AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811211950
Éditeur : Milady Graphics (18/04/2014)

Note moyenne : 4.59/5 (sur 107 notes)
Résumé :
La conclusion de la formidable saga de Joe Hill et Gabriel Rodriguez. Plus de 220 pages extraordinaires, qui laisseront les lecteurs sans voix ! Trouvez la dernière clé, ouvrez la dernière porte, et plongez dans les ténèbres… Eisner Award 2011 du meilleur scénario British Fantasy Award 2009 et 2012 du meilleur graphic novel Multinominé aux Eisner Awards en 2009, 2010, 2011 et 2012.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  08 juin 2016
Que dire que je n'ai pas déjà dit... c'est juste une tuerie , une perle, une bombe dans le monde du comic's !!
Le scénario est a mourir tellement tout est ficelé , prenant et palpitant. le fantastique y est purement génial. Les personnages sont attachants et parfois même les méchants.
Les graphismes sont géniaux, plein de détails et de finesses, ce qui complète de façon magique le scénario. J'ai aussi tout particulièrement apprécié l'évolution des personnages graphiquement surtout le fils ainé de la famille Locke.
De plus le gros clin d'oeil fait a Stephen King est une pure merveille... personne ne peut le louper .
Je tenais a remercier plus que chaleureusement tour ceux qui m'ont donnée envie de lire Locke & Key... (et surtout Do).. parce que c'est un vrai coup de coeur.
J'espère que joe Hill et Gabriel Rodriguez collaboreront encore ensemble.. parce oui c'est un sans faute pour moi.
Commenter  J’apprécie          362
Pavlik
  28 décembre 2014
Alpha et Oméga est peut-être le meilleur album de cette fantastique série qu'est Locke & Key. Ceci constitue sans aucun doute un exploit et ce pour deux raisons : les autres tomes mettaient déjà la barre très haut (j'ai particulièrement aimé les tomes 4 et 5). Par ailleurs, combien de série finissent par le meilleur ? N'est-ce pas souvent la déception, à des degrés divers, qui prime ? Car ce tome 6 constitue, en effet, la conclusion d'une saga qui demeurera, à jamais, dans les hautes sphères du genre "fantastique".
Après les révélations, ancrées dans le passé, du tome 5, qui retraçait les origines et l'histoire des fameuses clés, j'attendais avec impatience la confrontation finale entre Dodge et la famille Locke. le moins que l'on puisse dire c'est que je n'ai pas été déçu. La grande force de cet album est de nous offrir un concentré d'émotion, le lecteur éprouvant tour à tour, mélancolie, peur, tristesse, effroi, joie (parfois). Pour être honnête, on en ressort quelque peu lessivé, avec le sentiment qu'on tient là un chef-d'oeuvre. On sent que Joe Hill avait à coeur de terminer comme il se doit cette série qui, j'en suis sur, lui tenait aux tripes. La pointe de mélancolie, particulièrement sensible au début, le fait de placer l'histoire dans un contexte de bal de fin d'année, le petit clin d'oeil au paternel (pas bien dur à trouver) : oui, Joe Hill a mis beaucoup de lui dans cette bd et la terminer n'a pas du être aussi simple que ça. Il a même réussi à me surprendre quant aux motivations de Dodge, englué que j'étais dans mes certitudes prétentieuses.
Décidément, merci Monsieur Hill, vous n'avez, sans aucun doute, plus rien à prouver à votre père, peut-être même pourriez vous lui enseigner quelques trucs, qui sait !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
boudicca
  06 mai 2014
Et voilà, cette fois c'est la fin. Après cinq tomes tous plus passionnants et surprenants les uns que les autres, la série « Locke & Key » tire sa révérence avec « Alpha & Oméga » qui met donc un terme aux aventures de la famille Locke à Lovecraft. On retrouve ainsi pour une dernière aventure Ty, Kinsey, Bode et les autres, tous persuadés d'être parvenus à déjouer les manigances de leur ennemi et d'être venu à bout du manoir de Keyhouse et de sa magie. Ils vont toutefois vite se rendre compte que c'est loin d'être le cas... Autant l'avouez d'emblée, ce dernier album est en ce qui me concerne le meilleur de la série car il concentre en une centaine de pages ce que Joe Hill et Gabriel Rodriguez ont de plus talentueux. Rire, pleurs, horreur, soulagement... : le lecteur passe par toute une palette d'émotion qui lui fera à la fois remercier les deux auteurs pour avoir écrit une série aussi passionnante, tout en les maudissant pour leur sadisme à l'encontre de leurs personnages. Tous les fils de l'intrigue méticuleusement tissés tout au long du récit se réunissent donc enfin pour nous offrir un final explosif qui ne risquera pas de décevoir les fans de la série.
Joe Hill joue encore une fois avec les nerfs de ses lecteurs qui assistent avec horreur aux tourments subis par l'ensemble des personnages, qui n'auront jamais été aussi touchants et attachants. Si les tomes précédents s'étaient déjà montrés particulièrement intenses en matière d'action et d'émotion, ce sixième et dernier album réussit l'exploit de se faire encore plus violent, plus rythmé, et surtout plus poignant. Des scènes plus bouleversantes les unes que les autres s'enchaînent jusqu'à une apothéose grandiose qui laissera le lecteur KO, ému tant par les épreuves traversées par Ty, Kinsey, Bode et compagnie, que par la perspective de les quitter définitivement. Un sans faute également pour tout ce qui touche à l'aspect fantastique ou horreur, deux genres que les créateurs de la série maîtrisent maintenant à la perfection. Un mot, pour finir, concernant les graphismes où l'on retrouve un Gabriel Rodriguez au meilleur de sa forme : des décors impressionnants et très immersifs, des personnages expressifs et aux traits travaillés, un grand sens de la mise en scène..., bref les deux artistes se complètent à merveille.
Avec « Alpha et Oméga » Joe Hill et Gabriel Rodriguez nous offrent un final grandiose qui met un terme à ce qui constitue sans doute aujourd'hui l'une des meilleures (si ce n'est LA meilleure) série de comics consacrée au fantastique. A ceux qui n'auraient pas encore fait connaissance avec la famille Locke et leur manoir de Lovecraft, je n'aurais qu'un conseil : courez-y, et vite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Presence
  30 décembre 2014
Il s'agit du sixième et dernier tome de la série qui forme une histoire complète ; il faut donc impérativement commencer par le premier tome : Bienvenue à Lovecraft. Ce tome contient les 5 épisodes de la minisérie "Omega", et les 2 épisodes de la minisérie "Alpha", initialement parus en 2012/2013, écrits par Joe Hill, dessinés et encrés par Gabriel Rodriguez, les auteurs de la série depuis le début.
Dodge a réussi à récupérer plusieurs clefs et il prépare une petite fête dans la grotte, là où se trouvent les noms gravés de Rendel Locke, Erin Voss, Kim Topher, Ellie Whedon, Mark Cho et Luke Carravaggio. Scot Kavanaugh réalise un projet vidéo : ils demandent à plusieurs de copains de faire une déclaration comme s'ils s'adressaient à eux-mêmes plus jeunes de quelques années. Il filme en particulier Jordan Gates, Jackie Veda, Jamal Saturday, Tyler Locke et Kinsey Locke. Scot se fait également faire un nouveau tatouage. Rufus Whedon est placé dans une institution spécialisée, la même que celle qui accueille déjà Erin Voss. Tyler répare une vieille voiture avec Duncan Locke. La fête de fin d'année scolaire est pour demain.
Dès le premier tome, Joe Hill et Gabriel Rodriguez emmenaient le lecteur dans une histoire à l'ambiance spécifique, auprès de personnages immédiatement attachants, dans un thriller avec un tueur psychopathe des plus terrifiants et un titre "Bienvenue à Lovecraft") qui semblait un peu trompeur (l'influence d'HP Lovecraft ne transparaissant pas). Au fil des 4 tomes suivants, le lecteur a appris à connaître chaque membre de la famille Locke comme un individu à part entière, avec ses qualités et ses défauts, ses espoirs et ses peurs. Il a découvert une composante fantastique mêlant parfaitement merveilleux et horreur (et justifiant le titre du premier tome petit à petit). Il a été transporté dans un roman d'une grande ampleur, ne perdant jamais de vue l'humanité des personnages, avec une dimension divertissante d'une grande intensité. Toutes les bonnes choses ont une fin : il est temps pour les auteurs de conclure leur récit. Il va sans dire que les attentes du lecteur sont très élevées.
Outre l'hommage à l'imagination d'Howard Philips Lovecraft (les inquiétantes plaines de Leng), Hill et Rodriguez insèrent une ou deux références facilement identifiables telles que le facsimilé d'une couverture de comics de guerre, ou une variation sur l'une des scènes les plus mémorables (et visuelles) de Carrie de Brian de Palma (1976). Il y a également cette scène de cérémonie funèbre qui fait écho à celle célébrée pour le décès de Rendell Locke dans le premier tome, avec la même mise en scène (Hill et Rodriguez installant ainsi une forme de boucle) : un individu assis sur un banc recevant les marques de réconfort de ses amis.
Ce tome démarre très fort avec les agissements de Dodge qui arrivent à terme, une révélation d'un sentiment de culpabilité déchirant en lien avec le meurtre de Rendell Locke, et le dispositif des personnages s'adressant à la caméra pour donner un conseil virtuel à l'adolescent qu'ils ont été. Joe Hill n'a rien perdu de son adresse pour faire apparaître la personnalité de chacun de manière naturelle, avec des expressions de visage et un langage corporel adéquat. La complémentarité d'Hill et Rodriguez permet de réaliser une blague très drôle sur la fontanelle en tant qu'élément obscène.
Puis vient le temps de la résolution de l'intrigue, d'amener les personnages vers une fin en bonne et due forme, de raconter l'affrontement final. Étrangement Hill et Rodriguez semblent alors perdre leur adresse narrative pour aligner l'une après l'autre chaque scène, fortement chargée en dialogues (chaque personnage souhaitant exposer son point de vue définitif), portée par des mises en scène manquant parfois d'imagination. L'amalgame entre intrigue et interaction des personnages donne l'impression de ne plus pouvoir se faire naturellement, les auteurs agrégeant artificiellement ces composantes (en particulier actions visuelles et dialogues explicatifs). Pourtant Rodriguez n'a rien perdu de sa capacité à dessiner les décors (le manoir de Lovecraft conserve ses caractéristiques) et les accessoires (la Couronne des Ombres est toujours remarquable, ainsi que les manifestations des ombres). Joe Hill n'oublie ni ses personnages, ni leurs motivations. Mais lorsque le criminel expose ses motivations, il s'agit d'une scène artificielle où il prend le temps de se justifier avant d'achever ses ennemis, comme le premier supercriminel venu, au lieu d'agir et d'assurer sa victoire en achevant ses ennemis. Pourtant Hill réalise un premier tiers exceptionnel, il utilise des éléments qu'il avait développés précédemment de manière magistrale (l'oiseau), leur faisant prendre une autre signification. Il n'oublie pas de faire apparaître une dernière fois les personnages restants. Sur ce dernier point, le lecteur reste également un peu sur sa faim, en particulier pour la participation de l'inspecteur Daniel Mutuku qui n'apporte rien au personnage.
Qui aime bien, châtie bien. Les 5 premiers tomes de la série sont exceptionnels, d'une richesse et d'une habilité hors du commun. le dernier tome peut sembler juste excellent. Il n'est pas bâclé. Il n'y a pas de ressorts narratifs relevant du deus ex machina exaspérant. Il n'y a pas de baisse de qualité dans les dessins. Mais il est possible de ressentir comme une maladresse dans la narration, Hill et Rodriguez casant tout ce qu'ils ont encore à dire au fur et à mesure, comme ils peuvent, de manière presque détachée de l'intrigue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
basileusa
  26 avril 2014
Et voilà ,dernière tome de cette magnifique BD ...et encore une fois ,on est pas déçu ! Dodge,dans le corps de Bode ,dévoile enfin son jeu alors que personne ne se doute de rien dans la maison ! Il a toute les clés en main et il s'apprête à ouvrir la porte Oméga aux démons. La bataille s'engage ,entre alliés inattendus et retournements de situation ,qui va s'en sortir ?
Cette série m'a totalement conquise ,les dessins sont magnifiques ,les dialogues savoureux et l'intrigue tient la route jusqu'au final assez spectaculaire .
Un vrai coup de coeur !
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
DoVerdorieDoVerdorie   12 mai 2014
- [...] J'ai claqué mille dollars d'encre sur mon beau cuir anglais et j'en suis fier.
Mes tatouages sont ma cuirasse, ils me prêtent force quand orcs il me faut débiter, quand sots je dois vilipender et quand démons j'ai à exorciser.
Cette encre me rappelle le combat que je mène, [...]
Commenter  J’apprécie          250
DoVerdorieDoVerdorie   13 mai 2014
- Ton père avait ses démons, Ty. Des démons qu'il mettait sous clé en votre présence.
- Mais à force de les contenir, de les étouffer, il a fini par s'enfermer avec eux. Il... il y a mieux comme façon de mener sa vie.
Commenter  J’apprécie          210
PavlikPavlik   25 décembre 2014
Oh, salut, Nina ! Dormir ce soir ? Très peu pour moi ! J'ai trop à faire ! Du monde à voir, des gorges à trancher, tu vois le genre. Ce soir, j'ouvre la porte noire. J'ai des copains qui viennent nous rendre visite. On va passer une soirée d'enfer ! Enfin, surtout vous autres.
Commenter  J’apprécie          80
basileusabasileusa   26 avril 2014
-Il n'a rien sur lui,camarade.Rien dans les mains,rien dans les poches. Ni arme, ni clé magique. On dirait bien qu'il est venu avec une lampe torche ,sa bite et...sans couteau.
Commenter  J’apprécie          120
PavlikPavlik   27 décembre 2014
[Rufus] J'aimerais pouvoir faire ça tous les jours, chef. Pouvoir être utile tous les jours.
[Sa mère] Pas de ça avec moi, soldat. Tu m'es utile chaque jour. Chaque heure. Ceux qui savent aimer ne sont jamais inutiles, Rufus.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Joe Hill (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joe Hill
S'il suffisait de tourner une clé pour se retrouver à l'autre bout du monde ? Se transformer en animal ? Voir ce qu'on a dans la tête ? Ouvrir un passage vers un monde maléfique ?
Dans Locke&Key, on a tout un panel de clés magiques, aux pouvoirs plus fous les unes que les autres. Mais ce n'est pas une source d'amusement...
autres livres classés : ombresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr