AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743644354
Éditeur : Payot et Rivages (16/05/2018)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 114 notes)
Résumé :
Quand une anthropologue notoire arrive dans les montagnes sacrées du pays Anasazi, elle est d'abord furieuse de découvrir que le site funéraire pré-navajo a été pillé ; puis elle est terrifiée par ce qui surgit de l'ombre. Des semaines plus tard, le lieutenant Joe Leaphorn, en examinant un rapport selon lequel l'anthropologue a dérobé de précieux objets, découvre aussi qu'elle a disparu. L'affaire prend un tour sinistre lorsque Jim Chee, à la recherche de matériel d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
paroles
  21 novembre 2016
Voilà un roman policier qui change de ceux que j'ai déjà lus auparavant. En quoi ? Et bien, ici, nous avons affaire à une disparition qui a lieu dans les réserves indiennes des Etats-Unis et les policiers font partie de la police locale Navajo. Pas de FBI, pas de police scientifique. Juste des policiers de terrain qui connaissent justement les us et coutumes des gens du cru. Et là, nous en apprenons beaucoup sur les communautés indiennes.
Alors vous dire que j'ai aimé, cela semble évident !
Une jeune femme, anthropologue, spécialiste des céramiques des Anasazi (ancienne tribu indienne apparue mille ans avant notre ère et disparue aux environs du XIVe siècle) est partie explorer et étudier un coin bien précis de cette ancienne civilisation. Elle devait s'absenter deux jours mais personne n'a de se nouvelles depuis bien plus longtemps... Dans le même temps, des vols de camions et de matériels de fouilles ont lieu. Et c'est ce deuxième événement qui va conduire les policiers à s'intéresser à la première disparition...
Alors oui, je le redis. J'ai beaucoup aimé ce roman pour le lien qui se crée entre les deux policiers Navajos qui se découvrent au fur et à mesure de l'enquête. Il est fait de beaucoup de respect et d'écoute de l'autre. J'ai été aussi impressionnée par l'étendue des décors, la beauté des paysages, la solitude des espaces balayés par les vents. Et puis, il y a aussi un certain regard posé sur le rapport blancs-indiens qui jamais ne s'éloigne du simple constat, sans aucune animosité.
Quant au titre que je trouve très joli, il est le surnom qu'on donne aux pilleurs de tombes qui n'ont aucun respect des morts et que seule la convoitise et le recel d'antiquités guident.


Lien : http://mes-petites-boites.ov..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
la_fleur_des_mots
  27 septembre 2014
Deux enquêtes, deux personnages récurrents de Tony Hillerman. D'un côté, Leaphorn, veuf et proche de la retraite, part à la sur les traces d'une anthropologue récemment disparue. de l'autre, Chee est cantonné à la surveillance d'un parc automobile après la disparition d'un camion. Leurs recherches les amènent à travailler ensemble et font naître un respect mutuel entre ces deux personnages au caractère bien trempé.
Outre l'intrigue policière, ce roman est une plongée sans concession aussi bien dans la culture navajo que dans le milieu, parfois cupide, des archéologues et des pilleurs de sites. Un récit qui prend son temps, une écriture brillante, une documentation fouillée et des personnages profondément attachants plongent le lecteur dans un univers contrasté à la violence sourde. Un bon polar, divertissant et enrichissant.
Lien : http://bloglavieestbelle.ove..
Commenter  J’apprécie          200
caryatide
  11 mai 2014
Quand le lieutenant Leaphorn se présente avec un jeune collègue au Parc National Historique de Chaco avec un mandat de perquisition concernant le docteur Eleanor Friedman-Bernal, il n'est pas particulièrement bien reçu.
D'abord parce que le docteur Friedman est une archéologue tout à fait officielle, ensuite parce que cela fait maintenant douze jours que ses collègues ont signalé sa disparition et qu'ils ont l'impression que tout le monde (et surtout la police) s'en moque...
Leaphorn vient de perdre Emma sa femme, il a quelques jours de congé avant sa retraite et c'est sans conviction qu'il a accompagné son collègue.
Mais il va être ému en constatant que la jeune femme s'était donné le mal de préparer un bon petit plat (justement un de ceux qu'Emma aimait faire) et qu'elle avait disparu avant de pouvoir le faire déguster à un invité sans doute important.
Où peut elle bien être ?
Chee, lui doit surveiller le parc de stationnement des véhicules motorisés de la Police Tribale. mais justement pendant qu'il raccompagnait une vieille femme ivre chez elle une énorme pelleteuse a disparu...
Leaphorn cherche l'archéologue, Chee la pelleteuse...Avec l'aide d'un homme politique, héros malheureux il y a presque vingt ans d'un terrible fait divers, d'un prêcheur évangéliste itinérant et d'une entreprise de New York spécialisée dans la vente aux enchères d'objets d'art ils découvriront, malheureusement, plusieurs cadavres...
Il me semble que ce livre est un des mieux construits de Tony Hillerman. Quand on l'a terminé on se rend compte que tout était contenu dans le premier chapitre...mais tout est tellement bien caché que je peux le dire sans que ça gâche le plaisir de le lire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Rebka
  07 octobre 2016
Au-delà de l'intrigue policière, ce que j'aime chez Tony Hillerman c'est cette plongée dans la culture Navajo. le voleur de temps (expression qui désigne un pilleur de tombes) ne fait pas exception, on ressent l'ambiance de la réserve, on s'immerge dans la beauté de ces contrées balayées par les vents et les herbes qu'il entraîne, ces paysages plombés par leur gigantisme et leur majesté. Mais aussi, on est fasciné par les us et coutumes de ces indiens, ce respect, cette patience ou ce silence inhérents à leur culture et on découvre les anciennes tribus Anasazi qui précédaient les Navajo sur ces terres sauvages.
Ce côté « étude ethnologique » ne gâche en rien la qualité de l'enquête policière, son érudition ne parasite pas l'enquête mais, au contraire, il s'agit d'un des ingrédients essentiels de sa progression au rythme de cette fameuse « heure Navajo », ce temps suspendu qui s'écoule aléatoirement…
Bref, j'ai apprécié le son de la flûte de Kokopelli même si ce n'est pas mon titre préféré de Hillerman,et je retrouverai avec plaisir le Dineh lors d'une prochaine lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jfponge
  26 juillet 2015
Une civilisation a précédé le peuple navajo dans les canyons du Colorado et quelques états limitrophes. Les anasazis, mystérieusement disparus aux alentours de ce que nous appelons le "Moyen-Âge", ont laissé de nombreux vestiges, dont des poteries qui servaient, pour les plus belles, de monnaie d'échange. Tel est le cadre de l'enquête que vont mener en parallèle le lieutenant Joe Leaphorn, qui s'apprête à prendre une retraite bien méritée, et le jeune Jim Chee. Tous deux appartiennent à la police tribale navajo, mais Joe enquête sur la disparition d'une célèbre archéologue, Eleanor Friedman-Bernal, spécialiste des poteries anasazis, alors que Jim s'intéresse juste au vol de deux véhicules utilitaires appartenant à la réserve indienne. le jeune et le vieux vont se retrouver plongés dans une sombre histoire où universitaires et collectionneurs se disputent à l'envi les précieux vestiges de cette civilisation disparue. Et l'amour s'en mêle, comme de bien entendu. Dans la lignée des précédentes aventures du lieutenant Leaphorn ("Dieu-qui-parle", "Coyote attend" et bien d'autres), nous voilà entraînés dans un polar intense, truffé de références ethniques, déchiffrables grâce à un glossaire en fin d'ouvrage. Une réussite...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
dolly31dolly31   23 mars 2018
A cet instant précis elle entendit à nouveau le sifflement. Juste derrière elle. Pas un oiseau de nuit. Pas une variété de reptile. C'était une mélodie que les Beatles avaient rendue célèbre. «  Hey, Jude », en étaient les premières paroles. Mais Eleanor ne la reconnut pas. Elle était trop terrifiée par la silhouette bossue qui sortait du clair de lune pour pénétrer dans cette poche des ténèbres.
Commenter  J’apprécie          170
caryatidecaryatide   10 mai 2014
La chemise était humide à cause de la pluie sous laquelle il avait marché pendant qu'il se rendait de son hôtel à cet immeuble de bureaux, avant de se réfugier dans un drugstore. A sa grande surprise, le magasin vendait des parapluies. Il en avait acheté un, le premier qu'il eût jamais possédé, et avait poursuivi sa route en s'abritant dessous ( affreusement conscient de l'image qu'il offrait de lui-même), tout en se disant qu'il allait posséder le seul parapluie de Window Rock, et peut être le seul parapluie de toute la réserve, si ce n'était de tout l'Arizona.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Charybde2Charybde2   06 juillet 2016
Quelle que soit la raison qui l’avait fait agir, il était là, sur la frange de la réserve navajo, tout à l’est, à plus de cent cinquante kilomètres de chez lui. Quand les circonstances le lui permettraient, il irait parler à un homme dont l’existence même lui était désagréable. Il lui poserait des questions auxquelles cet homme refuserait peut-être de répondre, et qui, s’il répondait, ne lui apprendraient peut-être rien. La seule autre solution consistait à rester assis dans leur salon, télévision allumée pour servir de bruit de fond, à essayer de lire. Mais l’absence d’Emma l’en empêchait toujours en se faisant palpable. Quand il levait les yeux, il voyait la gravure de R.C. Gorman qu’elle avait accrochée au-dessus de la cheminée. Elle avait été le sujet de discussions entre eux. Emma l’aimait, lui pas. Les mots prononcés résonnaient à nouveau à ses oreilles. Et le rire d’Emma. C’était la même chose quel que soit l’endroit où il regardait. Il devrait vendre cette maison, ou la brûler. C’était dans la tradition du Dineh. Abandonner la maison contaminée par la mort, éviter que la maladie du fantôme ne s’empare de vous et ne vous mène à la mort. Sages étaient les anciens de son peuple, et le Peuple Sacré qui leur avait enseigné les règles de vie et les coutumes navajos. Mais au lieu de le faire il allait se livrer à ce jeu futile. Il allait retrouver une femme. Si elle était vivante, elle devait souhaiter qu’on la trouve. Si elle était morte, cela n’avait pas d’importance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   06 juillet 2016
Le canyon tourna sous la falaise et quitta le clair de lune. Elle alluma sa torche. Il n’y avait aucun risque que quelqu’un la voie. Et cela l’amena à penser à la distance qui devait la séparer de l’être humain le plus proche. Pas très grande à vol d’oiseau, peut-être vingt-cinq ou trente kilomètres à tire-d’aile. Mais il n’y avait pas d’accès direct. pas de routes pour traverser ce paysage constitué de roches presque continues, et aucune raison d’en construire. Aucune raison non plus d’ailleurs pour que les Anasazis soient venus là sinon pour échapper à quelque chose qui les menaçait. Aucune raison que les anthropologues aient réussi à imaginer… pas même les spécialistes de l’anthropologie culturelle avec leur célèbre talent pour échafauder des théories sans preuves. Mais ils étaient bien venus. Et avec eux était venue leur artiste. Elle avait abandonné Chaco Canyon. Elle était venue ici pour créer ses nouveaux pots et pour mourir.
De l’endroit où le docteur Friedman-Bernal marchait, elle pouvait voir l’une de leurs ruines sur sa droite, vers le bas de la paroi de la falaise. Si ça avait été le jour, se souvient-elle, elle aurait pu en distinguer deux de plus dans l’immense amphithéâtre situé plus haut à flanc de falaise sur sa gauche. Mais pour l’instant la niche était envahie d’une ombre noire : elle ressemblait à une immense bouche entrouverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   06 juillet 2016
– Le Pays de la Petite Pluie, dit Thatcher. Qui est-ce qui l’a appelé comme ça ?
Leur amitié n’était pas de celles qui exigent des réponses. Leaphorn regardait vers l’amont, observant une petite flottille de kayaks en caoutchouc, de radeaux et de doris en bois qui plongeaient dans le courant depuis la rampe de Sand Island. Une expédition nautique à travers les canyons encaissés. Emma et lui avaient parlé d’en faire une. Elle aurait adoré ça, entraîner Leaphorn loin de toute possibilité d’appel par téléphone. L’arracher aux limites de la terre. Et il aurait adoré ça lui aussi. Il avait toujours eu l’intention de le faire mais il n’avait jamais eu assez de temps pour ça. Et maintenant, bien sûr, le temps était entièrement consumé.
– Une de vos tâches ? demanda Leaphorn avec un signe de tête en direction de la flottille au-dessous d’eux.
– Nous leur décernons leur licence d’organisateurs d’excursions en bateaux. Nous leur vendons les permis, nous nous assurons qu’ils appliquent les règles de sécurité. Et cetera.
Il désigna la rivière d’un signe de tête et poursuivit :
– Ça doit être la dernière de la saison. On ferme la rivière vers cette époque-ci.
– Un vrai casse-tête ?
– Pas avec eux. Eux, là, ce sont les Expéditions Rivière Sauvage. Ils viennent de Bluff. Des pros. Ils vendent surtout des excursions éducatives. Ils vous emmènent avec un géologue pour étudier les formations et les fossiles, avec un anthropologue pour visiter les ruines anasazi en remontant les canyons, ou peut-être avec un biologiste pour vous faire pénétrer dans le monde des lézards, des lichens et des chauves-souris. Ce genre de choses. Ce sont des gens âgés qui y vont. Davantage d’argent. Pas le groupe d’adolescents attardés qui espèrent connaître la trouille de leur vie en descendant les rapides.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Tony Hillerman (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tony Hillerman

Présentation des trois nouveaux ouvrages de la collection Rivages/Casterman/Noir
Découvrez la séance dédicace des auteurs Romain Renard, Christian de Metter et Will Argunas à l'espace passion BD du magasin Fnac Forum des halles. Leurs nouveaux ouvrages respectifs sont parus dans la collection Rivages/Casterman/Noir, qui s'étoffe de nouvelles perles mois après mois, pour notre plus grand plaisir. L'Homme Squelette de Will Argunas : Les enquêtes de la célèbre police tribale navajo de Tony Hillerman enfin en bande dessinée. Une narration coup-de-poing qui ne laissera aucun lecteur indifférent. Scarface de Christian de Metter : Inspirée en partie par le personnage d'Al Capone, plusieurs fois transposée au cinéma, voici l'histoire de l'une des plus célèbres figures du polar, revisitée avec maîtrise et talent à partir du roman-culte d'Armitage Trail. Un hiver de glace de Romain Renard : Un grand roman américain de Daniel Woodrell mis en images avec une rare intensité. Enregistré le 13 avril 2011.
+ Lire la suite
autres livres classés : Réserves indiennesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Lucky Luke

Je suis le personnage secondaire "réel" le plus présent dans la série et je fais ma première apparition dans l'album "Hors-la-loi". Dès ma deuxième apparition, dans "Lucky Luke contre Joss Jamon", je prends les traits d'un jeune bandit coléreux, petit, nez retroussé, taches de rousseurs et incisives en avant, je suis la parfaite caricature des jeunes adolescents.

Lucky Luke
Jolly Jumper
Rantanplan
Joe Dalton
Billy the Kid
Calamity Jane
Roy Bean
Buffalo Bill
Jesse James
Sarah Bernhardt
Wyatt Earp
Abraham Lincoln
Edwin Drake
Mark Twain
Allan Pinkerton

15 questions
115 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd jeunesse , bande dessinée , bande dessinée humour , western , western humoristique , bd franco-belge , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre