout à fait par hasard son ancienne belle-mère. Cette dernière, Nuala Moore, était tout sauf une marâtre pour la jeune femme et lui avait tenu lieu de mère pendant quelques années.
Une fois le contact rétabli, les deux femmes n'auront de cesse de se revoir… Cependant, quand Maggie débarque dans la demeure de Nuala elle va découvrir son corps… La vieille dame a été assassinée.. Crime de rodeur, de cambrioleur…. Ces réponses semblent un peu faciles et très vite Maggie va mettre son nez là où il ne faut pas…
Bon, au bout d'un moment, comme j'ai un peu d'expérience dans les trames de cette auteure, j'ai une fois de plus deviné qui était coupable….
J'ai aussi compris au cours de cette lecture pourquoi je ne m'en rappelais pas….Elle ne m'avait pas plus emballée que cela car à l'époque je n'avais pas trouvé très crédible ce lien avec les clochettes…Et finalement, cette relecture n'a fait que conforter cette opinion.
Bon, en conclusion, je dirais que ce n'est pas mon préféré de sa production…

Challenge Mauvais Genres 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
umezzu
  01 février 2020
Mary Higgins Clark est décédée le 31/01/2020. L'occasion de revenir sur ces romans policiers, mêlés d'un peu d'eau de rose, qu'elle a publié dans les années 90.
La maison du clair de lune a pour héroïne Maggie, une jeune femme (belle et vive, comme toujours chez l'auteure), qui va rencontrer des morts suspectes dans son entourage (bourgeois, comme toujours chez l'auteure) et dans une maison de retraite (là c'est un peu plus original...).
Un peu de suspense morbide (il sera question de cercueils...), pas mal de longueurs, La maison du clair de lune est l'archétype du genre de romans que la romancière américaine écrivait et qui séduisait son lectorat (et dont j'ai fait partie, je le confesse).
Commenter  J’apprécie          142
Pat0212
  23 mai 2018
Je n'avais plu lu ce genre de polars depuis des années, j'avais gardé un bon souvenir des quelques uns lus à l'époque, je me suis donc plongée dans ce roman prêté par une collègue avec plaisir.
Maggie, une charmante photographe new-yorkaise est invitée à un fête de famille par Liam, un de ses amis. Elle y retrouve Nuala, l'ex-seconde épouse de son père qui l'a élevée avec tendresse durant dix ans. Les deux femmes sont heureuses de se retrouver et Nuala invite Maggie dans sa maison de Newport pour une quinzaine de jours. Dans les jours suivants, Nuala téléphone plusieurs fois à Maggie pour lui faire part d'un grave souci dont elle lui parlera en détail lors des vacances prévues.
Maggie s'en va et oublie de communiquer ses coordonnées à Neil, un autre de ses amis, à qui elle n'accorde pas grande importance. Arrivée à destination, Maggie trouve le corps ensanglanté de Nuala au fond de la cuisine. Il s'avère qu'elle a changé son testament après avoir retrouvé Maggie et annulé sa réservation à Latham Manor, une résidence pour les personnes âgées fortunées. La police pense qu'il s'agit d'un crime de rôdeur et ne trouve aucune piste.
Plusieurs des amies de Nuala qui résidaient à Latham Manor sont décédées durant les semaines précédentes et l'hécatombe continue. Comme les appartements de la résidence sont vendus très cher, récupérés à la mort de leurs propriétaires et revendus très rapidement ensuite, Maggie comprend vite que le décès des pensionnaires est très profitable à l'établissement dirigé par un médecin alcoolique. Elle se met donc à enquêter sérieusement sur la résidence.
L'enquête sur les rites funéraires victoriens est très intéressante. Il y a un professeur étrange et obsédé par la mort qui ferait un coupable idéal mais c'est évidemment trop simple. J'ai trouvé que le suspense est très bien préservé jusqu'à la fin et je n'ai pas trouvé l'assassin avant le dénouement. Il y a un aspect « à l'eau de rose » dans ce livre, comme dans tous ceux de Mary Higgins Clark, mais on le sait d'avance et ça ne m'a pas dérangé outre mesure.
Ce qui m'a déplu, ce sont les longueurs, le nombre trop important de personnages sans épaisseur et interchangeables, on ne sait plus qui est qui finalement. La traduction n'est bonne non plus, trop littérale pour certaines expressions, ce qui ne rend pas le sens voulu par l'auteur. le côté surhomme de Neil à la fin n'est pas très convaincant non plus.
Malgré ces défauts, ce thriller est un agréable moment de lecture, même s'il n'entrera pas dans l'histoire du genre. Il faut dire que je suis aussi habituée à des polars plus consistants et plus noirs que roses.
Lien : https://patpolar48361071.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Sylla
  19 décembre 2018
Dans La Maison du clair de lune de Mary Higgins Clark, on suit le personnage de Maggie qui retrouve son ex belle-mère Nuala après plusieurs années, alors qu'elle est en voyage. Les deux femmes avaient noué une relation très solide et leur complicité revient très rapidement. Malheureusement, Maggie va se retrouver confrontée à plusieurs décès dont un qui ne laisse pas de place au doute quant à une origine criminelle. Elle va alors tenter de percer le mystère de ces morts.
Comme toujours avec l'auteure, j'ai passé un agréable moment avec ce livre, même s'il ne me laissera pas un souvenir impérissable. L'écriture est fluide. Mais comme toujours j'ai ce même reproche pour Mary Higgins Clark de vouloir intégrer un peu de romance à ses livres avec beaucoup de facilités. Une bonne partie du livre un personnage est en colère après un autre, quelques pages suivantes elle lui crie son amour. Sur ce point en particulier, les fins de ses livres se ressemblent quand même pas mal (pour ceux que j'ai lus jusque maintenant du moins). Je dois dire que, dans l'ensemble, les personnages ne m'ont pas vraiment marquée, je ne les ai pas trouvés très fouillés en dehors du personnage de Maggie. L'auteure a tendance à beaucoup se focaliser sur elle, et de ce fait laisser un peu trop les autres de côté.
Pour autant, je me suis vite sentie plongée dans l'ambiance, notamment avec cette ancienne coutume qui voulait qu'on accrochait une clochette au doigt des morts via un système remontant jusqu'à la surface, de façon à ce qu'ils puissent se manifester au cas où il y aurait eu comme qui dirait erreur sur le constat de décès... Mais surtout dès le départ, on sait que Maggie va finir par se retrouver enterrée vivante. Ainsi, tout le long du livre, on attend de savoir comment elle va en arriver là tout en craignant ce moment et tout en se demandant si elle va s'en sortir. Mary Higgins Clark maintient ainsi un bon suspense tout le long du livre.
Malheureusement, du point de vue de l'intrigue, même si je n'avais pas deviné tous les détails, j'avais quand même l'essentiel, à savoir la personne à l'origine des décès. Pour quelqu'un qui est peu habitué aux thrillers, on peu très facilement se laisser avoir par les manigances de l'auteure, mais quand on est habitué du genre, c'est assez évident. Je n'ai donc pas eu beaucoup de surprises.
En définitive, même si j'ai passé un bon moment en lisant La Maison du clair de lune, pour autant c'est loin d'être mon livre préféré de l'auteure...
Lien : http://chroniquesdunedevoreu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pyrouette
  28 novembre 2010
j'ai relu ce livre avec plaisir mais en me rendant compte qu'il faisait partie d'une certaine époque de ma vie et que malgré mon plaisir je le trouvais un peu simple....L'intrigue est pourtant parfaite et j'ai aimé suivre le parcours de Maggie qui retrouve une personne aimée la perd aussitôt, se retrouve héritière et spectatrice de morts suspectes dans une maison de retraite de luxe. J'ai apprécié ses rapports simples avec les personnes âgées (sujet qui me touche) et j'ai eu du mal à respirer (claustrophobe) quand elle se fait agresser à son tour. Alors tout compte fait une lecture très agréable.

Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   29 mai 2013
Puis l'histoire des clochettes lui revint en mémoire. Les clochettes ! A l'époque victorienne, les gens redoutaient tant d'être enterrés vivants qu'il était devenu habituel d'attacher un fil à leur doigt avant la mise en terre. Un fil passé par un trou percé dans le cercueil et remontant jusqu'à l'extérieur de la tombe. Un fil auquel était attaché une clochette.
Pendant sept jours un gardien faisait la ronde autour de la sépulture, à l'écoute du moindre tintement indiquant que la personne inhumée n'était pas morte...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
meknes56meknes56   25 août 2019
nd homme. Pour des raisons pratiques, elle avait lieu à New York plutôt qu’à Newport.

Agrémentant ses explications de détails pittoresques sur les membres du clan, Liam lui avait dit que plus d’une centaine de descendants, en ligne directe ou collatérale, ainsi que quelques pièces rapportées bien vues de la famille, seraient présents à cette soirée. Il l’avait abreuvée d’anecdotes sur le jeune immigré de Dingle, qui à l’âge de quinze ans avait décidé d’appartenir non pas à cette masse de malheureux aspirant à la liberté, mais à une communauté de pauvres prêts à tout pour s’enrichir. La légende racontait qu’au moment où son bateau passait devant la statue de la Liberté, Squire avait annoncé à ses compagnons de voyage de troisième classe : " En moins de deux, j’aurai assez d’argent pour acheter la vieille dame – si le gouvernement décide de la vendre, naturellement." Liam répétait les propos de son aïeul avec un délicieux accent irlandais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   14 avril 2013
Malgré tout, sa cuisine était chaude et accueillante avec son papier mural de style colonial rouge et blanc, son linoléum usagé rouge brique, ses étagères et ses placards en pin. Elle en termina avec les tomates et s’empara des oignons. Les tomates et oignons marinés dans l’huile et le vinaigre, puis généreusement saupoudrés d’origan, seraient un accompagnement parfait pour le gigot d’agneau. Elle espérait que Maggie aimait toujours l’agneau. Enfant, c’était l’un de ses plats de prédilection. Nuala aurait peut-être dû lui poser la question, mais elle voulait lui faire une surprise. Du moins était-elle sûre que Maggie n’était pas végétarienne - elle avait commandé du veau, le soir où elles avaient dîné ensemble, à Manhattan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   14 avril 2013
Liam prit une chaise à une table voisine et s’assit. « Tu ne peux pas nous refuser un dernier verre en votre compagnie. » Il eut un sourire à l’adresse de Earl. « Et ne t’inquiète pas. Earl a l’air bizarre mais il est inoffensif. Il appartient à une branche de la famille qui s’occupe de pompes funèbres depuis plus d’un siècle. Eux enterrent les gens. Lui les déterre ! C’est un vampire. Il arrive même à gagner de l’argent en parlant de ce genre de trucs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   14 avril 2013
Liam sortit de sa douche et s’enveloppa dans un drap de bain, songeant à son père. Lui ressemblait-il vraiment à ce point ? En rentrant à la maison après une journée consacrée à intervenir sur des marchés financiers toujours fluctuants, son père avait pour habitude de se diriger droit vers le bar de son bureau et de se servir un martini très sec, bien glacé. Il le dégustait lentement, puis, détendu, il montait prendre un bain, et ensuite seulement il s’habillait pour la soirée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Mary Higgins Clark (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mary Higgins Clark
Extrait de "En secret" de Mary Higgins Clark lu par Marie Bouvet. Parution le 15 janvier 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/en-secret-9791035401931
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..