AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Philippe Noble (Traducteur)
EAN : 9782020103589
125 pages
Seuil (01/10/1988)
4.5/5   15 notes
Résumé :
(Het denkende hart van de barak. Brieven van Etty Hillesum, 1982) - Etty Hillesum a vécu dans le camp de Westerbork en 1942 et a été déportée en 1943 en camp de concentration où elle mourut. Etti Hillesum a regardé la réalité et son horreur en face, sans s'y perdre, et a vécu sa liberté d'être jusque dans la mort. Je n'ai d'elle, qu'un livre bouleversant intitulé "Lettres de Westerbork", l'autre "Une vie bouleversée" n'était plus en stock.
Dans l'enfer du cam... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
colimasson
  10 janvier 2017
Etty Hillesum arrive au camp de Westerbork le 30 juillet 1942 en tant que fonctionnaire juive affectée au service de la Registratur, où étaient enregistrés les nouveaux arrivants. Elle fait aussi office d'assistante sociale. Les règles se durcissent progressivement. En juillet 43, les autorités allemandes décident de mettre fin au statut particulier des 120 membres du Conseil juif présents au camp. Une moitié d'entre eux doit rentrer à Amsterdam tandis que l'autre moitié reste au camp mais perd son privilège de liberté de circulation. Etty choisit de rester au camp car ses parents et son frère sont arrivés entre-temps. Finalement, Etty et sa famille seront déportés à Auschwitz où ils mourront en 1944.

Les lettres d'Etty témoignent du développement d'une foi personnelle qui ne s'affaiblit pas malgré la défaveur croissante du sort –une foi qui ne dépend pas de ce que nous appelons « châtiments » de l'extérieur. « La vie que je mène ici n'entame guère mon capital d'énergie –le physique se délabre bien un peu, et l'on tombe parfois dans des abîmes de tristesse-, mais dans le noyau de son être on devient de plus en plus fort ». Sans doute pas permis si on ne finit pas par accepter (ou par se soumettre à cette nécessité que) «un moment vient où l'on ne peut plus agir, il faut se contenter d'être et d'accepter » car nos pensées veulent toujours condamner pour ne jamais savoir. « On me dit parfois : « Oui, tu vois toujours le bon côté des choses. » Quelle platitude ! Tout est parfaitement bon. Et en même temps parfaitement mauvais. Les deux faces des choses s'équilibrent, partout et toujours. Je n'ai jamais eu l'impression de devoir me forcer à en voir le bon côté, tout est toujours parfaitement bon, tel quel. Toute situation, si déplorable soit-elle, est un absolu et réunit en soi le bon et le mauvais. »

Le développement de cette foi est sans doute plus perceptible dans le journal tenu parallèlement par Etty (Une vie bouleversée) mais elle émane toutefois de ses lettres d'une manière incontestable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
lili09
  02 décembre 2014
Les pensées d'une jeune femme juive pendant la guerre 39-45, déportée à Auschwitz avec l'intégralité de sa famille.
Ces lettres mais aussi son journal sont des documents historiques d'une grande valeur pour aider à comprendre la vie de ces juifs néerlandais pendant la guerre. On entre également dans l'intimité d'une jeune femme qui grandit, tout simplement.
Un livre que j'ai acheté lorsque j'étais en terminale et qui fait partie de mes trésors.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   07 mars 2017
Les quelques grandes choses qui importent dans la vie, on doit garder les yeux fixés sur elles, on peut laisser tomber sans crainte tout le reste. Et ces quelques grandes choses, on les retrouve partout, il faut apprendre à les redécouvrir sans cesse en soi pour s’en renouveler. Et malgré tout, on en revient toujours à la même constatation : par essence la vie et bonne, et si elle prend parfois de si mauvais chemins, ce n’est pas la faute de Dieu, mais la nôtre. Cela reste mon dernier mot, même maintenant, même si l’on m’envoie en Pologne avec toute ma famille.

26 juin 1943
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
colimassoncolimasson   26 janvier 2017
On s’aperçoit aujourd’hui qu’il ne suffit pas, dans la vie, d’être un politicien habile ou un artiste de talent. Lorsqu’on touche au fond de la détresse, la vie exige bien d’autres qualités.
Oui, c’est vrai, nous sommes jugés à l’aune de nos ultimes valeurs humaines.

[Fin décembre 1942]
Commenter  J’apprécie          201
colimassoncolimasson   16 janvier 2017
On se dit certains jours qu’il serait plus simple de partir soi-même une fois pour toutes « en convoi », plutôt que de devoir être témoin, semaine après semaine, des angoisses et du désespoir des milliers et des milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, d’infirmes, de débiles mentaux, de nourrissons, de malades et de vieillards qui glissent entre nos mains secourables en un cortège presque ininterrompu.

Fin décembre 1942
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MacabeaMacabea   19 juillet 2019
Hier soir après une longue marche sous la pluie et malgré mes ampoules aux pieds j'ai fait un dernier petit détour à la recherche d'une charrette de fleuriste et je suis rentrée chez moi avec un grand bouquet de roses. Et elles sont-là. Elles ne sont pas moins réelles que toute la détresse dont je suis témoin en une journée. Il y a place dans ma vie pour beaucoup de choses.
Commenter  J’apprécie          80
colimassoncolimasson   25 février 2022
J’ai ici un excellent ami. La semaine dernière, il devait faire partie du convoi. […] Nous ne voulions pas nous accabler mutuellement du chagrin de la séparation, nous riions et parlions de nous revoir. Chacun était capable d’assumer son destin. Or c’est cela qui est désespérant ici : incapables d’assumer leur sort, les gens s’en déchargent sur les épaules d’autrui. Et c’est sous ce poids-là qu’on risque de succomber, sûrement pas sous celui de son propre destin. Je me sens de force à affronter le mien, mais pas celui de mes parents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Etty Hillesum (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Etty Hillesum
Claire de Saint Lager, auteur du livre "Comme des colonnes sculptées" donne donne son conseil confinement, à la suite d'Etty Hillesum
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2634 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre