AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Jean Rosenthal (Traducteur)
EAN : 9782253055716
318 pages
Le Livre de Poche (01/02/1991)
3.86/5   298 notes
Résumé :
Ripley voulait tout, l'argent, le succès, la belle vie. Il était prêt à tuer pour obtenir tout ça…
Second roman de Patricia Highsmith, Monsieur Ripley est l'acte de naissance d'un des plus extraordinaires personnages de roman policier de tous les temps : Tom Ripley, immoraliste aussi séduisant que dangereux, cynique et d'une intelligence hors du commun. Chargé par un richissime Américain de lui ramener son fils parti en Italie, il va bientôt concevoir un proj... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 298 notes
5
11 avis
4
13 avis
3
10 avis
2
2 avis
1
0 avis

iris29
  31 juillet 2021
Alors qu'il marche dans une rue à New York, Tom Ripley se sent suivi, et pour cause, l'homme l'abordera, dans un bar où Tom s'était réfugié. Il s'agit d'un riche homme d'affaire qui reconnaît en lui, un ami de son fils . il va proposer à Tom une étrange mission : aller en Italie tous frais payés pour convaincre le fils de rentrer aux pays, et rejoindre l'entreprise familiale. Tom qui n'a rien à perdre, accepte.
En Italie, Tom Ripley est séduit par la dolce vita que mène Dickie, qui n'a aucun problème d'argent. Fasciné, peut- être un peu amoureux, Tom aménage chez Dickie, au grand dam de Marge, une américaine qui aimerait bien qu'il se passe quelque chose avec Dickie et qui voit d'un très mauvais oeil , à la fois la relation amicale qui l'exclue, elle , mais aussi , la mauvaise influence qu' a Tom Ripley sur son ami. Elle a senti le "parasite" qui vit en Ripley...
Peu à peu son "discours" paye et Dickie s'éloigne de Tom, jusqu'à ce que ce dernier ne prenne la décision de le tuer et de prendre sa place. Il ne va pas faire que prendre sa place, il va prendre son argent afin de vivre comme vivait Dickie. Aussi bon acteur , qu'il est faussaire, Ripley va arriver à ses fins.
Publié en 1955, ce roman a bien vieilli depuis et j'ai été stupéfaite de voir comment Patricia Highsmith se sortait de situations compliquées sans que cela fasse sourciller son lectorat , ( elle est considérée comme une auteure majeure de la littérature policière.).
Faut-il avoir une piètre opinion de la police italienne , pour écrire qu'à quelques semaines d'intervalle, ils rencontrent Dickie campé par Ripley, puis Ripley ,sans réaliser qu'ils ont affaire au même homme ? Tout cela parce qu'il a teint ses cheveux en blond, qu'il joue la comédie ... Faut-il que les enquêteurs italiens , et le détective privé, soient idiots pour ne pas se poser la question : à qui profite la disparition de Dickie, alors que son ami Tom Ripley , qui n'avait pas un dollar d'avance aux USA, mène la belle vie sans travailler , en Italie ? N'enquêtent-ils pas sur ses amis ? Faut-il qu'ils soient idiots pour ne pas se rendre compte que tous les courriers adressés par Dickie depuis que le bateau a coulé, sont tapés à la machine et signé à la main ? Alors même que la banque de Dickie a tiqué au vu de ces signatures ?
Mais peut-être n'ont-ils vu que le dépaysement que ce roman procure alors qu'il nous balade de New York, à Rome, en passant par Venise, Cannes etc... Peut-être qu'on a tous besoin de soleil , de Plein soleil ?
Peut-être que ce roman à l'époque était novateur parce qu'il parlait d'homosexualité, certes d'homosexualité qui ne se vivait pas, mais tout de même ... Patricia Highsmith les nomme les "Invertis"...
C'est peut- être ça toute la beauté de cette histoire : tuer quelqu'un parce qu'on sait qu'on ne l'aura jamais, parce qu'on assume pas ce désir, parce qu'on n'aime pas le rejet, le dégoût dans l'oeil de l'autre.
C'est peut- être Tom Ripley, le joyau de cette histoire, ce personnage, fade au départ, qui s'épanouit, se " révéle" dans le crime et l'arnaque. Cet excellent acteur, excellent faussaire. Cet homme qui ne possédait rien et qui convoite l'argent, la vie facile d'un autre. Qu'en fera t'il de tout cet argent ? Des voyages, suivre le soleil, les lieux de vacances, voir de belles choses, se cultiver, prendre le temps. Dolce vita.... Il est tellement différent des gangsters habituels qui veulent la belle auto et la belle pépée à mettre dedans.
Le Daily Telegraph parle de Tom Ripley comme d'un personnage "singulier, amoral, hédoniste , ambigu et fascinant", ils ont parfaitement résumé le coco !
Il va falloir que je revoie les films qui n'ont pas l'air d' être fidèle au roman et comprendre par quel tour de prestidigitation, le metteur en scène peut nous faire gober que Matt Damon "est" Jude Law ! Et Maurice Ronet , Alain Delon...
Un roman qui a les défauts de ses qualités : un tiers désuet, un tiers "sables mouvants"(le personnage de Ripley) , un tiers ensoleillé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          512
Sallyrose
  20 mars 2021

Dans les années 1950, en Italie.
Tom Ripley est envoyé en Italie par les parents de l'une de ses vagues connaissances : ils attendent de lui qu'il le convainc de rentrer aux Etats-Unis.
Tom va ainsi rencontrer celui qui va changer sa vie.
Non, ce n'est pas une histoire d'amour. Plutôt celle d'un jeune homme qui ne se trouve qu'à travers les autres au point de se glisser dans leur peau.
Si le début m'a semblé rébarbatif, il s'est avéré qu'il était nécessaire pour planter le décor : qui sont les personnages, comment interagissent-ils ?
La suite est un délice. L'autrice nous entraîne dans les pensées complexes et torturées de Tom Ripley dont la névrose va s'avérer être ce qui va le sauver.
J'ai été happée par cette histoire qui nous fait visiter Naples, Venise, Rome.
Je ne suis pas étonnée que ce roman soit une référence en matière de thriller psychologique.
Je n'ai plus qu'une envie, revoir le film de René Clément : Plein Soleil
Commenter  J’apprécie          345
Malivriotheque
  27 décembre 2020
Tom Ripley est un jeune homme qui aimerait avoir plus que ce qu'il a en se faisant passer pour ce qu'il n'est pas. Un soir, Mr Greenleaf l'aborde pour lui demander de se rendre en Italie pour supplier son fils Dickie de rentrer à New York. Assuré que tous les frais ne seraient pas à sa charge et qu'il pourrait vivre la belle vie là-bas, Tom n'hésite pas longtemps. En Italie, il rencontre le fameux Dickie, accolé de sa compatriote Marge, dans la petite ville de Mongibello. Très vite, Tom apprécie le luxe, mais surtout la compagnie de Dickie. Sauf que celui-ci semble s'éloigner de lui. Tom va alors suivre une pulsion presque naturelle en se débarrassant de lui et en devenant Dickie...
On suit Tom dans sa spirale arnaqueuse et surtout sa capacité à brouiller les pistes et à persister dans son vol d'identité. Ce thriller psychologique est bien mais s'avère long pour ce que c'est. On a droit à beaucoup de répétitions quand la police commence à se mêler de l'affaire. Et les va-et-vient du protagoniste dans tout le sud de l'Europe peuvent lasser à la longue. Finalement le plus intéressant, c'est bien le cheminement intérieur de Tom face à la succession d'évènements. Comment les choses peuvent se passer très vite et comment il bénéficie aussi de pas mal de chance, tout en ayant quand même un esprit d'analyse assez poussé.
L'histoire se passant dans les années 50, on se doute quand même qu'une telle arnaque ne pourrait se produire aussi aisément au 21ème siècle. La fin est d'ailleurs presque surprenante quand on voit à quel point il s'en sort facilement (en même temps, quand on sait qu'il y a plusieurs autres tomes consacrés à Ripley après, on imagine effectivement qu'il ne se fera pas choper à la fin du premier). Cela donne du coup un charme suranné à l'intrigue. Mais Patricia Highsmith avait-elle pour ambition dès le départ de poursuivre les aventures de Tom ? Si non, alors la fin arrive presque comme un cheveu sur la soupe, presque insatisfaisante, après nous être farci sur des pages et des pages une enquête et des gros titres de journaux pas si folichons que ça.
Il n'empêche, ça reste une lecture un brin captivante qui n'invite toutefois pas forcément à la lecture de la suite, sauf si on est tombé amoureux du personnage de Tom, pourtant pas si intrigant que ça comme antihéros.
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Cricri08
  10 juillet 2021
Tom Ripley, maitre de l'affabulation, de la manipulation et de l'escroquerie ... Ah Herbert Greenleaf a eu une très mauvaise idée lorsqu'il a recherché son aide afin de convaincre son fils Richard, alias Dickie, de revenir aux Etas-Unis. Parti vivre en Italie, celui-ci n'aspire qu'à peindre, au grand désespoir de son père.
Herbert Greenleaf propose à Tom de lui payer tous ses frais pour qu'il parte à Mongibello et revienne avec Dickie.
Tom part donc, mais les événements s'enchainent et sont loin de la mission première.
J'ai beaucoup aimé suivre les tourments intérieurs de Tom : son envie de luxe, de paraitre, d'obtenir encore plus que ce qu'il a, mais aussi son angoisse à mesure que l'étau se resserre autour de lui.
Un roman qui date un peu car on s'aperçoit vite que ce genre d'escroquerie ne pourra durer bien longtemps de nos jours mais il garde un charme suranné qui nous fait visiter l'Italie :)
Commenter  J’apprécie          130
MademoiselleBouquine
  16 avril 2020
Vous connaissez peut-être l'excellent film adapté de ce roman par Anthony Minghella, très originalement intitulé The Talented Mr Ripley/Le Talentueux Mr Ripley, avec un casting ébahissant composé entre autres de Matt Damon, Gwyneth Paltrow, Jude Law et Cate Blantchett. Si ce n'est pas le cas, je vous ordonne d'aller corriger ça, sur le champ.
Bref, toujours est-il que j'aimais ce film. Beaucoup. Alors en cette période de confinement, j'ai décidé de le regarder une fois de plus, parce qu'il faut croire que j'avais besoin de soleil italien (et surtout de stratégies psychopathiques) pour me distraire de la réalité du lockdown. J'avais vaguement capté qu'il s'agissait d'une adaptation d'un roman assez connu, mais je n'avais pas la moindre idée que la saga Ripley, créée par la fantastique Patricia Highsmith, comptait en réalité cinq opus. Cinq. Cinq romans. Cinq romans que je me suis immédiatement juré de dévorer aussi vite que possible. Cinq romans que je suis en désormais en bonne passe d'avoir englouti avant la fin du mois, puisque à l'heure où j'écris ces lignes, j'ai le nez plongé dans le troisième tome - enfin, il y était plongé il y a encore quelques instants -, et mon ressenti n'a fait que se confirmer au fil des pages.
Ces romans.
Sont.
Géniaux.
Encore davantage que ne l'était le film, où Ripley est fatalement un peu édulcoré par un Matt Damon tout souriant et blondinet.
Parce que comprenez-le bien.
Ripley est un grand malade.
Mais le genre de grand malade qui fait un sacré bon héros de roman.
L'objectif de Tom, c'est de réussir dans la vie, avec le moins d'efforts et le plus de bénéfices possibles. Sa méthode : ruser. Déraper. Et réparer les pots cassés par tous les moyens imaginables, y compris et surtout les plus efficaces et les plus désespérés.
Le roman impose son emprise à son lecteur dès les toutes premières pages, alors que Tom dialogue avec le père de Richard "Dickie" Greenleaf, une vague connaissance qu'il arrive à faire passer pour son ami. le père dudit Dickie est bien embêté : voilà des mois que son fils mène une vie de pur farniente en Italie, et refuse de rentrer aux Etats-Unis retrouver sa richissime famille. Qu'à cela ne tienne : Tom se porte volontaire (trop aimable) pour partir en Italie et tenter lui-même de faire changer d'avis à Dickie - et le pire, c'est que ça marche. Tom s'envole ainsi (tous frais payés) pour le petit village où Dickie vit sa meilleure vie, et se rapproche petit à petit du jeune héritier. Mais bien entendu, ce qui s'annonçait comme une simple visite de courtoisie va vite s'avérer représenter une opportunité en or pour Tom, mettant en marche une terrible mécanique du désir et de l'envie dont nul n'est assuré de ressortir vivant.
En deux mots, le récit est aussi génial que sadique. C'est parfaitement orchestré, rythmé par des retournements qu'on sent juste assez venir pour les savourer pleinement, tout en conservant la part de surprise nécessaire pour provoquer ce choc qu'on cherche forcément avec ce genre de roman noir. L'autrice parvient à merveille à jouer avec et à déjouer les attentes de son lecteur, tout en brossant de façon progressive et bien réfléchie le portrait de son glaçant personnage principal. Bien loin d'une ennuyeuse caricature de psychopathe, le personnage de Tom, s'il est horrifiant à tous les degrés, est surtout passionnant en ce qu'il reste humain, compréhensible, et même charmant. Tout au long roman, peu importe si on se l'admet ou pas, c'est lui qu'on veut voir triompher, c'est pour lui qu'on tremble, et c'est aux autres qu'on en veut de lui mettre des bâtons dans les roues. le roman brouille ainsi de façon jouissive le manichéisme souvent propre aux thrillers, et parvient à créer un mélange de jubilation et de malaise plus que marquant. On est captivé, effaré, repoussé tout autant que fasciné : bref, on ne repose pas l'ouvrage, et on en ressort conquis. Fantastique !
Lien : https://mademoisellebouquine..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (1)
LeFigaro   17 juillet 2018

Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
CarciofiCarciofi   19 septembre 2022
She had the look of a mother or an older sister now
the old feminine disapproval of the destructive play
of little boys and men.
Commenter  J’apprécie          00
MyrtleMyrtle   20 mars 2012
Il pensait qu'il devrait aller se présenter sans tarder à la police. Quelle que fût la façon dont les choses tourneraient, plus il attendrait, plus cela ferait mauvais effet. En sortant de la cathédrale, il demanda à un agent où se trouvait le plus proche commissariat de police. Il demanda cela tristement. Il se sentait triste. Il n'avait pas peur, mais il se disait que se présenter sous l'identité de Thomas Phelps Ripley allait être une des choses les plus attristantes qu'il eût faites dans sa vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
MyrtleMyrtle   20 mars 2012
Il se sentait seul, mais pas vraiment isolé. C'était un peu le sentiment qu'il avait éprouvé lors de ce réveillon de Noël à Paris, l'impression qu'il avait le monde entier pour public, et c'était une impression qui le stimulait, car la moindre erreur pouvait être catastrophique. Mais il avait la certitude qu'il ne ferait pas de gaffe. Cela donnait à son existence une atmosphère particulièrement délicieuse de pureté, un peu, songeait Tom, comme ce qu'éprouve sans doute un bon comédien quand il joue un rôle important sur une scène, avec la conviction que personne d'autre que lui ne pourrait mieux que lui le tenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
iris29iris29   31 juillet 2021
Dickie Greenleaf avait deux banques, une à Naples et une à New York, avec cinq mille dollars environ dans chacune. Il pourrait ouvrir le compte Ripley avec deux mille dollars, et y déposer les cent cinquante mille provenant de la vente des meubles de Mongibello. Après tout, il avait deux personnes à sa charge.
Commenter  J’apprécie          120
MyrtleMyrtle   20 mars 2012
L'atmosphère de la ville devenait de plus en plus étrange à mesure que les jours s'écoulaient. On aurait dit que New York avait perdu quelque chose - sa réalité, son importance - et que la ville jouait la comédie rien que pour lui, une vaste comédie avec ses taxis, ses autobus et ses passants qui se hâtaient sur les trottoirs, ses écrans de télévision dans tous les bars de la Troisième Avenue, ses panneaux allumés même en plein jour devant les salles de cinéma, et le bruit de fond de ses milliers de klaxons et de voix humaines qui parlaient pour ne rien dire. C'était à croire que, quand samedi son bateau appareillerait, toute la ville de New York allait s'effondrer avec un bruit mat, comme un décor de carton sur une scène.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Patricia Highsmith (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patricia Highsmith
« Les dernières pages sont un véritable choc ! À tel point que le lecteur est immédiatement tenté de revenir au début pour comprendre comment l'auteure a réussi si brillamment ce qu'elle a entrepris avec cet exceptionnel premier roman ! » – The New York Times
Mrs March vit oisive dans un appartement huppé de New York. Alors que George, son mari, atteint la consécration littéraire avec son dernier roman, l'existence de Mrs March se met à vaciller. Aurait-elle, comme on le dit, servi de modèle à l'un des personnages peu reluisant du livre de son mari ? Impossible, connaissant George. Mais le connaît-elle vraiment ? N'aurait-elle pas été aveuglée, toutes ces années, par son existence dorée ? Mrs March se met alors à enquêter sur la vie intime de l'homme qui partage sa vie. Et elle découvre que celui-ci se passionne pour l'étrange disparition d'une jeune femme. Simple travail de romancier ? Peu à peu, le doute s'installe, et ses soupçons la mènent bien au-delà de ce qu'elle pensait. Au-delà même de la raison ?
Avec ce portrait d'une femme dont le monde s'effondre, Virginia Feito nous offre un récit à la tension extrême. Un coup de maître, pour un premier roman, qui la place d'emblée en digne héritière de Patricia Highsmith. Les droits d'adaptation du livre ont été achetés par l'actrice Elisabeth Moss.
« Ce livre m'a tellement captivée que je n'ai plus eu qu'une envie : l'adapter et jouer Mrs March. C'est un personnage fascinant, complexe, profondément humain – et je brûle d'impatience de m'y faire les dents ! » Elisabeth Moss
En savoir plus : https://bit.ly/3KPYwEg
Où nous trouver ? Facebook : https://www.facebook.com/lecherchemidi.editeur Twitter : https://twitter.com/lecherchemidi/ Instagram : https://instagram.com/cherchemidiediteur
+ Lire la suite
autres livres classés : usurpation d'identitéVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La rançon du chien

En quelle période de l’année se passe l’intrigue ?

En juin, juste avant les vacances.
En août, pendant les vacances.
En octobre.

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : La Rançon du chien de Patricia HighsmithCréer un quiz sur ce livre