AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Le Club Français du Livre (01/01/1956)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gill
  04 novembre 2013
Si vous avez aimé "Métronome" de Lorant Deutsch, alors ce livre est pour vous.
Publié en 1956, il est son ancêtre, presque son père.
Et même si sa couverture, un peu mystérieuse, affiche "Lutece à Prefent nomee Paris Cité capitalle de France", son véritable titre "Connaissance du vieux Paris" annonce clairement la couleur.
L'auteur nous invite à nous attarder dans de vieilles rues et dans des ruelles plus vieilles encore, à emprunter des couloirs obscurs, à traverser des courettes sordides, à gravir des escaliers vénérables, à rechercher un passé que nous rappelle tantôt un bel hôtel, tantôt une église et tantôt une simple maison.
L'auteur nous offre de nombreuses promenades-conférences où il met ses pas dans la trace de ceux de ces anciens parisiens dont les talents ou les méfaits ont laissé, ici ou là, un souvenir.
Quoi de plus passionnant que de parcourir les anciennes rues et les vieux quartiers, d'évoquer leurs fantômes dans les lieux mêmes où ils ont vécu, prié, bataillé.
Tel est le sujet de cet ouvrage.
Quatre parties, bien distinctes, le composent.
- la première partie évoque le coeur de Paris, la ville du moyen-âge et de la renaissance.
- la seconde traite des quartiers rattachés à Paris à la suite de la construction de l'enceinte de Louis XIII.
- la troisième étudie l'extension de la ville au XVIIIème siècle.
- la quatrième se rapporte aux villages qui, placés entre l'enceinte des Fermiers Généraux et celles des Fortifications construites en 1840, furent rattachés en 1860 à la ville.
Jacques Hillairet signe là une oeuvre monumentale, indispensable.
Il est la voix de l'Histoire de la ville de Paris.
Trois fois lauréat De l'Académie Française dont le prix Gobert, en 1964, pour son dictionnaire des rues de Paris, son érudition et son éloquence furent récompensées par de nombreux prix littéraires et honorifiques.
Chacun peut, dans ce livre formidable, aller à la découverte du Paris qu'il aime. J'y ai, pour ma part, redécouvert le Boulevard du Crime* des "Enfants du Paradis", de Kean, de Deburau et de Fédérick Lemaître.
C'est un cadeau inestimable que cet historien talentueux, inhumé au cimetière du père-Lachaise, a laissé à tous les parisiens et à ceux que passionne l'Histoire de notre capitale.
*le Boulevard du Temple célèbre pour ses théâtres
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
gillgill   26 octobre 2013
Ce boulevard fut amputé en 1862, de la moitié de sa longueur par l'agrandissement de la place du Château-d'Eau, amputation qui a fait disparaître la presque totalité des salles de spectacles parmi lesquelles nous citerons :
"le Théâtre de Nicolet : dans la baraque qu'il installa, à l'angle du boulevard Voltaire, en 1760, Nicolet, ancien danseur de corde de la foire St Laurent, faisait jouer des marionnettes et exhibait des animaux savants ; il variait son spectacle : "de plus en plus fort, comme chez Nicolet", disait-on.
En 1764, Nicolet fut autorisé à remplacer sa baraque de toile par un théâtre en bois où son spectacle, toujours de plus en plus fort, finit par inquiéter l'Opéra, la Comédie-Française et la Comédie-Italienne qui lui firent interdire la parole ; il ne put y donner désormais que des spectacles de pantomimes, de danseurs de cordes et de marionnettes.
Nicolet fit alors l'acquisition d'un singe savant, Turco, dont l'intelligence dans les scènes bouffonnes et dans ses imitations de Molet, le comédien chéri du public, fit courir tout Paris.
Le dimanche, plus de 20 000 personnes assistaient à la parade.
Ce théâtre brûla en 1770 ; Nicolet le fit rebâtir et, ayant conquis, en 1772, les bonnes grâces du roi et de la comtesse du Barry, le "théâtre des Grands Danseurs du Roi" put présenter des pièces à grand spectacle, composée par Talconnet appelé le "Molière" du Boulevard.
Nicolet mourut en 1789, sa veuve le remplaça et appela le théâtre : "la Gaieté". Ce théâtre fut reconstruit en 1808, on y donna des mélodrames de Ducange, de Pixérécourt ; "Latude ou trente-cinq ans de captivité" fut un de ses grands succès.
Cette salle brûla en 1835 ; vite rebâtie, on y joua "la grâce de Dieu", "les sept châteaux du diable", etc, et elle était dans tout son éclat lorsqu'on dût la démolir, en 1862, pour la création de la place du Château-d'Eau (de la République)......
(Histoire du boulevard du Temple - 2ème partie)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
gillgill   26 octobre 2013
"Le Théâtre d'Audinot". En 1769, Audinot, acteur congédié de la Comédie- Italienne, installa sur le boulevard du Temple un théâtre de marionnettes : c'était le théâtre des "Comédiens de bois".
Tout Paris y courut.
Puis des enfants remplacèrent les marionnettes et jouèrent des pantomimes avec un succès tel que la comtesse du Barry fit la troupe d'Audinot à Choisy, en 1772, devant Louis XV, qui, satisfait, lui assura sa protection.
Enfin, des hommes remplacèrent les enfants.
Ce théâtre, reconstruit en 1789, s'appelait alors "l'Ambigu-Comique" ; une farce d'Aude, "Mme Angot au sérail de Constantinople" , eut, en 1803, 200 représentations, "l'auberge des Adrets" fut aussi un très grand succès.
La salle ayant brûlé en 1827, "l'Ambigu-Comique" se réinstalla l'an suivant sur le boulevard Saint-Martin.....
(Histoire du boulevard du Temple - 3ème partie)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
gillgill   26 octobre 2013
Le boulevard du Temple - Ce boulevard, tracé de 1650 à 1705, fut alors planté de 5 rangées de grands arbres, 3 au nord, 2 au sud, séparées par une large allée. Il devint rapidement la promenade à la mode chère aux oisifs ; aussi des pâtissiers et des cabaretiers y installèrent-ils leurs tréteaux, exemple suivi par des bateleurs qui attiraient le monde par leurs parades, leurs bouffonneries, leurs tours d'escamotage, de force ou d'adresse.
Le succès vint très vite.
Au siècle suivant, les baraques de toile, puis de bois, furent remplacés par des théâtres où on joua des comédies et des pièces dramatiques d'une nature telle que le boulevard du Temple fut surnommé le "boulevard du Crime".
On pouvait compter en 1791 une dizaine de ces baraques, plus des cafés, lyriques ou non : "l'épi-scié", "le café d'Apollon", celui du "Bosquet", "le grand Turc", "Paphos", "le jardin d'Hébé, etc, plus des bals, et tout à l'entour des patissiers, des marchands de galettes, de coco, des diseurs de bonne aventure, des chanteurs en plein vent et des hercules forains.....
(Histoire du boulevard du Temple - 1ère partie)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
gillgill   27 octobre 2013
"Le théâtre Historique" fut fondé, en 1846, par Alexandre Dumas, à l'angle du boulevard du Temple et du Faubourg. Il fit son ouverture en février 1847 avec "la reine Margot" ; pour ce spectacle le public avait fait la queue pendant deux jours et deux nuits.
Fermé à la révolution de juillet, le théâtre rouvrit en fin 1848, sous le nom de "Théâtre Lyrique" avec "Mosquita la sorcière", opéra de Scibe et de Boisselot.
On y donna "Si j'étais roi", "les dragons de Villars" et la première de "Faust" (19 mai 1859)
Après sa démolition, en 1862, il s'installa place du Châtelet.
(Histoire du boulevard du Temple - cinquième et dernière partie)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
gillgill   27 octobre 2013
"Le cabinet des figures de cire", ouvert par Curtius au Palais-Royal eut de 1780 à 1847, une succursale sur le boulevard du Temple consacrée, au début, exclusivement à l'exposition des grands scélérats.
"Le théâtre des Pygmées" fut ouvert en 1811 par deux illustres pitres : Bobèche (Antoine Mandelard, fils d'un tapissier du faubourg St Antoine) et Galimafré (Guérin, apprenti menuisier) ; leurs lazzis étaient répérés dans tout Paris.
"Le théâtre de Mme Saqui", Mme Saqui, la première acrobate de France, installa en 1815, un théâtre avec des danseurs et des polichinelles. Son succès lui vint surtout des danses de corde de sa propriétaire qui, plus tard, en 1861, exécutait à l'Hippodrome, à l'âge de 83 ans, un pas de trois sur la corde raide.
Ce théâtre fut démoli en 1841 et remplacé par un théâtre populaire, celui des "Délassements- Comiques" qui y joua des comédies, des drames, des féeries et des revues.
"Le théâtre des Funambules" fut ouvert en 1816. Il avait 780 places dont le prix variait entre 0 fr 25 et 1 fr 50. C'était l'époque où les pierrots et les paillasses étaient fort à la mode ; on y donna jusqu'en 1830 des spectacles de pantomimes auxquels on ajouta, à cette date, des vaudevilles.
C'est là que Deburau et Frédérick Lemaître firent leurs débuts.
Ce fut surtout dans le rôle de Pierrot qu'excella le mime Deburau que tout Paris vint applaudir.
Il mourut en 1846 à 50 ans....
(Histoire du boulevard du Temple - Quatrième partie)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr


Lecteurs (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1664 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre