AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Danièle Bondil (Traducteur)Pierre Bondil (Traducteur)
EAN : 9782869303973
228 pages
Éditeur : Payot et Rivages (03/09/1990)
3.9/5   147 notes
Résumé :
Joe Leaphorn est un policier d'origine indienne à la double culture et selon son créateur "un personnage de synthèse". Pour débusquer les coupables, il allie à la parfaite connaissance des coutumes de son peuple une maîtrise des méthodes policières modernes. Dans sa première aventure de La Trilogie Joe Leaphorn, La Voie de l'ennemi, il part à la recherche d'un petit délinquant, et retrouve son cadavre sur une piste de la réserve. Dès lors, il se pose deux questions:... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
3,9

sur 147 notes

Crossroads
  25 septembre 2014
Premier constat, le Navajo, c'est coton!
D'autant plus ballot que je maîtrise le Comanche, le Cheyenne, le Cherokee sur le bout de la plume mais le Navajo, non.
Premier roman de Tony Hillerman paru en 1970, première enquête du lieutenant Joe Leaphorn de par le fait, premiers pas timides dans cet univers saturé d'informations.
Où il y est question d'enquête visant à retrouver le jeune mais quelque peu sanguin Horseman, adepte du coup de surin et terré loin des siens en une contrée désertique bien plus réputée pour ses fantômes et actes de sorcellerie en tout genre que pour son accueil chaleureux.
Bergen McKee, anthropologue de profession et accessoirement en mal de finir enfin son bouquin sur l'étude des sorciers indiens, foulera également ces terres inhospitalières, territoire que l'on dit hanté par un dangereux Loup Navajo *. Tout comme son ami Leaphorn, il aura également fort à faire avec une disparition signalée une fois de plus sur les terres anasazis. Comme qui dirait la loi des séries...
La Voie de l'Ennemi, tu l'aimes ou tu la quittes.
J'ai souvent été à deux doigts de jeter le scalp face à ce flot d'informations ininterrompu sur la culture Navajo ramenant toutes les 10 secondes au glossaire de fin de récit. Difficile, dans ces conditions, de se focaliser et sur l'histoire, et sur un univers particulièrement retors.
Une première enquête qui n'en porte que le nom, fort heureusement sauvée par un McKee en très grande forme, lui. Leaphorn devrait, de source sûre, se rattraper dans les prochains opus.
La très grande force de ce premier polar ethnique, une nature particulièrement hostile, personnage à part entière de ce divertissement exotique tourné en décor naturel et en technicolor, 'scusez du peu. Dépaysement garanti.
Un avis en demi-teinte, franchement déçu par une entrée en matière hyper contraignante qui laissera finalement mais tardivement la place à une enquête digne de ce nom...
* Loup Navajo ( ou Porteur-de-peau ) : nom donné par les Navajos aux sorciers, hommes ou femmes décidés à apporter le mal à leurs congénères et à les voler : ils commettent leurs méfaits la nuit en se dissimulant souvent sous des peaux d'animaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6217
Fanvin54
  10 février 2014
J'ai déjà lu par le passé plusieurs romans de Tony Hillerman sans toutefois forcément respecter l'ordre de parution. Féru de littérature policière américaine, j'ai décidé de reprendre progressivement mais de façon chronologique cette fois-ci, la lecture des 18 volumes consacrés à la police tribale navajo.
La voie de l'ennemi, paru en 1970, est ainsi le premier de la série, avec le lieutenant Joe Leaphorn comme personnage central (quoique, cela se discute…). Si l'intrigue m'a paru être un peu compliquée à suivre (l'enquête porte sur la mort d'un jeune navajo, dont le corps a été retrouvé à un endroit qui ne semble pas être celui où il a été tué), c'est en revanche avec un immense plaisir de replonger, au travers de cette lecture, dans cette extraordinaire région des four corners (le point de convergence de quatre états américains : l'Utah, le Colorado, le Nouveau Mexique et l'Arizona) et dans cette fascinante culture indienne Navajo, à laquelle cette histoire permet de s'initier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
dunoirdupolar
  04 septembre 2014
Marche en harmonie avec l'univers navajo tout en étant conscient de ce que tu es !
"La voie de l'ennemi" de Tony Hillerman a été publié en 1970 aux États-Unis. Ce livre est le premier d'une trilogie mettant en scène le lieutenant Joe Leaphorn de la Police Tribale Navajo.
Luis Horseman, un jeune Navajo, est devenu fugitif depuis qu'il a poignardé un homme dans la ville de Gallup au Nouveau-Mexique. Pour ne pas être pris par le "Policier Bleu", il s'est réfugié sur les terres anasazis, un endroit hanté par des fantômes et fui par le peuple Navajo. Mais dans ce désert rocheux et poussiéreux, longé par le canyon, Horseman va faire une mauvaise rencontre, celle d'un loup Navajo...
Begen McKee est professeur d'anthropologie à l'Université du Nouveau-Mexique, et aussi tueur de monstres ! Il est spécialisé dans l'étude des sorciers indiens. Dans une lettre adressée à son ami Joe Leaphorn, il fait part de son intention de revenir dans la réserve afin d'approfondir ses recherches sur la sorcellerie. Et c'est en compagnie d'un collègue, Jeremy Canfield, qu'il fait le choix d'aller établir ses recherches du côté du versant ouest des Lukachukai, sur les terres anasazis...
Pour aiguiller ses recherches, McKee se rend au comptoir des échanges chez Shoemaker, avec son ami policier Joe Leaphorn. Pendant ce temps, Canfield reste seul à leur campement. Alors que l'anthropologue perçoit des informations sur des rumeurs de sorcellerie, Leaphorn fait courir le bruit que l'homme poignardé par Horseman est seulement blessé. Ainsi, il espère que le fugitif sera prévenu et se rendra de son propre chef...
Plus tard, McKee rejoint le campement, et à sa grande surprise, Canfield est absent ! Ce dernier lui a laissé un étrange mot...
Dans ce "polar ethnologique", Tony Hillerman nous plonge dans la culture indienne des Navajos, épicentre de l'histoire. L'intrigue policière, et surtout son dénouement, sont à mettre de côté tant ceux-ci sont insignifiants, et pas crédibles. D'ailleurs, le personnage de Joe Leaphorn est peu présent, voire effacé par celui de McKee.
L'une des difficultés du texte est de se familiariser avec tous les termes liés à la culture navajo, car l'auteur nous plonge profondément au sein de ce peuple. Mais cette immersion est aussi sa force, puisqu'elle nous apprend énormément sur cette culture : ses rites, ses croyances et ses moeurs.
De plus, Hillerman possédait une narration de grande qualité : maîtrise du rythme, description des paysages et de l'action, avec la justesse du détail. Nous avons un parfait visuel de toute l'histoire et avons la sensation d'être en balade dans les " four corners" !
YB.
Lien : http://dunoirdupolar.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
loreleirocks
  24 août 2012
Ce premier tome de la série de Tony Hillerman m'a paru très différent de mes autres lectures de ce genre, mais de manière très agréable: on y trouve un rythme lent, sans être ennuyeux, qui semble aller de pair avec celui des Navajo (probablement aussi celui de tous les autres peuple amérindiens) qui veut que l'on ne doit pas se presser ; une mine d'informations sur la culture Navajo sans explication sur-détaillée de type encyclopédie et qui ne rompt pas le rythme narratif ; des personnages intéressants mais qui n'éclipsent ni les éléments culturels ( en particulier les légendes et croyances relatives à la sorcellerie et aux Skinwalkers et les cérémonies traditionnelles) ni les paysages envoûtants de l'Arizona et des autres états se recoupant à Four Corners, canyons et mesas, personnages à part entière.
Encore une série de polars sur des cultures étrangères "exotiques" que je vais me faire un plaisir de poursuivre...
Commenter  J’apprécie          100
Bookinette
  03 juillet 2021
Petit roman très court, à peine 216 pages, premier d'une série que j'avais envie de découvrir depuis bien longtemps.
J'ai beaucoup aimé cette lecture dépaysante qui nous plonge dans la culture navajo. Il faut bien avouer que l'entrée en matière n'est pas des plus simple, on est immergé immédiatement dans cette culture spécifique avec foison de notes de bas de pages, un lexique final assez conséquent, une entrée en matière compliquée mais vraiment passionnante !
J'ai appris tellement de choses sur le mode de vie, de pensée des navajos.
Mais le tableau d'une grande richesse sur les traditions de ce peuple fascinant ne fait pas oublier qu'il s'agit bien d'un polar avec une enquête simple et un peu courte (216 pages !) mais plutôt bien menée. Jo Leaphorn doit arrêter le jeune indien Horseman, recherché pour avoir poignardé un homme mais on le retrouve assassiné selon un rite bien particulier sur les terres anazasis, des terres hantées. On dit qu'un loup navajos a été vu dans les environs...
C'est surtout grâce à son ami anthropologue Bergen McKee qui travaille sur les sorciers, les légendes navajos et qui a monté un campement dans la région que le lieutenant Leaphorn va mener à bien ses investigations.
Des personnages singuliers, une nature aride et inhospitalière à la croisée de plusieurs états, des légendes et les coutumes indiennes au centre du récit, un roman alternant avec succès descriptions et péripéties, une chouette lecture distrayante et enrichissante !

Lien : https://chezbookinette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   14 juin 2016
Il était facile de voir pourquoi Yazzie avait érigé son hogan à cet endroit. Derrière les habitations, les falaises de grès d’une butte se dressaient à l’à-pic au nord et à l’ouest : cent siècles d’éboulis à leur base puis une pierre rougeâtre, lisse et abrupte, avec des traînées aux endroits où la couleur était devenue sombre par suite du suintement des eaux, suivie d’une couche de perlite grise plus malléable, creusée et criblée de grottes et de cavités, coiffée tout au sommet par l’avancée en surplomb d’une roche ignée noire et dure. Cela offrait aux hogans un abri contre les vents de sud-ouest et de l’ombre contre le soleil de fin d’après-midi. Au nord et à l’est, le paysage était un enchevêtrement fabuleux de formes colossales érodées dominées par une autre butte imposante au sommet aplati. Toutes les couleurs du spectre sont là, pensa McKee. Toutes à l’exception du vert pur. Le peu d’herbe qu’il y avait était hors de vue, caché dans des replis où la terre pouvait s’amasser et retenir les racines, et où les eaux qui ruisselaient de cette immensité rocheuse pouvaient être retenues et absorbées. Il avait dépassé plusieurs de ces endroits herbeux en empruntant la piste à chariots qui menait jusqu’à ce lieu. Certains, avait-il remarqué, avaient été sérieusement broutés par les moutons. Mais pas la majorité. Yazzie avait dû ressentir une belle frayeur pour emmener son troupeau en tournant le dos à cette herbe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Charybde2Charybde2   14 juin 2016
Il se glissa hors de sa paillasse, enfila son pantalon et sa chemise, se déplaçant silencieusement dans l’obscurité pour éviter de réveiller sa femme ainsi que ses deux fils qui dormaient de l’autre côté du hogan. Il évita leurs pieds avec ce soin inconscient qu’apportent les Navajos à ne pas enjamber un autre être humain, puis se pencha pour franchir la porte. Ses bottes, oubliées sous l’abri de broussailles, n’étaient que légèrement humides. Il les enfila tout en faisant chauffer de l’eau pour se préparer une tasse de café.
C’était un homme de petite taille au visage arrondi et au torse en forme de tonneau caractéristique du mélange sanguin navajo-pueblo ; il appartenait à un clan qui avait capturé jadis des jeunes femmes pueblos, et par là-même la structure osseuse plus courte et plus lourde des indiens Keres. Il versa le café dans une tasse et le but à petites gorgées tout en mangeant une tranche de mouton séché. La pluie avait été légère, une brève averse, mais c’était un bon présage.
Il savait que Ceux-qui-Appellent-les-Nuages avaient œuvré sur les réserves hopi et zuni et que, le long du Rio Grande, loin vers l’est, les indiens Pueblos exécutaient leurs danses de la pluie. La magie des habitants des pueblos avait toujours été forte, elle était plus ancienne que la médecine des Navajos et plus puissante. Il était un petit peu tôt pour cette première averse et Begay savait que c’était prometteur.
Il acheva son café avant de laisser ses pensées s’orienter vers la raison qu’il avait de se lever tôt. Dans quelques petites heures il allait voir sa fille, elle qu’il n’avait pas vue depuis l’été précédent. Il allait se rendre à l’arrêt du car de Ganado, le car s’arrêterait, il mettrait les valises de sa fille et ses paquets dans le pick-up truck et reviendrait avec elle au hogan. Elle resterait tout l’été avec eux. Begay avait délibérément repoussé le moment d’y penser parce que la Voie Navajo était la Voie du Milieu qui évitait tous les excès, même de joie. L’averse de minuit, l’odeur de la terre et la beauté du matin avaient été suffisants. Mais il y pensait maintenant en faisant démarrer son pick-up truck et en s’engageant en seconde sur la piste cahoteuse qui traversait la mesa. Et, tout en conduisant, il chantait un chant que son grand-oncle lui avait appris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
caryatidecaryatide   23 avril 2014
C'était un enchevêtrement fantastique de formations géologiques érodées, éclairé à ce moment là par le soleil couchant. L'homme blanc y voit la désolation et appelle ça un désert, pensa McKee, mais le nom que lui donnent les Navajos signifie "Vallée Magnifique".
Commenter  J’apprécie          150
Charybde2Charybde2   14 juin 2016
Le corps gisait juste à côté de la piste et les phares éclairèrent d’abord la semelle des chaussures. Avant qu’il ne puisse s’arrêter, le camion était presque à sa hauteur. Joseph Begay passa au point mort et laissa le moteur tourner. Il déboutonna sa chemise et en sortit une petite bourse de cuir qui pendait à son cou par une lanière. La bourse contenait un petit morceau de silex noir ayant grossièrement la forme d’un ours et une trentaine de grammes de pollen jaune. Il plongea son pouce dans le pollen puis le frotta contre sa poitrine. Il entonna :
Partout où je vais, moi-même
Puissé-je avoir de la chance
Partout où mes proches parents vont
Puissent-ils avoir la chance avec eux.
Le fantôme était parti… au moins pour le moment. Il l’avait vu remonter Teastah Wash à tire-d’aile. Il mit pied à terre et se tint à côté du corps. C’était un homme jeune vêtu d’un jean et d’une chemise rouge, qui portait des chaussures de ville. Le corps était allongé sur le dos, les jambes légèrement écartées, le bras droit tendu, le gauche replié sur la poitrine avec le poignet et la main qui dépassaient de manière étrange dans leur rigidité. Il n’y avait pas de sang visible mais les vêtements étaient humides à cause de la pluie.
Tout en parcourant les quinze derniers mètres de la piste cahoteuse qui le séparaient de la grand-route, conduisant plus vite qu’il ne l’aurait dû, il se disait qu’il allait devoir signaler ce cadavre à la Loi et l’Ordre avant de se rendre à l’arrêt du car. Il essayait de ne pas penser à l’expression figée sur les traits de ce jeune homme, à ses yeux exorbités et à ses lèvres retroussées dans un rictus de terreur pure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WictorianeWictoriane   24 juillet 2010
Le chien devient un homme, un homme de grande taille qui portait la peau d'un loup sur ses épaules, le crâne vide de l'animal reposant sur sa tête. Il tracersa une nappe de lumière et disparut du côté ouest derrière des buissons au pied de la pente d'éboulis. Quand la silhouette réapparut un instant plus tard, MacKee pensa, l'espace d'une seconde, que ses yeux l'avaient trompé...qu'il s'agissait réellement d'un loup. Mais c'était un homme qui courait, ramassé sur lui même, sur le sable humide du lit du canyon, qui courait en silence et avec rapidité en direction de sa tente. Il tenait quelque chose dans sa main droite, un objet en métal qui brillait à la lumière de la lune. C'était un révolver à canon long avec un magasin à munitions qui dépassait devant la détente. Un pistolet-mitrailleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Tony Hillerman (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tony Hillerman

Présentation des trois nouveaux ouvrages de la collection Rivages/Casterman/Noir
Découvrez la séance dédicace des auteurs Romain Renard, Christian de Metter et Will Argunas à l'espace passion BD du magasin Fnac Forum des halles. Leurs nouveaux ouvrages respectifs sont parus dans la collection Rivages/Casterman/Noir, qui s'étoffe de nouvelles perles mois après mois, pour notre plus grand plaisir. L'Homme Squelette de Will Argunas : Les enquêtes de la célèbre police tribale navajo de Tony Hillerman enfin en bande dessinée. Une narration coup-de-poing qui ne laissera aucun lecteur indifférent. Scarface de Christian de Metter : Inspirée en partie par le personnage d'Al Capone, plusieurs fois transposée au cinéma, voici l'histoire de l'une des plus célèbres figures du polar, revisitée avec maîtrise et talent à partir du roman-culte d'Armitage Trail. Un hiver de glace de Romain Renard : Un grand roman américain de Daniel Woodrell mis en images avec une rare intensité. Enregistré le 13 avril 2011.
+ Lire la suite
autres livres classés : navajosVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Lucky Luke

Je suis le personnage secondaire "réel" le plus présent dans la série et je fais ma première apparition dans l'album "Hors-la-loi". Dès ma deuxième apparition, dans "Lucky Luke contre Joss Jamon", je prends les traits d'un jeune bandit coléreux, petit, nez retroussé, taches de rousseurs et incisives en avant, je suis la parfaite caricature des jeunes adolescents.

Lucky Luke
Jolly Jumper
Rantanplan
Joe Dalton
Billy the Kid
Calamity Jane
Roy Bean
Buffalo Bill
Jesse James
Sarah Bernhardt
Wyatt Earp
Abraham Lincoln
Edwin Drake
Mark Twain
Allan Pinkerton

15 questions
129 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd jeunesse , bande dessinée , bande dessinée humour , western , western humoristique , bd franco-belge , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..