AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2265116459
Éditeur : Fleuve Editions (08/02/2018)

Note moyenne : 4.32/5 (sur 14 notes)
Résumé :
La famille Virtanen est unie, bien sous tous rapports. Les parents ont un emploi stable, leurs deux filles mènent une scolarité brillante. Ils sont sociables, serviables, avenants. Tous leurs voisins s'accordent à le dire. Pourtant, un jour, le père tue ses enfants, puis son épouse, avant de se donner la mort.
Pour Lauri Kivi, chroniqueur judiciaire dans l'un des plus grands quotidiens d'Helsinki, cette tragédie n'est pas sans en rappeler d'autres de même nat... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
SZRAMOWO
  01 février 2018
Le journaliste des affaires criminelles Lauri Kivi, travaille au Suomen Sanomat à Helsinki, il est sorti un temps avec Jatta, la chargée de communication de la police de Helsinki.
« La police a découvert les corps de quatre membres d'une même famille dans une maison individuelle située Vislauskuja, dans le quartier de Toivola, à Helsinki, le lundi 08.06.2013 à 03 h 34. »
Cela n'empêche pas les conférences de rédaction de se dérouler dans une ambiance de potache : « … Pokka…était au téléphone, l'air agacé. Sûrement une personne âgée. Qui se plaignait de ne pas avoir reçu le journal. Il s'avérerait finalement que le vieux croûton, comme le chef des informations appelait ce genre de clients, avait fait la sieste et cru au réveil émerger dans un nouveau matin. »
« Lauri avait ravalé ses insultes et présenté ses excuses. Il n'arrivait pas à croire que Petit Souci ait espionné ses transports de tasses de café. On ne pourrait bientôt plus aller pisser sans qu'il surveille où tombait la dernière goutte. »
« — Il reste cette histoire de quinquagénaire qui s'est réveillé d'entre les morts, la nuit dernière à la morgue.
— Allez-y, prenez. On a rarement l'occasion de pouvoir pondre un papier pareil. le cas précédent remonte à près de deux mille ans. »
Ambiance…
Lauri Kivi mène l'enquête à sa manière. C'est-à-dire qu'il ne fait pas confiance à la police. Exemple : « — Vous indiquez que les enquêteurs privilégient l'hypothèse selon laquelle le père de famille a tué sa femme et ses deux filles avant de se suicider. Dans quelle mesure prenez-vous cette hypothèse au sérieux ? »
Son intuition et sa propre expérience familiale le pousse à s'intéresser de près aux meurtres familiaux qui ont eu lieu dans le passé en Finlande. Il est convaincu que dans toutes ces affaires, la violence du tueur est la réplique de la violence que celui-ci a subi, enfant.
Alors que la police et ses collègues parlent de drame familial, il parle, lui, de meurtres.
« — Que tu avais fait ton travail comme d'habitude. Il a demandé si tu t'intéressais plus particulièrement, pour une raison ou une autre, à ce drame familial.
— À ces meurtres. Ce sont des meurtres.
— OK. »
Il fait le rapprochement avec ce qu'il a lui-même vécu dans son enfance. le silence des familles est parfois effrayant Lauri sait par expérience qu'il « fallait de la détermination, de l'intelligence et de la volonté pour se détacher des modèles de son enfance et vivre à sa façon. »
Lauri a la distance et la compassion nécessaires pour approcher les mobiles du tueur.
« Depuis les meurtres de Toivola, et même les précédents, il éprouvait du respect pour les familles. Bien qu'il ait souffert de la sienne dans son enfance. Les familles étaient faites pour résister. Pas à tout et à n'importe quoi, mais à l'éclatement. »
Le récit est dense, précis, détaillé. Il nous fait partager l'enfance violente de Lauri Kivi et les lâchetés des adultes censés le protéger.
« Quand il était enfant, le mal était pour lui la tout sauf sainte trinité du samedi soir, de la bouteille et du poing. le vieux avait été battu dans son enfance, et il était trop borné pour tirer les leçons des erreurs de son père. »
La violence de son père était couverte par les mensonges de sa mère et la complaisance coupable de sa grand-mère.
« Une minute plus tard, elle avait prétendu avoir de la farine dans l'oeil, alors qu'elle n'avait pas fait de pâtisserie depuis déjà deux ans. »
« Sa compagnie était épuisante. Mamie Ansa mentait comme un agent immobilier. La vérité ne lui suffisait pas. Elle se justifiait en arguant que d'innocents mensonges ne faisaient de tort à personne. »
Le passé de Kivi va le servir mais attirer les soupçons sur sa connaissance jugée trop précise des comportements du tueur.
L'enquête se déroule à 100 à l'heure dévorant tout sur son passage, l'incompétence des policiers mise en lumière par la personnalité ambigüe de Lauri Kivi, les jalousies professionnelles au sein de la rédaction du Suomen Sanomat, les démêlées de Kivi avec son ancienne femme Paula, le passé de ce journaliste à la résilience éprouvée.
Le tour de force de l'auteur est de nous livrer une histoire à plusieurs voix qui prend son temps sans jamais nous lasser. Avec une maîtrise surprenante le récit fait sans arrêt des allers et retours du présent vers le passé pour nous faire mieux comprendre la psychologie heurtée et complexe des personnages. Cela n'empêche par l'auteur de faire parfois preuve d'une ironie féroce :
« Milla descendit du taxi. Elle se vengerait la prochaine fois qu'il viendrait à son cabinet. Elle l'enverrait se faire faire un lavement avec des sarcasmes du même acabit. Elle lui assurerait que ça soignait le rhume, faisait baisser la fièvre et rendait plus aimable. »
« le vieux avait gueulé que cultiver l'humour était une belle chose, mais que certains n'avaient malheureusement pas la main verte. »
Un roman impressionnant qui rajoute à notre connaissance de la société finlandaise et de ses démons parfois difficiles à comprendre pour nous européens du sud, et que Simo Hiltunen décrypte avec la précision d'un micro chirurgien.
Un auteur est né avec ce premier roman que je vous conseille de lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
MAPATOU
  02 janvier 2018
COUP DE COEUR !! J'ai adoré « Si vulnérable »
Lauri Kivi est en charge des chroniques judiciaires dans l'un des plus grands quotidiens d'Helsinki. C'est un homme plutôt solitaire et peu doué pour les relations sociales, mais un excellent journaliste.
Quand éclate l'affaire Virtanen, c'est lui que son rédacteur en chef envoie sur les lieux du drame : un père de famille (policier de surcroît) vient d'assassiner ses deux petites filles ainsi que sa femme puis s'est donné la mort. Or, rien ne pouvait présager un tel drame, la famille étant unie, fréquentant voisins et amis et ne semblant pas avoir de problèmes financiers.
Ce qui interpelle Lauri, c'est qu'il y a eu déjà trois cas similaires en Finlande. Il décide d'investiguer pour comprendre ce qui a bien pu se passer pour que ces pères de famille deviennent des meurtriers.
Dans le même temps, nous découvrons ce que Lauri a lui-même dans la tête : son enfance terrorisée par les coups d'un père tyrannique et violent ; son angoisse à tisser des liens car il sait que lui aussi peut devenir violent ; ses efforts pour toujours museler « le loup qui sommeille à l'intérieur. »
Plusieurs éléments relevés sur le terrain, et qui apparemment avaient échappé à la police, lui donnent la conviction que les quatre « Famillicides » ont été commis par un tueur en série. Il fait alors dans son journal une description du meurtrier :
« Notre meurtrier a peur. C'est pour cela qu'il est devenu ce qu'il est. Au tout début, il tremblait, faisait pipi dans sa culotte et avait peur. de son père, probablement. Et il nous fait maintenant partager cette peur. Il la propage, pour s'en débarrasser. La peur provoque l'oppression et l'excès de pouvoir. Et notre faible ami jouit de ce pouvoir. C'est un être pitoyable, à l'esprit étroit, sexuellement impuissant, qui s'excite quand nous nous abaissons à avoir peur. Ne lui donnez aucun pouvoir. Si vous le rencontrez, rappelez-vous que c'est un petit garçon peureux qui veut se sentir invincible. Intérieurement, il crie papa, papa regarde-moi. Papa, papa aime-moi. »
Lequel tueur va rentrer en contact avec Lauri et menacer sa vie, celle de son ex-femme et de sa fille.
Ce roman mêle d'une façon parfaite les éléments d'une enquête de police avec une intrigue qui tient en haleine jusqu'au bout, la psychologie des adultes martyrisés pendant l'enfance et qui ont été capables ou pas de résilience pour avancer dans leur vie, la vie en Finlande.
Croyez-moi, vous allez plonger dans ce roman et ne plus le lâcher !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
croix59
  28 février 2018
Très bonne surprise que ce roman finlandais qui traite de nombreux sujets mais tous autour de la famille. Suite à la découverte d'un familicide réalisé a priori par le père de famille policier, Lauri Kivi, journaliste, décide de faire un article pour tenter d'analyser ce type de meurtre particulier qui est d'entrainer dans la mort, sa famille. Il se penche sur 3 derniers cas dont un concerne l'ex petite amie de son frère disparu. Les personnes rencontrées semblent dire que tout se passait bien, que ces familles n'avaient ni problème financier, ni soucis conjugaux. Après la découverte d'un dessin d'une des enfants tuées, Kivi va finalement se demander si un tiers n'aurait pas causé ses drames.
Passionné par le sujet car venant d'une famille dysfonctionnelle avec un père alcoolique et qui frappait femme et enfant, une mère qui buvait aussi, un frère qui a disparu après avoir voulu s'occuper de son père; Lauri Kivi pense trouver les points communs qui ont conduit les pères au meurtre. Se demandant en parallèle pourquoi cela ne s'est pas terminé ainsi chez lui.
Et découvrant que la violence de son père était lié à sa propre enfance violentée par son propre père. Pour sa part, ayant peur de sa propre violence, Lauri a laissé son ex femme élever seule leur fille sans que celle ci sache qu'il était toujours en vie.
Personnage froid, peu empathique, Lauri peut sembler à bien des égards aussi perdu que ces meurtriers mais en fait c'est une carapace qu'il s'est construite pour éviter les sentiments et éviter les excès. Sa rencontre avec sa fille Avaa, avec Milla, ex reine de beauté de son enfance, adoucit quelques peu ses traits.
Le propos est dur par son sujet et par le biais utilisé qu'est Lauri même si on comprend parfaitement comment il s'est construit.
C'est un vrai suspens mais en même temps une analyse psychologique des personnages car nul n'est réellement bon ici. Parfois cela va un tantinet loin, c'est le reproche que j'adresserai à ce livre. le jugement fait sur certains personnages est pesant.

Cela mis à part cela reste un excellent suspens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Anaislectrice
  23 avril 2018
Un OLNI (Objet Littéraire Non Identifié) venu du froid !
Oubliez tout ce que vous savez sur les thrillers nordiques ! Si vulnérable bouscule les codes du thriller du grand nord, pour nous offrir un livre dur, sans concession ni filtre, qui ravira les lecteurs qui aiment les thrillers qui déménagent !
J'ai l'habitude de dire que les thrillers venus du froid prennent leur temps au niveau de l'intrigue, ce sont plutôt les ambiances et les atmosphères qui créent le suspense et le sentiment angoissant que doit éprouver tout bon lecteur de littérature noire qui se respecte, mais il faut bien avouer que l'action n'est jamais folichonne et on peut rapidement s'y ennuyer, surtout si on aime les intrigues mouvementées. Or ici, on est sur quelque chose qui est, à mon sens, complètement inédit dans le thriller nordique : l'auteur a opté pour une liberté de ton assez impressionnante par rapport à ses confrères et consoeurs, et il osé certaines scènes d'une violence que je n'ai jamais rencontrée dans cette littérature.
Là où l'auteur est très fort, c'est qu'il arrive néanmoins à prendre son temps pour développer certains aspects de l'histoire qu'il souhaite mettre en avant, tels que les relations familiales difficiles ou encore une certaine critique de la société finlandaise, tout en provoquant des rebondissements régulièrement afin de ne pas lasser et perdre le lecteur. Il prend également le temps de développer de manière très large l'aspect psychologique des personnages, surtout du personnage principal…
Un personnage ambivalent
Ce qui fait la force de Si vulnérable, c'est incontestablement le personnage de Lauri Kivi, journaliste, qui crève les pages, qui est doté d'une personnalité hors norme, pugnace du fait de son enfance chaotique et de ses erreurs commises dans le passé. Il est une personne sans attache, qui n'a peur de rien ni de personne, si ce n'est de lui-même. Loin du stéréotype du personnage mal dans sa peau et dépressif, il ne se laisse pas envahir par un quelconque spleen, mais il reste véritablement marqué au fer rouge par son enfance passée sous les coups de son père alcoolique, à regarder sa mère se faire tabasser régulièrement. Ces éléments du passé nous sont relatés régulièrement, noyés parmi les faits actuels, parce qu'à un moment une situation, un mot ou un quelconque souvenir est revenu envahir l'esprit de Kivi. Nous assistons alors à des scènes assez terribles, et découvrons peu à peu que derrière l'image que le journaliste donne de lui-même, se cache un être bien plus sombre, aux pulsions pouvant être destructrices. Nous traversons ce livre à ses côtés, prenons connaissance de ses pensées les plus profondes et j'ai eu un énorme coup de coeur pour lui malgré son tempérament glacial et son ambivalence.
La famille, au coeur de l'intrigue
Ici, le thème de la famille est abordé d'un point de vue particulièrement sombre : violences familiales, « familicides », alcoolisme, abandon d'enfant vont être votre lot quotidien dans les presque 600 pages de ce livre. Il est question ici de l'héritage que notre famille nous laisse, surtout pour le côté négatif, et de ce que nous pouvons en faire après avoir pris de la distance vis-à-vis des personnes toxiques et des événements. On se rend alors compte qu'il est terriblement difficile de prendre du recul et de réussir à mener notre vie le plus normalement possible.
Au-delà de sa propre histoire familiale, Kivi va plonger dans ces drames familiaux, où l'un pétera à un moment un plomb au point de décimer son conjoint et ses enfants. Pourquoi ces meurtres ? Mais surtout, pourquoi autant de drames similaires ? Et si, finalement, il s'agissait d'une intervention extérieure ?
Malgré sa taille imposante et quelques longueurs par moment, vite balayées par l'intrigue qui reprenait son cours, ce livre va directement dans ma catégorie « coup de coeur« . Je considère qu'un livre est un coup de coeur quand je suis obnubilée par lui lorsque je suis obligée de le poser pour aller bosser ou reprendre une activité personnelle.
Simo Hiltunen a réussi à insuffler quelque chose de totalement nouveau dans le thriller nordique qui devient, à mon sens, un peu trop redondant. C'est une véritable bouffée d'oxygène pour les amateurs du genre, et je ne manquerais pas de suivre de près cet auteur dans de futures parutions.
Lien : https://anaisseriallectrice...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chevalierortega33
  05 février 2018
Tout y est : enfance maltraitée, paternité contrariée, violences conjugales, hémoglobine, méprises policières, journalisme d'investigation, des enfants cassés qui veulent rebondir et sont rattrapés par leur passé, des amours de jeunesse bafouées et retrouvées, une belle bande de rescapés de la vie, souvent malgré eux. Tout est très dense dans un univers finlandais que l'on rencontre rarement dans les polars nordiques. Certes un polar nordique sans alcool ne serait pas un polar nordique … et un phénomène angoissant : le familicide !
L'auteure manie à souhait les fausses pistes où le lecteur s'engouffre légitimement tellement l'intrigue est menée avec brio.
Enfin, on reproche souvent que les intrigues de romans noirs se terminent trop abruptement. Là, bien au contraire, Simo Hiltunen prend soin de terminer l'histoire de chaque personnage, fut-il secondaire. C'est assez rare pour le souligner. J'ai aimé !
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   16 janvier 2018
Le loup fourrageait en grognant dans les entrailles fumantes de l’élan. Il arrachait des lambeaux de chair et écumait de fureur. L’adolescent se tenait à trente mètres et tremblait de peur. Le naturel avait basculé dans l’irréel.
Le garçon avait treize ans. Il avait fui une demi-heure plus tôt dans la forêt, par vingt degrés au-dessous de zéro, parce que son père administrait encore une fois une raclée à sa mère. Il avait les oreilles gelées et l’haleine embuée, mais ne voulait pas rentrer chez lui. Il avait moins froid seul.
Il vacillait, enfoncé jusqu’aux genoux dans la neige, et fixait le monstre gris-brun, les yeux écarquillés de terreur, sans savoir que faire. Heureusement, le loup ne se souciait que de sa faim, et de lui comme d’une guigne. Pour le moment.
Un instant plus tôt, l’adolescent avait regardé danser les lueurs vert cadavérique d’une aurore boréale et rêvé d’une famille à peu près digne de ce nom. Admiré les cratères de la lune et laissé Sirius guider ses pas. Erré au cœur de la nature et savouré son profond silence, qui s’était soudain brisé quand la forêt entière avait décidé de lui tomber dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SZRAMOWOSZRAMOWO   19 janvier 2018
La pop star Aava Kelo était une petite jeune fille à la langue bien pendue (...) À la cérémonie de remise des Emma de la musique, elle avait balancé au ministre des Finances qu’à défaut de savoir faire tourner ne serait-ce qu’une baraque à frites, il savait au moins se tourner les pouces, ce qui lui évitait de faire trop de dégâts.
Commenter  J’apprécie          110
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1341 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .