AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782715225787
176 pages
Éditeur : Le Mercure de France (13/05/2005)
4/5   4 notes
Résumé :

En toile de fond, la France de l'Ancien Régime sur le point de basculer dans la Révolution. Au premier plan, un couple d'amants passionnés, dotés d'un tempérament ardent et d'une plume hardie. Dans cette correspondance brûlante, qui emprunte à la plus pure langue classique l'élégance de son style et la richesse pittoresque de son vocabulaire, les deux protagonistes se dévoilent sans pudeur, rivalisant d'au... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Croquignolle
  17 décembre 2016
A la lecture de la correspondance de la Marquise de Saint-Viollet et du Comte de Sombremer, on oscille entre rire ou frémir, désirer ou s'ennuyer, se languir ou s'endormir, rêver ou (s')abandonner.
Ces mots échangés entre deux amoureux - ou devrais-je dire deux fous d'amour ! - sous la Révolution, sont évidemment décalés et démodés aujourd'hui et pourtant ils apportent une touche précieuse manquante au monde de l'érotisme et du porno en tout genre aujourd'hui : la poésie.
Les mots sont précieusement choisis, unis et mis en valeur, pour mon plus grand plaisir. J'ai aimé être le témoin privilégié des émotions naissantes et florissantes de ces deux amants, l'oeil curieux et impatient qui déguste les scènes passionnées travers la serrure, la lectrice qui déguste la douceur des caresses et des corps à travers les lignes charmeuses et enchanteresses.
Un bon moment de lecture hors du temps, hors du politiquement correct.
Une lecture qui fait du bien !
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
CroquignolleCroquignolle   08 décembre 2016
Lorsque j'étais pensionnaire à l'académie militaire, il nous advint, mes camarades et moi, de nous livrer à des comparaisons. Mes attributs ne me faisaient point honte, tant s'en faut, mais j'en ai vu à cette occasion de plus considérables, en grosseur comme en longueur. Cependant, cela ne m'a jamais tourmenté, car, si j'en crois les confidences de certaines femmes,
Gros blesse
Grand ploie
Et sujet à faiblesse
Mais petit
Réjouit et divertit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
CroquignolleCroquignolle   17 décembre 2016
Dieu que je vous aime de ne m'avoir jamais dit que vous m'aimiez ! Vous avez ainsi su préserver toute la saveur de cette douce intelligence qui nous lie si étroitement : le désir, cette fleur pourpre et délicate qui ne fleurit que dans la terre légère de la tendresse et de l'humour, perd ses couleurs sous les pluies de larmes, se dessèche sous les feux de la jalousie, gèle sous le froid de l'indifférence, mais s'épanouit sous la douce brise de l'attente, de l'incertitude et du danger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
CroquignolleCroquignolle   08 décembre 2016
Qu'avez-vous dû penser d'une femme qui s'abandonne ainsi au premier assaut ! Quoique les apparences soient contre moi, je suis une honnête femme; j'ai juré d'être maîtresse de mes passions et de ne point céder aux pièges du libertinage qui corrompt si affreusement notre société. Les félicités domestiques seront désormais mon seul bonheur. J'ai résolu de chasser de ma mémoire ces embrassements coupables, et je vous engage à faire de même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CroquignolleCroquignolle   17 décembre 2016
C'est avec raison, cependant, que vous entendez garder le secret, et je partage votre sentiment : notre amitié est trop brûlante pour souffrir d'être réduite à un sujet de commérages. C'est en se taisant que l'on jouit le mieux. Les fleurs de la volupté poussent mieux dans l'ombre, et c'est leur rareté qui fait tout leur prix.
Commenter  J’apprécie          10
CroquignolleCroquignolle   08 décembre 2016
Madame, et je voudrais que vous bandassiez pareillement, et que vous fussiez émue au point de vous livrer au charmant exercice de votre doigt sur votre bourgeon. Ecris-moi vite.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Laure Hillerin (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laure Hillerin
Laure Hillerin - À la recherche de Céleste Albaret
autres livres classés : lettresVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1217 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre